BULLETIN DE REINFORMATION DU 28 OCTOBRE 2019

Patron d'émission - le 28 octobre 2019

Bulletin de réinformation présenté par Henri Benoît et Christian Grandjean

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

Éphéméride du jour


 

Il y a cent ans jour pour jour était voté l’acte fondateur de la prohibition interdisant la production, la distribution et la vente d’alcool aux restaurants et bars américains. Cette loi moralisatrice mais contre-productive donna naissance à de nombreux empires mafieux dont le plus célèbre fut celui d’Al Capone. Le « Volstead act » fut amendé puis définitivement supprimé par le gouvernement de Roosevelt en 1933, ce qui donna lieu à de grandes festivités, célébrées notamment par l’écrivain Joseph Kessel.

 

GRANDS TITRES


 

► La directive européenne sur les droits voisins ébranle le géant Google.

Jeudi 24 octobre est entrée en vigueur en France, la directive européenne sur les droits d’auteur encore appelée « directive sur les droits voisins ». Ce texte instaure des droits au profit des éditeurs et agences de presse. Le but visé était de rémunérer les auteurs des contenus mis en ligne par les plateformes comme Google ou Facebook. En effet, ces géants du numérique perçoivent l’essentiel des recettes publicitaires générées par les informations que les moteurs de recherche ratissent, tandis que les recettes publicitaires traditionnelles des éditeurs s’effondrent.

Mais quelle fut la riposte de Google ?

Un véritable bras de fer au point que 700 journalistes, cinéastes et photographes ont signé une tribune pour protester contre le géant américain. En effet celui-ci a mis les éditeurs devant l’alternative suivante : soit obtenir d’eux l’engagement de renoncer à toute rémunération, auquel cas la situation actuelle resterait inchangée, soit une rémunération mais avec des représailles comme la suppression des vignettes ou des extraits de textes associés aux liens, ce qui aurait pour conséquence de faire baisser l’audience. L’Alliance de la presse d’information générale, soutenue par le ministre de la Culture Franck Rister, dénonce un abus manifeste de position dominante.

 

► Les adversaires d’Eric Zemmour continuent à se mobiliser !

Réuni en assemblée plénière, le Conseil supérieur de l’audiovisuel vient de saisir le procureur de la République et a mis en garde la chaîne LCI du groupe TF1 contre l’incitation à la haine, à propos de la prestation d’Eric Zemmour lors de la Convention de la droite du 28 septembre dernier. Le CSA reproche à LCI d’avoir rediffusé l’intégralité du discours tenu par l’essayiste.

Mais le retour de Zemmour sur CNews dans l’émission « Face à l’info » semble avoir déclenché de nouvelles hostilités

Effectivement, une quinzaine de personnalités ont signé une pétition « nous n’irons plus sur CNews », parmi lesquelles Marwan Muhammad, ancien directeur du Collectif contre l’Islamophobie en France (le CCIF). La CGT a également fait savoir qu’elle n’enverra plus de délégués sur les plateaux. Et, les représentants du personnel de Canal+ ont appelé au boycott.

Récemment, un groupe communautaire « dômes et minarets » a lancé un appel pour un rassemblement devant les locaux de CNews à Boulogne-Billancourt, afin d’empêcher Eric Zemmour d’accéder aux studios.

Il semble pourtant que les téléspectateurs soient friands de ces nouveaux débats : en effet, lors du premier face à face, qui opposait Zemmour au réalisateur franco-algérien Mohamed Sifaoui, l’audience a été multipliée par trois, talonnant presque celle de BFMTV. Du jamais vu depuis 2017 !

 

► Un cadre de la DGSI perd son procès en réhabilitation au Tribunal administratif

Par une décision du 11 avril 2018, le secrétariat général de la Défense et de la Sécurité nationale avait décidé de ne pas reconduire l’habilitation d’un agent chargé des affaires internationales, pour manquement aux règles de sécurité professionnelle. L’accès aux informations classées « très secret défense » lui était donc désormais refusé. Après un recours administratif infructueux, l’intéressé a contesté cette décision devant le tribunal administratif de Paris.

