BULLETIN DE REINFORMATION DU 20 NOVEMBRE 2020

Patron d'émission le 20 novembre 2020

Bulletin de réinformation proposé par Christian Biber et Erika Gauthier, avec la contribution de Raoul, Solveig, Shauna, Ogier, Charles et Henri

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

GRANDS TITRES


 

► Victoire azérie dans le Haut-Karabakh : la grande injustice dont personne ne s’indigne

Nous avons tous pu voir les images d’habitants arméniens du Haut-Karabakh forcés de quitter leur terre, certains allant même jusqu’à incendier leur maison pour ne rien laisser à l’ennemi. Les deux pays étaient en guerre depuis septembre et le couperet est tombé la semaine dernière pour l’enclave arménienne.

Rien d’étonnant avec de tels moyen côté Azerbaïdjan

En effet les Azéris pouvaient compter sur le soutien matériel et humain de la Turquie, trop heureuse de pouvoir une fois de plus porter un coup à l’Arménie.

Du personnel de l’armée turque encadrait voire commandait les troupes azerbaïdjanaises. La Turquie a également permis le transfert de combattants mercenaires islamistes depuis la Syrie.

Autre soutien de l’Azerbaïdjan : Israël ! Elle fournissait déjà des armes à l’Azerbaïdjan avant le conflit et a augmenté ses envois pendant. Quel intérêt pour l’état hébreux ? Se servir de l’Azerbaïdjan comme plate-forme d’opération dans la région, notamment contre l’Iran.

Signalons également que l’Azerbaïdjan n’a respecté aucune trêve ou cessez-le-feu et employait de l’armement interdit au phosphore, soi-disant pour brûler la végétation gênant sa progression.

Face à une telle concentration de force, l’Arménie n’avait aucune chance.

Que fait la Russie ?

Le ministre des Affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov, est d’origine arménienne et de manière générale l’Arménie a bonne presse à Moscou.

Seul pays faisant figure de soutien à l’Arménie, la Russie a cependant toujours précisé qu’elle n’engagerait des troupes qu’en cas d’invasion du territoire arménien, et pas pour défendre le Haut-Karabakh. L’enclave ne bénéficiant pas de la même reconnaissance que le reste du territoire d’Arménie.

La Russie s’est contentée d’installer deux bases à la frontière est-arménienne pour indiquer aux troupes azerbaïdjanaises la limite à ne pas franchir.

Sur le reste de la scène internationale, tout le monde regarde ailleurs. On a tout au plus quelques vagues condamnations verbales à l’encontre de l’Azerbaïdjan.

Notre ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian avait prononcé la neutralité de la France et décidé l’envoi d’aide humanitaire aux deux camps.

 

► États-Unis : le dernier « round » des élections présidentielles

Plus de deux semaines après le début des élections américaines, le nom de celui qui sera élu par les grands électeurs le 14 décembre n’est toujours pas connu. L’actuel locataire de la Maison-Blanche avait prévu et annoncé depuis plusieurs mois que les élections seraient chaotiques. Il est donc probable que la stratégie que Donald Trump a engagée soit le fruit de plusieurs mois de préparation. 

Quelle est-elle ? 

Les avocats de la Maison-Blanche se sont donc préparés de longue date à l’éventualité de fraudes électorales massives lors de cette élection. La situation sanitaire complexe pourrait avoir été savamment instrumentalisée par les adversaires puissants et peu scrupuleux de l’administration Trump. 

Après l’arrêt soudain des voix dans six des États pivots durant la nuit du 3 au 4 novembre, Joe Biden n’a pas tardé à annoncer sa victoire. Dès le 7 novembre devant un parking vide, l’ancien vice-président déclarait avoir remporté les élections, sans aucun fondement légal. Une « fake-news » que les médias d’Europe de l’ouest, pourtant si regardants habituellement, se sont empressés de relayer. 

Pendant ce temps, alors que les témoignages de comportements suspects et souvent illégaux, se multipliaient sur les réseaux sociaux, l’équipe de campagne du président déposait les recours nécessaires à l’ouverture d’enquêtes dans plusieurs Etats pivots. 

Le procureur général, William Barr a jugé que les éléments fournis étaient suffisants pour justifier l’ouverture d’enquêtes dans chacun des Etats concernés

Oui, et les autorités policières et judiciaires de ces États sont encore au travail actuellement. 

