BULLETIN DE REINFORMATION DU 6 MARS 2020

Patron d'émission le 6 mars 2020

Bulletin de réinformation proposé par Erika Gauthier et Aliénor Lagardère

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

GRANDS TITRES


 

► Le coronavirus prend de l’ampleur en France et occupe l’espace médiatique

Depuis quelques semaines déjà l’épidémie virale du Covid-19 est devenue mondiale. Mais sa progression en Europe semble accélérée.

Quelles sont les décisions prises par les autres pays ?

L’Italie a, sous l’impulsion de Guiseppe Conte le président des ministres italiens, fermé l’ensemble des écoles et des universités sur son territoire. D’après les scientifiques italiens le virus se propage plus facilement à travers les enfants, qui eux ne sentent pas les effets de cette maladie, mais la transmettent ensuite aux adultes et aux personnages âgées, plus vulnérables. Israël a fermé ses frontières et aéroports aux ressortissants français et allemands, deux des pays européens les plus touchés avec l’Italie en Europe.

En France, allons-nous aussi avoir des restrictions particulières ?

Pour l’instant, seules les régions considérées comme des foyers de maladie, sont confinées, comme certains villages de l’Oise par exemple. Par ailleurs, les stocks de masques sanitaires et des gels hydroalcooliques ont été saisis par l’État pour éviter une inflation de ces deux produits demandés alors que les rassemblements de plus de cinq mille personnes dans des endroits confinés sont interdits. Mais si le nombre de cas continue d’augmenter, celui des morts reste encore très faible, sept aux dernières nouvelles. Mais la situation risque d’évoluer rapidement.

Le gouvernement va-t-il déclencher la phase trois du plan visant à restreindre la maladie ?

La phase trois devrait en réalité lutter de manière drastique contre la propagation de l’épidémie, en interdisant de manière stricte tous rassemblement de personnes, en fermant comme en Italie les écoles, ou comme en Israël les frontières par exemple. À cela s’ajouterait une mobilisation de l’ensemble des centres médicaux et du personnel pour lutter principalement contre cette grippe. Et si le gouvernement se veut encore rassurant, en rappelant que la maladie ne provoque des cas graves que sur 20% des victimes, et à un taux de perte de « seulement » 2%. Mais d’après les derniers relevés, des premiers cas auraient été détectés à Paris, à Marseille ou encore à Versailles, c’est-à-dire dans des centres urbains importants, où la propagation serait extrêmement rapide.

 

► Conclusion d’un accord de cesser le feu à Idlib

 
Après d’âpres négociations, les présidents turc et russe ont annoncé lors d’une conférence de presse commune la conclusion d’un cessez-le-feu dans la région d’Idlib. Celui-ci prendra effet à minuit, selon les déclarations du président Erdogan afin de « ne pas exacerber la situation humanitaire dans la région ». De son côté, le président russe a tenu à réitérer son engagement en Syrie au nom de la souveraineté et de l’unité de ce pays et de la lutte contre le terrorisme international. Par ailleurs, les deux présidents ont précisé leur volonté de trouver un accord malgré leurs opinions divergentes.

Mais comment les deux parties prétendent-elles appliquer le cessez-le-feu ?

Selon les déclarations conjointes des deux ministres aux Affaires étrangères, le présent accord reprend les termes du précédent signé en septembre 2018 avec néanmoins un réajustement technique du fait de l’évolution de la ligne de front. Ce dernier prévoit par ailleurs, la création d’un corridor humanitaire d’une largeur de six kilomètres entre Lattaquié et Idlib, ainsi que la constitution de patrouilles communes le long de la ligne de conflit. Monsieur Erdogan a prévenu que son pays « ripostera de toutes ses forces » en cas de violation du dit traité par l’armée Syrienne.

