BULLETIN DE REINFORMATION DU 18 SEPTEMBRE 2020

Patron d'émission le 18 septembre 2020

Bulletin de réinformation proposé par François Persurier et Sacha Milo

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

ÉPHÉMÉRIDE


 

► Le 18 septembre 2018 s’éteignait à Paris le comédien et écrivain français Jean Piat

Né en 1924 dans le Nord, il entre après la guerre à la Comédie Française, où il demeurera 25 ans. Comme sociétaire, son rôle le plus remarquable fut celui d’un Cyrano de Bergerac d’anthologie, qu’il joua plus de quatre-cent fois en huit ans.

Devenu Sociétaire honoraire, il se rend célèbre par son interprétation de Robert d’Artois, dans l’adaptation des « Rois maudits » de Maurice Druon, à la télévision. Dès lors, on le reconnaît immédiatement à sa voix puissante, dans les nombreux doublages qu’il fait pour le cinéma. Avant tout homme de théâtre, il a notamment porté à la scène Sacha Guitry, dont il était un fervent admirateur.

Rendons hommage à la mémoire de ce grand ami de Radio Courtoisie.

 

GRANDS TITRES

 

► Alors qu’Alexeï Navalny recouvre la santé, l’empoisonnement présumé dont il aurait été victime, secoue (et d’ailleurs empoisonne) les relations entre Berlin, Moscou et Paris

Le 20 août dernier, en pleine crise biélorusse, le soi-disant opposant russe Alexeï Navalny fut victime d’un malaise dans l’avion qui le menait de Tomsk à Moscou. Son entourage suspectant un empoisonnement le fait admettre derechef en réanimation à Omsk où il est placé en coma artificiel puis le fait transférer, en avion médicalisé et sous bonne escorte, le 22 août à l’hôpital de La Charité à Berlin. Ce 15 septembre, sorti du coma artificiel dans lequel il était plongé, Alexeï Navalny publie sur Instagram une photo de lui qui, entouré de sa famille, se réjouit de pouvoir respirer sans assistance.

L’enquête toxicologique fait évidemment l’objet d’une vive controverse internationale concluant, selon les sources, soit à l’absence de tout toxique pour les Russes, un médicament banal selon les médecins berlinois et, bien sûr, au fameux Novichok détecté dans un hôpital militaire allemand ce qui nous ramène à une version 2.0 de l’affaire Skripal !

Rappelons brièvement les invraisemblances ! Le Novitchok, le plus puissant des agents dénervants, plus puissant, donc, que le fameux gaz Sarin est une arme de guerre chimique conçue pour tuer au contact et détruire instantanément des villes entières. Dans cette hypothèse, il est surprenant qu’un poison aussi puissant n’ait fait aucune victime collatérale, que l’avion n’ait pas été mis en quarantaine, que l’hôpital de La Charité n’ait pas été fermé. A moins d’une utilisation à doses strictement homéopathiques, la victime devrait avoir succombé à cette intoxication sauf si la médecine allemande, à l’instar de son homologue britannique pour Skripal, ne dispose de thérapies aussi efficaces que secrètes !

L’Occident, qui ne manque jamais une occasion de s’en prendre à Vladimir Poutine, a pris fait et cause pour celui qu’elle a faussement érigé en opposant démocratique vertueux, menaçant le dictateur Poutine et bénéficiant d’un large soutien dans l’opinion publique. Or, Navalny n’est qu’un opposant marginal en perte de vitesse, impliqué dans plusieurs affaires de détournement de fonds.

Cet « empoisonnement » est donc une aubaine pour un Occident inquiet de l’avancée du projet North Stream-2 et frustré par l’échec de la révolution de couleur en Biélorussie. Pour ce même « Occident » nulle occasion de brocarder le régime russe et de lui imposer des sanctions ne saurait être manquée. L’UE vient d’en donner la preuve.

 

► SARS-CoV-2 origine naturelle ou produit d’ingénierie génétique ?