Si on en croit les dires de l’équipe juridique du président, qui a tenu une conférence hier jeudi 19 novembre, des preuves édifiantes et des centaines de témoignages sous serment auraient été recueillis lors de ces investigations.

Avec l’appui de ces preuves, les avocats du président ont demandé un recomptage des voix. Cette décision est laissée aux États et la Pennsylvanie a émis un refus la semaine dernière. 

Mais la stratégie de l’équipe de Trump est avant tout de convaincre la Cour suprême que les cas de fraudes sont suffisamment avérés et généralisés pour invalider les élections dans les États concernés. 

Maîtres Powell et Giuliani les avocats du président américain ont d’ailleurs annoncé détenir suffisamment d’éléments pour atteindre cet objectif. Si tel est le cas, aucun des deux candidats ne pourrait alors revendiquer avoir atteint les 270 grands électeurs requis.

Et si le 14 décembre le collège électoral est incapable d’élire un président, celui-ci devra être élu par la Chambre des représentants qui, bien qu’étant majoritairement démocrate, ne pourrait assurer l’élection de Joe Biden en raison d’une particularité : chaque État ne dispose que d’une seule voix pour cette élection exceptionnelle. Or pour le moment, les républicains ont remporté la majorité des 50 états américains. 

La partie est donc loin d’être terminée.

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► L’hiver à l’assaut des choix énergétiques d’Emmanuel Macron

Quelques semaines après la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, les premiers effets sont déjà annoncés. En février 2020, Barbara Pompili ne voyait pas comment la fermeture de Fessenheim pouvait menacer l’équilibre de notre système électrique. Aujourd’hui ministre de la Transition écologique, elle annonce un risque de coupures d’électricité dès cet hiver. « On est trop dépendants du nucléaire » a-t-elle expliqué au micro de BFMTV. Dans le même temps, on construit une nouvelle centrale à gaz qui émettra, elle, beaucoup de CO2.

 

► « Le Grand Remplacement » : l’écrivain Renaud Camus menacé de bannissement sur Amazon…

…nous indique effectivement Valeurs Actuelles ce 18 novembre. En effet l’auteur, déjà obligé de s’auto-publier depuis une dizaine d’années a été informé mardi matin que son ouvrage polémique « Le Grand Remplacement » allait être supprimé de la plateforme juste avant d’apprendre que ce serait finalement tout son compte qui serait banni. Le prétexte invoqué par Amazon est sa réglementation « relatives au contenu […] à caractère pornographique ou obscène avec représentation graphique d’un acte sexuel ». Le compte a depuis été rétabli mais le livre reste banni du site. N’ayez crainte : vous le trouverez en parcourant les rayons de la Nouvelle Librairie au 11 Rue de Médicis dans le VIe arrondissement de Paris.

 

► Voilà deux semaines que les catholiques se rassemblent devant leurs églises pour demander le retour de la messe

Initiative lancée par de jeunes Nantais, le dimanche 8 novembre, 1500 personnes s’étaient réunies pour prier, dans trois villes différentes : Nantes, Versailles et Lyon. Le dimanche suivant, 15 novembre, plus de 1500 personnes étaient réunies, à Versailles seulement ! Avec des rassemblements à Nantes, Lyon, Poitiers, Bordeaux, Toulouse, Rennes, etc.

Ce jeudi, Monseigneur Aupetit, archevêque de Paris, s’exprimait à propos de ces rassemblements en les qualifiant de « petits business », disant que : « c’est eux qui nous ont plombés », drôle de façon pour qualifier ses fidèles et de les faire avancer dans leur foi.

 

► La mairie de Paris au secours des clandestins

Les élus de la capitale ont voté cette semaine une subvention de 100.000 euros pour SOS Méditerranée, association qui consacre ses efforts à la récupération d’immigrés illégaux en mer Méditerranée. En 2019 déjà une subvention dite d’urgence du même montant avait été octroyée par la ville de Paris à cette organisation. Et si SOS Méditerranée ne déclarait que quatre subventions publiques de ce type l’an passé, cette année semble plus profitable. Sur les derniers mois, nombreuses sont en effet les collectivités à avoir mis la main à la poche de l’argent public pour subventionner cette association. Citons pêle-mêle le département des Pyrénées-Orientales, celui de l’Hérault, mais aussi les villes de Montpellier, Saint-Nazaire, Lille et donc Paris. En ces temps de second confinement, synonyme de misère annoncée pour nombre de commerçants et artisans, le sens des priorités semble donc ne pas changer pour autant.

