BULLETIN DE REINFORMATION DU 4 NOVEMBRE 2019

Patron d'émission - le 4 novembre 2019

Bulletin proposé par Solveig Grieg et Wilfried Marc

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

GRANDS TITRES


 

► Vers une Écosse libre et indépendante ?

Samedi dernier, une importante manifestation a eu lieu à Édimbourg pour réclamer un nouveau référendum sur l’indépendance écossaise. Embourbé dans la question du Brexit, les Anglais ne sont pas les seuls à être divisés sur cette question : c’est bien l’entité du Royaume-Uni même qui est remise en question aujourd’hui.

N’y avait-il pas eu déjà un référendum sur l’indépendance écossaise ?

Si effectivement ! En 2014, les indépendantistes avaient lancé une grande campagne pour influencer et mobiliser l’opinion publique. Jouant sur leur particularité historique et culturelle, mettant en avant leur potentiel économique grâce à leurs réserves d’hydrocarbures maritimes mais aussi à leur attractivité touristique, les Écossais avaient toutefois voté à 55% contre l’indépendance. Ils craignaient surtout de quitter Bruxelles en même temps que Londres et donc de devoir postuler à l’entrée dans l’Union européenne, au même titre que l’Albanie ou l’Ukraine.

Et avec le Brexit, c’est finalement tout le Royaume-Uni qui risque de quitter définitivement l’union…

Ce qui provoque un regain de force chez les indépendantistes ! En effet, les Écossais avaient majoritairement voté contre le Brexit à 62%. Quitter l’Union européenne avec le Gouvernement anglais, c’est pour Edimbourg un signe de soumission à Londres. Si les Écossais ne rejettent pas l’autorité de la couronne anglaise, ils ne se sentent pas concernés par les problèmes des Anglais, alors que leur parlement, majoritairement conservateur, tend de plus en plus vers une séparation avec le gouvernement de Boris Johnson, voire avec l’Angleterre tout court. Preuve à l’appui, la Première ministre écossaise, Nicola Sturgeon du Parti national écossais, déclarait devant les manifestants rassemblés samedi que l’indépendance est « à portée de main ».

Il y aura donc bientôt une nouvelle consultation populaire ?

Le parlement écossais se renouvelle le 12 décembre, et doit donc rassembler le plus possible de pro-indépendantistes. Dès 2020, un nouveau référendum pourrait donc être proposé, mais celui-ci doit auparavant attendre l’accord de Premier ministre britannique, et avec l’instabilité actuelle de l’exécutif britannique, les Écossais pourraient se retrouver bloqués…

 

► Mort du brigadier Ronan Pointeau au Mali

C’est avec tristesse que nous apprenons la mort du brigadier du 1er régiment de Spahis de Valencienne dans la région de Ménaka au Mali. Envoyé dans une escorte de convoi, son véhicule a subi la charge d’une explosion d’un engin explosif improvisé IED, activé à distance. C’est la troisième fois en presque deux ans que le 1er régiment de Spahis regrette la mort de l’un de ses combattants. L’attaque, a depuis été revendiquée par l’État islamique en Afrique de l’Ouest plus connu sous le nom de Boko Haram. Ce groupe a également revendiqué l’attaque du 1er novembre, du camp des Forces armées maliennes, FaMa à In Delimane, qui aurait causé la mort de plus d’une cinquantaine de militaires maliens.

Quelle est donc le bilan de l’opération française au Mali, lancée en 2013 par François Hollande ?

La guerre du Mali, qui s’étend désormais sur l’ensemble du Sahel, a commencé en 2012, lorsque certains mouvements islamistes alliés à certains groupes touaregs du nord ont revendiqué l’indépendance du nord Mali contre le gouvernement de Bamako. La situation devenant critique pour le gouvernement malien et mettant en péril nos intérêts dans la région, le président Hollande, avait alors décidé d’intervenir au Mali dans le cadre de l’opération Serval, devenue depuis opération Barkhane. Saluée à l’unanimité par la classe politique et médiatique française, les premiers succès sur le terrain laissaient alors présager le mieux. Depuis, la situation semble s’enliser. Couvrant un trop large territoire, avec un manque de moyens et d’effectifs, l’opération Barkhane prend du plomb dans l’aile, d’autant que les forces africaines alliées ne semblent pas en mesure d’assurer la relève opérationnelle.

