BULLETIN DE REINFORMATION DU 16 OCTOBRE 2020

Patron d'émission le 16 octobre 2020

Bulletin de réinformation proposé par Erika Gauthier et Arthur Van Der Water

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

GRANDS TITRES


 

► Nouvelles mesures en France contre le coronavirus : le retour du couvre-feu !

Mercredi soir dernier, en direct sur France 2 et TF1, Emmanuel Macron a dévoilé sa nouvelle stratégie pour lutter contre le coronavirus : couvre-feu de 21 heures à 6 heures en Île-de-France et dans huit métropoles à partir de samedi, qui nous rappellera les temps de l’occupation et rassemblements limités à six personnes. Une conférence de presse avec Jean Castex et quatre ministres s’est déroulée, ce jeudi 15 octobre, pour en préciser les contours.

Les médias au « garde–à–vous » selon Jean-Yves Le Gallou qui s’exprimait ainsi dans l’émission I-média de TV Libertés, se gardent bien de poser les questions qui fâchent !

Pas d’interrogations en ce qui concerne les transports en communs, bondés aux heures de pointe dans lesquels les citadins sont bien plus proches les uns des autres qu’assis à une table de restaurant, la politique de traitement en général aurait pu être abordée, pourtant largement commentée lorsque le professeur Raoult avait le vent en poupe, la question des vaccins n’a pas été à nouveau posée (signe peut-être que la production d’un vaccin pertinent serait incertaine), le nombre de lits en réanimation n’a pas été augmenté.

La question du financement de la crise du Covid-19, et de l’augmentation de la dette, garantie par l’épargne privée, c’est-à-dire de nous tous, et par patrimoine français, aéroports, musées, œuvres d’art, forêts, n’a pas non plus été abordée.

Les médias se concentrent sur des détails pratique : « Peut-on sortir son chien ou partir en vacances le soir ? » titre ainsi BFM, ou bien justifient la décision du Gouvernement comme Le Parisien : « Macron impose le couvre-feu, une mesure nécessaire selon les scientifiques ».

 

► Les élections américaines, où comment deux Amériques se regardent en chien de faïence

Nous sommes aujourd’hui à dix-huit jours des premiers scrutins aux États-Unis : la course à la Maison blanche commencée depuis plus d’un an entre Joe Biden et Donald Trump se poursuit sur une lancée toujours plus incisive et clivante.

Pourquoi sont-elles aussi décisives ? On a vu au début du mandat de Trump que de nombreux contre-pouvoirs existent au sein de la société américaine. Pourquoi cela sera-t-il différent cette fois ?

Parce que les deux candidats sont révélateurs de la profonde fracture aux États-Unis, manifestée par l’élection de Donald Trump dans un premier temps, puis le mouvement des Black Lives Matter. On peut opposer d’une part l’Amérique urbaine, métropolitaine même, progressiste et touchée par toutes les causes écologistes, féministes et décolonialistes que Trump a cherché à démonter durant son mandat. De l’autre, une Amérique profonde, des grands espaces, loin de la culture médiatique en complèt désaccord avec l’Amérique des villes : les élus Républicains à la Chambre représentent par exemple 58% des districts ayant un revenu par habitant inférieur à la moyenne fédérale. Faire ainsi Trump le candidat des riches, et Biden le candidat tourné vers les pauvres est un contre-sens absolu. A l’inverse, l’armée (12% du corps électoral aux USA en comptant les anciens combattants) est très partagée entre les deux hommes, le candidat Républicain, généralement favori dans cette profession, ayant beaucoup déçu « la grande muette » par sa politique de désengagement brutal.

Ces élections présidentielles sont vraiment décisives puisqu’elles entérineraient la politique de Trump, et qui pourrait donc continuer à imposer ses candidats à la Cour suprême pour avoir une mainmise sur l’outil juridique et législatif plus forte. Mais la victoire de l’un ou de l’autre des candidats n’annoncerait pas la fin des tensions politiques, loin de là.