Mais quel avenir pour la région d’Idlib et l’issue du conflit

Si l’accord, met fin temporairement aux affrontements entre les forces terroristes soutenues par les Turcs et l’armée syrienne soutenue par la Russie, il ne résout en rien la question politique discutée dans le cadre du processus d’Astana. Ce format de dialogue multilatéral piloté par la Russie inclut l’ensemble des belligérants partis au conflit. Mais les divergences restent grandes, et la Syrie n’entend pas céder des parties de son territoire à son voisin turc. Or, la situation humanitaire au nord du pays s’empire, et malgré la fin provisoire des combats, le président Erdogan n’a toujours pas refermé sa frontière avec l’Europe laissant présager une nouvelle grande vague migratoire en Europe au printemps prochain.

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► Des agriculteurs « gagnent 350 euros » et « vivent bien » : les propos d’un député LREM font polémique.

Frédéric Descrozaille, député LREM du Val-de-Marne, a affirmé le 3 mars sur le plateau de CNews, que certains agriculteurs « vivent bien » avec 350 euros par mois, propos qui a évidemment provoqué l’indignation de plusieurs personnalités politiques, qui jugent ces propos choquants.« Notre agriculture s’effondre, un agriculteur français se suicide tous les deux jours, mais pour le député LREM Frédéric Descrozaille, on peut « bien vivre » avec 350 euros par mois. « Faisons-leur payer démocratiquement, dans les urnes, leur déconnexion, leur cynisme et leur mépris ! », s’est indignée l’eurodéputée RN Virginie Joron. Cette phrase de M. Descrozaille pourrait bien faire siffler les oreilles de nombreux agriculteurs.

 

► La lutte contre la grossophobie est-elle le premier combat ?

La France compte aujourd’hui huit millions d’obèses, et ce qui préoccupe le gouvernement c’est de savoir comment lutter contre la grossophobie. Mais le problème n’est pas de lutter contre la grossophobie ! C’est de lutter contre l’obésité qui est une catastrophe médicale. L’obésité est, lorsqu’on regarde les chiffres, une maladie mortelle. Le professeur Laurent Alexandre explique qu’il faut cesser de pousser les obèses à rester malades. Rappelons qu’actuellement, les médecins considèrent que « c’est une pathologie grave et galopante qu’on ne sait pas encore guérir ».

 

► Lancement d’une nouvelle collection de l’institut Iliade aux éditions de La nouvelle libraire

Une soirée exceptionnelle aura lieu à l’occasion de ce lancement à La nouvelle libraire, 11 rue de Médicis dans le VIe arrondissement de Paris, jeudi 26 mars à 19 heures. Ce sera l’occasion de rencontrer Guillaume Travers, directeur de la collection et auteur de l’ouvrage « Économie médiévale et société féodale. Un temps de renouveau pour l’Europe » et Grégoire Gambier, délégué général de l’Institut Iliade. 

 

► 68%, c’est le chiffre de Français opposés à l’utilisation du 49.3 pour l’adoption de la réforme des retraites

Ce sont les résultats du sondage Yougov publié mercredi sur le site du Huffington Post, les Français restent opposés à la réforme des retraites imposée par le gouvernement d’Edouard Philippe. Les sondés dénoncent ainsi massivement l’autoritarisme des méthodes employées par le gouvernement pour imposer sa réforme quoi qu’il en coûte. Ceci tandis que le projet de loi organique a été adopté hier, jeudi 5 mars, en présence de 99 députés sur 577, à 98 voix contre une, dans un grand silence des médias plus occupés à traiter l’opportun sujet du coronavirus !

 

► La phrase du jour

est une véritable perle d’Anne Hidalgo : dans ses propositions électorales, elle explique :

On va trouver des solutions pour les professionnels pour passer du camion au vélo.

Nous souhaitons donc bien du plaisir aux ouvriers qui vont devoir transformer les vélos en véritable porte-avion pour aller travailler avec tout leur matériel.

