BULLETIN DE REINFORMATION DU 29 MAI 2020

Patron d'émission le 29 mai 2020

Bulletin de réinformation proposé par Arthur Van de Water

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

GRANDS TITRES


 

► Évolution du déconfinement en France

Hier à 17 heures Edouard Philippe annonçait l’évolution de la gestion de la crise du Coronavirus en France. Après un déconfinement complexe et sujet à de nombreuses polémiques, le Premier ministre a reprécisé les modalités du retour à la normale.

La force de la France dans la crise a été « la rigueur tranquille » d’après Edouard Philippe, qui reconnaît la bonne discipline de la population française, finalement assidue pendant toute la durée du confinement. « La liberté va redevenir la règle » : le gouvernement doit relancer l’activité économique de la France pour gérer le contrecoup financier de la crise sanitaire. La France vit ainsi une « récession historique », le nombre d’inscrits au pôle emploi ayant bondit de près de 800 000 individus, alors que d’après l’Insee le PIB national a chuté de 20% ce trimestre. Les secteurs de l’automobile, mais surtout de l’hôtellerie, de la restauration et du tourisme sont évidemment les plus impactés par les restrictions sanitaires.

Mais le Premier ministre a annoncé la réouverture de tous les bars et restaurants pour le 2 juin dans presque tout l’hexagone, exception faite de l’Île-de-France où la pandémie est encore dangereuse : seules les terrasses pourront être ouvertes. N’hésitant pas à qualifier la tradition des bistrots et des cafés français d’être « une partie de notre art de vivre », notre Premier ministre a annoncé une bonne nouvelle aux restaurateurs, qui doivent désormais adapter leur lieu de travail aux restriction sanitaires : port du masque obligatoire pour le personnel, distanciation sociale entre les clients, renforcements des règles d’hygiène. D’ailleurs, si les parcs et jardins pourront aussi rouvrir ce 2 juin, les salles de spectacles de même que les cinémas, ne pourront rouvrir eux avant le 22 juin avec de sérieuses restrictions pour respecter les normes sanitaires.

La limitation des 100 km est quant à elle définitivement abolie même si les Français doivent encore faire preuve de « prudence » durant leurs déplacements, et privilégier le télétravail. Mais il faut garder à l’esprit que le gouvernement est toujours capable de revenir sur ses décisions si de nouveaux clusters apparaissent.

 

► Le ministère de la Justice appelle à limiter les entrées en prison

A la demande du ministère de la Justice, les procureurs doivent mener une « politique volontariste de régulation carcérale ». Cela implique principalement de limiter les entrées en prison, alors même que l’épidémie du Coronavirus a déjà entraîné une baisse considérable du nombre de détenus. Le 16 mars, il y avait 72 500 détenus dans les 188 prisons françaises. Le 24 mai, il n’y en avait plus que 58 926. Cela représente un record de baisse de la population carcérale.

Les établissements pénitentiaires étaient jusqu’ici confrontés à une surpopulation chronique.

Ils connaissent une densité moyenne de 96%. Cette chute du nombre de prisonniers n’a évidemment pas pour origine la baisse de la criminalité et de la délinquance. Elle est la conséquence de la réduction de l’activité pénale pendant le confinement ainsi que des mesures de libération anticipée face à la crainte d’une crise sanitaire et sécuritaire en détention face à l’épidémie de Coronavirus. Dans une circulaire du 20 mai, la Chancellerie estime qu’« il est essentiel que l’augmentation de l’activité juridictionnelle se conjugue avec une politique volontariste de régulation carcérale ». Pour faire simple, le ministère entend donc pérenniser cette densité inférieure à 100% non pas en augmentant les places dans les prisons ou en réduisant la criminalité mais bien en envoyant moins de criminels en prison.

La crise sanitaire arrive à point nommé pour l’entrée en vigueur de la réforme des peines

Selon la circulaire, cosignée par la directrice des affaires criminelles et des grâces et le directeur de l’administration pénitentiaire, « il convient de se saisir de la baisse inédite du nombre de détenus pour donner plein et entier effet » à la réforme des peines, entrée en vigueur en plein confinement, le 24 mars.

Cette loi limite les emprisonnements de courte durée : les peines de moins d’un mois sont interdites et celles de moins de six mois doivent être exécutées hors détention, notamment sous bracelet électronique. Seules les peines supérieures à un an doivent être exécutées.