Certains voient dans ces élections la fin du mythe de la société du « vivre ensemble », le clivage ethnique étant devenu plus fort que le clivage économique

Effectivement, les tensions ethniques ont fait de nouveau la une des médias avec la mort de Georges Floyd et l’apparition de mouvement Black Lives Matters. La question récurrente du racisme au sein de la police a pris cette fois une nouvelle tournure, avec l’organisation de véritables milices ethniques, de « ghettoïsation » de certains quartiers, mais aussi d’une volonté de réécrire l’histoire avec toute la polémique autour du déboulonnage des statues. Mais le vote noir, à 80% pro-démocrate, n’est plus représentatif de la diversité ethnique des USA : les hispaniques, soit près de 15% du corps électoral (le premier groupe ethnique minoritaire), sont plus partagés (même si la mauvaise gestion de la crise du Covid-19 leur fait préférer en majorité Biden), et révèle des divisions même dans ce groupe, entre les Cubains, plutôt Républicains, et les Mexicains généralement Démocrates.

En tout cas, tous les moyens sont bons pour les deux candidats pour essayer de rallier le plus d’électeurs possibles à leur cause !

Fraude fiscale pour Trump, influence en Ukraine pour Biden, les deux candidats traînent des casseroles que s’empressent de relever leurs adversaires à chaque fois. Plus récemment, le soutien apporté aux milices d’extrême droite a fait pousser des cris d’orfraies aux Démocrates. Mais avec plus de légèreté, ils ont aussi dénoncé le manque d’humanité chez l’actuel président des USA puisqu’il est le seul locataire de la Maison blanche depuis plus d’un siècle à ne pas avoir de chien !

 

BREVES DE FRANCE


 

► Lutte contre les LGBT-phobies, priorité du Gouvernement

Alors que près d’un million de français sont passés sous le seuil de pauvreté depuis le confinement, et que le personnel hospitalier est à bout de force, le Gouvernement élabore un nouveau plan national de lutte contre les LGBT-phobies. Parmi ces mesures phare : suppression des appellations Monsieur et Madame et apparitions des déjà tristement célèbres parent 1 et parent 2. Cela permettrait auxdits LGBT de se sentir « citoyen à part entière » d’après Elisabeth Moreno, ministre déléguée à l’Egalité hommes-femmes. En outre la pseudo intégration à la société, le plan a aussi pour but d’éduquer la jeunesse. En effet, le ministère prévoit des formations pour le personnel éducatif sur le modèle de la lutte contre le racisme. On peut donc remercier le Gouvernement de faire passer la sexualité et les changements de genre avant l’orthographe ou le calcul mental.

 

► Victorine, une nouvelle victime du « non-dit » des médias

Le 28 septembre dernier le corps sans vie de l’étudiante Victorine Dartois a été retrouvé dans un ruisseau à Villefontaine dans l’Isère. Si la piste criminelle a été rapidement envisagée, la thèse de l’accident a longtemps dominé dans les médias ne sachant pas comment traiter ce cas probable d’« enlèvement, séquestration et meurtre précédé d’une tentative de viol ». Mardi dernier le GIGN interpelle un individu dans le cadre de l’affaire, qui avoue les faits. Mais Ludovic Bertin fait rapidement preuve d’une certaine condescendance de la part des médias : jeune homme de 25 ans, voisin de Victorine, il n’est au départ connu que son statut de « de jeune père de famille ». Ce n’est que plus tard, et toujours avec une grande discrétion, que certains médias et polémistes insistent sur le passé de l’homme, connu des forces de police comme « un petit délinquant local » (condamné à une dizaine de délits de droits commun), originaire de la cité de Vénissieux. Étrangement, les pancartes des féministes dénonçant les « féminicides » n’ont pas encore fleuries dans les grandes villes en mémoire de Victorine, rappelant que ces militantes choisissent leur combat, et surtout leurs victimes à défendre.

 

► La bonne nouvelle du jour concerne Jeanne d’Arc

Du 24 au 31 octobre, l’anneau identifié par des historiens comme ayant appartenu à Jeanne d’Arc et acheté par le parc du Puy du Fou en Grande-Bretagne, sera exposé en l’église Sainte Jeanne d’Arc de Rouen pour la première fois depuis 1956. Le bijou sera visible, accompagné de la croix présentée à la Pucelle d’Orléans sur son bûcher ainsi que d’une lettre signée de sa main le 28 mars 1430. Cela permettra de commémorer les cent ans de sa canonisation qui eut lieu près de cinq siècles après sa mort. La présentation sera accompagnée d’événements spirituels prévus par la paroisse mais aussi d’animations culturelles, comme concerts et conférences.