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► Hambourg : une musulmane autorisée à venir en classe avec son voile intégral

Une adolescente de seize ans, convertie à l’islam en 2017 et scolarisée dans une école de Hambourg, se rend depuis un an à l’école avec son niqab, voile intégral couvrant le visage, à l’exception des yeux. Malgré les nombreuses tentatives du personnel de l’école de convaincre la jeune fille de retirer son voile en classe, celle-ci a toujours refusé et devait donc suivre les cours dans une pièce voisine, séparée de ses camarades. Les autorités scolaires ont fini par demander à la mère, également convertie à l’islam, de s’assurer que sa fille se découvre le visage en classe, sous peine d’une amende de 500 euros. La mère a fait appel de la décision et a obtenu raison, il n’existe en effet aucune base juridique dans la loi scolaire de Hambourg, interdisant le port du voile intégral en classe, contrairement à d’autres régions comme la Bavière et la Basse-Saxe qui ont déjà adopté de telles dispositions. L’écolière, qui travaille en parallèle dans un magasin de vêtements arabes, rencontre aussi des problèmes avec la ville mais selon elle, ce ne serait pas le niqab qui pose problème, mais la ville.

 

► Grèce: une chapelle saccagée par des clandestins.

La chapelle de Hagios Georgios (Saint Georges) sur l’île grecque de Lesbos a été vandalisée par des clandestins lundi 2 mars. Les habitants de l’île, indignés, accusent un groupe de clandestins vivant dans le camp de Moria d’avoir commis cette attaque. Ils affirment même que lorsque la police a empêché la tenue d’une manifestation de centaines de clandestins demandant à être transférés à Athènes, un groupe d’une vingtaine d’individus s’est rendu à l’église et s’est vengé en détruisant l’autel et la nef de cette chapelle. Les images montrent que les assaillants ont également détruits des icônes ainsi que des meubles. La chapelle a été vandalisée à plusieurs reprises ces dernières années, selon les habitants. Mais jamais, il n’y a eu d’arrestations.

 

► La Turquie contre le refoulement des clandestins par la Grèce

La Turquie a déployé mille forces spéciales de police à la frontière grecque « pour empêcher les refoulements » alors que des milliers de clandestins tentent de passer en Europe, a annoncé le ministre turc de l’Intérieur, Suleyman Soylu. Lors d’une visite de la zone frontalière, ce dernier a déclaré : « Nous avons envoyé le long du fleuve Evos mille membres des forces spéciales de la police, pleinement équipés, pour les empêcher de repousser les migrants »

 

► La deuxième phrase du jour nous vient d’une transgenre de 23 ans ! 

Je ne veux pas que d’autres enfants souffrent comme moi

Voici les propos de Keira, qui regrette son changement de sexe subi dans une clinique londonienne à l’âge de seize ans. Elle a engagé une action en justice contre la clinique londonienne spécialisée Tavistock qui lui a prescrit de lourds traitements hormonaux retardant la puberté après seulement trois rendez-vous d’une heure. Aujourd’hui âgée de 23 ans elle souhaiterait retrouver son sexe d’origine et regrette de ne pas avoir été plus informée des lourdes conséquences du traitement. Ses avocats soutiennent que les enfants ne peuvent pas donner leur consentement éclairé à un traitement retardant la puberté ou les aidant à la transition.

 

► La bonne nouvelle du jour

Le camembert de Normandie restera au lait cru

Mardi, après deux années d’intenses discussions, l’appellation d’origine protégée « Camembert de Normandie » ne pourra être inscrite que sur les produits fabriqués sur le territoire normand. 

Avant cette décision, l’Institut national de l’origine et de la qualité visait à définir une double AOP : l’une baptisée « Cœur de gamme » et élaborée avec du lait pasteurisé provenant de troupeaux avec au moins 30% de vaches normandes ; l’autre, dite « haut de gamme », fabriquée  avec du lait cru produit par au moins 60% de vaches normandes.

Finalement, les industriels ayant recours au lait pasteurisé ne pourront plus apposer la notion « Fabriqué en Normandie » sur leur produit et c’est une très bonne nouvelle, préservons la qualité de nos produits ! 

 

 

Commentaires Facebook
Étiquettes :

En cours

Title

Artist

Background
Intervenir sur l'émission
EMISSION EN COURS

♫ Chansons Françaises

13:30 14:00