Art et affinités du 13 janvier 2022 : “En attendant Godot de Beckett, Erwartung de Schönberg et le peintre Georg Baselitz (1/4)”

Patron d'émission le 13 janvier 2022

© Pixabay

Voici ce qui pourrait se produire dans les prochains mois. Radio Courtoisie et votre matinale Ligne Droite pourraient s’arrêter définitivement. Sans aucun recours possible. Radio Courtoisie se distingue des autres medias par sa volonté de rester totalement indépendante en refusant toute ressource publicitaire et toute subvention publique. Radio Courtoisie est une radio associative qui ne vit que grâce aux dons de ses auditeurs.

Beaucoup d’investissements ont été réalisés afin d'aboutir au succès que vous connaissez et appréciez. Mais pour que l’aventure persiste et se renforce, nous avons absolument besoin de vous, de votre propre engagement. La crise énergétique que nous traversons, qui fait suite à la crise du Covid, est un coup terrible pour nous.

Sans vous, tout risque de s’arrêter. Si vous appréciez notre travail de réinformation face à une propagande médiatique délirante, si vous souhaitez qu’il se poursuive, aidez nous maintenant dans la mesure de vos moyens. Chaque don compte !

Je fais un don pour Radio Courtoisie

Marie-Christine Lasnier consacre son émission au thème : “En attendant Godot de Beckett, Erwartung de Schönberg et le peintre Georg Baselitz (1/4)”

 

 

 

Je suis né dans un ordre détruit, un paysage détruit, une société détruite. Et je n’ai pas voulu réinstaurer un ordre ; j’avais vu assez de soi-disant ordres. J’ai été contraint de tout remettre en question, d’être « naïf », de repartir de zéro. {…} Je suis brutal, naïf et je suis un Goth.
{I was born in the midst of a destroyed order, a landscape in ruins, a people in ruins, a society in ruins. And I didn’t want to introduce a new order. I had seen more than enough of so-called orders. I was forced to call everything into question. I had to be ‘naïve’ all over again, begin again. {…} I am brutal, naive and Gothic}

(Baselitz, extrait de l’article Goth to dance, par Donald Kuspit,  in “Artforum”, n°10, été 1995)

 

Dans Erwartung, je me suis proposé de représenter à loisir ce qui peut se produire dans une unique seconde de la plus intense émotion et mon œuvre s’étend sur unedemi-heure

(Arnold Schoenberg, Le Style et l’Idée, 1950)

 

Estragon. – Allons-nous-en.
Vladimir. – On ne peut pas.
Estragon. – Pourquoi ?
Vladimir. – On attend Godot.
Estragon. – C’est vrai. (Un temps) Tu es sûr que c’est ici ?

(Samuel Beckett, En attendant Godot, Acte premier, 1948, Éditions de Minuit)

Références :

Lien vers l’exposition Baselitz – La rétrospective, au Centre Pompidou, jusqu’au 7 mars 2022

En attendant Godot, festival d’Avignon, 1978, Rufus (Estragon), George Wilson (Vadimir)

A. Schönberg (1874 – 1951), 2018, mine graphite et encre de Chine, coll. part.

L’Arbre, 1966, coll. part.

La Grande Nuit foutue, 1962-1963, Museum Ludwig, Cologne

Pied P.D. {Pied Pandémonique}, 1963, coll. part.

Partisan, 1965, coll. part

Les Grands Amis, 1965, Museum Ludwig, Cologne

Le peintre en manteau {Deuxième tableau fracturé}, 1966, coll. part.

Deux ouvriers forestiers de Meissen, 1967, Munich


  Commenter via mon compte Facebook


  Commenter via mon compte Twitter


EMISSION EN COURS

► L.J. de la résistance française

18:00 21:00


Envoyer un message
Faire un don en ligne
Copiez ci-dessous le lien vers ce lecteur :
<iframe src="https://www.radiocourtoisie.fr/ecoutez-en-direct/" style="border:0px #ffffff none;" name="lecteurpopup" scrolling="yes" frameborder="1" marginheight="0px" marginwidth="0px" height="700px" width="375px" allowfullscreen></iframe>