BULLETIN DE REINFORMATION DU 5 JUIN 2020

Patron d'émission le 5 juin 2020

Bulletin de réinformation proposé par Charles Rémès et Christian Bieber

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

GRANDS TITRES


 

► Nouveaux rebondissements dans le feuilleton de l’hydroxychloroquine.

Il y a dix jours, une étude publiée dans la revue britannique The Lancet mettait en évidence les risques importants que présenterait le médicament. Cette étude menée par une équipe de la Harvard Medical School, montrait qu’il y avait davantage de risques cardiaques et même de risques de décès chez les patients qui prenaient de l’hydroxychloroquine.

Très vite l’étude s’est avérée de plus en plus douteuse

The Lancet, fait très rare, a très vite dû corriger des erreurs, notamment sur le nombre de morts en Australie. Puis des doutes ont été soulevés quant à la capacité de la société américaine Surgisphere, auteur de l’étude en question, à récolter aussi rapidement autant de données médicales. Comment la société a-t-elle pu obtenir en si peu de temps les dossiers de plus de 96 000 patients dans 670 hôpitaux du monde entier ?

Les doutes sont tels que la revue britannique, dont la crédibilité est sérieusement entachée, a décidé il y a trois jours de publier une mise en garde sur cette étude que le professeur Didier Raoult qualifiait déjà de « foireuse ». C’est très certainement la peur du scandale, avec l’apparition sur les réseaux sociaux du mot-dièse #Lancetgate, qui a poussé la revue à faire machine arrière. Les études de The Lancet sont pourtant bien corrigées et amendées par un comité de scientifiques avant leur publication.

Quoi qu’il en soit, hier soir, la revue a annoncé que trois des quatre auteurs de l’article demandait sa rétractation. « Nous ne pouvons plus nous porter garant de la véracité des sources des données primaires » écrivent-ils. En effet, Surgisphere a refusé de donner accès à la base de données collectées.

L’OMS reprend ses essais cliniques

L’Organisation Mondiale de la Santé a annoncé mercredi 3 juin la reprise des essais à l’hydroxychloroquine pour traiter le Covid-19. L’organisation avait recommandé leur arrêt il y a une semaine après la publication de l’étude. C’est dire l’influence de la revue sur le monde scientifique !

A ce jour, pas de reprise des essais en France

Les seize essais cliniques qui étaient menés en France n’intègrent plus de nouveaux patients depuis le fameux article. Mais on attend surtout de savoir si le ministère de la Santé maintiendra son décret du 27 mai qui a interdit, sur le fondement de l’étude, aux médecins de prescrire le médicament.

 

► Émeutes raciales : retour sur l’affaire George Floyd et ses suites

Le 25 mai dernier à Minneapolis, quatre policiers américains dont un d’origine asiatique interpellent de façon musclée un homme noir. La politique zéro-tolérance des forces de l’ordre américaines est bien connue, jusque-là rien d’inhabituel. Les choses se gâtent quand l’individu appréhendé, George Floyd, 46 ans, plaqué au sol, un genou du policier sur le cou, se plaint de ne pas pouvoir respirer. Au terme de huit minutes passées au sol, l’homme sera transporté à l’hôpital et déclaré mort.

Le rapport d’autopsie indique une mort due à la contention au sol, précipitée par une santé dégradée et les effets combinés de l’alcool et de plusieurs drogues.

On sait que l’homme avait purgé une peine de cinq ans de prison pour braquage avec arme à feu comportant l’agression d’une femme enceinte et qu’il était également acteur porno.

Les vidéos de Georges Floyd gémissant et des policiers sourds aux protestations des badauds n’ont pas tardé à déclencher une vague de violence au niveau national. Des rassemblements sont apparus à l’appel de discours clairement communautaires encourageant presque explicitement l’union des Noirs opprimés contre les Blancs au pouvoir. Plusieurs grandes villes ont été le théâtre de cassages et de pillages massifs, des scènes de guérillas urbaines ont été observées à travers le pays et la garde nationale a été déployée dans plusieurs villes, ce qui n’avait pas été le cas depuis 1992.

