BULLETIN DE REINFORMATION DU 19 MARS 2021

Patron d'émission le 19 mars 2021

Bulletin de réinformation proposé par Arthur Van der Water

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

 

 

GRANDS TITRES :


 

► Freiner sans enfermer : la nouvelle stratégie gouvernementale

Hier soir le Premier ministre annonçait les nouvelles décisions prises par l’exécutif quant à la gestion de la crise du coronavirus. Après plusieurs semaines d’attentes et de mesures localisées à l’encontre des régions les plus touchées, l’Élysée tranche dans le vif… ou pas.
*Fidèle à la formulation des Marcheurs au début du confinement, le gouvernement fait du « en même temps ».
En tentant à la fois de concilier une communauté médicale débordée dont la voix est portée par des pontifes du confinement total et le reste de la population lassé et blasé par un confinement qui n’en finit pas et sans donner son nom, Jean Castex a annoncé hier pendant une petite heure une série de mesures visant à ralentir la progression du virus. Pour lutter contre la propagation accélérée du variant britannique notamment, la France dépassant pour la deuxième fois avant-hier les 35000 cas journaliers, la Haute-Normandie et l’Île-de-France rejoignent le Pas-de-Calais dans le confinement : si les écoles sont toujours ouvertes et les Français peuvent continuer à travailler, de préférence via le télétravail, ils sont confinés chez eux avec une limitation de déplacement autour de 10 km du domicile, une interdiction de se déplacer dans une autre région de France tandis que les commerces non-essentiels sont contraints à la fermeture.
Si le gouvernement est fier de sa nouvelle formule, Castex vantant la souplesse de l’Etat en précisant que les disquaires et les libraires resteront ouverts, tandis que le reste de la métropole peut encore vivre sans réel confinement, la gestion de la crise sanitaire est toujours autant critiquée par une partie de l’opinion, pointant les manquements évidents de l’Etat : toujours 1000 lits de réanimation pour toute l’Ile-de-France, soit 12 millions d’habitants, depuis l’année dernière, un deux poids deux mesures accordé aux banlieues et aux cités où le confinement est inexistant, une détresse désavouée chez les étudiants dont 60% se disent en décrochage partiel ou total vis-à-vis de leurs études…
A à peu près un an des présidentiels, le gouvernement En Marche saura-t-il se renouveler et surpasser cette crise alors que l’ampleur des répercussions socio-économiques, peut-être supérieure au bilan sanitaire, n’a pas encore été dévoilée ?

 

► Le Danemark identifie la concentration de population issue de l’immigration extra européenne  comme problématique 

Pour « réduire le risque de sociétés parallèles religieuses et culturelles », Le Danemark va élargir le périmètre d’une loi controversée visant à réduire la part des « non-occidentaux » dans ses quartiers défavorisés. Ainsi,  le gouvernement social-démocrate vise d’ici 10 ans de ne voir aucun quartier avec plus de 30 % de « non-occidentaux ». Le texte de loi initial, adopté par la droite il y a trois ans, retenait le critère de 50% de population d’origine extra européenne. Quinze quartiers danois rentrent dans ce cadre et 25 sont considérés comme « exposés ». 

Jugé trop polémique, le terme Ghetto ne sera plus employé : on soigne la forme !

Car il avait un sens légal précis ! Jusqu’à présent, le terme « ghetto » désignait tout quartier de plus de 1.000 habitants avec une population à plus de 50 % d’origine « non-occidentale » Il devait répondre à au moins deux des quatre critères suivants : plus de 40 % des personnes qui y vivent n’ont ni travail ni formation ; plus de 60 % des 39-50 ans ne sont pas allés au-delà du collège ; une criminalité trois fois plus importante que la moyenne nationale ; et un revenu brut des habitants inférieur de 55 % à la moyenne régionale. Des critères éloquents quant au lien entre immigration massive dans un lieu et chute de la qualité de vie !