Mais, quelles sont les fautes qui lui étaient reprochées ?

On lui reproche d’abord d’avoir entretenu des relations avec un ressortissant étranger travaillant en lien avec les services de renseignement de son pays, par le biais d’une adresse électronique non déclarée et sans en avoir averti son service. Ce correspondant devait appuyer sa candidature à un poste important à l’OTAN. On lui reproche aussi de s’être connecté à un WI-FI non public, en insérant la puce de son téléphone portable professionnel dans un autre portable non sécurisé. Mais selon le journal Le Monde du 22 octobre 2019, ses supérieurs l’auraient accusé de s’être laissé approcher par le Mossad et la CIA. Bien que l’accusé se soit estimé victime d’une cabale destinée à faire obstacle à sa promotion, le tribunal administratif de Paris vient de rejeter sa requête.

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► Le préfet socialiste Gilles Clavreul condamné en appel !

L’ancien directeur de la DILCRAH avait qualifié en 2015 le CCIF de « collectif antidémocratique, raciste et antisémite ». En première instance, la XVIIe chambre avait débouté le CCIF de sa plainte. Mais la Cour d’appel de Paris a désavoué ses confrères en condamnant Clavreul. Ainsi, celui qui se faisait fort de lutter contre le racisme et l’antisémitisme fait donc figure d’arroseur arrosé. Et ce n’est pas la première fois qu’il est lâché par la justice : une plainte du préfet sans poste contre Pierre Cassen, fondateur de Riposte laïque, avec 40 000 € à la clé s’était soldée par un échec à la Cour de cassation.

 

► La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, sacrifie-t-elle l’intérêt général ?

Deux affaires semblent le prouver. D’abord, un récent article du Canard Enchaîné  qui révèle qu’une note de la Chancellerie envisageait de maintenir ou de supprimer des postes de juges en fonction des scores de La République en marche aux élections municipales. Comme l’analyse le député et avocat Gilbert Collard au micro de Boulevard Voltaire : « C’est un exercice politique qui va dans le sens d’un intérêt électoral, d’un intérêt particulier. Dès lors qu’un représentant de nos institutions prend des décisions en fonction d’intérêts politiques, sa mission est dévoyée. On assiste à du marchandage et à l’achat de voix. Où est l’intérêt général ? Nulle part. »
D’autre part, la même semaine un article du Point a révélé qu’un agent islamiste radicalisé infiltré au sein de la justice n’avait pas été poursuivi après avoir été démasqué.

 

► Le chiffre du jour est 500 000

C’est le nombre d’automobiles qui ne seront plus fabriquées dans l’Hexagone en 2020 : une chute de 22% par rapport à l’an dernier. La raison majeure : la délocalisation de la production : ainsi en Slovénie pour la Clio de Renault, au Maroc pour la Peugeot 208 ou en Espagne pour la Peugeot 2008. L’industrie automobile risque bien de connaître une crise sans précédent : l’obligation d’investir des sommes faramineuses pour la voiture électrique, et l’imposition, par Bruxelles, de normes environnementales de plus en plus contraignantes, assorties de menaces d’amendes colossales. De quoi plomber durablement les finances des constructeurs automobiles !

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► Au Parlement européen, les pro-migrants subissent un revers.

Jeudi 24 octobre, au Parlement européen, un texte intitulé « Opérations de recherche et sauvetage en Méditerranée » était présenté par « S et D » (socialistes et démocrates), le deuxième groupe du Parlement. Ce texte prévoyait la mise en place de corridors humanitaires, l’affirmation du droit inconditionnel de sauver, l’interdiction du délit de solidarité et l’obligation de répartir les clandestins dans les différents pays européens.

