BULLETIN DE REINFORMATION DU 26 MARS 2021

Patron d'émission le 26 mars 2021

Bulletin de réinformation proposé par Christian Bieber et Charles Remès

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

 

GRANDS TITRES


 

► La cause Ouïghours : l’indignation mondiale

 

On a tout entendu :

Les Ouïghours sont persécutés. La Chine mène une politique de nettoyage ethnique, d’effacement culturel. Le gouvernement les envoie dans des camps. On compte des milliers de travailleurs forcés etc etc.

 

Replaçons le contexte

Les Ouïghours sont une peuplade turcophone, musulmane, de la province chinoise du Xinjiang située à l’extrême ouest de la Chine.

Le gouvernement Chinois surveille de près cette province reculée. La région est en effet proche de la poudrière du Moyen Orient et représente un intérêt potentiel pour des nations influentes désireuses de mettre le pied non-officiellement en Chine.

Du fait de son éloignement géographique, l’influence du pouvoir central se fait moins présente, ce que Pékin a l’air de vouloir corriger d’une main de fer depuis 2014.

Des actions dites de souveraineté sont donc menées pour stabiliser une région potentiellement instable.

 

En Occident, c’est l’indignement généralisé et unanime

Oui, tout le monde hurle avec la meute : gouvernements, personnalités politiques, show-business, les Ouïghours sont les nouveaux Tibétains.

Sauf que, ces opprimés-la sont bien moins pacifistes. La région est en effet un vivier de recrutement de combattants islamistes. La presse occidentale entretient une image de combattant de la liberté pour des hommes que le reste du monde considère comme des terroristes.

 

Comment la Chine perçoit-elle les choses ?

De grandes marques telles que Nike, Uniqlo ou H&M avaient annoncé boycotter le coton chinois en provenance du Xinjiang, selon elles issu du travail forcé des Ouïghours.

Depuis le début, la Chine fait bloc contre ces accusations et aux côtés du gouvernement, de nombreuses personnalités de l’industrie du spectacle chinois annoncent mettre fin à leur collaboration avec ces grandes marques occidentales, par patriotisme.

Des grandes marques dans une position bien inconfortable : la perte du colossal marché chinois serait pour elles une catastrophe.

 

► Nouvelles mesures sanitaires : réponse logique à une épidémie « hors de contrôle » ou tentative de « domestiquer » les Français ?

 

Le ministère de l’Intérieur a annoncé que désormais, tous les rassemblements de plus de six personnes en extérieur seraient prohibés sous peine de verbalisation. Et cette mesure concerne tout le territoire. 

Cette interdiction des rassemblements de plus de six personnes en extérieur provoque l’indignation de certains observateurs qui dénoncent une accumulation de mesures liberticides.  

Le président des Patriotes Florian Philippot dénonce par exemple une opposition qu’il estime « totalement couchée et soumise » et prédit des mesures « de plus en plus dingues » de la part des autorités. L’homme politique se réjouit des récents rassemblements de Français en colère qui ont manifesté leur désapprobation des restrictions sanitaires comme à Annecy ou en Ardèche. 

Le ras-le-bol commence à se faire sentir en province notamment, comme à Marseille sur la Canebière où un rassemblement a eu lieu le 21 mars. Environ 6.500 fêtards s’étaient réunis à l’occasion du carnaval. L’événement avait créé la polémique et avait été dénoncé par Benoit Payan, maire de Marseille. L’édile s’était alors insurgé contre « l’attitude égoïste » des participants et avait affirmé que ces derniers « devraient répondre de leurs actes devant la justice. » 

 

Mais de son côté, l’exécutif assure que les mauvais chiffres liés à la pandémie l’obligent à agir 

« Dans les 15 prochains jours, ce qui est certain, c’est que la pression sanitaire va augmenter » sur les hôpitaux, a en effet prévenu Olivier Véran, invité de l’émission Quotidien sur TMC le 24 mars. À ce moment-là, 4.651 malades étaient soignés en réanimation en France. C’est pourtant moins qu’au pic de la deuxième vague qui avait vu 4.900 patients dans le même cas au 16 novembre. 