Pire, la présence militaire française sur place, pourtant bien accueillie il y a six ans, semble devenir de moins en moins acceptée par les populations locales. Enfin, en l’absence de négociations entre belligérants, la situation pourrait à terme se transformer en désastre, tant sur le plan militaire et politique, qu’humanitaire, avec les conséquences que l’on connaît.

Espérons seulement que le brigadier Pointeau et les 30 autres soldats français, mort « Loin de chez nous en Afrique… », n’auront pas sacrifié leurs vies pour rien.

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► Nouveau guet-apens pour la police ce samedi 

Après une nuit d’incidents à Mantes-la-Jolie et Trappes, le département a encore subi des violences urbaines dans un véritable guet-apens contre les forces de l’ordre samedi soir. Appelés pour des feux de poubelles à Chanteloup-les-Vignes, ils ont dû faire face dès leur arrivée à une quarantaine de personnes armées de bâtons. Les policiers et pompiers ont reçu des tirs de mortiers et jets de projectiles pendant plus de deux heures. Dans le même temps, le chapiteau d’un cirque, récemment rénové pour 800.000 euros, a été incendié.

Seulement deux personnes ont été interpellées pour le moment et toutes les brigades anti-criminalité du département (BAC) ont été réquisitionnées.

 

► Le souvenir français mis en vente

En effet, le maire de la commune d’Harbonnières dans la Somme, a décidé de mettre en vente des concessions funéraires de tombes non entretenues de Poilus, faute d’espace dans le cimetière. Seulement, comme le fait remarquer la chaîne France 3 Hauts-de-France, parmi ces tombes se trouvent celles de soldats morts pendant la Première Guerre mondiale. « Ils se sont battus pour défendre nos valeurs, notre liberté, et aujourd’hui, on les traite comme s’ils n’étaient plus rien », s’indigne Xavier Chicandard, un passionné d’histoire.

Malheureusement, il semblerait que la situation de cette commune ne soit pas unique. L’association, Le Souvenir français assure que des dizaines de milliers d’autres tombes de poilus sont menacées de disparition.

 

► Décès de Marie Laforêt

La fille aux yeux d’or les a fermés pour toujours. Chanteuse et comédienne, Marie Laforêt, de son vrai nom Maïtena Doumenach est décédée samedi à Genolier, en Suisse, à l’âge de 80 ans. Elle voit le jour en 1939 et grandit dans une atmosphère musicale dès son plus jeune âge. La star entre dans la lumière à l’âge de 16 ans à la suite d’un concours organisé par Europe 1. Sa carrière s’envole après avoir multiplié les couvertures de magazines et sorti son tube « Les vendanges de l’amour » en 1963. La chanteuse tourne aussi pour le cinéma avec Édouard Molinaro, Claude Chabrol ou encore Georges Lautner. L’histoire de la musique restera marquée par son style atypique, lié à une voix amoureuse.

 

► Un immeuble occupé par des clandestins évacué à Montreuil

Près de 200 clandestins occupant de façon illégale un bâtiment appartenant à l’État, ont été évacués par les forces de l’ordre mardi dernier. La mairie de la ville dénonce un « acte arbitraire et inhumain ».

Pourtant l’ensemble des migrants va être pris en charge et « mis à l’abri » dans diverses structures d’accueil, notamment des modulaires prévus à cet effet.

Depuis septembre 2018, des travailleurs clandestins étaient installés dans d’anciens locaux de l’Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes, après avoir été évacués de l’ancien foyer Bara.

Ce foyer de travailleurs clandestins, ouvert en 1968, était devenu « indigne » pour y vivre selon le maire, qui avait alors réquisitionné (illégalement, puisque le pouvoir de réquisition appartient à l’État) les 15 000 m² de bureaux vides de l’AFPA pour loger tous les résidents.

Selon le maire PCF de la ville, Patrice Bessac, l’application de la loi dans sa commune serait donc un abominable scandale.

 

► La phrase du jour est écologique !

La meilleure chose à faire est d’inciter les automobilistes à conserver leur véhicule jusqu’au bout ». Ainsi s’exprime le conférencier Lucien Willemin, auteur du livre « En voiture Simone.