Jeanne d’Arc aurait possédé trois anneaux au cours des différentes campagnes militaires qu’elle mena pour le roi Charles VII jusqu’à sa mort en 431. Les deux autres auraient disparu depuis et celui-ci, exposé à Rouen, reste donc un des seuls objets lui ayant appartenu encore existant.

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► Israël continue son effort de colonisation

Alors que l’État hébreu est en pleine effort de normalisation de ses relations avec les pays arabes voisins, le Gouvernement israélien assume pleinement sa volonté de conquérir les territoires dits « occupés » par des mouvements de populations massifs. Alors que les Émirats arabes unis et le Bahreïn ont officiellement reconnu l’État israélien le 15 septembre dernier, s’alignant ainsi sur Égypte et la Jordanie, près de deux mille nouvelles habitations sont prévues en Cisjordanie a annoncé Benyamin Netanyahou. Cette décision vient raffermir l’emprise du Premier ministre sur son électorat traditionaliste, alors que le pays fait depuis plus d’un an face à une profonde crise politique intérieure.

 

► La Turquie hausse le ton en Méditerranée

Rien ne semble plus arrêter l’impérialisme turc : Erdogan a affirmé mercredi que la Grèce aurait la « leçon qu’elle méritait », cette déclaration faisant suite aux récriminations de la Grèce et de Chypre quant à la réapparition d’un navire sondeur turc dans leurs eaux. En effet, dans le courant de septembre la Turquie avait retiré ses forces navales, signe interprété par les Occidentaux comme une preuve d’apaisement et de bonne volonté. Mais l’attrait de l’ « or bleu », les riches gisements gaziers en Méditerranée orientale vaut bien quelques brouilles diplomatiques : méprisant la ZEE d’Athènes, plusieurs navires de guerres turcs patrouillent à nouveau dans la zone pour escorter le navire sondeur, mais aussi, pour à terme, exploiter les potentiels gisements dont la Turquie a cruellement besoin pour trouver son indépendance énergétique et faire concurrence aux pays arabes pétroliers.

 

► Facebook et Twitter censurent… encore

Il y deux jours le New York Post publiait des courriels compromettants pour le candidat Démocrate Joe Biden. En effet, alors qu’il était vice-président, il aurait aidé un groupe gazier ukrainien à échapper à un contrôle de corruption. Or au sein du conseil de sécurité dudit groupe se trouvait Hunter Biden, fils du candidat. Cet article a rapidement fait le tour des réseaux sociaux. Cependant, hier, Twitter et Facebook ont décidé de supprimer l’article de tous les échanges sur leurs plateformes, prétextant une mise en danger des personnes mises en cause ou une potentielle fausse information. Toutefois, cette censure ne surprend plus les internautes déjà habitués à voir bons nombres de comptes se faire suspendre – comme celui de Donald Trump en 2017 ou de Génération Identitaire en 2018 – du fait de proposer une information alternative ou d’aller à l’encontre de la doxa.

 

► Facebook, encore, interdit les publicités qui découragent la vaccination

Mardi 13 octobre la plateforme mondiale Facebook a mis en place une nouvelle mesure : elle interdit toute publicité décourageante à l’égard du vaccin. L’entreprise a écrit sur son site : « Désormais, si une publicité décourage explicitement une personne de se faire vacciner, Facebook la rejettera ». Hélas cette nouvelle mesure ne fait que s’ajouter aux nombreuses restrictions qu’impose le géant informatique depuis quelques semaines. En ce qui concerne notamment la prochaine élection présidentielle américaine, Facebook a pris de multiple mesures afin d’empêcher certains messages sur la plateforme, si ceux-ci déclarent un camp vainqueur avant la proclamation des résultats par exemple. A en croire les faits, penser que Facebook ne souhaite pas diriger la pensée de ses utilisateurs devient illusoire.

 

 

Commentaires Facebook
Étiquettes :

En cours

Title

Artist

Background
Intervenir sur l'émission
EMISSION EN COURS

↺ Le monde de la philosophie

10:30 11:30