BULLETIN DE REINFORMATION DU 11 SEPTEMBRE 2020

Patron d'émission le 11 septembre 2020

Bulletin de réinformation proposé par Arthur Van de Water et Jeanne

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

GRANDS TITRES


 

► Brexit : la question épineuse de la rentrée européenne

Malgré le vote d’une majorité de Britanniques pour un Brexit et donc un divorce clair et rapide avec Bruxelles en 2016, le conflit entre l’Union européenne et l’exécutif britannique semble loin d’être résolu.

Le responsable des négociations Michel Barnier n’a-t-il pas ainsi déclaré que « des divergences significatives demeurent dans des domaines d’intérêt essentiels pour l’UE » ?

Effectivement, les relations se sont à nouveau tendues entre Britanniques et Européens, et ceux malgré des fréquentes rencontres entre les diplomates pour s’accorder sur les nombreux points qui posent problèmes, et notamment la question de la frontière irlandaise et du remboursement britannique de certaines aides européennes. En janvier, les deux partis s’étaient, semble-t-il, mis d’accord sur certains accords durables. Mais mercredi, le Parlement britannique a voté un projet de loi sur le marché intérieur pour réglementer le régime douanier en Irlande du Nord, au grand dam de Dublin et de Bruxelles.

Quelle a été la réponse de la France ?

Aux ordres de l’Europe, comme on aurait pu s’y attendre, Jean-Yves le Drian, ministre des Affaires étrangères, a fait part à son homologue insulaire « du caractère inacceptable qu’aurait une violation par le Royaume-Uni des dispositions de l’accord de retrait ». Même si le Royaume-Uni est officiellement sorti de l’union le 31 janvier dernier, il est encore en période de « transition », et les nombreuses chancelleries du vieux continent continuent à faire pression sur Londres et son gouvernement pour essayer de soutirer le plus d’avantages possible. Et si malgré tout Michel Barnier s’inquiète « d’un scénario sans accord », le gouvernement de Boris Johnson, fier de sa promesse tenue, la réalisation du Brexit affirme pour sa part par l’intermédiaire du chef de la diplomatie « ne pas en avoir peur ».

 

► Point Covid en France

Avec la rentrée scolaire et en partie professionnelle, l’Hexagone se prépare à une nouvelle vague de cas de maladie. Après le confinement et les vacances, la Covid-19 fait toujours l’objet d’une intense médiatisation.

Médiatisation justifiée ?

Rien n’est moins sûr ! Chaque semaine près de 200.000 personnes sont testées, ce qui facilite grandement le travail des scientifiques qui peuvent facilement évaluer les évolutions de la maladie. Ainsi hier près de 10.000 personnes ont été diagnostiquées positives, la plupart de manière asymptomatique et donc sans danger pour elles-mêmes.

Les cas graves sont-ils au même niveau que ceux pendant la période du confinement ?

Les centres hospitaliers sont encore bien loin de la saturation et de la pression qu’ils ont subi au printemps dernier. La raison principale n’en est pas forcément le masque, jugé inutile par une partie de la communauté scientifique, ou encore les « gestes barrières », d’après Didier Raoult le virus aurait en effet muté plusieurs fois entre temps, le rendant ainsi moins virulent. Toutefois le médecin fait l’objet de vives critiques, et la plupart de ces interventions sont immédiatement contredites par « les experts » de BFM et CNews.

Qu’en est-il de la grippe, sujet habituel des grands médias en cette période de l’année ?

Plusieurs médecins pointent effectivement le grand silence du Gouvernement quant à la grippe et pour cause : les études américaines ont prouvé que près de 40% des cas de Covid-19 avaient aussi contracté la grippe ! Il est ainsi possible que les nombreux testés positifs aient aussi contracté cette maladie bénigne, gonflant ainsi les chiffres du ministère de la Santé pour mieux maintenir une pression sanitaire sur la population. On peut ainsi rappeler que chaque année la grippe fait environ 10.000 morts en France, principalement des personnes âgées en surpoids ou déjà malades, un peu comme la Covid-19 en somme !