Le texte a été rejeté de justesse par 290 voix contre 288. S’y sont opposés, le groupe Identité et Démocratie, dont fait partie le Rassemblement national, des élus du Parti Populaire Européen (droite républicaine) et des Conservateurs et Réformistes Européens (CRE). Un coup de frein à l’aide apportée par l’Union européenne aux ONG prétendues humanitaires, qui vont chercher sur les côtes libyennes des hommes livrés par des passeurs aux profits florissants. Comme l’a commenté l’euro-député français Nicolas Bay « L’agenda des ONG n’est pas humanitaire mais politique : elles veulent imposer l’immigration massive à l’Europe ! L’unique moyen de stopper l’immigration illégale et de mettre fin aux morts en mer est d’empêcher les bateaux de quitter les côtes africaines ».
Enfin, précisons que les députés du groupe Renew–Europe (inspirés de LREM), les écologistes et les députés d’extrême gauche avaient voté pour le texte, aux côtés du groupe « socialistes et démocrates ».

 

► Liban : le chef du Hezbollah tente de désamorcer la crise

Hassan Nasrallah, le chef du parti chiite et du Hezbollah a appelé les manifestants libanais à la modération et il semble bien que son discours ait été plus écouté que celui du président Michel Aoun, lequel s’était adressé à son peuple le 24 octobre, en promettant un vaste programme de réformes. Citant le Mossad et la CIA, le chef du Hezbollah a mis clairement en garde les Libanais contre le risque que « le pays n’entre dans le cadre de cibles politiques et régionales […] Le vide politique conduirait au chaos et à la guerre civile » prévient-il, faisant allusion à la situation de pays voisins. Il a aussi invité les manifestants à libérer les axes routiers, à l’origine de la quasi-paralysie du pays depuis plusieurs semaines.

 

► Trump annonce la mort d’Al-Baghdadi lors d’un raid américain dans la province d’Idlib au nord-ouest de la Syrie.

C’est par une allocution télévisée que le président américain a annoncé dimanche la mort du chef de l’Etat islamique Al-Baghdadi. Traqué par un commando débarqué par hélicoptère, il aurait activé sa ceinture d’explosifs. « Nous combattons pour vaincre l’Etat islamique et d’autres organisations terroristes » a déclaré Trump après avoir passé en revue un certain nombre d’exactions dont la décapitation de James Folley, de l’otage américain Peter Kassig et le supplice du pilote d’avion jordanien brûlé vif enfermé dans une cage. Il évoque encore le génocide des Yézidis et les conversions forcées. Al-Baghdadi venait de faire l’objet d’un mandat d’arrêt international par la justice française, mandat réclamé en vain depuis pratiquement quatre ans par un collectif de victimes des attentats du 13 novembre 2015. Il avait proclamé le califat sur de vastes territoires de Syrie et d’Irak.

Trump a nommément remercié les aides apportées en matière de renseignement par la Russie, la Turquie, la Syrie, l’Irak et les Kurdes. Mais si le ministère de la Défense turque a bien confirmé un échange d’informations, le Kremlin a décliné toute assistance au vol des hélicoptères dans l’espace aérien de la zone d’Idlib.

 

► La bonne nouvelle du jour est tarifaire

A compter du 1er novembre, les franciliens retraités de plus de 62 ans pourront bénéficier d’un forfait Navigo senior à tarif réduit. Valérie Pécresse, présidente d’Ile-de-France Mobilités, s’en est expliquée : les enfants et étudiants bénéficient de tarifs réduits, les actifs peuvent obtenir une prise en charge patronale de 50% et les défavorisés bénéficient de tarifs sociaux. Les seniors étaient pratiquement les seuls avec les touristes à payer leurs transports en commun plein pot !

 

► La phrase du jour est du général de Gaulle

Il n’y a qu’une fatalité, celle des peuples qui n’ont plus assez de forces pour se tenir debout et qui se couchent pour mourir. Le destin d’une nation se gagne chaque jour pour contrer les causes internes et externes de destruction.

 

 

Etiquettes :

Current track

Title

Artist

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

♫ Musique classique

15:00 16:00