BULLETIN DE REINFORMATION DU 6 DÉCEMBRE 2019

Patron d'émission le 6 décembre 2019

Bulletin de reinformation présenté par Philippe Idès et Pierre Godicheau

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

Éphéméride


 

► Le 6 décembre 1929 naissait à Berlin Nikolaus Harnoncourt

Nous profitons de ce jour de Saint-Nicolas, patron de la Lorraine, pour évoquer la mémoire d’un grand musicien d’origine lorraine et prénommé Nicolas : Nikolaus Harnoncourt. De son nom complet Johann Nikolaus comte de La Fontaine et d’Harnoncourt-Unverzagt, il devint violoncelliste puis gambiste et enfin chef d’orchestre.

En 1953, il fonde le « Concentus Musicus Wien » qui se consacre à l’interprétation authentique sur instruments d’époque des œuvres musicales des XVIIe XVIIIe siècles. Ses recherches ont initié, à partir des années 1960, une véritable révolution dans l’interprétation et dans la réception de la musique baroque européenne qui a transformé notre culture et notre sensibilité musicales. De nombreux enregistrements d’Harnoncourt avec le « Concentus Musicus Wien » des années 1970 et 1980 sont des références incontournables.

Après ces succès, il travaille plus tard avec d’autres orchestres utilisant des instruments modernes, mais veillant toujours à préserver l’historicité des œuvres en termes de tempi et de dynamique musicale. En 1971, Harnoncourt et Gustav Leonhardt entreprennent d’enregistrer ensemble toutes les cantates de Jean-Sébastien Bach, projet qui s’achèvera en 1990. Le 5 décembre 2015, par le biais d’une lettre adressée à son public, il fait part de son retrait du monde musical pour raisons de santé. Il meurt le 5 mars 2016.

 

GRANDS TITRES


 

► Le président Trump mène un guerre de l’information contre les médias

Les médias du monde entier détestent le président Trump et l’attaquent sans répit sur tout ce qu’il peut dire ou faire. Pour contrer leurs méfaits, la Maison Blanche mène désormais une guerre de l’information prenant les médias pour cible et qui est destinée à leur faire perdre toute crédibilité. Elle consiste à diffuser de fausses nouvelles présentant Donald Trump en position vulnérable et répréhensible alors qu’il est en réalité irréprochable. Il s’agit ainsi d’hameçonner les médias à l’affût de toute information permettant de le présenter sous un jour défavorable. Une journaliste de Newsweek vient d’en être la victime.

A la veille de Thanksgiving, la Maison Blanche annonça que le président Trump allait consacrer ce jour de fête à jouer au golf et à rédiger des tweets. On sait qu’en réalité il préparait secrètement un voyage en Afghanistan pour célébrer Thanksgiving au milieu des troupes américaines. Newsweek tomba dans le piège tendu en décrivant le président Trump comme un sybarite faisant bombance, indifférent à son peuple dans la misère.

Obligé de démentir ce bobard après l’annonce de la présence de Trump en Afghanistan, Newsweek dut subir les sarcasmes de Donald Trump montrant sa photo au milieu des soldats. Ce faux pas du magazine valut à la rédactrice de l’article d’être licenciée immédiatement par sa direction. Donald Trump se fixe pour but ultime de faire perdre toute crédibilité au New-York Times, organe ouvertement Démocrate, et de le mettre en faillite d’ici à cinq ans.

Cette stratégie inspirée de l’ « Art de la Guerre » de Sun Tzu, a aussi été utilisée dans l’affaire de la collusion russe puis dans l’enquête sur la destitution ourdie par les démocrates. De tels bobards visant à détruire ceux qui les propagent inaugurent une catégorie nouvelle, que l’on pourrait dénommer « bobards tactiques », et qu’il faudrait ajouter à celles déjà récompensées lors de la cérémonie des Bobards d’Or !

 

► Les voitures électriques ne réduisent l’empreinte carbone allemande que sur le papier

Les véhicules électriques bénéficient d’une image « verte ». Pourtant, si l’on étudie soigneusement tous les facteurs de pollution environnementale d’une voiture électrique, son bilan écologique est loin de justifier ce label. L’Ademe estime que la fabrication d’un véhicule électrique consomme près du double d’énergie que celle d’un véhicule à essence. De plus, leur batterie a une durée de vie limitée, nécessitant pour son remplacement des métaux tels que lithium, cobalt et manganèse. Même sur la route, l’impact écologique d’un véhicule électrique n’est pas négligeable car la production de l’électricité qu’il utilise peut être très polluante.

Une étude allemande menée par Hans-Werner Sinn et Christoph Buchal publiée par la Frankfurter Allgemeine Zeitung confirme que l’empreinte carbone des voitures électriques peut être de 28% supérieure à celle d’un véhicule diesel ! Messieurs Sinn et Buchal se réfèrent également aux calculs du groupe Volkswagen publiés mercredi qui estiment qu’en prenant en compte la fabrication des batteries et le mix électrique allemand, une E-Golf émet 11 à 28 % de CO2 de plus dans l’environnement qu’une voiture diesel.

Le fait que la politique européenne classe les voitures électriques dans la catégorie des voitures zéro émission est une tromperie que critiquent les chercheurs. La valeur limite de 59 grammes de CO2 par kilomètre prescrite à partir de 2030 forçant les constructeurs à livrer des voitures électriques correspond à une consommation de 2,2 litres de gazole ou 2,6 litres d’essence aux 100 kilomètres ce qui est « irréaliste en termes d’ingénierie ».