Selon le ministre Kaare Dybvad Bek, une proportion trop importante d’étrangers de pays non-occidentaux « augmente le risque de voir grandir une société parallèle religieuse et culturelle », affirme-t-il dans un communiqué.

C’est une véritable reconnaissance de la propension à la sécession de la population d’origine immigrée extra européenne, reste à savoir si les Danois ayant déserté ces quartiers accepteront d’y remettre les pieds ! En attendant la délinquance dans ces quartiers sera encore plus pénalisée.
Les autres pays européens en tireront certaines conclusions ?

 

NOUVELLES DE FRANCE 


► Scandale du chlordécone : l’action serait prescrite ? 

Nouveau rebondissement dans le scandale chlordécone…

Pour rappel, il s’agit d’un pesticide interdit en France depuis 1990 et depuis 1993 aux Antilles, grâce à une dérogation ministérielle. Son stockage et son utilisation par les planteurs de bananes se sont prolongés après l’interdiction, faute d’information. Le constat est aujourd’hui alarmant : près de 90% de la population adulte de Guadeloupe et de Martinique est contaminée ;  Le taux d’incidence du cancer de la prostate est l’un des plus élevés au monde ; Et selon les experts, le pesticide polluera les sols pendant encore 700 ans. Après le dépôt de plainte pour mise en danger d’autrui et 15 ans d’instruction, la justice pourrait prononcer un non-lieu du fait de la prescription.  Rémy Heitz, procureur de Paris, annonçait ce mardi que « la grande majorité des faits étaient déjà prescrits » lors du dépôt de plainte. Il est reproché aux parties civiles d’avoir attendu 2006 pour mettre en mouvement l’action publique. Les avocats refusent de reconnaître la prescription. Celle-ci n’a pas pu commencer à courir puisque l’infraction n’a pas cessé : Les eaux et sols sont toujours empoisonnés. Les victimes et associations espèrent encore un procès et une réparation pour ce désastre sanitaire et environnemental. 

► Les chiffres romains se conforment à « l’accessibilité universelle »

Afin de s’adapter à un public plus large (notamment les visiteurs étrangers de culture non latine et les enfants), le musée Carnavalet au cœur du Marais a décidé de remplacer les chiffres romains par les chiffres arabes sur les cartels de ses œuvres – comme au musée du Louvre. Le nombre de signes des notices sera également drastiquement réduit pour devenir plus attrayant. François Martin, le président de la Coordination d’enseignants en langues anciennes, estime que « moins on verra [les chiffres romains], moins on les maîtrisera. » 

 

► Des réunions interdites aux blancs à l’UNEF 

Dans une interview diffusée sur Europe 1 le jeudi 18 mars, Mélanie Luce, la présidente de l’UNEF, a admis l’existence de réunions interdites aux personnes blanches au sein du syndicat étudiant. L’UNEF avait déjà fait polémique ces derniers jours en relayant la photo de deux professeurs de Sciences Po Grenoble accusés d’islamophobie. Christophe Castaner a fustigé le syndicat : « l’Unef a fait un choix, pour survivre, d’un clientélisme indigéniste exacerbé totalement scandaleux ». Il faut « condamner cela (et) si les faits relèvent du pénal cela doit faire l’objet de poursuites pénales », a-t-il ajouté, sur France Info. 
Altercation entre Assa Traoré et un manifestant
Mardi dans l’après-midi, lors du rassemblement en soutien au monde du spectacle organisé par des syndicats dont la CGT (se tenant sur le parvis du théâtre de l’Odéon) à Paris, la militante Assa Traoré a encore fait parler d’elle. Alors qu’elle s’essayait à une récupération politique, une altercation a éclaté. Un homme décrit comme un gilet jaune antillais, l’a accusée d’être une «raciste antiblanche» et de ne pas aimer la France, après quoi il l’a enjointe de « retourner au Mali », pays dont est originaire la famille Traoré. 
Cette dernière s’est empressée de crier au racisme de l’extrême-droite et a couru aussitôt s’en plaindre à la police sur place, les accusant de ne pas être intervenus. 
Cocasse pour une militante « anti-flics »…

