BULLETIN DE REINFORMATION DU 14 FEVRIER 2020

Patron d'émission - le 14 février 2020

Bulletin de réinformation présenté par Sacha Milo et Pierre Godicheau, avec la contribution de François Persurier

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

Éphéméride

► Le 14 février 842 furent prononcés les « Serments de Strasbourg »

En ce jour de Saint-Valentin, c’est avant tout aux amoureux de la langue française (nombreux parmi vous, chers auditeurs,) que s’adresse cette éphéméride !

C’est en effet le 14 février 842, qu’à Strasbourg, Charles le Chauve et Louis le Germanique, conclurent une alliance militaire destinée à contrer les ambitions de leur frère aîné Lothaire Ier qui s’était arrogé, à la mort de leur père Louis le Pieux, le titre d’Empereur d’Occident. Pour ce faire, Louis le Germanique et Charles le Chauve s’allient contre lui. Après leur victoire à la bataille de Fontenoy-en-Puisaye en 841, ils renforcent leur union par les « Serments de Strasbourg » en 842.

Afin d’être entendu des soldats de son frère, Charles le Chauve prête son serment en langue tudesque alors que Louis le Germanique prononce le sien en langue romane pour être compris des troupes de Charles le Chauve.

Ainsi, les  « Serments de Strasbourg » attestent de l’existence, dès cette époque, sur le sol de l’ancienne Gaule, d’une langue romane évoluée différente du latin, la « lingua rustica romana ». Ce texte constitue l’acte de naissance de la langue française. Il sera prolongé par la signature en 843, du traité de Verdun scindant l’empire carolingien en trois royaumes et qui est l’un des actes fondateurs de ce qui deviendra la France.

 

GRANDS TITRES


 

► Après le New Hampshire, les contours de la campagne pour l’investiture démocrate se précisent.

Les primaires de l’Iowa avaient placé en tête le jeune ex-maire Pete Buttigieg et le sénateur du Vermont Bernie Sanders suivis par la sénatrice Elizabeth Warren. Joe Biden, jadis favori, semblant déjà distancé.

Malgré ses 78 ans et ses antécédents cardiaques, le socialisant Sanders enregistre un nouveau succès sur ses terres, bien inférieur toutefois à celui de 2016. Il est suivi de près par le modéré Pete Buttigieg, de quarante ans son cadet. La surprise vient de la troisième position de la sénatrice centriste Amy Klobuchar qui progresse aux dépens de sa concurrente radicale Elizabeth Warren, surnommée Pocahontas en raison de ses prétendues origines amérindiennes. Les difficultés de Joe Biden (77 ans), autre vétéran de la politique et ancien vice-président de Barak Obama, s’aggravent. L’entrepreneur Andrew Yang et le sénateur Michael Bennet ont désormais jeté l’éponge. S’il n’obtenait pas le soutien qu’il escompte de la communauté noire, Joe Biden pourrait leur emboîter le pas. De même, le maintien contre-productif de deux sénateurs radicaux rivaux devrait conduire au retrait d’Elizabeth Warren.

Ainsi, à moins d’une surprise émanant de Michael Bloomberg et de sa fortune, la suite de la compétition semble se jouer entre ces trois personnages.

Sanders soutenu par une jeunesse abreuvée de correction politique dont Greta Thunberg serait une condisciple si elle consentait à poursuivre ses études.

Buttigieg, époux d’un couple unisexe, coche beaucoup de cases dont celle de la minorité LGBT, et Amy Klobuchar, d’ascendance slovène et suisse, plus ancrée dans les réalités de l‘Amérique profonde mais en net manque de notoriété.

 

► Pour la florissante industrie de la désinformation, l’heure de la récompense approche

Après la remise des Oscars à Hollywood, la onzième édition de la cérémonie des Bobards d’Or, organisée par la fondation Polémia, va faire briller de nouvelles étoiles au firmament de la désinformation. La date en est fixée au 24 février 2020 à 19:30 dans le lieu désormais mythique du Théâtre du Gymnase-Marie-Bell 38, boulevard de Bonne-Nouvelle au métro Bonne-Nouvelle.

