BULLETIN DE REINFORMATION DU 4 SEPTEMBRE 2020

Patron d'émission le 4 septembre 2020

Bulletin de réinformation proposé par Christian Biber et Wilfried Marc, avec la contribution de Solveig, Erika, Shauna, Sophie et Raoul

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

GRANDS TITRES


 

► Le Gouvernement présente son plan de relance

Le plan “France Relance” a été introduit hier par le Premier ministre accompagné de ses homologues de l’économie, du travail et de la transition écologique. Après le plan d’urgence mis en place plus tôt pour répondre à la crise, l’exécutif a annoncé avec ce programme vouloir reprendre la France en main, à l’aide de cent milliards d’euros qui seront injectés dans l’économie française.

Le Gouvernement a défini trois priorités majeures pour ce plan.

Celles-ci seront l’écologie, la compétitivité et la cohésion. Monsieur Castex a ainsi annoncé un investissement massif dans les technologies d’avenir de l’industrie. Le volet de la cohésion consisterait en une relance sociale et territoriale, avec donc soutien des personnes plus précaires et accompagnement à l’emploi. Le plan écologique vise à atteindre la neutralité carbone d’ici dix ans, via des aides et bonus adaptés pour trente milliards alloués à ce volet au total.

Ce montant peut surprendre pour une thématique semblant secondaire au vu de la violence de la crise économique actuelle, la plus grave depuis 1929.

La France n’a pourtant guère le choix à ce sujet, le respect des objectifs climatiques étant une des conditions données par l’Union européenne pour validation des quarante milliards de subventions qu’elle apportera à ce plan. Mais ces subventions proviennent d’un emprunt commun de 390 milliards pris par l’organisme européen fin juillet. Cet emprunt qui se répercutera sur les budgets futurs se chiffrera à près de soixante-dix milliards de coûts supplémentaires pour la France, grande contributrice du budget de l’UE. La France va donc devoir se plier aux exigences européennes, pour recevoir des subventions qu’elle financera elle-même.

 

► Crise en Méditerranée orientale

Depuis plusieurs mois, les tensions se multiplient entre Athènes et Ankara. La politique impérialiste d’Erdogan affronte son rival historique, la Grèce et par-là, l’Union européenne.

Concrètement comment se traduit cette rivalité ?

On se souvient en juin de « l’illumination » d’une frégate française, le Courbet, par un navire de guerre turc, c’est-à-dire ciblé par un radar de tir, au nord de la Libye. Depuis le début de l’année la Turquie s’est massivement engagée aux côtés des forces du GAN, le gouvernement d’accord national libyen, contre le maréchal Haftar, alors que l’ONU comme l’UE avaient interdit tout envoi d’armes ou de troupes à l’un des deux belligérants. Mais dans une logique de confrontation avec la Russie, allié d’Haftar, et pour à terme bénéficier de ressources énergétiques supplémentaires grâce au pétrole libyen, la flotte turque avait organisé un corridor maritime ralliant les côtes anatoliennes à la Libye pour faire transiter des hommes et des armes.

Mais depuis peu un nouvel enjeu est apparu

Celui de la mainmise sur les gisements gaziers sous-marins. Si la Turquie en a trouvé d’importants récemment en Mer noire, elle n’hésite pas à envoyer un navire de recherche sismique, l’Oruc Reis, escorter par des bâtiments militaires, pour chercher d’éventuels gisements au large de Chypre ou en Mer Égée, pourtant zone économique exclusive (ZEE) de la Grèce.

Un navire de guerre français, Le Tonnerre, parti ravitailler Beyrouth, vers mi-août « a été souplement escorté par un navire turc » rapporte un diplomate lorsque celui-ci passait au large des côtes grecques. 