 

► Le CSA sanctionne CNews pour des propos de Zemmour sur les migrants mineurs isolés

Le 29 septembre, lors d’un débat de l’émission Face à l’info consacré à la question des mineurs isolés après l’attentat de Charlie Hebdo, Eric Zemmour avait déclaré : « Ils n’ont rien à faire ici, ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs, c’est tout ce qu’ils sont, il faut les renvoyer et il ne faut même pas qu’ils viennent ».
Dans un communiqué, le groupe Canal+, maison-mère de CNews, « déplore la décision du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel» infligeant à cette chaîne d’actualité une amende de 200 000 euros pour « incitation à la haine » et « à la violence ». Cette dernière estime que cette sanction « contrevient au principe de liberté d’expression » et compte mettre en œuvre des voies de recours possibles dans les plus brefs délais.

 

NOUVELLES DU MONDE :


 

► Klimt retourne en Autriche

L’unique œuvre de l’artiste Gustav Klimt conservée en France au Musée d’Orsay va être rendue à la famille autrichienne juive Zuckerkandl-Stiasny qui avait été forcée de la vendre lors de l’Anschluss en 1938. Après des recherches sur l’origine du tableau « Rosiers sous les arbres » de 1905, son histoire a finalement pu être retracée. En 2019, les descendants des propriétaires avaient déjà entamé une demande de restitution. La ministre de la Culture Roselyne Bachelot a annoncé que « pour [elle] la restitution des biens juifs est une ardente obligation (…) c’est l’honneur de la République que de faire cela. L’honneur de la France ».

 

► Joe Biden qualifie Vladimir Poutine de « tueur »  

Dans une interview diffusée mercredi 17 mars, Joe Biden a affirmé que Vladimir Poutine, le président russe, était « un tueur » à un journaliste qui avait posé la même question à Trump quelques années plus tôt, ce dernier préférant botter en touche plutôt que de répondre comme l’actuel président.
Dans la même interview télévisée, le président américain a ajouté qu’on verra « bientôt le prix que Vladimir Poutine va payer » pour ses actes. Des propos peu diplomatiques. Moscou de son côté manie l’ironie afin d’éviter l’escalade. Après avoir répondu « c’est celui qui le dit qui l’est », le président russe a dit souhaiter « une bonne santé, sans ironie aucune » à Joe Biden, allant même jusqu’à lui proposer un entretien télévisé filmé pour « le peuple russe, le peuple américain et beaucoup d’autres pays ».  Les pressions sont nombreuses à Washington pour durcir le ton face à la Russie, après quatre années Trump au ton plus conciliant. 

► L’administration Biden s’attaque à la Chine

Alors que l’on présentait Biden comme un homme de paix et Trump comme un fou dangereux, les Etats-Unis accumulent les phrases chocs à l’international. Après l’étonnante déclaration du locataire de la Maison blanche vis-à-vis de Poutine, c’est son secrétaire d’Etat Antony Blinken qui a déclaré la Chine responsable de « génocide » vis-à-vis des Ouïghours mais aussi de menacer Taïwan et Hong Kong et d’intervenir dans leurs affaires intérieures, et de « coercition économique contre nos alliés ». Dans le cadre d’une rencontre entre les diplomates des deux grandes puissances, les représentants chinois ont rappelé qu’ils ne cherchaient pas de « conflits », mais que les Etats-Unis devaient abandonner leur « mentalité de Guerre froide » et leurs vélléités « d’imposer leur propre démocratie dans le reste du monde ».

 

 

Étiquettes :

En cours

Title

Artist

Background
Intervenir sur l'émission
EMISSION EN COURS

↺ L.J. des débats

21:30 23:00