Comme chaque année, étaient éligibles à ce prix tous les délateurs, menteurs, censeurs, dissimulateurs, falsificateurs, magouilleurs, tricheurs et autres idéologues généreusement subventionnés qui fourmillent dans nos médias.

Après une sévère sélection opérée par le comité d’organisation, les quatorze meilleurs bobards sont présentés aux suffrages du public qui est invité à choisir un maximum de trois bobards lui semblant les plus dignes de figurer au palmarès. Trois catégories ont été retenues : Dans la catégorie « Bobard du stagiaire » ont été sélectionnés cinq bobards que les rédactions n’assument pas et qui sont attribués à des stagiaires. Dans la catégorie « Bob’arc en ciel » ont été retenus cinq titres fantaisistes publiés pour satisfaire aux exigences des lobbies du même nom. Enfin, la catégorie « Bobard sans frontières » explore l’étendue de l’internationale des journalistes « bobardeurs ».

L’inscription à la cérémonie peut s’effectuer sur le site internet : https://bobards-dor.fr/. Sur ce site il est aussi possible – et même recommandé – de prendre part au vote opérant un premier classement des concurrents. Les lauréats seront départagés finalement le 24 février lors de la onzième cérémonie des Bobards d’Or.

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► Blanchiment : prison ferme et inéligibilité requises en appel contre les époux Balkany

Dans un procès pour blanchiment aggravé de fraude fiscale et prise illégale d’intérêt, le parquet général a requis cinq ans de prison, dont un avec sursis, contre Patrick Balkany, maire de Levallois-Perret et quatre ans de prison, dont deux avec sursis à l’encontre de son épouse Isabelle. L’accusation a aussi demandé que soit infligée une peine de dix ans d’inéligibilité contre les édiles et demandé la saisie des biens du couple, en particulier le luxueux moulin de Giverny, dont ils conservent l’usufruit. Les Balkany sont soupçonnés d’avoir dissimulé treize millions d’euros d’avoirs au fisc entre 2007 et 2014, notamment deux somptueuses villas, à Saint-Martin et à Marrakech. Ces peines requises s’ajoutent aux peines de prison infligées pour fraude fiscale : quatre ans pour lui et trois ans pour elle. Avant de rendre sa décision le 22 avril prochain, la cour d’appel de Paris vient d’ordonner la mise en liberté pour raisons de santé de Patrick Balkany

 

► Le Mossad aurait joué un rôle décisif dans la disparition de Ben Barka

Le 29 octobre 1965, l’homme politique marocain Mehdi Ben Barka, farouche opposant au roi du Maroc Hassan II, est enlevé à Paris où il était exilé. Torturé puis exécuté, son corps ne sera jamais retrouvé. Pendant plus d’un demi siècle, l’enquête menée sur cette disparition impliqua tour à tour, mais sans certitude, les services secrets marocains et français.

Dans un ouvrage publié en anglais en 2018 et dont la traduction vient de paraître chez Grasset intitulé : « Lève-toi et tue le premier : histoire secrète des assassinats ciblés commandités par Israël », l’écrivain et journaliste israélien Ronen Bergman, révèle l’implication du Mossad dans l’enlèvement de Mehdi Ben Barka. Au micro d’Europe1, l’auteur précise qu’en contrepartie de l’élimination de cet opposant politique, les services de renseignement marocains ont : « rendu un service énorme aux Israéliens, en donnant au Mossad la capacité d’écouter les conversations les plus secrètes des dirigeants arabes ».

 

► Les incinérateurs de déchets d’Île-de-France reprennent du service

Le 23 janvier 2020, la section énergie de la CGT lançait un mouvement de grève en appelant à l’arrêt total des trois incinérateurs du Syctom, l’agence métropolitaine des déchets ménagers. Celle-ci gère les déchets de six millions d’habitants répartis sur 85 communes, soit 6.000 tonnes par jour.

Bien qu’une partie des déchets ait pu être incinérée dans des fours voisins, 5.000 tonnes durent être enfouies chaque jour, soit un total de 40.000 tonnes. Comme l’incinération des ces déchets sert à chauffer 300.000 logements, la Compagnie de chauffage urbain a dû recourir à des énergies fossiles pour compenser cette perte.