Alors que la pandémie due au coronavirus SARS-CoV-2 atteint les 30 millions de cas, ayant causé près de 900.000 décès dans le monde et dévasté l’économie, l’on ne s’accorde toujours pas sur l’origine du virus. Si chacun désigne bien la Chine et Wuhan comme épicentre de la pandémie, la thèse soutenue quant à son origine avec le plus de force dans les médias, est celle d’une virose d’origine animale, malencontreusement passée chez l’homme. Malgré les efforts déployés pour en démontrer la véracité, les arguments avancés à l’appui de cette thèse sont loin d’être convaincants. Bien au contraire, certaines observations publiées contredisent fortement l’origine naturelle de ce virus. Ainsi, au fil des articles, la thèse de la fabrication en laboratoire, en l’occurrence au P4 de Wuhan, gagne en crédibilité.

La virologiste chinoise basée à Hong-Kong et réfugiée aux USA depuis le 28 Avril, Li-Meng Yan, vient de publier un article passant en revue les observations tirées d’articles de la littérature scientifique publiés indépendamment par d’autres groupes. L’ensemble renforce la thèse selon laquelle ce virus est un produit de l’ingénierie génétique. Elle va même jusqu’à décrire une recette réalisable en six mois en laboratoire que l’on pourrait appliquer si l’on voulait obtenir le même objet que le SARS-CoV-2. Les gains de fonction ainsi introduits expliqueraient sa haute contagiosité, l’apparition retardée des symptômes et le ciblage multi organes qui en font la dangerosité.

Cet article déclencha d’abord des critiques de la part de quelques scientifiques progressistes puis amena son auteur sur le plateau de Fox News. La réaction intraitable des instances de censure ne se fit pas attendre : Instagram et Facebook ont immédiatement fléché l’interview comme fausse nouvelle et Twitter ne fut pas en reste en suspendant le compte qu’elle venait d’ouvrir deux jours auparavant. Une réaction qui sonne comme une confirmation !

 

BRÈVES DE FRANCE

 

► Une majorité de Français favorable au rétablissement de la peine de mort, abolie le 9 octobre 1981 par le gouvernement Mauroy.

Selon une étude Ipsos/Sopra Steria publiée le 14 septembre, 55% des Français affirment qu’ « il faudrait rétablir la peine de mort en France ». Ce pourcentage, en hausse de onze point par rapport à 2019, représente un record pour ce sondage réalisé pour la huitième année consécutive pour le quotidien Le Monde, la Fondation Jean Jaurès et l’Institut Montaigne. Cette opinion est partagée par 85% des partisans du Rassemblement national et 71% des Républicains (en hausse de 23 points), contre seulement 39% en moyenne par les partisans des autres partis. On notera la très forte progression (+31 points sur un an) en faveur de la peine de mort parmi les partisans de LFI+PCF.

De même 68% des ouvriers, 60% des employés et 55% des retraités réclament cette mesure contre 41% des cadres et 40% des professions intermédiaires.

Par ailleurs, ce sondage montre que 82% des Français estiment que l’ «on a besoin d’un vrai chef en France pour remettre de l’ordre », soit trois points de plus que l’an dernier.

Des chiffres qui apportent de l’eau au moulin du professeur Jean-Louis Harouel interrogé hier au micro d’André Bercoff à propos de son dernier livre : « Libres réflexions sur la peine de mort » aux éditions Desclée de Brouwer

 

► La citation du jour est de Gilbert Keith Chesterton

Une idée fausse ne devient pas juste seulement parce qu’elle devient à la mode !

 

NOUVELLES DU MONDE

 

► Enoch Powell réhabilité ?