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► Nouvelle série de manifestations devant les hôpitaux

Plusieurs centaines de personnes, dont infirmiers, médecins et aide-soignants en blouse se sont réunies dans la capitale, devant l’hôpital Robert Debré. Autour d’une banderole « Hospitaliers Usagers Tous unis pour la santé », ils ont appelé à maintenir la pression sur le gouvernement et réclamer « Du fric pour l’hôpital public, une hausse des salaires et l’arrêt des fermetures de lits ». Au même moment, divers rassemblements se sont tenus devant d’autres hôpitaux de Paris et de Bobigny. Stéphane Dauger, chef du service de réanimation pédiatrique de Robert Debré s’est exprimé : « La crise du coronavirus a mis en lumière les difficultés auxquelles les hôpitaux publics sont confrontés […]. Les personnels sont épuisés. Il faut des gestes forts de la part du gouvernement dès les prochains jours, avant la mise en place de véritables négociations ».

 

► Boulinier, librairie d’occasion emblématique du quartier latin, ferme ses portes le 15 juin prochain

C’est une véritable transformation du quartier latin qui s’accélère. Abritant autrefois librairies, cinéma, salles de théâtres, vielles brasseries et même la célèbre enseigne du Vieux campeur, au fil des années c’est une ambiance particulière qui disparaît, progressivement remplacée par des grandes enseignes de mode ou de fast-food. Il y a quelques mois, Gibert Jeune fermait une de ses plus grande librairie place Saint-Michel, tandis qu’en même temps, et presqu’au même endroit, Sephora annonçait ouvrir 450 m² de magasins en lieu et place de la brasserie Saint-Séverin. C’est donc au tour de la librairie d’occasion Boulinier de mettre la clef sous la porte de sa boutique du 20 boulevard Saint-Michel. Crée en 1845, la petite chaîne de librairies, reine de l’occasion, est encore aux mains des arrière-arrière-petits-enfants du fondateur ! C’est donc une véritable entreprise familiale qui est en lutte contre les géants multinationaux de vente en ligne de livres. Mais il reste encore cinq autres enseignes Boulinier dans Paris, dont une se situe à deux numéros de la boutique qui ferme. Parisiens, pensons à nous y rendre, profitons des dernières promotions avant la fermeture le 15 juin, et continuons de nous rendre dans les boutiques restantes !

 

► Strasbourg : interpellations après des jets de cocktails Molotov sur des sapeurs-pompiers

Dans le quartier de Neuhof à Strasbourg, les sapeurs-pompiers ont été appelés le 26 mai vers 23 heures pour un incendie. Une fois sur place, il ne s’agissait que de poubelles enflammées, a priori volontairement. Alors qu’ils s’affairaient à l’éteindre, les pompiers ont alors été la cible de divers projectiles dont des cocktails Molotov à la faveur de ce qui semblait être un guet-apens. Aucun blessé à déplorer mais des véhicules de secours fortement endommagés. Une patrouille de police aidée de CRS, a procédé à l’interpellation de vingt jeunes émeutiers, mettant fin à ce nouvel épisode de violences urbaines.

 

► Paris : nouveau camp de migrants

Un nouveau campement de migrants composé d’une cinquantaine de tentes s’est formé dans la nuit du 26 au 27 mai sur les quais du bassin de la Villette à Paris. Il y aurait cinquante personnes dont quatorze enfants dans ce camp, essentiellement des familles et des femmes originaires d’Afrique subsaharienne selon l’association d’aide aux migrants Utopia56. Cette dernière réclame un accès à l’eau et l’arrêt des « pressions policières ». La préfecture de la région Île-de-France a indiqué à l’AFP que ces personnes « seront prises en charge, comme cela a été le cas les dernières semaines » lors d’opérations de mise à l’abri, rappelant qu’environ 12 000 places d’hébergement d’urgence avaient été débloquées durant la crise sanitaire.

 

► L’application StopCovid validée par le Parlement malgré les nombreuses controverses

Dans la nuit de mercredi à jeudi le Parlement a donné son accord pour la mise en place de l’application de traçage StopCovid, destinée à prévenir les gens qui auraient eu un « contact prolongé » avec une personne atteinte du Coronavirus, afin que ceux-ci se fassent tester à leur tour. Même si le gouvernement rappelle que la Commission nationale informatique et libertés a validé l’application, celle-ci respectant les lois relatives à la protection de la vie privée, des personnalités politiques de tous bords se montrent hostiles, comme l’Insoumis Jean-Luc Mélenchon qui qualifie l’application de « liberticide » et « dangereuse » car s’introduisant dans la sphère « intime » des citoyens français.

