BULLETIN DE REINFORMATION DU 22 MAI 2020

Patron d'émission le 22 mai 2020

Bulletin de réinformation proposé par Sacha Milo et François Persurier

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

ÉPHÉMÉRIDE


 

► Le 22 mai 1542 : convocation du concile de Trente

Pour répondre au défi lancé à la papauté par la réforme protestante de Martin Luther et de Jean Calvin, le pape Paul III convoque le 22 mai 1542, le concile de Trente, dix-neuvième concile œcuménique reconnu par l’Église catholique. Étalés sur dix-huit ans, ses travaux couvriront cinq pontificats, compteront vingt-cinq sessions. Le concile confirme la doctrine du péché originel, précise celle de la justification, de l’autorité de la Bible spécifique au catholicisme romain. Il confirme aussi les sept sacrements, le culte des saints et des reliques ainsi que le dogme de la Trente est l’un des conciles les plus importants de l’histoire du catholicisme. Il représente une rupture entre l’Église médiévale et l’Église des temps classiques. Dans le domaine des arts, il accompagne la transition de la Renaissance à l’âge classique qui engendrera des bouleversements en architecture, en peinture, en sculpture et en musique. Les succès du style baroque furent encouragés en effet par l’Église de la « Contre-Réforme » aussi appelée Église « tridentine » (de Tridentium, nom latin de la ville de Trente), qui avait décidé, en opposition à la Réforme protestante, que les arts devaient servir les thèmes religieux et susciter un effet émotionnel direct.

 

GRANDS TITRES


 

► Le dispositif de signalement et de censure déployé par le gouvernement, suscite des polémiques

Profitant de la panique sanitaire ambiante, le gouvernement tente de renforcer son contrôle de la population par des mesures liberticides tous azimuts, qui rencontrent toutefois des oppositions.

Le 4 mai 2020, l’Éducation nationale publiait sur son site, des recommandations aux enseignants, afin de renseigner des fiches leur demandant de signaler « les enfants qui tiennent des propos inacceptables ». Ce qui signifie après traduction de la novlangue : propos différents voire critiques de la version officielle largement dispensée par les médias dominants.

Confronté à une levée de boucliers syndicale, l’État a dû modifier les paragraphes les plus contestés.

Le 9 mai dernier, l’Assemblée nationale a voté une loi enfreignant le secret médical qui permet au gouvernement de collecter, sans leur consentement, les données personnelles sur la santé des sujets ayant été exposés au coronavirus et de toute personne ayant été en contact avec eux. Le ministère de la Santé compte, pour saisir les données dans un fichier, sur la complicité des médecins, moyennant une rémunération de deux à quatre euros par patient.

Certains médecins commencent à exprimer leur mécontentement.

Le 13 mai, le Parlement adoptait la loi Avia contre les propos haineux sut Internet. Elle autorise une censure privée effectuée par les opérateurs, fondée sur leur interprétation du concept de haine, par ailleurs non défini juridiquement, et détectée par des algorithmes opaques. Depuis le 18 mai, au nom de la défense de la « liberté d’expression », un groupe de sénateurs LR a formé un recours auprès du Conseil constitutionnel.

Quant à l’application de « StopCovid » prévue pour le mois de juin, nous pouvons espérer que cette nouvelle forme de traçage numérique – qui par ailleurs n’a pas prouvé son efficacité – ne deviendra pas obligatoire.

 

► Neil Ferguson, prophète des catastrophes épidémiques et apôtre du confinement, démissionne sans gloire

Le professeur Neil Ferguson dirige, à l’Imperial College de Londres, l’équipe universitaire qui a élaboré le logiciel modélisant l’épidémiologie des maladies infectieuses et qui servit, entre autres, à définir et à faire adopter les mesures de confinement imposées en Occident pendant les derniers mois de la pandémie. C’est ce logiciel qui a prédit le chiffre d’un million de victimes du SARS-CoV-2 aux États-Unis même en tenant compte d’une augmentation de la « distance sociale » et de la protection des personnes âgées. Ces prévisions apocalyptiques et leur équivalent au Royaume-Uni et en France influencèrent les décisions de confinement généralisé prises par les autorités de ces pays.

Devant les excès de ces prédictions non corroborés par les faits, l’Imperial College reçut plusieurs demandes de communication du code source de ce logiciel. Aucune de ces demandes ne fut satisfaite jusqu’à ce qu’une nouvelle version retravaillée et nettoyée avec l’aide de Microsoft ne soit enfin rendue publique six semaines plus tard. Plusieurs analystes y ont relevé de nombreux défauts de nature à compromettre sa fiabilité :

  • Impossibilité de rendre des résultats identiques lors d’utilisations successives avec les mêmes paramètres.
  • Obtention de résultats divergents sur différentes machines.
  • D’autres failles ont été repérées mettant sérieusement en cause la crédibilité des conclusions obtenues.

En 2002, Ferguson avait prédit que 150.000 personnes mourraient de la maladie de la Vache folle, alors qu’on en n’a dénombré que 177 au Royaume Uni. Le même prédisait en 2005 150 millions de victimes de la grippe aviaire alors qu’on ne compta que 282 victimes. En 2009 encore, Ferguson prévoyait 65,000 victimes britanniques de la grippe porcine alors qu’on n’en recensa que 457.

Neil Ferguson vient de se démettre de son rôle de conseiller du gouvernement pour avoir dérogé aux règles de confinement qu’il avait lui même préconisées lors d’un rendez-vous avec sa maîtresse. Ce grave écart de conduite semble accréditer la thèse selon laquelle Neil Ferguson est le premier à ne pas croire à ses propres prédictions.

