BULLETIN DE REINFORMATION DU 3 MAI 2021

Patron d'émission le 3 mai 2021

Bulletin de réinformation proposé par Henri Benoît et Marc Durand

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

 

 

GRANDS TITRES


 

► Le passeport sanitaire est en marche

Emmanuel Macron s’en était pourtant bien défendu ! Aujourd’hui, il nous présente le passeport sanitaire comme un mal nécessaire. Ainsi, l’application « Tous anti-Covid » s’enrichit d’une fonctionnalité qui authentifiera les résultats des tests PCR, dont la fiabilité fait toujours l’objet de critiques. Elle mentionnera aussi les certificats de vaccination et la nature du vaccin.
Une mesure pour le moins impopulaire alors qu’un sondage du Conseil Economique, Social et Environnemental (le CESE) nous apprend que 7 Français sur 10 ne sont pas favorables à ce passe sanitaire. Concrètement, l’accès à un salon, à une foire sera subordonné à la présentation de ce document dès le 9 juin, puis sera étendu aux festivals de plus de 1000 personnes à compter du 30 juin.

Parallèlement, les touristes étrangers devront présenter à leur arrivée, un « certificat vert » concocté par la bureaucratie européenne. Ce document, approuvé par le Parlement européen le 28 avril dernier, sera nécessaire pour circuler à l’intérieur de l’espace Schengen, à partir de la mi-juin.

 

Les réactions n’ont pas tardé à se faire entendre

Si des covidistes comme Karine Lacombe regrettent la trop grande permissivité du déconfinement et militent pour le tout-vaccinal, d’autres comme Nicolas Dupont-Aignan s’inquiètent d’un dispositif particulièrement attentatoire aux libertés individuelles. « On va tout droit vers un fichage généralisé des Français » a-t-il déclaré.

 

Et qu’en est-il de la légalité des mesures de déconfinement ?

Un projet de loi, censé mettre un terme au régime d’exception, a été présenté mercredi dernier en Conseil des ministres, en vue d’un vote à l’Assemblée nationale vers le 10 mai. Ce projet prévoit des compétences exceptionnelles laissées au gouvernement jusqu’au 31 octobre. Martine Wonner, exclue en juin 2020 de La République en Marche, pour avoir critiqué les modalités du premier déconfinement, a déclaré qu’elle ne voterait pas cette loi et redoute que l’Assemblée nationale fasse une nouvelle fois figure de chambre d’enregistrement.

 

► Ingérence en Syrie : des pays occidentaux invalident les résultats des élections présidentielles, avant même leur tenue !

L’élection du président de la République arabe syrienne est prévue le mercredi 26 mai 2021. 58 candidats, dont sept femmes, sont entrés dans la course et attendent le soutien de 35 députés sur les 250. Le président actuel, Bachar el-Hassad, au pouvoir depuis 2000, brigue un quatrième mandat. Les candidats, pour pouvoir se présenter, doivent avoir vécu au moins dix ans sur le territoire syrien de façon continue.

 

Ces élections risquent de se tenir dans un contexte économique et humanitaire difficile 

En effet, les blessures de la guerre ne sont pas encore pansées. De plus, le Conseil européen, aligné sur la politique américaine, a prolongé la politique des sanctions jusqu’au 30 juin 2021 : elle porte sur le gel des avoirs détenus par la Banque centrale syrienne et sur l’embargo des exportations pétrolières. La guerre menée contre les opposants au pouvoir et les djihadistes a fait plus de 380 000 morts et a poussé à l’exode des millions de personnes, à l’étranger ou dans des camps syriens.

 

Mais pourtant, Bachar el-Hassad est présenté comme le grand favori 

Il doit sa popularité à la reconquête du territoire, grâce à l’appui militaire russe, même si la poche d’Idlib et les territoires, tenus au Nord Est du pays par les Kurdes, ne sont toujours pas repris. Il semble bien qu’en Syrie, la soif d’une souveraineté retrouvée l’emporte sur les clivages idéologiques et religieux.

