BULLETIN DE REINFORMATION DU 16 NOVEMBRE 2020

Patron d'émission le 16 novembre 2020

Bulletin de réinformation proposé par Solveig Grieg et Wilfried Marc

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

GRANDS TITRES


 

► Hold-up, le documentaire qui dérange les médias

Sorti mercredi 11 novembre, le documentaire intitulé « Hold-up – retour sur un chaos » produit par Pierre Barnérias et Christophe Cossé, a connu un succès massif. Il traite de la gestion de la crise par le Gouvernement, en pointant du doigt les incohérences et contradictions faites concernant le port du masque, le confinement, les traitements ou encore l’hydroxychloroquine. La quasi-totalité des intervenants sont des personnels de santé connus, de différents pays, ce qui donne une certaine crédibilité aux propos tenus. Parmi eux Astrid Stuckelberger, professeur de médecine Le documentaire accusé de complotisme a rapidement enflammé les médias.

Pourquoi ce documentaire dérange-t-il tant la sphère médiatique ?

Le but du documentaire étant de dénoncer les mensonges autour de l’épidémie sanitaire, on peut aisément comprendre que la presse se soit empressée de dénigrer les critiques faites concernant la gestion du virus. Ainsi depuis quelques jours les journaux Le Quotidien et Le Progrès, les chaînes de télévision France 5 ou LCI, tous cherchent absolument à décrédibiliser les affirmations faites, en qualifiant le documentaire de « complotiste », de « folie moderne de la rationalité » ou encore « d’insulte pour les médecins réanimateurs qui se battent constamment pour vaincre la mort » (selon Le Progrès). De nombreuses personnalités accusent le documentaire de véhiculer des « fake news ».

Au-delà du documentaire en lui-même, se pose la question de la liberté d’expression

En effet, très peu de temps après la sortie du documentaire accusé de conspirationnisme par le monde politico-scientifique, le film a déjà fait face à une censure sur certaines plateformes, dont YouTube. Marine Le Pen, pourtant elle-même dubitative sur ce documentaire, dénonçait ce dimanche une « hystérie autour du documentaire » invitant à laisser chacun se faire sa propre opinion dessus. Le but est de dissuader à tous prix les citoyens de le regarder, le citoyen lambda n’aurait apparemment pas le droit de se faire son propre avis. La liberté d’expression aurait encore une fois des limites : la liberté d’expression chèrement défendue pour les caricatures de Mahomet pourrait-elle également s’appliquer à la critique de l’exécutif ?

 

► Joe Biden peut-il crier victoire ?

Hier dans la journée une série de tweets du compte de Donald Trump ont laissé présager un abandon prochain du locataire de la Maison-Blanche dans le cadre de la crise des fraudes électorales, au grand plaisir des médias américains et occidentaux. Il a d’abord assumé sa défaite dans l’État encore contesté de l’Arizona, puis en précisant qu’il faudrait attendre de voir la nouvelle administration pour mettre en place une politique efficace de lutte contre le Coronavirus.

Pour l’instant, il n’y a rien de concret

Effectivement ! Mais les commentateurs, attentifs à la moindre déclaration, se sont finalement arrêtés sur un nouveau tweet publié dans l’après-midi par le président : « Il a gagné, parce que l’élection a été truquée », les journalistes s’arrêtant immédiatement au simple « il a gagné » pour le faire partager sur toutes plateformes médiatiques possible, annonçant un renoncement définitif de Trump à la course pour la Maison-Blanche.

Le procédé mériterait un Bobard d’Or !

Il est surtout la preuve de la haine tenace des médias à l’encontre du président Trump, au point que ceux-ci n’hésitent pas à découper des morceaux de ses tweets pour les utiliser à leur avantage. Donald Trump a retweeté l’heure suivante : « élections truquées ! Nous gagnerons ! », a d’abord écrit le républicain. Avant d’ajouter : « Il n’a gagné qu’aux yeux des fake news media. Je ne reconnais rien. Il reste un long chemin à parcourir. C’était une élection truquée ! ».

Reste-t-il tout de même une chance que le candidat républicain remporte ces élections ?