Quelles sont les conséquences politiques de tels événements ?

Aux États-Unis c’est une ouverture dans laquelle s’engouffrent les anti-Trump et un moyen de guerre électorale pour les démocrates qui espèrent éclaircir les perspectives de victoire peu encourageantes de Joe Biden.

Par ailleurs, plusieurs hauts-gradés de l’armée ont manifesté leur soutien au mouvement protestataire, laissant sous-entendre qu’ils n’obéiraient pas à d’éventuels ordres de répression venant du président Trump.

Cette affaire a des répercutions mondiales

Oui, en France l’affaire a ravivé le souvenir douloureux d’Adama Traoré entraînant des soulèvements à Paris devant le Palais de Justice. À Londres également où on a même assisté à des scènes de soumission de policiers blancs qui s’agenouillent face à des regroupements d’immigrés africains.

Rappelons pour conclure qu’aux États-Unis en 2013 d’après le FBI, il y avait 54 fois plus de meurtre de Noirs par des Noirs que de meurtre de Noirs par des Blancs.

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► Les alliances entre partis se multiplient à l’approche du second tour des municipales

Les dépôts de liste pour le second tour des municipales s’étant achevés ce mardi, les affiches électorales à venir pour le 28 juin sont donc connues. Les alliances qui commencent à se former dépeignent un tableau politique inédit. En effet pour contrer de probables accords entre la gauche et les écologistes, nombreux sont les candidats de La République en marche à s’être alliés avec leurs homologues des républicains. C’est le cas notamment à Strasbourg, Lyon et Bordeaux, tandis que les alliances avec la gauche se sont révélées beaucoup plus rares. Plus inattendu encore, à Perpignan deux colistiers de la République en marche ont rejoint l’équipe de Louis Aliot alors même que leur liste d’origine se désistait afin de tenter d’empêcher la victoire du candidat de droite. Reste à voir si l’électorat de la République en marche, originellement majoritairement de gauche, les suivra dans ce virage opportuniste à droite.

 

► Explosion de la présence devant les écrans en France

Alors que les musées et les universités proposaient gracieusement leurs contenus en ligne durant le confinement, les Français ont doublé leur temps devant les écrans. C’est bien trois heures par jour qu’ils y ont consacré, au grand avantage des GAFAM. Par exemple, Google s’est retrouvé avec 39 millions de visiteurs quotidiens. Et qui dit fermeture des magasins dit achats en ligne : Amazon, le Bon Coin et Cdiscount sont les grands champions de ce confinement et ont vu leurs chiffres exploser, de même que les principaux sites d’information.

 

► Coup d’envoi d’une coopération majeure franco-allemande dans le secteur de l’hébergement des données en ligne

Le ministre français de l’Economie et son homologue allemand ont annoncé conjointement lors d’une visioconférence ce jeudi le lancement de Gaia-X, projet franco-allemand d’infrastructure de données européenne. Il s’agirait pour l’instant d’un label imposant aux hébergeurs des normes permettant des stratégies communes entre fournisseurs, et garantissant plus de transparence sur la confidentialité et la protection des données. 22 grandes sociétés de télécommunications, d’hébergement et de logiciel allemandes et françaises portent ce projet, annoncé comme permettant aux entreprises européennes de retrouver la souveraineté de leurs données. Un projet français d’hébergement de données souverain avait déjà été annoncé par Bruno le Maire mi-2019, mais cela ne fait pas ciller Bercy, qui assure que les deux services seront complémentaires.

 

► Éphéméride : le 5 juin 1961

Hélie Denoix de Saint Marc, brillant officier français au sein de la Légion étrangère est condamné à sept ans de prison ferme pour son implication dans le putsch d’Alger. Saint-cyrien engagé en Indochine et en Algérie, Hélie de Saint Marc a donné sa vie pour défendre la France. Malgré ses états de services, l’Etat français le juge en partie responsable du putsch et veut faire un exemple : c’est pourtant sereinement, avec dignité, que l’officier français accepte son sort, se contentant pour se défendre de sa célèbre tirade : « On peut demander beaucoup à un soldat, en particulier de mourir, c’est son métier. On ne peut lui demander de tricher, de se dédire, de se contredire, de mentir, de se renier, de se parjurer. ».