Les moteurs à essence au méthane seraient meilleurs pour le climat, leurs émissions de CO2 étant inférieures d’un tiers à celles d’un moteur diesel.

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► Les peines de prison requises contre les patriotes se multiplient

Depuis les attentats de 2015, on assiste au durcissement de l’arsenal répressif en matière de liberté d’expression. Ainsi, l’infraction d’apologie du terrorisme est sortie du cadre protecteur de la oi sur la presse du 31 juillet 1881. En fait, cette arme à double tranchant se retourne fréquemment contre les patriotes. C’est ainsi que Christine Tasin, de l’association Résistance républicaine, s’est retrouvée mardi dernier devant la Xe chambre correctionnelle de Paris pour avoir publié un article où elle tentait de comprendre les motivations de l’auteur de l’attentat contre la mosquée de Finsbury en 2017. Le procureur a requis six mois de prison dont quatre fermes et 5000 € d’amende, tandis que le Collectif Contre l’Islamophobie en France, le CCIF, auteur du signalement au Parquet et partie civile au procès, réclamait 6000 € à titre de dommages et intérêts.

La semaine précédente, Renaud Camus était poursuivi par la justice à Auch pour « incitation à la haine en raison de l’ethnie, la nation, la race ou la religion » pour avoir osé dire « qu’il préférait la guerre à la soumission ».

 

► Augmentation des taxes sur le gazole: pourquoi les routiers et le BTP toussent ?

Certes, le gouvernement a renoncé à augmenter les taxes écologiques sur les carburants face aux Gilets jaunes. Mais ce n’est que partie remise, car chacun sait que là où les écologistes passent, l’économie trépasse.

En effet, deux mesures ciblées visant les entreprises de transport routier et du BTP suscitent un début de mobilisation, avec blocage de plusieurs dépôts pétroliers.

Il s’agit d’abord de mettre fin au tarif préférentiel accordé au GNR (gazole non routier) utilisé par les engins de travaux publics ce qui représente une charge de 750 M€. En contrepartie, le gouvernement promet d’aider le secteur à s’équiper d’engins électriques, au gaz naturel ou même à hydrogène !

Pour les transporteurs routiers, il s’agit de réduire de deux centimes par litre le remboursement de la TICPE (taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques) dont bénéficie le transport routier. L’enjeu est de 140 M€. La profession n’est pas unanime, mais le troisième syndicat de transporteurs veut accentuer sa mobilisation à partir du 7 décembre.

N’ayant pas pu réussir face aux particuliers, le gouvernement s’en prend par touches successives aux professionnels, n’abandonnant pas ses objectifs dits « écologiques » si ruineux pour l’économie française.

 

► Le chiffre du jour est 23

C’est le rang obtenu par la France au classement PISA publié en 2019 sur les élèves de 79 pays. Malgré les craintes que l’on pouvait nourrir, ce rang, dans la moyenne des pays de l’OCDE, reste stable par rapport à celui de 2016. Cinq nations asiatiques se classent dans les dix premières.

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► États-Unis : La Chambre des représentants s’apprête à déposer le dossier de récusation du président Trump

J’ai demandé aujourd’hui à nos responsables de procéder à la mise en accusation

a en effet déclaré hier Nancy Pelosi, la présidente Démocrate de la Chambre des représentants, un jour après que le comité judiciaire de la Chambre ait examiné les accusations d’abus de pouvoir formulées contre le président Trump. Ce dernier a immédiatement réagi en conseillant aux Démocrates de se dépêcher s’ils souhaitent tenter de le destituer. Les Démocrates veulent un vote avant la fin de l’année avec la perspective d’un procès devant le Sénat en janvier 2020. Affaire à suivre, dans laquelle il n’est pas exclu que l’arroseur devienne l’arrosé…

 

► La région du Piémont, dirigée par la Ligue et ses alliés, demande à toutes les écoles d’installer une crèche de Noël

C’est dans une lettre adressée à toutes les écoles du Piémont, que la conseillère à l’Éducation de la région piémontaise Elena Chiorino fait cette demande. Cette initiative vise à favoriser la transmission des traditions culturelles et à renforcer l’identité piémontaise et européenne chez les élèves.

« Je crois – écrit Mme Chiorino – que les fêtes de Noël et les traditions qui en découlent, telles que la crèche, le sapin de Noël et les représentations de la Nativité, sont des éléments fondamentaux de notre de notre identité… Nous ne pouvons et ne devons pas priver nos jeunes, en particulier nos enfants, de l’atmosphère et de la magie de Noël ».

Une initiative salutaire dans une époque où la seule façon, pour nos sociétés diversitaires et multiculturelles, de maintenir un « consensus » autour des « fêtes de fin d’année », est de les réduire à leur aspect purement commercial !

 

► La phrase du jour est de Sadiq Khan, maire pakistanais de Londres

Je suis le maire de la meilleure ville du monde et l’un de nos points forts est notre diversité […] Mais nous savons qu’il y a des gens qui détestent la diversité, détestent ce que nous défendons et essaient de chercher à nous diviser.

En pointant du doigt les « gens qui détestent la diversité », il tente de culpabiliser les autochtones qui pourraient s’opposer à l’immigration de masse. En revanche l’islam ressort totalement blanchi d’un attentat qui est pourtant le fruit de sa propre idéologie.

 

 

Commentaires Facebook
Étiquettes :

En cours

Title

Artist

Background
Intervenir sur l'émission
EMISSION EN COURS

↺ Les mardis de la mémoire

14:00 15:00