BULLETIN DE REINFORMATION DU 31 JANVIER 2020

Patron d'émission le 31 janvier 2020

Bulletin de réinformation présenté par Philippe Idès, Sacha Milo et Pierre Godicheau, avec la contribution de François Persurier

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

Éphéméride


 

► Le 31 Janvier 1797 naissait, dans la banlieue de Vienne, le compositeur Franz Schubert.

Né d’un père instituteur qui l’initie à la musique de chambre, l’enfant chante régulièrement dans la chorale paroissiale. Avant l’âge de vingt ans, et alors élève d’Antonio Salieri, il compose, deux cents lieder parmi lesquels les inoubliables « Marguerite au rouet », « Le Roi des aulnes » et « Der Wanderer ».

En 1819 s’ouvre une période de crise qui voit le style de Schubert évoluer, ses œuvres se raréfier et même souvent rester inachevées.

Avec la maturité vient la maîtrise totale de son style mais aussi la maladie qui devait l’emporter. En 1823, il achève le cycle « La Belle Meunière » ouvrant une nouvelle page de l’histoire du lied. Suit le quatuor « La Jeune Fille et la mort » et la Grande Symphonie en ut majeur.

Venant après ses deux séries d’Impromptus pour piano et ses deux grands trios pour piano et cordes, la mort de Beethoven, semble libérer sa puissance créatrice. Ses vingt derniers mois voient s’accumuler les chefs-d’œuvre, à commencer par le cycle « Le Voyage d’hiver », suivi de l’ultime Sonate en si bémol majeur, D.960, le Quintette avec deux violoncelles. Ces œuvres sont rythmées du pas du « Wanderer », cheminant désespérément en quête d’un ailleurs jamais atteint. Il meurt le 19 novembre 1828 à 31 ans. La première édition complète de ses œuvres, réalisée sous la direction de Johannes Brahms, sera terminée pour son centenaire en 1897.

 

GRANDS TITRES


 

► Mobilisation mondiale pour endiguer l’épidémie due au coronavirus 2019-nCoV.

Les coronavirus sont des virus dont les particules sont décorées de grandes projections rappelant la couronne solaire. Présents dans le monde entier, ils infectent essentiellement les voies digestives et respiratoires supérieures des mammifères et des oiseaux mais trois souches sont susceptibles de causer chez l’homme des troubles sévères. Le plus connu est le SARS-CoV, à l’origine du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) apparu pour la première fois en Chine en novembre 2002. L’épidémie fit 650 victimes sur les 8500 cas recensés. En septembre 2012 fut isolé le coronavirus MERS-CoV dont le réservoir serait le chameau. L’OMS en a recensé 1714 cas, principalement en Arabie saoudite, dont 618 mortels.

Un syndrome respiratoire analogue au SRAS vient d’apparaître à Wuhan en décembre 2019 parmi les clients du marché aux poissons de Wuhan (où l’on vend aussi oiseaux, serpents et lapins). Le nouveau coronavirus nommé 2019-nCoV, dont le réservoir pourrait être reptilien, est apparenté à un coronavirus infectant la chauve-souris. Sa transmission inter-humaine est désormais avérée. Sa contagiosité semble supérieure à celle du SRAS même si sa sévérité semble moindre. Pourtant, en Chine, sur les 7700 cas confirmés et les 9000 cas suspects, on dénombre déjà 170 décès. Cette épidémie se propage à toute la Chine et dans le reste du monde avec 80 cas dans 16 pays dont six en France, sans qu’il existe ni vaccination ni anti-viraux efficaces. Enfin, la prise en charge des cas graves suppose la disponibilité d’unités de soins intensifs adaptées et en nombre suffisant.

Face à cette situation, les autorités multiplient depuis quelques jours les mesures associant confinement, quarantaine, évacuation, suspension de vols, fermeture de voies de communication, etc. « Le monde entier doit être en alerte » déclare, depuis Genève, l’OMS qui a qualifié hier l’épidémie de coronavirus née à Wuhan d’urgence de santé publique de portée internationale !