 

 

BREVES DE FRANCE


 
► Grève de la police municipale à Rennes

Depuis lundi dernier, des agents de la police municipale, s’estimant sous-équipés, se sont mis en grève. À la suite de la fusillade ayant entraîné la mort d’un jeune homme, mercredi 17 mars dernier dans le quartier de Cleunay à Rennes, la mairie a demandé à la police municipale d’exercer une surveillance dans le quartier. N’étant pas équipée d’armes à feu contrairement à la police nationale, la police municipale n’a pas les moyens de riposter en cas d’attaques. Par conséquent, la police demande des missions en adéquation avec les moyens dont elle dispose. Depuis 2016, les mouvements de grève sont récurrents de la part de la police municipale qui ne se juge pas assez protégée aux vues de la montée des détentions illégales d’armes à feu.

 

► L’Action française tente de s’introduire au Conseil régional d’Occitanie :

Lors de l’ouverture de la séance plénière du Conseil régional d’Occitanie à Toulouse, ce jeudi 25 mars, des membres de l’Action française, mouvement royaliste nationaliste, ont tenté de s’introduire dans l’hémicycle, avec une banderole affichant le slogan « Islamo-gauchistes, traîtres à la France ». Le service de sécurité du bâtiment a réussi à empêcher l’intrusion, et Carole Delga, présidente de la région, a condamné fermement cette action, qu’elle qualifie d’une violence inouïe : aucun blessé n’est à déclarer. Elle a ajouté qu’elle portera plainte contre le mouvement.

 

► La maire de Strasbourg Jeanne Barseghian accusée de fournir des informations inexactes par la préfète du Grand Est et du Bas-Rhin :

Nouveau rebondissement dans l’affaire de la construction de la mosquée Eyyûb Sultan à Strasbourg. Josiane Chevalier, préfète du Grand Est, accuse la maire de Strasbourg Jeanne Barseghian de diffuser “des informations inexactes” quant aux subventions accordées par la commune pour la construction de la grande mosquée. Elle l’accuse surtout d’avoir été au courant des desseins du mouvement qui se cache derrière le projet de cette grande mosquée, l’association islamiste pro-turque Millî Görüs, alors que la maire aurait affirmé que la construction et l’utilisation de cette mosquée se ferait dans le respect des « valeurs de la République ».

 

► Mediapart continue sa chasse aux sorcières

Dans une vidéo récente publiée par Médiapart, le journaliste Sébastien Bourdon, qui se veut le grand enquêteur et spécialiste de l’extrême-droite française, dévoile les identités de plusieurs militaires français. Le but ? Dénoncer ces soldats qui auraient « affiché ouvertement des convictions néonazies ».

Cette deuxième série d’enquêtes menée par le média est à l’origine d’une polémique dans l’armée. Dans un communiqué, Florence Parly, la ministre des Armées dit avoir « demandé aux services du ministère un état des lieux extrêmement précis sur chacun des individus qui avait été mentionné (par Médiapart).

Après diverses recherches et constats d’aucun antécédent déviant, les services de l’armée et notamment la Légion étrangère, ont décidé de procéder à des renvois successifs.

 

► Un camp de migrants place de la République

Alors que les SDF français fuient les centres d’accueil, submergés par les migrants. Alors que les migrants clandestins ont un accès gratuit aux soins grâce à l’Aide Médicale de l’État (AME). Et alors que le budget de l’État pour l’immigration et l’intégration est supérieur au budget pour la santé en 2020 ; des associations pro-immigration ont choisi la place de la République, suivies de 300 migrants. Munis de tentes, ils sont là pour demander un « hébergement immédiat, stable et décent » pour 300 femmes, hommes et enfants. Pourtant, les images rapportées par différents médias montrent essentiellement des jeunes hommes vigoureux.

 

► Et la phrase du jour nous vient de Marion Maréchal

« La société multiculturelle c’est le terme poli pour dire la fin de la société occidentale et la fin de la société française. En réalité, cette société multiculturelle, c’est l’effacement de la culture française ».

C’est ce qu’a affirmé la directrice de l’Issep, invitée de Frédéric Taddeï dans l’émission “Interdit d’interdire” sur la chaîne RT France, le 22 mars dernier. Elle intervenait lors d’un débat sur le multiculturalisme et les modèles d’intégration dans le pays.