Joe Biden a gagné 290 grands électeurs à sa cause, contre 232 pour son adversaire, largement assez pour assurer sa victoire, ce qu’il répète inlassablement, donnant rendez-vous à « tous les américains » pour son investiture le 20 janvier prochain. Malgré les recours déposés par l’équipe de Donald Trump, ainsi que les manifestations à Washington, les démocrates et l’intelligentsia médiatique sont bien partis pour prendre leur revanche sur Donald Trump.

 

BREVES DE FRANCE


 

► Le ministère de la Culture condamne une chapelle du XIXe siècle à la démolition

Une chapelle datant du XIXe siècle va probablement être démolie à Lille et remplacée par un campus universitaire. L’État a refusé son classement ce 14 novembre.

« Après une étude approfondie du dossier et de nombreuses discussions avec le porteur de projet, le ministère de la Culture a estimé que les conditions d’une mise en instance de classement de la chapelle n’étaient pas réunies ».

Selon le ministère, renoncer à la démolition de la chapelle impliquerait de devoir « abandonner un projet important pour le développement de l’enseignement supérieur ».

 

► Génération Identitaire dénonce le maire de Goussainville, des militants en garde à vue

Au mois d’octobre, Génération Identitaire lançait une campagne pour alerter les habitants de Goussainville sur les accointances islamistes de leur nouveau maire, Abdelaziz Hamida. Des dizaines d’affiches « Aujourd’hui Hamida, demain le califat » ont ainsi été placardées dans toute la ville. 

Furieux que son pedigree radical soit exposé, ce dernier a déposé plainte pour « provocation publique à la haine ». Le Parquet a immédiatement ouvert une enquête confiée à la sûreté urbaine de Gonesse : localisation de téléphones, exploitation de la vidéosurveillance pour identifier des plaques d’immatriculation, etc.

Le 12 novembre, cinq « auditions libres » se sont alors transformées en gardes à vue ! Des perquisitions étaient semble-t-il prévues mais elles n’ont pu avoir lieu par manque d’effectifs.

 

► Des dizaines de rassemblements ont été prévus ce dimanche dans toute la France pour réclamer la réclamer la réouverture des églises

Depuis vendredi, les manifestations de fidèles catholiques se multiplient, espérant obtenir dans la rue ce qu’ils n’ont pu obtenir via des recours devant le Conseil d’État : la fin de l’interdiction des célébrations religieuses par précaution sanitaire. Les fidèles ont prévu de se réunir dimanche malgré les menaces de verbalisation du ministre de l’Intérieur.

 

► Liberté d’expression : certains jeunes veulent « interdire aux journalistes de parler de l’islam »

Une semaine après l’assassinat de Samuel Paty, le 22 octobre à Poitiers, la secrétaire d’état à la Jeunesse Sarah El Haïry est allée à la rencontre de 130 jeunes sous l’enseigne de la fédération des centres sociaux et socioculturels de France. La plupart des participants a affiché une position très radicale. Après un entretien accordé au Point, elle s’est exprimée : « Voilà ce que les jeunes m’expriment très directement : certains disent qu’ils veulent interdire le droit au blasphème, que les journalistes sont pro-Israéliens, qu’il faut interdire aux journalistes de parler de l’islam, le souhait de porter le voile au lycée ». Pendant la Marseillaise, personne ne s’est levé et personne n’a chanté. Le malaise s’est avéré profond.

 

► Tournage d’un clip de rap en plein confinement

Alors que les manifestations pour le retour des messes en France sont prohibées et sanctionnées ces derniers jours, à Reims, dans le quartier de la croix rouge, une quarantaine de jeunes a été interpellée alors même qu’ils réalisaient un clip de rap en plein confinement. Les forces de l’ordre n’ont néanmoins sanctionné aucun d’entre eux car les jeunes disposaient d’un document certifiant l’accord de ce clip par la sous-préfecture. Le maire de Reims, Arnaud Robinet, s’est défendu en affirmant que jamais la mairie ou la préfecture n’auraient donné telle autorisation.