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► Les militants de Génération identitaire acquittés en appel pour l’occupation d’une mosquée en 2012

Mercredi dernier se tenait le procès en appel de cinq militants de Génération identitaire, lourdement condamnés en première instance en décembre 2017 pour avoir, avec 68 autres militants, manifesté pacifiquement en occupant le toit d’une mosquée en construction à Poitiers le 20 octobre 2012. Ils brandissaient une banderole appelant à un référendum sur les mosquées en France.

Ils furent condamnés à un an de prison avec sursis avec une mise à l’épreuve de deux ans, cinq ans de privation de droits civiques, civils et de famille et 40.000 euros d’amendes. Damieu Rieu, l’un des accusés, a prononcé une allocution décrivant l’implication de l’imam de la mosquée de Poitiers, dans les réseaux islamistes, dans laquelle il précise : « la place de l’accusé serait plus justement occupée par Monsieur Boubakeur El Hadj Amor, imam radical de cette grande mosquée UOIF de Poitiers financée par le Qatar ».

Le jugement de la cour d’appel abandonne l’inculpation pour « provocation à la haine raciale » en raison d’un vice de forme juridique, mais conserve celle de « détérioration de matériel », qui porte sur des tapis déplacés par les manifestants et qui auraient été mouillés par la pluie, ainsi que la chute de repoussoirs à pigeons. Verdict le 19 juin 2020.

 

► Fermeture illégale des cultes : le Gouvernement français condamné par le Conseil d’État !

Saisi sur requête déposée en premier lieu par Civitas, puis par plusieurs associations catholiques, le juge des référés du Conseil d’État vient de condamner l’État français en lui rappelant que la liberté religieuse est une liberté constitutionnelle et qu’elle ne saurait être limitée par des mesures manifestement attentatoires à l’exercice des libertés publiques. Le juge administratif confirme ainsi une jurisprudence constante dont la solennité avait déjà été soulignée en 2005.

Le gouvernement se voit donc contraint, dans un délai de huit jours, de réformer le dispositif prévu par le décret du 11 mai 2020, en vue de faciliter l’exercice du culte et de permettre, par conséquent, la restauration des célébrations religieuses.

 

► La chiffre du jour est de 1600

C’est le nombre de salariés de la branche audiovisuelle du groupe Altice, propriété du milliardaire Patrick Drahi, à qui un plan de départs volontaires va être proposé. Le groupe précise que « Les licenciements contraints n’interviendraient que si le nombre de volontaires était insuffisant ». En effet, à l’instar de certains media progressistes outre-Atlantique comme CNN et MSNBC, les médias du groupe Altice comprenant en outre BFMTV, RMC et BFM Business, subissent une contraction de leurs recettes publicitaires. Une mesure qui en annonce bien d’autres en ces temps d’après pandémie !

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► Viols de masse : Le Gouvernement britannique reconnaît que les gangs ont été protégés par le politiquement correct

Le ministre de l’Intérieur britannique annonce la prochaine publication d’un document visant à éclaircir les circonstances qui ont permis à des gangs de se livrer à des actes d’exploitation sexuelle sur des milliers de jeunes filles britanniques.

Ce travail n’occultera ni les « caractéristiques » de ces délinquants, ni celles des victimes, et détaillera le contexte dans lequel ces crimes ont pu être commis.

Priti Patel, ministre de l’Intérieur déclare que « Des victimes mineures d’abus sexuels de la part de ces gangs nauséabonds, m’ont expliqué comment l’État avait fermé les yeux au nom du politiquement correct », poursuivant « Je suis déterminé à rendre justice aux victimes et à faire en sorte que cela ne se reproduise plus jamais. ».

En septembre dernier, le gouvernement avait annoncé qu’une dotation complémentaire de 33,5 millions de livres sterling serait ouverte pour poursuivre la lutte contre ces odieux délinquants, protéger les victimes, et les aider à reconstruire leur vie.

 

► La phrase du jour est du président Donald Trump

« L’Europe perd sa culture » [à cause de l’immigration qui a] changé le tissu de l’Europe [de manière permanente mais] pas de manière positive.

C’est ce qu’a déclaré le président des États-Unis, descendant d’ancêtres européens dans un entretien avec le quotidien britannique The Sun.

 

► La citation du jour est de Gustave Le Bon

Le besoin de certitude a toujours été plus fort que le besoin de vérité.

 

► La bonne nouvelle du jour est d’ordre vaccinal

Le laboratoire américain Moderna a annoncé, ce 18 mai, des « données intérimaires positives » de la phase I des essais cliniques de son projet de vaccin contre le coronavirus nommé mRNA-1273. L’injection de ce produit a suscité chez huit volontaires une réponse immunitaire de même amplitude que celle observée chez des patients infectés par le SARS-CoV-2. Les résultats complets de l’essai de phase 1 qui incluait 45 participants ne sont pas encore connus. Trois groupes de quinze patients ont reçu trois doses différentes du vaccin, en une ou deux fois. « L’équipe de Moderna continue à se concentrer sur le lancement de l’essai crucial de phase 3 en juillet le plus rapidement et sûrement possible », a déclaré le patron de Moderna, Stéphane Bancel. Ces efforts ne devraient toutefois pas rapprocher significativement la date d’adjonction d’une arme vaccinale à l’arsenal thérapeutique de lutte contre la pandémie.

 

 

Commentaires Facebook
Étiquettes :

En cours

Title

Artist

Background
Intervenir sur l'émission
EMISSION EN COURS

↺ L.J. de lumière de l’espérance

16:00 17:30