► Et le chiffre du jour…

…est 13 millions ! Il s’agit du prix auquel un Van Gogh a été adjugé hier, battant ainsi un nouveau record en France. Nous en parlions il y a un mois : l’œuvre était estimée entre 5 et 8 millions. La toile qui a suscité tant d’enthousiasme est « Scène de rue à Montmartre ». Datée de 1887, cette peinture n’a encore jamais été exposée et était gardée dans la même famille depuis les années 20, jusqu’à ce que Sotheby’s la découvre.

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► Le plan de relance post-covid de l’Union européenne se précise

 

Les députés européens ont adopté hier jeudi trois règlements qui ouvrent la voie à la réforme des ressources propres et à l’introduction de nouvelles sources de recettes pour l’UE. De ce fait, le Parlement européen accélère la réforme des recettes de l’UE et permet ainsi l’utilisation du fonds de relance « Next Generation EU », d’un montant de 750 milliards d’euros. De nouvelles sources de recettes, comme la taxe sur le plastique, fourniront de nouveaux financements au budget de l’UE et contribueront au remboursement de la dette créée par le fonds de relance. Les Etats doivent ratifier dès que possible cette décision clé relative aux ressources propres.

 

► Le blocage du canal de Suez comporte des risques pour l’économie mondiale

Depuis maintenant trois jours, un porte-conteneurs de l’entreprise de transport maritime Evergreen est échoué dans le canal de Suez. Les opérations visant à dégager ce lieu de passage de près de 10% du commerce maritime mondial ont pour l’instant échoué. Si une portion ancienne du canal a été rouverte, permettant le passage de navires plus modestes, les plus gros restent en attente par dizaines de chaque côté du canal. Un blocage plus long se profile, ce qui pourrait perturber la chaîne d’approvisionnement mondiale, et en particulier le transit de matières premières et d’hydrocarbures. Début 2020 déjà, les mesures radicales prises par la Chine pour lutter contre la pandémie avaient entraîné des retards et pénuries d’approvisionnement en Europe. Que ce phénomène se reproduise à nouveau, ici à cause d’un simple bateau échoué au mauvais endroit, interroge sur la potentielle fragilité de l’économie occidentale. 

 

► Les patrons de Google, Twitter et Facebook font à nouveau face au Congrès américain

Les directeurs de ces plateformes ont été auditionnés hier par les élus américains, pour la quatrième fois déjà depuis juillet dernier. À l’ordre du jour, le contrôle des informations véhiculées par ces plateformes, et en particulier de celles traitant du sujet des dernières élections américaines, mais aussi de la pandémie actuelle et de sa campagne de vaccination. Les élus démocrates demandent en effet davantage de fermeté sur ces contenus qualifiés de litigieux. Pour autant, ces trois entreprises se sont déjà montrées zélées dans la censure et les bannissements d’utilisateurs dits conservateurs, avec en point d’orgue celui de Donald Trump du réseau social Twitter en janvier.

 

► Espagne : le président de la Commission islamique arrêté pour des soupçons de « financement de groupes djihadistes en Syrie »

 

Dans le cadre d’une opération antiterroriste lancée en 2019, le président de la Commission islamique espagnole a été arrêté ce mercredi. Ayman Adlbi, 74 ans, d’origine syrienne et apprécié des milieux de pouvoir espagnol, est soupçonné de « financement de groupes djihadistes en Syrie». La CIE est un organe officiel et l’interlocuteur de l’Etat espagnol sur tout ce qui se rapporte à la communauté musulmane ibérique

 

► Nous célébrons aujourd’hui le triste anniversaire du massacre de la rue d’Isly

Le 19 mars 1962, le cessez-le-feu entre en vigueur en Algérie, après plus de sept années de guerre. La semaine suivante, le 26 mars, les Français d’Alger manifestent pour leur pays : l’Algérie française. Le cortège composé d’hommes et de femmes de tout âges est arrêté rue d’Isly, devant la Grande Poste par un barrage de l’armée qui, malgré le pacifisme de la manifestation, finira par mitrailler la foule. C’est un véritable massacre, au moins 80 morts et plus de 200 blessés sont à déplorer. Encore aujourd’hui, le gouvernement français décline toute responsabilité dans cet épisode sanglant, complètement occulté de l’histoire officielle.

 

 

Étiquettes :

En cours

Title

Artist

Background
Intervenir sur l'émission
EMISSION EN COURS

► L.J. de la jeunesse

12:00 13:30