La rivalité entre la Turquie et la Grèce est en réalité ancienne et enracinée dans les mœurs des deux pays : Erdogan déclarait sans ambages, le 30 août dernier pour la victoire d’Atatürk sur les Grecs en 1922 : « les Grecs se rendent-ils compte de ce qu’ils risquent de leur arriver par la faute de leurs dirigeants ambitieux et incompétents ? »

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► Ouverture du procès des attentats djihadistes de 2015

Le procès des attentats de janvier 2015 s’est ouvert mercredi devant la Cour d’assises spéciale de Paris, plus de cinq ans après les attaques djihadistes qui avaient fait dix-sept morts. Quatorze accusés sont poursuivis dans ce dossier, soupçonnés à des degrés divers de soutien logistique aux frères Saïd et Chérif Kouachi et à Amedy Coulibaly, auteurs des attaques, point de départ d’une vague d’attentats sans précédent dans le pays. Ce procès historique se tient sous très haute surveillance et devrait s’achever le 10 novembre. Pour marquer l’ouverture du procès, l’hebdomadaire satirique a republié les caricatures de Mahomet qui en avaient fait une cible des djihadistes. Cette réédition a été condamnée par l’institution islamique sunnite Al-Azhar, en Égypte, qui a évoqué un acte « criminel » et « une provocation injustifiée ». Parmi les quatorze accusés, trois manquent à l’appel pour avoir fui en zone irako-syrienne. Leur décès a été évoqué mais n’a pas été confirmé.

 

► Le chiffre du jour est 900 !

C’est le nombre d’agressions par jour en moyenne cette année, selon le Figaro : « Dans le détail, toutes zones confondues, les coups et blessures volontaires ont grimpé de 8,5%, avec plus de 54.000 faits déclarés en deux mois, soit une moyenne de 900 agressions par jour ». « Les homicides et tentatives d’homicides ont augmenté de plus de 21% cet été, dépassant les 850 faits en deux mois, contre 700 en juin et juillet 2019. » Sont aussi en forte augmentation les viols, qui ont grimpé de 30% pour dépasser les 5000 faits cet été.

 

► La mairie de Paris ouvre ses portes aux clandestins.

Des immigrés clandestins, voulant attirer l’attention, ont installé un campement sur le parvis de la mairie de Paris dans la nuit du 31 août au 1er septembre. Dans la matinée, une évacuation par la police sur ordre de la préfecture, a indigné la municipalité. Celle-ci s’est donc proposée d’accueillir temporairement les familles dans l’Hôtel de ville. Ils étaient 218 migrants, selon l’AFP, provenant principalement de Côte d’Ivoire, de Somalie et d’Afghanistan. Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a réagi à l’opération de police : « Soutien à l’action de la préfecture de police de Paris. Des solutions de mise à l’abri ont été proposées, nous ne tolérerons aucune occupation irrégulière de l’espace public ».

 

► La police brestoise en crise

Alors que l’année scolaire commence à peine, le commissariat de Brest a été contraint de fermer dans la nuit du 31 août au 1er septembre. La cause ? Un manque d’effectif policier. Gaël Adam, chef de commandement de nuit au commissariat et délégué du Syndicat Général Police – Force Ouvrière à Brest a déclaré : « On n’a jamais vu cela dans une ville de 143 000 habitants […]. On est abandonné. Il n’y a plus d’effectifs. […] Nous sommes cinq au lieu de douze habituellement. Nous sommes dans l’incapacité d’intervenir si quelque chose se produit, comme un délit ou un accident. » Une fermeture illustre la perte de terrain de nos forces de l’ordre.

 

► La phrase du jour nous vient de Nadine Morano

Après la parution d’un sondage IFOP pour Charlie Hebdo, révélant que plus d’un tiers des Français de confession musulmane font prévaloir leur religion sur les valeurs de la République, l’eurodéputée LR Nadine Morano s’est empressée de réagir au micro RMC des Grandes Gueules. Elle n’y ai pas allé par quatre chemins et a déclaré :

Voir que 18% des musulmans ne condamnent pas l’attentat dans notre pays, un musulman sur quatre de moins de 25 ans ne le condamne pas, 40% des musulmans font passer leur religion avant la République […] j’ai juste une question : pourquoi s’infligent-ils de rester en France ? Ils peuvent partir. Ils peuvent aller vivre dans un État musulman. Au revoir, ciao, ça fera plaisir à tout le monde, à eux comme pour nous.

