BULLETIN DE REINFORMATION DU 24 AVRIL 2020

Patron d'émission le 24 avril 2020

Bulletin de réinformation présenté par Christian Bieber, Charles Rémès et Henri Chevallier

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

GRANDS TITRES


 

► Confinement : le plan de sortie se précise

Les mesures de confinement devraient entraîner 120 milliards d’euros de pertes pour l’économie française selon une estimation de l’Observatoire français des conjonctures économiques. Pourtant, le plan de déconfinement du gouvernement est bien loin d’être clarifié. Si une date de « déconfinement » a bien été communiquée aux Français – celle du 11 mai – cette échéance ne sera pourtant pas un « retour à la normale ». Une précision apportée par le gouvernement après l’allocution visiblement trop optimiste d’Emmanuel Macron le 13 avril dernier.

Le déconfinement ne sera pas « régionalisé »

C’est ce qu’a annoncé l’Élysée hier à l’issue d’une réunion entre Emmanuel Macron et les maires. Pas de sortie du confinement par région donc, mais un déconfinement adapté aux « réalités de chaque territoire ».

Cependant, les déplacements entre régions pourraient être limités. Interrogé par la mission d’information de l’Assemblée nationale sur le Covid-19, le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, a ainsi déclaré que pour empêcher la réactivation de la propagation du virus il faudrait éviter les transports interrégionaux et les échanges de populations entre des zones massivement touchées et des zones peu touchées.

Par ailleurs, des précisions ont également été apportées quant au retour progressif des enfants à l’école à partir du 11 mai. Il se fera « sur un principe de volontariat des parents et sans obligation ».

Le port du masque pourrait devenir obligatoire

Pour finir, après de multiples contradictions, le gouvernement se décide enfin à modifier timidement sa position quant au port du masque : il faudra « probablement imposer le port du masque » dans les transports en commun. Une volte-face assez surprenante. Le gouvernement déclarait en effet le 17 mars dernier que le port du masque n’était pas nécessaire si l’on n’est pas malade.

 

► Retour sur les violences dans les banlieues

Depuis la nuit du 18 au 19 avril, partout en France, des banlieues sensibles sont le théâtre de violences contre les policiers suite à l’interpellation musclée d’un délinquant multirécidiviste à Villeneuve-la-Garenne. L’individu en question, à moto, sans assurance, sans casque et à contresens a eu le fémur brisé dans la collision avec la portière du véhicule de police. Le « jeune » de 30 ans a lui-même reconnu ne pas être « un enfant de cœur », sur YouTube, dans une vidéo où il appelle au calme. Condamné 14 fois pour drogue, refus d’obtempérer, violences aggravées, extorsion, menace de mort avec un hachoir et plusieurs fois incarcéré, il avait aussi fait l’objet de trois verbalisations pour violation du confinement.

C’est la rapide diffusion des images de l’accident sur les réseaux sociaux qui aurait fait éclater les violences. Des feux d’artifices et des cocktails Molotov ont été lancés sur les forces de police, des voitures et des poubelles ont été brûlées et une école a subi un début d’incendie volontaire à Gennevilliers. Même la très calme ville de Versailles a été le théâtre d’un guet-apens contre des policiers, dans la seule cité que compte la ville.

Quelles réactions des autorités ?

Les ordres donnés aux troupes de police sont, selon le délégué du syndicat de police Unité SGP de « ne pas entrer en contact avec les perturbateurs qui » toujours selon lui « ne sont autres que des délinquants qui brûlent du mobilier urbain ou attaquent les policiers. Il faut les laisser faire et surtout ne pas trop se défendre avec notre armement collectif ». « Ce sont des consignes scandaleuses » déclarait-il au journal Le Parisien. Le discours des dirigeants est pacificateur. Ainsi, Christophe Castaner a déclaré que les tensions ne sont pas d’une gravité exceptionnelle.

Et les médias dominants, qu’en disent-ils ?

Ils s’efforcent de nier le lien entre les éclats de violence partout sur le territoire. Ainsi, le journal Le Monde a modifié le titre d’une publication pour modérer son propos. Étaient évoqués une « impunité totale » dans les banlieues dénoncée par les policiers ainsi qu’un « embrasement généralisé » des quartiers sensibles. Le journal Libération de son côté dénonce le statut de bouc émissaire des quartiers défavorisés.