 

► Le Royaume-Uni sort officiellement de l’UE ce soir à minuit !

Après dix années d’âpres négociations, le Royaume-Uni rejoignait la Communauté européenne, le 1er janvier 1973. Suivirent quarante années d’une histoire tourmentée due à la réticence de l’opinion britannique à clore « mille ans d’histoire ». Ainsi, le Royaume-Uni hésita constamment sur le degré de son investissement dans le processus communautaire. Son refus d’adopter l’euro en 1999 en est une illustration. En juillet 2012, les conservateurs, traditionnellement eurosceptiques, firent adopter une loi garantissant la tenue d’un référendum à l’horizon 2017. Ils souhaitaient ainsi sonder le peuple britannique sur une sortie éventuelle de l’UE. La date du référendum sur le Brexit fut fixée au 23 juin 2016 et, à la surprise générale, la sortie de l’UE l’emporta à 51,9%.

Ce vote plongera le Royaume-Uni dans une succession de crises avant la sortie effective de ce soir, 31 janvier 2020, à minuit. Le Premier ministre de l’époque, David Cameron, plaidant le « remain », dut démissionner. Theresa May, qui n’avait pas pris position, fut désignée par ses pairs pour mettre en œuvre le Brexit. Les négociations qu’elle entreprendra avec le représentant de l’UE Michel Barnier, aboutiront en novembre 2018 à un projet d’accord de retrait du Royaume-Uni de l’UE. Projet qui sera rejeté trois fois par le Parlement britannique entre janvier et mars 2019 et qui conduira à la démission de Mme May. Le 23 juillet 2019, Boris Johnson, partisan du Brexit, lui succédera. Sa position sera renforcée par la victoire massive du parti conservateur aux élections anticipées du 12 décembre 2019 qu’il avait convoquées.

Fort de ce succès, Boris Johnson parviendra à un nouvel accord de sortie du Royaume-Uni de l’UE, validé le 22 janvier 2020 par les députés britanniques, puis largement ratifié par le Parlement européen le 29 janvier avec 621 voix contre 49. Alors que les aménagements des conditions du Brexit restent à négocier, Boris Johnson a salué « un nouveau chapitre dans l’histoire de son pays ». Quant à lui, le député Nigel Farage s’est illustré, lors de sa dernière intervention auprès du Parlement européen, par une critique acerbe de l’UE, qualifiant la sortie du Royaume-Uni de « début de la fin du projet européen ».

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► Municipales à Paris : En maintenant sa candidature, Villani provoque son exclusion du parti LREM

Cédric Villani avait été reçu dimanche par le président Macron, qui lui avait demandé de se rapprocher de Benjamin Griveaux, le candidat investi par LREM à Paris. Mais le député de l’Essonne y avait opposé une fin de non-recevoir, en faisant état d’une divergence majeure avec le chef de l’État. Dès lors, plusieurs responsables macronistes ont considéré que le médaillé Fields avait franchi les limites en refusant d’obtempérer aux demandes du président.

Ces décisions, qui ont au moins le mérite de remettre chacun a sa juste place, risquent fort de profiter à la ré-élection du maire sortant. Rappelons que Serge Federbusch conduit, à droite, la liste « Aimer Paris ».

 

► Municipales à Paris : Anne Hidalgo veut supprimer la moitié des places de parking au profit de pistes cyclables

Le maire sortant de la capitale a annoncé mardi qu’elle comptait rendre cyclables l’intégralité des rues de Paris d’ici à 2024 en cas de ré-élection en ajoutant 400 kilomètres aménagés aux 1.018 km existants. Mme Hidalgo se propose de créer le « Vélopolitain », un réseau de pistes cyclables qui maillerait la ville. Elle souhaite qu’au moins une « Vélorue » soit dédiée aux cyclistes dans chaque arrondissement. Enfin, 100.000 nouveaux stationnements pour vélo pourraient être mis à disposition en supprimer 60.000 places de stationnement automobile sur les 133.000 que compte actuellement la capitale. En tout, 350 millions d’euros seront consacrés à ce plan vélo entre 2020 et 2026.