 

► Le 4 septembre 1768 naissait François-René de Chateaubriand

Célèbre écrivain et homme politique français né à Saint-Malo, il est l’un des précurseurs du romantisme français. Ses principaux ouvrages sont « Atala ou les Amours de deux sauvages dans le désert », « René ou les effets de passions ». Son œuvre posthume « Mémoires d’outre-tombe », publiée en 1849 connaîtra également un très grand succès. Outre son esthétisme littéraire original, de nombreuses responsabilités politiques et diplomatiques jalonnent la carrière d’un des plus grands noms de la littérature française. François- René de Chateaubriand meurt à Paris le 4 juillet 1848.

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► La construction du gazoduc Nord-Stream 2 sera bien menée à terme

Dans un contexte tendu entre la Russie et l’Europe après l’empoisonnement d’un opposant au président Poutine, la chancelière allemande Angela Merkel a annoncé en ce début septembre que les travaux du gazoduc Nord-Stream 2 reliant la Russie à l’Allemagne seraient bien achevés, ce malgré les pressions américaines. En effet, depuis le lancement du projet, les États-Unis, qui promeuvent leur gaz liquéfié en Europe, s’opposent activement à la réalisation du gazoduc dont la mise en service est prévue en 2021. Cette fois-ci les pressions ont pris la forme début août de menaces de sanctions de la part de sénateurs américains à l’encontre du port allemand où arrive le pipeline. Des sanctions potentielles qu’Angela Merkel a qualifiées d’illégales.

 

► Manifestation contre Charlie Hebdo au Pakistan, le drapeau français piétiné

Une centaine de manifestants a protesté jeudi contre la dernière une de Charlie Hebdo, brûlant le drapeau français, alors que d’autres marches sont prévues vendredi au Pakistan.

Ils ont hurlé des slogans tels que « Cessez d’aboyer, chiens français », ou encore « Stop Charlie Hebdo ». Le ministère des Affaires étrangères Shah Mahmood Qureshi, a expliqué que « Les caricatures publiées ont heurté les sentiments de millions de musulmans », qui espère « la traduction devant un tribunal » des « responsables de cet acte méprisable. »

 

► En Australie, Facebook menace d’empêcher le partage d’articles de presse

Ce lundi 31 août, Facebook a annoncé qu’il était prêt à stopper le partage d’articles en Australie si le pays va au bout d’un projet de loi visant à obliger les géants du numérique à rémunérer les médias pour la mise en avant de leurs contenus. Fin juillet, Canberra avait dévoilé ce projet de loi prévoyant notamment la transparence des algorithmes utilisés afin d’élaborer l’ordre d’apparition des contenus, mais aussi des pénalités atteignant plusieurs millions d’euros en cas d’infraction. Ces réformes « contribueront à créer un paysage médiatique plus durable et à faire payer les contenus originaux ». C’est un véritable bras de fer qui se joue entre les autorités australiennes et les géants du numérique.

 

► La bonne nouvelle du jour

La bonne nouvelle du jour est la riche actualité autour du dessin de presse cette fin de semaine !

En cette période de censure et de la fameuse affaire Obono, le journal Présent publie un hors-série autour du dessin de presse et de la caricature, sous la houlette de Christian Mouquet. Du caricaturiste amateur exalté de l’entre-deux-guerres au journaliste-dessinateur professionnel d’aujourd’hui, le numéro retrace ces évolutions et la rupture des années 1970. Il est en vente en kiosque et sur le site présent.fr

Le numéro a largement été illustré grâce aux collections de l’Institut Emmanuel Ratier. Ce centre d’archives dont le journaliste avait commencé la constitution peu avant sa disparition dispose d’un fonds iconographique de plusieurs milliers de dessins politiques. Le centre d’archives organise à cette occasion une visite privée de ses collections ce samedi.

Vous pourrez retrouver certains des animateurs de l’Institut Emmanuel Ratier et de Présent, aux journées chouannes qui se tiennent samedi et dimanche à Chiré-en-Montreuil.

 

 

Commentaires Facebook
Étiquettes :

En cours

Title

Artist

Background
Intervenir sur l'émission