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► Les Parisiens du XIXe dénoncent l’impunité des dealers en plein confinement

Un reportage de BFM TV révèle qu’au cœur même de la capitale, vendeurs et consommateurs de drogue n’ont pas besoin de se cacher.

Lors d’un micro-trottoir, une habitante s’insurge : « c’est devenu une zone de non droit. Ils consomment à la vue de tout le monde. Ils dealent à la vue de tout le monde ». Selon elle, la vente et la consommation de crack, notamment, n’ont pas ralenti avec le confinement. Un autre riverain dit regretter son récent déménagement dans le quartier. « On se sent en insécurité » affirme-t-il.

Ce reportage n’était visiblement pas du goût de tout le monde puisque BFM TV a décidé de le retirer de son site internet.

 

► Une commande du ministère de la Santé d’un montant de 30 millions d’euros se révèle inutile

Pour faire face aux besoins urgents des soignants, l’État a commandé 10 000 respirateurs artificiels à l’usine française Air Liquide. N’étant pas en capacité d’honorer la commande seule, l’entreprise s’est associée à trois fleurons de l’industrie : PSA, Valeo et Schneider Electric. Cette commande s’élève à 30 millions d’euros. L’entreprise, qui n’est pas non plus équipée pour produire le modèle « T60 » actuellement utilisé, a convenu avec l’État de produire un autre modèle « l’Osiris 3 ». Le problème est que « l’Osiris 3 » est un « ventilateur de transport léger ». Il n’est donc pas efficace pour soigner les malades du Covid-19.

Yves Rebufat, réanimateur au CHU de Nantes, a ainsi déclaré : « si vous vous en servez pour un syndrome respiratoire aigu, vous avez un risque de tuer le patient au bout de trois jours ».

 

► A Lyon, Génération Identitaire « fait taire le muezzin »

Lundi 20 avril, des militants lyonnais de Génération Identitaire se sont rendus à la grande mosquée de Lyon afin d’y projeter un visuel dénonçant l’appel public à la prière islamique du 25 mars et ceux qui s’en sont suivis partout en Europe. Leur slogan : « Lyon, Strasbourg, Marseille, Allemagne, Espagne : Stop ! Le chant du muezzin ne résonnera pas en Europe ! ».

Le recteur de la grande mosquée, Kamel Kabtane s’est dit « inquiet », déclarant à l’AFP : « C’est une prouesse digne des temps anciens, c’est une forme de terrorisme intellectuel pour faire peur aux musulmans ». Il a ensuite affirmé avoir « écrit au préfet pour demander que l’État protège la mosquée ». En référence à OSS 117, les militants identitaires ont rappelé : « Il a fait taire le muezzin, pourquoi pas toi ? ».

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► Coronavirus : le géant russe d’internet lance un dépistage gratuit pour les Moscovites

Yandex a lancé un service de dépistage gratuit du nouveau coronavirus pour tous les habitants de Moscou, épicentre de la pandémie en Russie.

Créateur du moteur de recherche éponyme et d’autres services populaires, Yandex a lancé cette initiative sanitaire dans le cadre de l’« alliance contre le coronavirus » créée en mars avec le soutien financier du « Fonds souverain » de l’État russe. Ces deux dernières semaines la Russie connaît une flambée d’infections au Covid-19, avec 62 773 cas et 555 morts officiellement enregistrés le 23 avril.

Les autorités russes revendiquent l’un des taux de dépistage les plus élevés au monde, avec plus de 2,4 millions de tests effectués depuis le début de l’épidémie.

 

► Italie : 200 000 clandestins sur le point d’être régularisés

L’Italie prévoit d’adopter un décret qui accorderait un titre de séjour à 200 000 clandestins présents sur le territoire, pour pallier le manque de main d’œuvre. La ministre de l’Agriculture Teresa Bellanova a justifié cette mesure en dénonçant le fait que d’ordinaire 600 000 clandestins travaillaient sur le territoire sans contrat de travail et pour des sommes minimes, allant jusqu’à assimiler leurs patrons à une mafia. « Il faut régulariser les migrants pour les soustraire aux griffes du travail illégal » déclare-t-elle. La ligue, le parti de droite anti-immigration, est contre cette mesure, qui n’est selon eux nullement nécessaire. Cependant le Gouvernement italien a choisi de venir en aide aux clandestins plutôt que d’appliquer les solutions proposées par la Ligue, telles que les emplois temporaires ou l’usage de machines agricoles.