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► La Chine lance un assaut diplomatique

Depuis quelques semaines la communauté internationale accentue sa pression sur la Chine en critiquant l’ingérence de Pékin à Hong-Kong et les mensonges du Parti communiste dans la gestion de la crise du Coronavirus. Alors que les pro-démocrates hong-kongais fêtaient hier les 31 ans de la révolte de la place Tian Anmen, le ministre des Affaires étrangères Wang Yi a déclaré aux journalistes que la Chine « allait répondre à toute insulte et défendre son honneur et sa dignité partout ». La diplomatie chinoise utilise ses « loups soldats », du nom d’un film chinois mettant en scène une sorte de « Rambo asiatique » en guerre contre des Américains, pour contrecarrer par une verve agressive la diplomatie occidentale : Zhao Lijian, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a ainsi rappelé à Boris Johnson que Londres n’avait pas son mot à dire dans la crise à Hong-Kong puisque le Royaume-Uni est une ancienne puissance coloniale.

 

► Julian Assange absent à sa dernière audience pour raisons de santé

Enfermé depuis plus d’un an dans la prison britannique de Bellmarsh, réservée aux terroristes, et comparable à la prison américaine de Guantánamo, il n’est plus détenu en Angleterre pour de fausses accusations de viol en Suède, puisque les poursuites ont été abandonnées, mais pour ne pas s’être présenté à la justice dans le cadre de cette accusation. Il risque l’extradition vers les États-Unis où 18 chefs d’inculpation, dont espionnage, l’exposeraient à la peine de mort, ou jusqu’à 175 ans de prison pour avoir publié en 2010 sur son site WikiLeaks plus de 750 000 documents confidentiels de l’Etat américain.

C’est dans le cadre du procès de son extradition qu’il devait participer lundi dernier par visioconférence à une audience de la cour administrative. Son médecin a jugé son état de santé trop dégradé pour y assister.

 

► Le chiffre du jour est 8,7

C’est le pourcentage de chute du PIB de la zone euro en 2020. L’impact économique du coronavirus est désormais chiffré. Les plans de relances des différents Etats espèrent cependant le faire remonter doucement de 5,2% en 2021 et de 3,3% en 2022. Afin de soutenir les Etats, la BCE a annoncé un apport de 600 milliards d’euros pour le rachat de la dette.

 

► La bonne nouvelle du jour est préhistorique

Les plus grandes empreintes de dinosaures au monde ont été découvertes en France. Vieilles de 168 millions d’années, elles ont été retrouvées sur le plafond d’une grotte des Causses en Lozère. Elles ont été repérées par hasard par le paléontologue Jean-David Moreau et des spéléologues français le 29 décembre 2015, dans une immense salle de la grotte de Castelbouc. Après trois missions scientifiques, l’étude de ces empreintes vient d’être publiée. C’est lors de leur passage le long d’un rivage que des dinosaures ont laissé des traces dans de la boue ; des sédiments les ont ensuite recouvertes, et se sont calcifiés. Puis l’eau de pluie s’est infiltrée, formant la grotte actuelle. Ces empreintes sont donc vues d’en-dessous. Mesurant 1,25 m de diamètre, elles comptent parmi les plus grandes au monde. Certaines sont si bien conservées qu’on distingue tous les doigts. Elles appartiennent à une espèce inconnue de sauropodes, des dinosaures à long cou herbivores pesant près de 50 tonnes et atteignant une trentaine de mètres de long. Ces empreintes sont donc un outil précieux pour reconstruire l’évolution de ces animaux géants.

 

 

Commentaires Facebook
Étiquettes :

En cours

Title

Artist

Background
Intervenir sur l'émission
EMISSION EN COURS

♫ Musique

17:30 18:00