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► Branle-bas de combat des écologistes contre le Tour de France

Des mairies vertes veulent imposer leurs conditions environnementales, sociales et féministes au Tour de France. Après Bordeaux et Rennes, c’est au tour de Lyon de s’attaquer au futur passage des cyclistes dans leurs villes. Dans un entretien accordé ce jeudi 10 septembre au journal Le Progrès, le maire écologiste lyonnais fraîchement élu, Grégory Doucet, qualifie le Tour de France de « machiste et polluant » et veut que les événements accueillis à Lyon soient « responsables à l’égard de la planète ». En s’attaquant au Tour de France, les élus verts montrent leur méconnaissance de l’histoire de cette course si populaire, créée il y a plus d’un siècle.

 

► Les jeunes musulmans sont plus radicaux que leurs aînés

Selon un sondage de l’Ifop publié le 2 septembre pour Charlie Hebdo et la Fondation Jean Jaurès, à la question « Faites-vous passer vos convictions religieuses avant les valeurs de la République ? », 74% des Français musulmans de moins de 25 ans affirment mettre l’islam avant la République, alors qu’ils sont 25% pour les 35 ans et plus. Un autre sondage Ifop, cette fois-ci pour Le Point montre que la fréquentation de la mosquée le vendredi des 18-24 ans a presque doublé en dix ans, passant de 23% en 2011 à 40% en 2019.

 

► Le maire de Lyon pose la première pierre de la mosquée de Gerland.

Ce mercredi, Grégory Doucet le maire de Lyon s’est rendu à l’emplacement de la future mosquée de Gerland afin d’y poser la première pierre. Ce dernier a cependant refusé de se rendre la veille à la traditionnelle cérémonie du Vœu des Échevins à la basilique de Fourvière.

Il s’est exprimé au micro de BFM Lyon au sujet de son refus de présence à la cérémonie. « Dans mon interprétation des règles de laïcité, je laisse les croyants réaliser cette cérémonie » .

 

► LU et approuvé !

Qui ne connaît pas les biscuits de la marque LU tant adorés par les enfants ? Si tout le monde a déjà goûté un petit beurre ou un Petit écolier, peu sont familiers avec l’épopée du couple nantais Lefèvre-Utile qui a donné son nom à la biscuiterie la plus connue de France. A travers son exposition « LU un siècle d’innovation », le château des ducs de Bretagne à Nantes a décidé de conter l’évolution de l’enseigne de sa création en 1846 jusqu’au début du XXe siècle. Machines, croquis, maquettes, photos et tines de l’époque nous plongent dans l’âge d’or de la production française. Vous souhaitez savoir la signification derrière les 52 dents du petit beurre ? Ou bien quel modèle a inspiré les pailles d’or ? Ludique et informative, cette courte exposition convient à toute la famille. A faire obligatoirement pour tout amoureux de l’art nouveau ou pour qui veut connaître sa taille en petits beurres ! L’exposition se termine le 7 mars 2021. La visite se fait de 10 heures à 18 heures sauf le lundi et les modalités pour les billets sont à retrouver sur le site du château. Mesures sanitaires obligent, le port du masque est obligatoire.

 

► Plutôt le « progrès » que la vielle histoire de France

La statue de Napoléon à Rouen retrouvera-t-elle son piédestal place du Général-de-Gaulle, en face de l’hôtel de ville ? C’est une question à laquelle les Rouennais vont devoir à présent réfléchir puisqu’en attendant sa rénovation, le maire de Rouen, Nicolas Mayer-Rossignol propose d’ouvrir un débat, sur le remplacement de la statue de Napoléon par la militante féministe Gisèle Halimi. Militante de l’indépendance de l’Algérie, de l’accès libre à l’avortement et co-fondatrice de l’association altermondialiste ATTAC, cette proche de Simone de Beauvoir, décédée en juillet dernier semble en bonne voie pour remplacer la figure napoléonienne. Le maire semble bien décidé à donner une autre image à la ville de Rouen et, dit « assumer la portée symbolique de cette proposition ». Il affirme que « La question de l’égalité homme-femme est centrale et doit se traduire dans les actes ».