 

Comment s’expliquent les craintes des occidentaux ?

Les Etats-Unis, la Grande Bretagne et la France redoutent une normalisation internationale du régime de el-Hassad qu’ils ont toujours combattu, ce qui rendrait plus visible encore l’échec de leur diplomatie en Syrie depuis 2011. Ils contestent que des opposants, exilés à l’étranger ne puissent pas se présenter à ces élections. C’est pourquoi, ils ont d’ores et déjà fait savoir qu’ils ne reconnaîtront pas le verdict des urnes. Une position qui a fait réagir le diplomate russe Vassili Nebenzia, qui regrette « une ingérence dans les affaires intérieures syriennes, contraire aux normes du droit international ».

Notons que les autorités syriennes ont proposé à 14 Etats étrangers « amis » dont la Russie, la Chine et l’Iran, une mission d’observation sur le bon déroulement de ces élections.

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► France-3 Val-de-Loire censure un documentaire sur les commémorations johanniques d’Orléans

Le reportage devait passer sur la chaîne publique le 8 mai prochain, lorsque Jean-Jacques Basier, directeur régional de la chaîne, s’est aperçu que la voix off était celle de Charlotte d’Ornellas, chroniqueuse au magazine Valeurs actuelles et jugée trop à droite. Rappelons qu’en 2002, la journaliste avait défilé en Jeanne d’Arc dans les rues d’Orléans. Le maire LR de la ville, Serge Grouard, s’est indigné de cette mesure qui relève, selon lui, d’une véritable police de la pensée. Il a annoncé que le documentaire serait publié sur le site de sa ville, le 8 mai prochain.

► Que retenir des manifestations du premier mai ?

Après une année blanche en 2020, les 300 manifestations prévues pour le premier mai ont drainé quelque 150 000 participants Les parisiens avaient le choix entre la manifestation à l’appel des syndicats, entre République et Nation et celle des Patriotes de Florian Philippot entre La Bourse et le ministère de la Santé. On aura noté dans les deux cortèges, des protestations similaires contre la dictature sanitaire.

Sur le blogue de Résistance Républicaine, Christine Tasin s’étonne que les syndicats, qui se taisent depuis un an sur la fermeture des commerces, réclament des augmentations de salaires, comme si de rien n’était. Ce conformisme revendicatif est bien étrange dans le contexte actuel. Par ailleurs, il semble que la CGT ait été débordée par sa gauche : un véhicule technique a été dégradé tandis que des membres du service d’ordre étaient traités de collabos. En effet, des éléments incontrôlés et cagoulés s’en sont pris à du mobilier urbain, à une agence de la Société Générale boulevard Voltaire, avant d’agresser pompiers et forces de l’ordre avec des projectiles. Ceux-ci ont répondu par des grenades lacrymogènes et des canons à eau. Au final, 43 interpellations et 14 gardes à vue.

Des violences contre policiers ont également été observées à Nantes, à Lyon et à Marseille. Du côté des Patriotes, l’accent a été mis sur le refus du passeport sanitaire et l’appel à la démission d’Emmanuel Macron et de son ministre de la Santé, le tout dans une ambiance bon enfant qui n’était pas sans rappeler les premiers temps des Gilets Jaunes.

► Le chiffre du jour est 64000

C’est le nombre d’internautes qui, aujourd’hui à 6h du matin, ont signé la pétition mise en ligne par mesopinions.com, en soutien à la tribune lancée par le capitaine de gendarmerie Jean-Pierre Fabre-Bernadac sur le blogue « Place d’Armes ». Les solidarités en ligne se multiplient : ainsi le site « lesamisdeplacedarme.fr » malgré sa fermeture puis sa réouverture le week-end dernier, aurait de son côté recueilli plus de 10 000 signatures. Ce soutien populaire s’ajoute aux nombreuses signatures de militaires qui approuvent l’alerte lancée par les vingt généraux dont Antoine Martinez et Christian Piquemal. Ce dernier avait participé en 2016 à une manifestation anti-migrants à Calais pour signifier son désaccord avec la politique migratoire. Une action qui lui avait valu sa radiation des cadres de l’armée.