Par réquisition préfectorale, l’activité des incinérateurs reprend depuis lundi mais deux jours sont nécessaires à leur remise en route.

Selon Jacques Gautier, président du Syctom : « La grève nous aura coûté 10 à 11 millions d’euros en deux semaines, et c’est l’argent du contribuable qui va combler ce manque à gagner. L’an prochain, on va renoncer à des investissements, mais il faudra augmenter la taxe d’enlèvement des ordures ménagères. »

 

► La phrase du jour est du géographe et écrivain Christophe Guilluy

qui déclare à propos d’Emmanuel Macron :

On surjoue l’intelligence de cet homme pour masquer le fait que les élites sont de moins en moins cultivées. Cet homme n’a rien vécu, ne manie que le packaging habituel du communicant absolu… En cela, il incarne le vide des élites.

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► Le Sénat italien autorise les poursuites contre Matteo Salvini pour séquestration de migrants en mer

Le Sénat italien a levé l’immunité parlementaire de Matteo Salvini accusé d’ « abus de pouvoir et de séquestration de personnes » pour avoir bloqué, au large des côtes italiennes, un navire rempli de migrants clandestins. Le chef de file de la droite italienne, dont le parti est crédité de plus de 30% d’intentions de vote, pourrait donc comparaîtra devant une juridiction spéciale composée de trois magistrats de Catane. Il risque quinze ans de prison et six à huit ans d’inéligibilité. Mais une condamnation définitive pourrait prendre des années en raison des recours possibles.

 

► En pleine guerre avec la Turquie, le Parlement syrien reconnaît le génocide arménien

Le Parlement syrien a reconnu hier, comme « génocide », le massacre d’environ 1,5 million d’Arméniens perpétré par les troupes de l’Empire ottoman entre 1915 et 1917.

Cette reconnaissance intervient dans un contexte de fortes tensions entre la Turquie et la Syrie. Depuis début février, quatorze soldats turcs ont été tués et 45 blessés lors d’attaques du régime dans la région d’Idleb, dernier bastion djihadiste en Syrie. Ankara, qui soutient des groupes rebelles, renforce sa présence dans la région, et affirme avoir tué, en représailles, cent soldats syriens. Anticipant cette reconnaissance, le président Erdogan menaçait, la veille, de frapper « partout » la Syrie en cas de nouvelle attaque.

A l’inverse de nombreux historiens et juristes, la Turquie, tout en reconnaissant certains massacres, récuse la qualification de génocide. Pourtant, près de trente pays, ont adopté des lois reconnaissant le génocide.

 

► Le centre-droit allemand en perdition après avoir refusé le soutien du parti populiste en Thuringe

Le séisme politique causé par l’élection du libéral Thomas Kemmerich au poste de ministre-président de Thuringe avec les voix de l’AfD (Alternative für Deutschland), connaît de nouvelles répliques outre-Rhin. Menacée d’une rupture de la coalition CDU-SPD au pouvoir, Angela Merkel, d’habitude réservée, qualifia d’ « acte impardonnable » cette alliance électorale taboue. Le nouvel élu dût démissionner vingt-quatre heures plus tard, sans pour autant faire taire les critiques. Le chef de son parti, Christian Lindner, s’est même vu contraint d’engager sa responsabilité devant les instances de son parti. Du côté de la CDU, les dissensions éclatent au grand jour et des voix s’élèvent pour proclamer que « la rupture du tabou » à Erfurt ne peut rester sans conséquences.

Tirant les leçons de la crise ouverte en Thuringe, Annegret Kramp-Karrenbauer, dauphine désignée d’Angela Merkel, a indiqué lundi qu’elle n’était plus candidate au poste de chancelière et qu’elle allait quitter la tête de son parti dès l’été.

 

► La bonne nouvelle du jour est œnologique

Il s’est exporté plus de deux milliards et trois cents millions de bouteilles de vins et spiritueux français en 2019 dans le monde, pour une valeur totale dépassant quatorze milliards d’euros. Un record et une hausse de 5,9% par rapport à l’année précédente.

 

 

Etiquettes :

Current track

Title

Artist

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

↺ Il était une fois…

03:30 05:00