 

► La bonne nouvelle du jour concerne Notre-Dame de Paris !

Mercredi, les visites guidées autour de la cathédrale Notre-Dame de Paris ont repris pour la première fois depuis l’incendie de l’édifice religieux il y a maintenant un an et demi. Lors de la visite, les guides répondent aux questions concernant l’avancement du chantier et apportent des précisions quant aux photos reproduites sur les palissades du parvis. Sont expliqués le sens historique et spirituel des sculptures présentes sur les trois façades, ainsi que l’histoire des arcs-boutants. Pour recevoir les visiteurs, une centaine de guides bénévoles se sont mobilisés, les visites sont gratuites et disponibles en dix langues.

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► Darwin accusé de racisme et de colonialisme

Dans le musée d’histoire naturelle de Londres, un audit interne inspiré par le mouvement Black Lives Matter, juge que certaines collections présentées seraient « problématiques ». Les spécimens recueillis par Darwin pourraient faire partie de celles qui sont menacées.

Le conseil d’administration du célèbre musée britannique a informé son personnel qu’il avait l’intention de réorganiser les salles et les collections afin de respecter les injonctions morales portées par l’audit « woke ».

Partant du principe que « la science, le racisme et le pouvoir colonial sont intrinsèquement liés », et que les musées existent pour légitimer cela, la direction du musée a estimé que la « décolonisation » des esprits passait donc par l’acclimatation des sciences en général et des recherches de Darwin en particulier avec l’idéologie diversitaire.

 

► L’ancien directeur de la NSA rejoint le conseil d’administration d’Amazon

Keith Alexander, ancien directeur de la NSA, l’Agence nationale de sécurité américaine rejoint ce mois-ci le conseil d’administration d’Amazon, géant américain du commerce électronique. Le lanceur d’alerte Edward Snowden, ancien employé au sein de cette même agence, actuellement réfugié en Russie, déplore vivement cette nomination sur Twitter, « Oui, il s’agit du Keith Alexander personnellement responsable des programmes de surveillance massifs et illicites qui ont fait scandale dans le monde entier. » Le directeur du plaidoyer de l’ONG Privacy International Edin Omanovic est également inquiet, « Clairement, il est inquiétant que l’on place au cœur de tout cela une personne qui a passé des années à défendre une collecte secrète de données dont l’illégalité a depuis été prouvée. Nous n’avons pas besoin d’une autre NSA. »

 

► Éphéméride

Le 11 septembre 2001, il y a près de 19 ans « la fin de l’histoire » et la victoire du libéralisme prophétisées par Francis Fukuyama se heurtaient à la dure réalité de la guerre. Les États-Unis, héraut du modèle occidental, étaient attaqués et humiliés sur leur propre sol. Au matin du mardi 11 septembre, 19 terroristes d’Al-Qaïda détournent quatre avions de lignes et les envoient s’écraser sur des symboles évidents de la puissance américaine : le Pentagone, la Maison-Blanche, et les « Twin Towers », au cœur de Manhattan. Si la résidence du président américain, alors Georges Bush, est épargnée, le cœur financier de New York s’effondre provoquant la mort de près de 2700 personnes en l’espace de quelques heures. L’Amérique traumatisée part alors en guerre contre un ennemi insaisissable : près de vingt ans après, l’Occident n’en a toujours pas fini avec le terrorisme islamiste, nourri par les tares et la déliquescence de nos États.

 

► Une petite annonce pour conclure

Demain samedi 12 septembre, lors d’une conférence organisée par l’association libérale et sociale, le docteur François Godeau fera le point sur l’épidémie de Covid-19. La réunion se tiendra à la Villa Sophia, 53 rue de Chaillot, près de la brasserie Le Marceau, 39, avenue Marceau, métro Alma Marceau.

 

 

Commentaires Facebook
Étiquettes :

En cours

Title

Artist

Background
Intervenir sur l'émission
EMISSION EN COURS

↺ L.J. de la liberté de penser

00:00 01:30