 

► Pendant ce temps, Matteo Salvini risque jusqu’à 15 ans de prison justement pour avoir voulu endiguer l’immigration illégale

Mercredi 12 février, le Sénat italien a autorisé le renvoi en justice de l’ancien ministre de l’Intérieur Matteo Salvini. Il est accusé de « séquestration de personnes » pour avoir bloqué un bateau de migrants au large de la Sicile pendant son mandat. Son immunité parlementaire ayant été levée par le Sénat, l’ancien député européen risque jusqu’à 15 ans de prison. Lors de son audience, il a expliqué qu’il était de son « devoir » de défendre les frontières de son pays, insistant sur le fait que « les adversaires doivent être battus dans les urnes, pas devant les tribunaux ». Le chef de la Ligue a déclaré « mes enfants ont le droit de savoir que, si leur papa était souvent loin de la maison, ce n’était pas pour séquestrer des personnes mais pour défendre les frontières et la sécurité du pays ».

 

► L’Iran annonce la réussite du lancement de son premier satellite militaire

Ce lancement a été annoncé mercredi par les agences officielles iraniennes. Les États-Unis ont confirmé sa détection dans l’espace le soir même. S’il ne s’agit probablement que d’un satellite de reconnaissance au vu de son orbite basse, cela n’en est pas moins une réussite marquante pour Téhéran. En effet il s’agit du premier succès du nouveau lanceur spatial iranien, effectué, qui plus est, depuis une nouvelle base spatiale du pays. L’Iran n’avait plus connu de vol spatial couronné de succès depuis 2015. Israël a dénoncé ce lancement dans un communiqué, suivi par Washington qui accuse l’Iran d’utiliser ces lancements pour renforcer ses compétences dans le domaine des missiles balistiques.

 

► Edward Snowden demande une prolongation de son permis de séjour en Russie

En 2013, il quittait le sol américain pour Hong-Kong avec sa carte SD contenant les preuves dérobées à la NSA de l’existence de programme de surveillance de masse du peuple américain. Il laissait derrière lui un salaire confortable et une carrière prometteuse, et s’exprimait en ces mots : « Je suis prêt à sacrifier tout cela parce que je ne peux, en mon âme et conscience, laisser le Gouvernement américain détruire la vie privée, la liberté d’Internet et les libertés essentielles des gens du monde entier avec ce système de surveillance qu’il est en train de bâtir secrètement ».

Il est depuis réfugié en Russie qui lui accordait un droit d’asile temporaire puis un permis de séjour, lui-même prolongé et expirant en 2020. Il a demandé une nouvelle prolongation.

Dans une interview du mois dernier, il s’inquiétait notamment des mesures de surveillances des populations adoptées par les États dans le cadre du coronavirus. Pour lui, ces mesures risquent bien d’être conservées, et pire « Quelle que soit la façon dont les données personnelles sont utilisées aujourd’­hui, ce qui est construit en ce moment, c’est l’architecture de l’oppression. »

 

► La bonne nouvelle du jour est pétrolière

Total a annoncé ce jeudi avoir conclu un accord avec son homologue britannique Tullow, afin de reprendre l’ensemble des intérêts de celui-ci dans le projet de développement des champs pétroliers du Lac Albert, en Ouganda. Total deviendrait ainsi majoritaire dans ce projet d’extraction pétrolière estimé à 3 milliards de barils de pétrole. Alors que la ruée vers l’Afrique de l’Est fait rage entre diverses compagnies sud-africaines, britanniques, américaines et chinoises, le géant français tire donc son épingle du jeu, profitant des déboires de la compagnie britannique tombée au plus bas fin 2019.

 

 

Commentaires Facebook
Étiquettes :

En cours

Title

Artist

Background
Intervenir sur l'émission
EMISSION EN COURS

► L.J. des artisans

18:00 21:00