BULLETIN DE REINFORMATION DU 15 JANVIER 2021

Patron d'émission le 15 janvier 2021

Bulletin proposé par Sacha Milo et François Persurier

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h

 

 

 

GRANDS TITRES


 

► La purge des réseaux sociaux pourrait évoquer un coup d’État

Les événements du 6 janvier dernier ont vu l’intrusion, dans un Capitole mal protégé, de dizaines de manifestants diversement motivés et venant souvent d’horizons politiques opposés. Les inévitables victimes des affrontements avec les forces de l’ordre ont servi de prétexte aux dirigeants du Parti démocrate et aux médias à amplifier la portée de ces événements, n’hésitant pas à dénoncer une tentative de coup d’État de la part des partisans de Donald Trump. Cette allégation aurait pu leur permettre d’invoquer le vingt-cinquième amendement de la constitution américaine.

Les géants d’Internet – dits GAFA -, estimant que Trump représentait un danger pour la démocratie, ne tardèrent par à surenchérir en l’empêchant de s’exprimer, de peur qu‘il n’appelle ses partisans à la violence. Très vite, Twitter a pris la tête de ce mouvement. Il avait fermé, avant les élections, le compte du New York Post coupable de faire état de la corruption de la famille Biden et singulièrement celle de Hunter Biden, fils du président élu. Puis il a banni de sa plateforme tout compte osant évoquer l’existence d’une quelconque fraude électorale. Enfin, Twitter a fermé le compte du président et plus de 70.000 autres comptes, coupables de véhiculer des propos « complotistes ». Facebook  a rapidement suivi en suspendant indéfiniment le compte de Donald Trump.

Par ailleurs, le réseau « Parler », sorte de Twitter patriote hébergé par Amazon, a été complètement fermé par ce dernier, coupable d’absence de censure. Ajoutez à cela la censure renforcée depuis les événements du Capitole exercée par Facebook, YouTube et WhatsApp. L’ensemble de cette séquence a pu rappeler à certains l’incendie du Reichstag.

Venant d’un pays où la liberté d’expression est garantie par le premier amendement de la constitution, ces mesures de censure liberticides choquent les opinions publiques américaines et internationales, qui s’insurgent contre ces entreprises privées qui se permettent de censurer un président en exercice. Plusieurs chefs d’Etat, tels le président du Mexique et Angela Merkel, dénoncent cette pratique. Les dirigeants chinois ne se privent pas non plus de s’indigner de ces pratiques américaines.

Les conséquences sont immédiates : les utilisateurs migrent en masse vers d’autres plateformes, telles que Telegram qui a gagné 25 millions de nouveaux abonnés en trois jours.
Les valorisations boursières de Twitter et de Facebook ont déjà perdu plus de 51 milliards de dollars. Notons de plus que cette censure dépasse le cadre d’Internet. En effet, le magazine économique Forbes a annoncé que toute entreprise qui recruterait des partisans de Trump serait dénigrée et que son discours serait considéré comme de la désinformation. Enfin les plus grosses banques américaines ont décidé de geler les donations faites aux candidats républicains soutenant Donald Trump. Les raisons profondes d’un tel acharnement, à quelques jours de la passation de pouvoir de la présidence américaine, laissent perplexe.

 

► 340 millions de chrétiens persécutés dans le monde en 2020

L’ONG protestante « Portes ouvertes » vient de publier son rapport annuel sur la liberté religieuse dans le monde. Selon ce rapport, plus de 340 millions de chrétiens ont été « fortement persécutés » à travers le monde sur la période allant d’octobre 2019 à septembre 2020. Ce chiffre est en augmentation de 30% par rapport à 2019, qui comptait déjà 260 millions de victimes chrétiennes, pour partie dues à la pandémie. Ici désignés comme bouc-émissaires responsables de l’épidémie, les chrétiens furent, ailleurs, discriminés pour l’accès aux aides alimentaires ou même aux soins, les exposant délibérément à la maladie.

Selon l’ONG, toutes les églises – catholiques, orthodoxes, protestants, baptistes, évangéliques, pentecôtistes – furent victimes de discriminations allant « de l’oppression quotidienne discrète aux violences les plus extrêmes ».

Pour Patrick Victor, directeur de Portes Ouvertes France, ces persécutions concernent « un chrétien sur six en Afrique, et deux sur cinq en Asie ». Il souligne que plus de 90% des chrétiens tués le furent en Afrique subsaharienne, le Nigeria arrivant largement en tête avec 3.530 morts sur un total de 4.761, un nombre en augmentation de 60% par rapport à 2019.

Portes Ouvertes note en revanche une division par deux du nombre d’églises fermées, attaquées, endommagées ou incendiées entre 2019 et 2020. Dans ce domaine, c’est la Chine qui arrive en première position, loin devant le Nigeria.

Notons que l’étude de Portes Ouvertes se cantonne à 50 pays alors que, selon elle, « 74 pays ont présenté des niveaux de persécution extrêmes ».

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► Pour la gauche française, la connivence ne se limite pas aux relations familiales !