Anne Hidalgo prévoit par ailleurs la mise en place d’un « code de la rue » qui donnera priorité aux piétons et cyclistes, ainsi que la multiplication de contrôles mobiles et le déploiement d’agents de police dédiés à la sécurité de la circulation à vélo.

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► Le président Trump propose un plan de paix au Proche-Orient

Depuis les salons de la Maison Blanche, le président américain Donald Trump, accompagné de M. Netanyahou, a vanté mardi 28 janvier, sur une tonalité résolument optimiste, un projet de solution à « deux États ». Qualifiant ce plan de « chance historique pour la Palestine », il a donné des gages importants à Israël : la reconnaissance de Jérusalem comme « capitale indivisible » et celle de l’annexion des colonies en Cisjordanie notamment dans la vallée du Jourdain. À la condition d’un « rejet clair du terrorisme » et d’une reconnaissance d’Israël, un futur État palestinien pourrait voir le jour dont les contours furent précisés par une carte tweetée par le président, et qui comporte un tunnel reliant la Cisjordanie à la bande de Gaza.

Ce tracé, nettement en deçà de ce que revendiquent les Palestiniens depuis 1967 a immédiatement été rejeté par le président de l’Autorité palestinienne et par le Hamas. Position que partagent, sans surprise, l’Iran et la Turquie. En revanche, le Gouvernement britannique a pour sa part estimé que le plan « pourrait constituer une avancée positive », un point de vue que, remarquablement, semblent partager certains pays du Golfe et notablement l’Arabie saoudite.

 

► Mort du philosophe conservateur Roger Scruton

Le philosophe britannique Roger Scruton est décédé ce 12 janvier à l’âge de 75 ans. Professeur d’esthétique à l’Université de Cambridge, il a publié une quarantaine d’ouvrages sur l’art, la musique, l’architecture et la littérature. Mais Scruton a surtout marqué le paysage intellectuel contemporain par ses écrits sur le conservatisme, dans lesquels il milite pour la préservation des identités et des traditions en pourfendant le multiculturalisme.

En digne héritier d’Edmund Burke, l’attachement aux traditions est pour lui une garantie des libertés, donnant à l’individu les ressources nécessaires à sa défense face au pouvoir de l’État ou du marché… Comme la Révolution française pour Burke, c’est le spectacle des émeutes de mai 68 en France qui l’ancrèrent dans le conservatisme. Il déclarait à ce propos : « Je me rendais compte soudain que j’étais de l’autre côté. Ce que je voyais, c’était une foule incontrôlable de voyous complaisants de la classe moyenne. Quand je demandais à mes amis ce qu’ils voulaient, ce qu’ils essayaient d’obtenir, tout ce que je recevais comme réponse était un charabia ridicule, délibérément obscur et alambiqué, typique du marxisme ».

 

► Disparition d’un grand ami de Radio Courtoisie

Nous apprenons avec grande tristesse le décès de Roger Holeindre dans la nuit du mercredi 29 janvier. Il s’est éteint à son domicile à l’âge de 91 ans. Nous nous associons au deuil des ses proches et de ses nombreux amis. Paix à son âme.

 

► La bonne nouvelle du jour

Elle concerne encore le coronavirus de Wuhan: des chercheurs australiens le produisent en culture.

Une équipe de chercheurs australiens vient de réussir la production en culture de particules du coronavirus responsable de l’épidémie de Wuhan à partir d’un échantillon infecté. Les données ainsi acquises sont transmises à l’OMS afin d’aider à la mise au point d’un test diagnostique et de traitements de l’infection virale. Un tel test est essentiel pour la détection précoce en période d’incubation qui peut durer jusqu’à quinze jours avant l’apparition des symptômes. Ces particules serviront à l’élaboration d’un futur vaccin et au contrôle de son efficacité lors d’essais qui pourraient intervenir en Juin prochain.

 

 

Commentaires Facebook
Étiquettes :

En cours

Title

Artist

Background
Intervenir sur l'émission
EMISSION EN COURS

↺ Le monde de la philosophie

10:30 11:30