 

► La réalisatrice Jeanne Labrune lance une pétition contre l’insécurité

Jeanne Labrune, réalisatrice et comédienne et membre du « collectif des cinéastes pour les sans-papiers », installée depuis 25 ans dans le quartier de Barbès à Paris a lancé une pétition. Cette dernière, réclame le « rétablissement de l’Etat de droit dans ce quartier de Paris ».

À l’origine de cette pétition, il y avait ce dégoût de la situation. « Nous sommes passés de la petite délinquance de rue à l’horreur du quotidien. J’ai le souvenir, alors que j’étais au café, de cette femme, accompagnée de son mari, qui a été insultée, s’est pris un jet de chaise dans les jambes, et un café brûlant. » déclare-t-elle.

Comme quoi la réalité finit toujours par nous rattraper.

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► Une ONG française enseigne en Afrique le danger de l’immigration non préparée en France

Créée en 2010, la société « A portée de main » casse « le fantasme de l’immigration pour développer ailleurs ce que les jeunes peuvent faire chez eux ». En travaillant avec des associations d’aide locale sur le territoire burundais, cette ONG a vite compris que le souhait des jeunes Burundais était tout autre : toutes les ONG « formaient les gens en leur donnant accès à des « packs agriculture » et en mettant à leur disposition du matériel. Elles déployaient des efforts sur le plan local alors que, dans la mentalité des jeunes, leur plus grand fantasme était d’immigrer en France ». Se pose la question de l’utilité d’organiser et de structurer une jeunesse qui, « à la moindre opportunité », voudra quitter son pays.

 

► Washington veut considérer le mouvement de boycott d’Israël comme « antisémite »

Jeudi 19 novembre, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a annoncé lors de son voyage à Jérusalem les futures mesures contre les organisations liées au mouvement BDS. Le BDS (boycott, désinvestissement, sanctions) est un mouvement appelant au boycott économique, scientifique ou culturel d’Israël, et ce pour dénoncer l’occupation et la colonisation israélienne des territoires palestiniens. Cela avait déjà été fait concernant l’Afrique du Sud où le boycott de pays avait effectivement mis fin au régime d’apartheid. Les États-Unis jugent ce mouvement de boycott « antisémite », c’est une « campagne de haine » qui est menée par le BDS, le soutien américain leur sera donc enlevé.

 

► Géorgie (États-Unis) : de nouveaux votes retrouvés grâce à l’audit de l’élection

Alors que l’État procède à un audit de l’élection présidentielle de 2020, les fonctionnaires du comté de Fayette en Géorgie ont trouvé plus de trois mille bulletins de vote non comptabilisés .

284 bulletins de vote supplémentaires ont été trouvés dans le comté de Walton

Jonathan Sterling, responsable des élections en Géorgie, a déclaré que le problème était dû au fait que plusieurs personnes n’avaient pas suivi les procédures appropriées.

 

► La bonne nouvelle du jour c’est ce nouveau succès commercial pour Dassault Aviation 

Le ministère des Armées a annoncé ce jeudi commander au groupe français d’aéronautique sept avions de surveillance et d’intervention maritime. Cinq autres sont prévus en option dans ce contrat qui s’élève au total à plus d’un milliard d’euros. Ne seront produits en France cependant que les trois premiers avions, puis la chaîne de montage sera transférée en Inde. Cet arrangement est en compensation du contrat des trente-six Rafale vendus en 2016 par Dassault au Gouvernement indien. L’Inde ayant par ailleurs évoqué le mois dernier la possibilité d’une nouvelle commande de deux escadrons supplémentaires d’avions de combat, le constructeur aéronautique français a donc encore de beaux jours devant lui.

 

 

Commentaires Facebook
Étiquettes :

En cours

Title

Artist

Background
Intervenir sur l'émission
EMISSION EN COURS

↺ L.J. de la plus grande France

07:30 10:30