L’ancien garde des Sceaux socialiste Élisabeth Guigou vient de prendre la tête d’une commission indépendante sur l’inceste et autres violences sexuelles faites aux enfants, quelque temps seulement avant que ne soit révélée l’affaire de pédophilie frappant Olivier Duhamel. La révélation vient, comme à l’accoutumée, de la parution d’un ouvrage de la propre sœur jumelle de la victime. Tous deux sont les enfants que Bernard Kouchner a eu d’un premier mariage avec Évelyne Pisier, sœur de Marie-France, et qui épousa en secondes noces Olivier Duhamel. Elle y relate des faits anciens, probablement pas totalement inconnus de certains et qui concernent des abus commis par leur beau père Olivier Duhamel sur son frère jumeau. Si ces faits ne relèvent pas de l’inceste stricto sensu, ils révèlent en revanche une connivence qu’on peut dire incestueuse entre ces personnalités de la gauche française, souvent plus promptes à donner des leçons de morale qu’à conformer leurs actes à leurs préceptes. Ainsi, en dehors des liens familiaux, recomposés ou non, cette connivence règne aussi au sein d’institutions tel l’Institut des Sciences Politiques, le club « Le Siècle », qui furent dirigées par Olivier Duhamel, ou même des gouvernements socialistes dont Elizabeth Guigou et Bernard Kouchner (sans parler d’Aurélie Filipetti ou de Dominique Strauss-Kahn) furent des membres éminents.

 

► Affaire du « mur des cons » : Françoise Martres, ancienne présidente du Syndicat de la magistrature, définitivement condamnée

On se souvient de la découverte, dans les locaux du Syndicat de la magistrature, d’un panneau affichant les photographies épinglées de plusieurs personnes, portant la mention « Avant d’ajouter un con, vérifiez qu’il n’y est pas déjà ! ». Parmi ces personnes figurait le général Schmitt, père d’Anne-Lorraine, poignardée en 2007 par un récidiviste. Celui-ci a porté plainte devant le tribunal correctionnel pour injure publique. Madame Françoise Martres fut déclarée coupable des faits poursuivis et condamnée à une amende de 500 € avec sursis. Après le rejet de son appel fin 2019, l’intéressée forma un pourvoi auprès de la Cour de cassation qui vient de le rejeter, rendant définitive sa condamnation pour « injure publique ». Sur le volet civil, elle doit verser 5 000 euros de dommages et intérêts à Philippe Schmitt. Du fait du rejet de ce pourvoi, la recevabilité des parties civiles de Robert Ménard et du Rassemblement national est reconnue et Françoise Martres devra verser 2 500 euros au RN.

► Le chiffre du jour est 3,17 millions d’euros :

C’est le prix adjugé pour le projet de couverture du « Lotus bleu » d’Hergé vendu aux enchères ce jeudi 14 janvier par la maison Artcurial !

► La phrase du jour est de Stéphane Ravier

Je suis favorable à la répartition des migrants dans les régions… de leurs pays d’origine. Plutôt que répartir, mieux vaut repartir ! »

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► Le président Trump à nouveau frappé par une procédure de destitution

La Chambre des représentants vient d’approuver par 232 voix contre 197 une procédure de destitution visant Donald Trump au motif d’avoir encouragé les débordements du 6 janvier pendant lesquels des centaines de manifestants ont envahi le Capitole à Washington. Dans une chambre à majorité démocrate le seuil de 217 voix en faveur de l’inculpation a été dépassé. Contrairement à la procédure précédente, le vote ne se fit pas selon des lignes purement partisanes puisque dix membres républicains de la chambre ont choisi d’accuser le président. Dans ce groupe figure notamment Liz Cheney, fille du vice-président de George W. Bush et élue du Wisconsin. Mais l’emprise de Trump sur le Parti républicain reste forte. Il reste le cœur de leur parti et un groupe d’élus conservateurs réclame la démission de Liz Cheney de la conférence des républicains de la chambre. Par ailleurs, Mitch McConnell, le leader des républicains au Sénat, a annoncé qu’il refusait de convoquer le Sénat avant l’investiture de Joe Biden. Il y faudra, alors, une majorité des deux tiers pour condamner l’ex locataire de la Maison-Blanche.

► La mission d’enquête de l’OMS sur l’origine du virus SARS-CoV-2 arrive à Wuhan

Après des mois de conflits diplomatiques, Xi Jinping vient d’autoriser la mission internationale de l’OMS chargée d’enquêter sur les conditions ayant permis au virus SARS-CoV-2 de se propager à partir de Wuhan à rejoindre cette ville. Au vu de l’extrême sensibilité politique du sujet des origines du virus et du temps considérable séparant le début de la pandémie du début de l’enquête, on peut craindre que les autorités chinoises n’aient fait disparaître certains éléments importants permettant de déterminer l’origine réelle du virus. Affaire à suivre.

► La citation du jour est de Jean-Baptiste Poquelin, dit « Molière », dont c’est le jour anniversaire de la naissance 

Et qui n’a pas le don de cacher ce qu’il pense, doit faire, en ce pays, fort peu de résidence. 

► La bonne nouvelle du jour est paléolithique

Des archéologues mettent au jour en Indonésie la plus ancienne peinture animale rupestre connue. Il s’agit d’un cochon sauvage peint il y a 45 000 ans. La représentation grandeur nature de l’animal semble avoir appartenu à une scène d’ensemble. Il est dessiné à l’aide d’un pigment ocre rouge et on l’a découvert dans une grotte située dans une vallée isolée de l’ile de Sulawesi. Il s’agit de la plus ancienne forme connue d’art représentatif de l’histoire de l’humanité.

 

 

Étiquettes :

En cours

Title

Artist

Background
Intervenir sur l'émission
EMISSION EN COURS

↺ L.J. de Jacques Trémolet de Villers

02:00 05:00


SONDAGE

Dans le but d'améliorer la grille des programmes de Radio Courtoisie, nous avons besoin de votre avis !

Merci !