BULLETIN DE REINFORMATION DU 8 FEVRIER 2021

Patron d'émission le 8 février 2021

Bulletin de réinformation proposé par Kirkor Suréken et Justine Bertrand

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

 

 

GRANDS TITRES


 

► La diaspora turque, cheval de Troie d’Erdogan

Le Journal du Dimanche a mené une enquête en consultant plusieurs rapports adressés à l’Elysée par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et la Direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP). Ces rapports dévoilent l’ampleur, les formes et les objectifs d’une véritable stratégie d’infiltration téléguidée depuis Ankara au moyen des réseaux encadrés et animés par l’ambassade de Turquie et le service d’espionnage turc, le MIT.

Recep Tayyip Erdogan se plaçait déjà en protecteur des musulmans de France dès 2018, il déclarait lors de sa visite à Paris le 5 janvier « les musulmans de France sont sous ma protection. Ceux qui vous touchent me touchent ». Cette posture de caïd le rend populaire aux yeux de la diaspora turque en France et plus généralement pour les Maghrébins qui voient en Turquie la vitrine présentable d’un pays musulman moderne.

Les efforts turcs se concentrent en politique afin d’influencer les décisions publiques. La DGSI a pu observer que le stratagème visant à présenter des Franco-turcs sur le maximum de listes dans une même ville, donc agir par le nombre, afin de contribuer à défendre les intérêts d’Ankara.

Rappelons les observations de Domingo Badia y Leblich au XIXème siècle à propos des Turcs : « Quand je vois une nation qui n’a pas la moindre idée du droit public et des droits de l’homme ; une nation qui compte à peine un individu sur mille qui sache lire ou écrire ; une nation chez qui la propriété individuelle est sans garantie et le sang de l’homme exposé sans cesse à être versé pour la moindre cause et sous le plus léger prétexte, sans aucune forme judiciaire ; une nation enfin obstinée à fermer les yeux à la lumière et à repousser loin d’elle le flambeau de la civilisation, […] sera toujours pour moi une nation de barbares : que les individus qui la composent portent des vêtements de soie ou de riches pelisses ; qu’ils établissent entre eux un cérémonial, qu’ils mangent, qu’ils boivent ou qu’ils fument chaque jour cent mélanges divers ; qu’ils se lavent ou se purifient à toute heure ; je ne cesserai de le répéter : ce sont des barbares. »

Nous tairons par charité la lettre adressée au sultan signée Kochovyj Otaman Ivan Sirko et toute l’armée zaporogue.

 

► La haine de la Russie par certains politiques justifie-t-elle le rejet de son vaccin qui pourrait sauver des vies ?

C’est une des questions soulevées entre autres par un article de Pierre de Boisguilbert, intitulé « Vaccins : bons baisers de Russie », et paru sur le site de Polémia. Ce n’est pas un fait nouveau qu’une partie de la classe politique française et européenne diabolise la Russie de Poutine qui ne se soumet pas sagement à toutes ses directives. Cela est accentué actuellement par la récente incarcération de Navalny.

La haine souvent fantasque de certains politiques occidentaux doit-elle entraver toute coopération sanitaire dans le contexte épidémique ?

Ces derniers mois, plusieurs vaccins ont été lancés sur le marché. Une revue médicale, Le Lancet, a fait un bilan sur leur efficacité contre le Covid-19. Parmi eux, le Moderna a une efficacité de 94,5 % et le Pfizer de 95 %. Le vaccin russe compte également parmi les plus efficaces, avec un résultat de 91,6 %. Par ailleurs, il est aussi un peu moins cher que le Pfizer et plus facile à conserver. Malgré ces données favorables et pour des raisons politiques, des politiques occidentaux n’hésitent pas réclamer que ce vaccin ne puisse pas faire son entrée en France, alors même qu’il pourrait sauver des vies – si toutefois les vaccins sont bien la solution à mettre en avant de façon privilégiée contre la maladie.

 

BREVES DE FRANCE


 

► Le Conseil constitutionnel écarte le chinois Huawei du marché français de la 5G

Le Conseil constitutionnel, saisi d’une QPC, valide le choix de législateur qui, « a entendu, dans le but de préserver les intérêts de la défense et de la sécurité nationale, prémunir les réseaux radioélectriques mobiles des risques d’espionnage, de piratage et de sabotage qui peuvent résulter des nouvelles fonctionnalités offertes par la cinquième génération de communication mobile ».

Le Conseil constitutionnel, par cette décision, confirme une prise en compte d’une dépendance vis-à-vis de la Chine, notamment dans le domaine électronique. La France suit les Etats-Unis, qui avaient le fabricant chinois dans le collimateur et l’accusaient d’espionnage.

Par voie de conséquence, Bouygues Telecom, demandeur à l’instance avec SFR, devra retirer 3000 antennes Huawei d’ici 2028 sans espérer une indemnisation de la part de l’Etat.