Il s’indigne des multiples incitations à remplacer sa voiture par une autre moins émettrice de carbone, en particulier de la mesure Crit’Air qui limite l’utilisation d’une voiture émettrice de carbone dans les grandes villes. A ses yeux,

C’est surtout à la fabrication qu’une voiture pollue. On commence par raser des forêts en Amazonie pour accéder aux matières premières comme la bauxite, par exemple, pour fabriquer l’aluminium. Et on utilise des filières chimiques pour les textiles et les plastiques, ce qui entraîne des rejets toxiques dans les eaux, les airs et les terres. Donc à chaque fois qu’on change de voiture, on a un impact négatif et significatif sur le vivant.

L’ancien véhicule sera lui très souvent envoyé ailleurs, et continuera donc à polluer  dans un autre pays.

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► Israël accueille un exercice militaire aérien international

Israël accueille depuis dimanche, un exercice aérien militaire international. Ce dernier se poursuivra jusqu’au 14 novembre. L’exercice, baptisé « Blue Flag », aura lieu sur la base aérienne « Ovda », dans le sud d’Israël. Selon le communiqué des FDI, il s’agira du premier exercice international de « cinquième génération » organisé en Israël. Plusieurs pays y participeront, notamment les États-Unis, l’Allemagne, l’Italie et la Grèce.

Les forces aériennes participantes s’exerceront à des scénarios de combat air-air et au sol, ainsi qu’à des scénarios de combat ennemis.

Selon les FDI, « cette coopération permettra un entraînement international de haute qualité, un apprentissage mutuel, ainsi que le développement de techniques de vol et de révision après action. Elle offrira également une occasion de renforcer les relations entre les pays ».

 

► La Turquie annonce vouloir renvoyer dans leur pays les djihadistes capturés en Syrie

Samedi 2 novembre, le ministre turc de l’Intérieur, Suleyman Soylu, a annoncé qu’Istanbul avait l’intention de renvoyer dans leur pays d’origine les prisonniers étrangers du groupe Etat islamique capturés en Syrie. Il déplore l’inaction des pays européens sur ce sujet, notamment les Pays-Bas et la Grande-Bretagne qui déchoient de leur nationalité les ressortissants de façon à ne pas s’en occuper. Le ministre turc a déclaré que « Nous ne sommes pas un hôtel pour les membres de Daech, nous n’allons pas pouvoir les garder jusqu’à la fin des temps ».

 

► Agression au couteau dans un commissariat de La Réunion, une enquête ouverte pour « violences volontaires et apologie du terrorisme »

Samedi dernier, un homme a fait irruption dans un commissariat de Saint-Denis à La Réunion où il a agressé une femme dans le hall, à l’arme blanche, rapporte l’AFP. Une fois plaqué au sol par la police, l’individu a crié « Allahu akbar », affirme le procureur, cité par l’agence de presse. Énième effet de la vague du fanatisme islamiste, l’homme n’était pas connu des services de police. C’est le deuxième événement islamiste sur l’île de La Réunion après celui de 2017, où un homme soupçonné radicalisé islamiste, avait tiré au fusil sur des policiers venus l’interpeller à son domicile.

 

► De nombreux responsables gouvernementaux victimes d’espionnage via WhatsApp par un site israélien

Mardi dernier, WhatsApp, l’application de messagerie appartenant à Facebook, à déposé une plainte contre NSO Group, une société israélienne située à Tel-Aviv. Selon l’agence de presse Reuters, le logiciel pirate aurait, grâce à l’application WhatsApp, eu accès à la caméra et au micro de plusieurs responsables gouvernementaux d’au moins vingt pays. L’application de messagerie aux 1,5 milliards d’utilisateurs accuse NSO Group d’avoir ciblé « 100 défenseurs des droits humains, journalistes et autres membres de la société civile dans le monde ». Plusieurs pays alliés des États-Unis ont été pris pour cible par le groupe israélien qui a aidé ses clients à accéder aux données personnelles d’au moins 1 400 utilisateurs entre le 29 avril et le 10 mai 2019.

 

► La bonne nouvelle du jour est écologique !

La création du onzième parc national français doit être officialisée la semaine prochaine. Il concernera 127 communes bourguignonnes et champenoises, soit 28 000 habitants. Il sera consacré aux forêts de feuillus de plaine. « Ce territoire est à la fois très représentatif de la campagne et de la forêt françaises » et il est exceptionnel car « 80 % des arbres étaient déjà là à la Révolution » explique Hervé Parmentier, directeur du Groupement d’intérêt public chargé de mettre en place le parc.

 

 

Etiquettes :

Current track

Title

Artist

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

♫ Musique classique

15:00 16:00