 

► Renault va supprimer 15.000 emplois

Le constructeur automobiles français Renault, en difficulté financière, compte supprimer environ 15.000 emplois dans le monde, dont 4.600 en France, dans le cadre d’un plan d’économies de deux milliards d’euros sur trois ans, a-t-on appris jeudi soir de sources concordantes. Le projet du groupe, qui compte 180.000 salariés dans le monde, doit être rendu public vendredi matin. Il prévoit de réduire les effectifs « sans licenciement sec » via des départs volontaires, des départs à la retraite non remplacés et des mesures de mobilité interne ou de reconversion, ont indiqué ces sources à l’AFP.

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► Au Royaume-Uni, une femme en hidjab devient juge

Le voile islamique a fait son arrivé dans les tribunaux britanniques. A 40 ans, Raffia Arshad devient la première juge musulmane du Royaume-Uni à porter le hidjab, voile qui, rappelons-le, recouvre les cheveux, les oreilles et le cou. Son espérance est de devenir un modèle pour toutes les jeunes femmes voilées qui veulent faire carrière dans la justice. Elle rapporte au quotidien Métro : « C’est définitivement plus grand que moi […]. C’est important pour toutes les femmes, […] mais particulièrement pour les femmes musulmanes, et ainsi s’assurer que le son de la diversité soit entendu ».

 

► Donald Trump prend des mesures pour la liberté d’expression sur les réseaux sociaux

Donald Trump a mis sa menace à exécution. Le président américain a signé ce jeudi un décret visant à limiter la protection des réseaux sociaux et la latitude dont ils bénéficient dans la modération de leurs contenus. « Nous sommes ici pour défendre la liberté d’expression face à un des pires dangers qui soit », a déclaré Donald Trump depuis le Bureau ovale en signant ce document qui devrait être le point de départ d’une longue bataille en justice.

 

► Donald Trump s’attaque frontalement à la Chine

Le Parti communiste chinois a voté une série de mesures dans la semaine pour accroître la capacité de Pékin à intervenir à Hong-Kong. Prétextant que ces mesures viennent seulement répondre aux violentes manifestations qui ont eu lieu dans l’ancienne colonie britannique l’année dernière, le Gouvernement américain a immédiatement réagi en ne distinguant plus Hong-Kong de la Chine : les États-Unis menacent ainsi de retirer tous leurs avantages fiscaux et commerciaux à la ville-état de Hong-Kong pour affaiblir durablement son rival chinois.

 

► Éphéméride

Le 29 mai 1453 Constantinople, capitale de l’Empire byzantin réduit comme peau de chagrin, tombe aux mains des armées ottomanes commandées par le Sultan Mehmed II. La rivalité entre les puissances turques et byzantines date du XIe siècle, avec l’arrivée des tribus nomades asiatiques sur le plateau anatolien qui écrasent les armées impériales à la bataille de Manzikert. Mais le coup décisif est finalement porté en mai 1453 : le jeune sultan Mehmed II rassemble près de 60 000 combattants, une impressionnante flotte et surtout de nombreuses pièces d’artillerie pour détruire le dernier bastion chrétien de la région. De leurs côtés, les Grecs ne sont plus que quelques milliers pour défendre la cité. Mais ils peuvent compter encore sur l’excellence de leur flotte, qui repousse à plusieurs reprises les navires turques et continuent à ravitailler la ville assiégée. Le Sultan, qui craint l’arrivée d’une armée chrétienne envoyée par la Hongrie et qui sait le moral de ses forces fragile, tente le tout pour le tout et lance un assaut général dans la nuit du 28 au 29 mai. Au matin, les défenseurs épuisés par les combats de la nuit, sont balayés par les janissaires ottomans : l’empereur Constantin XI meurt les armes à la main alors que la ville devient désormais la capitale de l’Empire turc. La Russie tsariste, longtemps héraut des peuples orthodoxes, a toujours rêvé de reprendre Istanbul, et de rendre à la cité son premier patronyme : Constantinople.

 

 

Commentaires Facebook
Étiquettes :

En cours

Title

Artist

Background
Intervenir sur l'émission
EMISSION EN COURS

► L.J. de lumière de l’espérance

12:00 13:30