 

► Plus de la moitié des musulmans considère la charia supérieure à la loi française

D’après un sondage Ifop pour le Comité Laïcité République, 57% des musulmans considère que la Charia est plus importante que la loi de la République. Par rapport à 2016, le pourcentage a augmenté de 10%. En effet, depuis l’assassinat de Samuel Paty, les débats autour de laïcité sont virulents, notamment dans les établissements scolaires. Le chiffre donné par l’Ifop révèle une réalité grandissante. C’est notamment une enseignante dans un lycée de Toulouse qui a été victime, il y a quelques semaines de cela, d’insultes suite à un débat sur le port du voile par des jeunes affirmant que la charia est mieux que la loi française.

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► Azerbaïdjan : la population chrétienne forcée de fuir

La situation est difficile pour les Arméniens. En effet, le délai d’évacuation de la région de Kelbajar arrivait à terme ce dimanche mais a été repoussé d’une dizaine de jours par l’Azerbaïdjan. Les Arméniens mettent en œuvre « le retrait des forces armées arméniennes et des colons arméniens illégaux de Kelbajar » comme l’explique un proche du pouvoir azerbaïdjanais. La population chrétienne, qui craint des massacres de la part des musulmans est en pleine exode rurale. Dans sa fuite, elle préfère incendier ses maisons plutôt que de laisser l’envahisseur les occuper. La province était la première à devoir passer sous contrôle azerbaïdjanais, les autres vont suivre.

 

► Une organisation caritative de lutte contre le cancer, créée par Joe Biden, mise à mal par les dossiers fédéraux

L’ « Initiative Biden contre le Cancer » a été fondée en 2017 par l’ancien vice-président et son épouse Jill Biden mais elle n’a accordé aucune subvention au cours de ses deux premières années d’existence et a dépensé des millions pour les salaires d’anciens assistants de Washington DC qu’elle a engagés.

L’organisation caritative a reçu 4 809 619 dollars de contributions au cours des exercices 2017 et 2018, et a dépensé 3 070 301 dollars en salaires au cours de ces deux années. En pleine élection états-uniennes, ces rapports soulèvent l’honnêteté et l’éthique du possible futur président.

 

► Pratiques musulmanes en Suisse : au tour des entreprises

D’après le Centre Suisse Islam et Sociétés (CSIS), tous les patrons, les entreprises, les sociétés et chargés de ressources humaines qui ne veulent pas que l’islam s’épanouisse sur leur lieu de travail sont racistes. A la manière des Frères musulmans, le CSIS milite pour les interdictions alimentaires, le voile et les prières dans tous les domaines : au travail, à l’école ou dans l’espace public. Dans leurs séminaires, composés surtout de femmes voilées, mais aussi de jeunes musulmans, de membres associatifs et de spécialistes de la migration, les grands absents sont les chefs d’entreprise. Le CSIS est un excellent allié de l’islam politique, étant lié aux mosquées, associations et centres culturels où les Frères musulmans et la Turquie occupent une place de choix.

 

► Les forces tigrées revendiquent des tirs de roquette sur Asmara en Érythrée

Depuis plusieurs semaines l’Éthiopie est plongée dans une importante guerre civile opposant l’ethnie Oromos au pouvoir et l’ethnie Tigré majoritaire dans le nord. Le conflit déborde sur le territoire voisin de l’Érythrée, les Tigrés l’accusent d’assister militairement l’Éthiopie et le Front de libération des Tigrée les accuse de collaborer avec le Gouvernement d’Abiy Ahmed.

Ce dernier, Premier ministre de l’Éthiopie depuis 2018 et prix Nobel de la paix a annoncé son intention de continuer l’offensive malgré la condamnation quasi unanime des membres de la communauté internationale.

 

► Élection présidentielle en Moldavie

Ancienne Premier ministre, Maia Sandu a été élue présidente de la Moldavie.

Ancienne employé de la Banque mondiale, elle est une pro européenne convaincue et a toujours, a l’inverse du président sortant Igor Dodon, marqué sa distance vis-à-vis de Moscou. Dans une campagne marquée par les promesses de lutte contre la corruption et la lutte contre la pauvreté, la nouvelle présidente a notamment pu compter sur les voix des moldaves installés en Europe, qui du fait d’une réforme du système électoral ont pu participer à l’élection.

 

 

Commentaires Facebook
Étiquettes :

En cours

Title

Artist

Background
Intervenir sur l'émission
EMISSION EN COURS

↺ L.J. de l’indépendance

16:00 17:30