Les sanctions promises par Florence Parly, le ministre des Armées à l’encontre des militaires signataires, pour « manquement au droit de réserve », risquent de mal passer auprès des Français, dont 58% soutiennent l’action des généraux, selon une étude réalisée par Harris Interactive.

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► Une nouvelle étape dans la censure des réseaux sociaux 

Au prétexte de lutter contre le terrorisme, un règlement européen dit « de censure terroriste »vient d’être approuvé mercredi dernier par le Parlement de Strasbourg. Il permettra aux Etats membres de retirer dans l’heure, messages, vidéos et photos estampillés « à caractère terroriste », sur simple injonction aux fournisseurs de services. Ce dispositif viendra ainsi compléter la censure privée des GAFA.

Pour Fabienne Keller, eurodéputée ex LR, les réseaux sociaux fonctionnent comme un amplificateur pour les appels à la violence et la propagande terroriste. Mais les défenseurs des libertés voient les choses autrement : La Quadrature du Net et 10 autres associations parmi lesquelles Wikimedia France, L’Observatoire des libertés et du numérique ou encore Internet sans frontières, avaient appelé au rejet du texte du fait que ce court délai d’une heure inciterait les plateformes à déployer des outils de modération de contenus, préjudiciables à la liberté d’expression. Ils jugent ce dispositif ni proportionné, ni nécessaire et porteur d’une grave atteinte à la liberté d’expression et de communication.

 

► Afghanistan : le difficile retrait des troupes américaines, qui a débuté le 1er mai

Après vingt années de guerre, les Talibans contrôlent toujours la moitié du pays. Par les accords de Doha du 29 Février 2020, Donald Trump avait promis le retrait de ses troupes le 1er mai 2021, en échange de l’ouverture de pourparlers de paix. Mais cette échéance a été reportée au 11 septembre 2021 par l’administration Biden, ce qui a provoqué la colère des Talibans et la menace de ne pas participer à la conférence de paix d’Istanbul, fixée à la mi-mai, juste après la fin du Ramadan.

Après un pic de 100 000 soldats américains en 2011, ils ne sont plus que 2500 aujourd’hui. L’attentat du 30 avril à la voiture piégée, qui a fait 21 morts et 90 blessés dans l’Est du pays, fait figure d’avertissement et inquiète le gouvernement d’Ashraf Ghani, qui craint une reprise de territoires par les Talibans, sitôt les soldats américains partis.
Deux pays riverains, le Tadjikistan et l’Ouzbekistan, s’inquiètent de la possible déstabilisation en Asie Centrale, qui pourrait en résulter. C’est pourquoi, ils viennent de passer des accords de sécurité avec le ministre russe de la Défense.

 

► La bonne nouvelle du jour est musicale :

Le 1er septembre prochain, la Philharmonie de Paris ouvrira sa saison d’une façon exceptionnelle : l’accueil de l’Orchestre du Festival de Bayreuth. Chaque été, cet orchestre se consacre à l’interprétation exclusive des œuvres de Richard Wagner, dans la salle magique du Festspielhaus, construite à cet effet. Le chef d’orchestre wagnérien Andris Nelsons dirigera le concert avec la participation du ténor Klaus Florian Vogt, connu pour ses remarquables interprétations de Lohengrin et de Parsifal, et de la non moins célèbre soprane Christine Goerke.

 

► La phrase du jour nous vient de Michel Onfray :

Je crois au génie du peuple tant que les médias de masse ne l’abrutissent pas pour le transformer en masse abêtie.

 

 

Étiquettes :

En cours

Titre

Artiste

Background
Intervenir sur l'émission
EMISSION EN COURS

► L.J. de la réaction

21:30 23:00