 

► La justice valide le parc éolien en Ile-et-Vilaine

La Cour administrative d’appel de Nantes a rejeté la requête des opposants au parc éolien projeté à Québriac et a confirmé la régularité de l’autorisation préfectorale, jugeant que l’autorisation préfectorale avait fait l’objet d’une analyse dans l’étude d’impact sur les effets cumulés sur le plan paysager et acoustique.

Ce qui est sûr, c’est que cette étude d’impact ne fait ni référence au bien-être des populations avoisinantes, ni à la défiguration du paysage, ni à l’industrialisation de nos campagnes.

 

► Marc Pulvar accusé de pédocriminalité

La parole se libère. Après Duhamel et Berry, c’est au tour du père d’Audrey Pulvar, décédé en 2008, d’être rattrapé par son passé. Les trois victimes Karine Mousseau, Barbara Glissant et Valérie Fallourd voulaient « en finir avec cette héroïsation du personnage, ne jamais plus lui rendre un quelconque hommage à l’avenir et désormais penser à lui comme… un prédateur sexuel ».

Audrey Pulvar indique avoir été mise au courant des crimes commis par son père et déclare admirer le courage de ses cousines, nous rapporte Le Parisien.

 

► Pied de nez au politiquement correct

Alors que Jean-Yves Le Gallou a récemment fait paraître son Manuel de lutte contre la diabolisation, dont un des principes est d’essuyer la campagne de diabolisation sans céder, nous avons eu ces derniers jours un bel exemple de résistance anti-diabolisation. En effet, nous rapporte le site fdesouche, Thomas Lequertier, de CNews, insulté après un tweet critiquant Assa Traoré, a revendiqué le droit de pouvoir s’exprimer sans crainte : « la dictature des bien-pensants ne m’intéresse pas ».

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► Un singe capable de jouer par la pensée

Neuralink, la start-up de l’enfant terrible de la hightech Elon Musk, a conçu une interface cerveau-machine équipé de l’intelligence artificielle qui a été implanté sur un singe. L’animal a été capable de jouer à Pong, un des premiers jeux vidéo de sport, par la pensée.

L’implant a pour particularité de ne pas avoir de fils extérieurs et ne laisse pas de trace sur la tête de son hôte. C’est une première étape avant de l’insérer sur le cerveau humain pour redonner la parole ou de la mobilité aux personnes paralysées.

20 minutes nous apprend également que la société d’Elon Musk pourrait tester ces puces cérébrales sur l’homme cette année.

L’enfer est pavé de bonnes intentions, cependant, la méfiance ne doit pas freiner la recherche.

 

► La Cour pénale internationale pourrait ouvrir une enquête pour crimes de guerre en Palestine occupée

La CPI a expliqué dans un communiqué avoir « décidé à la majorité que la juridiction territoriale de la Cour pour la situation en Palestine s’étendait aux territoires occupés par Israël depuis 1967 ». Fatou Bensouda, la procureure générale de ce tribunal international créé en 2002 et dont le siège est à La Haye (Pays-Bas), lui avait demandé un avis juridique sur ce point. Elle avait annoncé en décembre 2019 vouloir ouvrir une enquête complète sur d’éventuels crimes de guerre dans les territoires occupés par Israël, sans toutefois désigner leurs auteurs.

Si c’est une « victoire pour la justice et l’humanité » pour le Premier ministre palestinien, les Etats-Unis s’inquiètent de l’immixtion d’une juridiction sur les militaires israéliens, et Israël de dénoncer la CPI comme un organe politique, nous apprend Franceinfo sur son site.

De là à dénoncer la CPI d’antisémitisme, il n’y a qu’un pas.

 

► Annulation de la dette COVID-19 inenvisageable pour la BCE

Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne s’est formellement opposée à l’annulation des dettes publiques par la BCE. L’annulation serait une violation du traité européen qui interdit strictement le financement monétaire des Etats membres. Selon Madame Lagarde, cette règle constitue l’un des piliers fondamentaux de l’euro. Elle préfère orienter les débats vers l’affectation de cette dépense publique, nous apprend 20minutes.

Force est de constater que le projet européen n’est pas adapté aux situations exceptionnelles comme nous les vivons actuellement.

 

► La bonne nouvelle du jour est…

La découverte d’une sépulture collective datant du néolithique.

À Saint-Doulchard dans le Cher, l’Inrap a mis au jour une sépulture collective du néolithique récent contenant une quarantaine de défunts, un type de structure jusqu’alors inconnue dans le département.

 

► Le chiffre du jour est…

433 000 euros par an.

C’est le coût de la détention du terroriste Salah Abdeslam, soit environ 36 000 euros par mois. Ce chiffre scandaleux a été communiqué par le ministère de la Justice sur demande du député RN Sébastien Chenu.

 

► La citation du jour est de Jean Raspail, figure tutélaire de la neuvième promotion de l’Iliade

Dieu soit remercié pour le jambon moelleux, le pain odorant, le vin frais ! À la santé du vieux monde et de ceux qui s’y trouvent encore bien !

 

 

Étiquettes :

En cours

Titre

Artiste

Background
Intervenir sur l'émission
EMISSION EN COURS

↺ L.J. de la chrétienté

07:30 10:30