Depuis qu’il le prononça dans une salle comble de Birmingham en 1968, le discours d’Enoch Powell intitulé « les rivières de sang » a ruiné la carrière et la réputation de cette étoile montante de la politique britannique, et le condamna à l’opprobre, et à l’exil intérieur. Pourtant, au delà de ses prises de position apocalyptiques sur l’immigration, auxquelles sa figure restera définitivement associée, un nouvel ouvrage intitulé : « Enoch Powell : Politique et idées au Royaume-Uni aujourd’hui » vient de paraître sous la plume de l’historien britannique Paul Corthorn. Il s’efforce de réhabiliter la pensée juridique et géopolitique visionnaire d’Enoch Powell dont les bases sont d’une actualité brûlante aujourd’hui, au Royaume-Uni comme ailleurs.

Gageons que l’édition française va s’efforcer d’en mettre une traduction à la disposition du public francophone dans les meilleurs délais !

 

► Les « Accords Abraham » posent les jalons d’un apaisement du conflit entre Israël et les pays arabes.

A l’initiative du président Donald J. Trump, des accords assouplissant les relations entre Israël et deux des pays arabes – les Émirats arabes unis et le royaume de Bahrein – ont été signés en grande pompe mardi 15 septembre à Washington.

Présenté comme « historique » par Washington et Israël, le texte prévoit la fin du boycott d’Israël, l’ouverture d’ambassades, de relations commerciales, de lignes aériennes et une collaboration sécuritaire. En contrepartie, Israël s’engage à suspendre l’annexion de nouveaux territoires palestiniens en Cisjordanie, sans toutefois y renoncer comme l’a précisé son Premier ministre Benyamin Netanyahou.

Sans surprise, ces accords furent accueillis sans enthousiasme en Palestine, qu’il s’agisse du Hamas, qui lança deux roquettes le jour de la signature, ou du président Mahmoud Abbas. Malgré la bonne volonté des signataires de l’accord et l’espoir d’un apaisement au Moyen-Orient, le monde musulman reste compliqué, notamment en raison des tensions entre l’Iran chiite et ses voisins sunnites, a fortiori si ces derniers pactisent avec Israël.

 

► Le chiffre du jour est de 221 millions de dollars.

C’est la somme que Justin Trudeau va attribuer aux chefs d’entreprise canadiens noirs victimes, selon lui, de « racisme systémique »

 

► La bonne nouvelle du jour est médicale

Le traitement par le Calcifédiol des malades atteints de Covid-19 hospitalisés divise par 25 la fréquence d’admission en soins intensifs. Une équipe de médecins espagnols de Cordoue rapporta, le 29 août 2020, dans le « Journal of Steroïd Biochemistry », les résultats d’un essai clinique pilote randomisé visant à évaluer l’utilité d’un traitement de la Covid-19 par la vitamine D à doses importantes. Les résultats sont spectaculaires ! Des malades hospitalisés, tous sous traitement de type « protocole Raoult », furent divisés aléatoirement en deux groupes, l’un de 26 patients ne recevant aucun supplément tandis que les 50 membres du groupe traité recevaient en supplément, le précurseur de la Vitamine D sous forme de 25-hydroxyvitamin D3 ou Calcifédiol.

Sans avoir à faire beaucoup de statistiques, les résultats parlent d’eux-mêmes : dans le groupe contrôle 50% (13) des patients passent subséquemment en réanimation, alors qu’un seul des patients (2%) recevant le traitement complet, supplémenté par la vitamine D3, a dû subir ce sort ! Si ces résultats sont confirmés par des études multicentriques à plus grande échelle, l’on pourra dire que nous disposons désormais d’un traitement de cette maladie.

 


 

► Notre annonce du jour est celle du VIIe colloque annuel de l’Institut Iliade qui, reporté depuis le printemps, aura pour titre : « La nature comme socle, remettre l’écologie à l’endroit » Il se déroulera demain, 19 septembre 2020, à Paris de 10 à 18 heures à la Maison de la Chimie. Rendez-vous Maison de la Chimie, 28, rue Saint-Dominique Paris VII. Le prix d’entrée est de 10 €.

 

 

Commentaires Facebook
Étiquettes :

En cours

Title

Artist

Background
Intervenir sur l'émission
EMISSION EN COURS

► L.J. des idées politiques

12:00 13:30