BULLETIN DE REINFORMATION DU 25 OCTOBRE 2019

Patron d'émission - le 25 octobre 2019

Bulletin de réinformation présenté par Charles Rémès et Isaure Bergecar

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

GRANDS TITRES


 

► GPA, un faux débat au sein du Sénat ?

Le projet de loi de bioéthique qui sera examiné en janvier au Palais du Luxembourg s’est vu attribué une Commission spéciale au Sénat. Elle sera présidée par le sénateur LR Alain Milon. Alain Milon, rappelons-le, est hautement favorable à l’extension de la Procréation Médicalement Assistée et à la Gestation Pour Autrui. Par ailleurs une large majorité des 37 membres de cette Commission spéciale bioéthique défendent des idées penchant en faveur de la légalisation de la Gestation Pour Autrui.

Les associations et syndicats sont bien loin d’apaiser le débat

Sylviane Agacinski en a fait les frais récemment. Sa conférence qui devait se tenir hier à l’université de Bordeaux sur « l’être humain à l’époque de sa reproductibilité technique » a été annulée en raison de « trop fortes menaces ».

Sylviane Agacinski, philosophe pourtant favorable à la parité et au mariage homosexuel, milite activement contre la PMA et la GPA qu’elle perçoit comme une marchandisation du corps des femmes. Regrettant la virulence du syndicat étudiant responsable de l’annulation de sa conférence, Sylviane Agacinski dénonce « les associations qui, voulant par tous les moyens réduire au silence celles et ceux qui ne pensent pas comme elles, utilisent des méthodes qui relèvent d’une forme de violence politique propre aux mouvements totalitaires ».

 

► Emmanuel Macron propose Thierry Breton à la Commission européenne

Après le revers Sylvie Goulard, qui a été refusée par les parlementaires européens début octobre, Emmanuel Macron propose Thierry Breton pour siéger à la Commission européenne pour un mandat de 5 ans.

Mais qui est ce Thierry Breton, patron du CAC 40, politique ultra-libéral et soutien de Macron depuis le premier tour de la présidentielle ?

A 64 ans, cet actuel PDG du groupe Atos, ex-ministre de l’Économie sous Jacques Chirac entre 2005 et 2007, est un libéral assumé et européiste. Dirigeant d’une société du CAC 40, il a auparavant été à la tête de plusieurs entreprises comme Thomson, France Telecom ou Bull.

Tandis que l’Élysée dit vouloir doter LREM d’un pôle de gauche, le président de la République promeut un ex-ministre qui favorisa parmi les plus importantes privatisations de ces dernières années. Il a notamment été un artisan de la privatisation des autoroutes en 2005 et a été aussi à l’œuvre pour la privatisation de France Telecom. Son action politique se résumait en outre à une bonne dose de rigueur budgétaire, avec des coupes dans les finances et la fonction publique.

Mais il n’y a pas que l’incohérence politique habituelle du chef de l’Etat qui fasse grincer des dents les commentateurs.

En effet, Thierry Breton, est par ailleurs accusé de conflit et de prise illégale d’intérêts. Anticor, une association de lutte contre la corruption, assure dans un tweet qu’elle a déposé le 27 septembre à l’encontre du PDG d’Atos une plainte pour prise illégale d’intérêts.

Il s’agit d’une plainte contre X avec constitution de partie civile dans laquelle Thierry Breton serait visé pour « délit de favoritisme et prise illégale d’intérêts ». L’avocat d’Anticor, Jérôme Karsenti, explique notamment que le ministère de l’Économie et des Finances a été « un acteur central » de quatre marchés « faramineux » passés entre l’Etat et des sociétés du groupe Atos. Ainsi selon la plainte de l’association anti-corruption, Thierry Breton aurait pu « influer sur la signature » desdits contrats quand il était au ministère.

Au-delà de cette affaire, des politiques s’interrogent également sur un possible conflit d’intérêts entre Thierry Breton et sa future mission au sein de la commission. Atos est en effet un fournisseur de services informatiques de l’Union européenne. A ce titre, le groupe reçoit d’importantes subventions européennes.

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► La marque Always retire le sigle Venus de ses emballages

Suite à plusieurs plaintes sur les réseaux sociaux, la marque Always a annoncé qu’elle retirait les symboles féminins de ses produits. Ces plaintes proviennent de différents activistes transsexuels comme le militant « Melly Boom », qui avait publié sur Twitter : « Quelqu’un pourrait-il me dire pourquoi il est impératif de mettre le symbole féminin sur ses produits d’hygiène ? Vous savez, il y a des gens non binaires et trans qui ont encore besoin d’utiliser vos produits ! ».

A ces différentes requêtes, la marque avait répondu : « Nous sommes absolument reconnaissants d’avoir des gens comme vous qui expriment leurs opinions » avant de procéder à l’effacement du sigle Venus de tous ses produits.

 

► Sorbonne : une formation sur la radicalisation annulée

Les 21 et 22 novembre, à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, devait se dérouler un cycle payant de formations intitulé : « Prévention de la radicalisation : compréhension d’un phénomène et détection des signaux faibles ». Ces cours étaient destinés aux cadres de la fonction publique, aux élus, aux avocats et aux dirigeants d’entreprises. Les thèmes ? La « naissance de l’islam politique, la « rhétorique des radicalisés » ou « le droit français face à la menace terroriste ».

Il n’en a pas fallu plus pour que la formation soit accusée de stigmatiser les musulmans. Après avoir annulé le cycle de conférences, le président de l’université a expliqué vouloir « calmer le jeu » et donner « du temps et du recul » à son établissement.

 

► Des vestiges gaulois datant de plus de 2000 ans découverts près de Saint-Brieuc

Des fouilles archéologiques réalisées à Trémuson, dans les Côtes-d’Armor, du 16 septembre au 24 octobre ont permis de mettre à jour un ensemble de quatre sculptures gauloises datées du Ier siècle avant Jésus-Christ. Un seau de banquet ouvragé, vu comme une « pièce majeure de l’art celte », fait également partie des découvertes réalisées sur cette ancienne zone d’habitation gauloise. Le premier buste mis à jour est le plus original. « Il a été retrouvé, face contre terre, dans une fosse creusée spécialement pour lui », détaille Stéphane Bourne. Le responsable scientifique de la fouille pour l’Institut national de recherches archéologiques préventives précise par ailleurs que « c’est la première fois dans l’Europe celtique que l’on voit ça ! ».

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► Du sexisme présumé jusque dans les musées d’histoire naturelle

En effet, selon une étude publiée ce mercredi 23 octobre dans la revue Proceedings of Royal Society, les femelles sont moins représentées que les mâles dans les musées d’histoire naturelle. En moyenne, 40% des oiseaux et 48% des mammifères sont des femelles.

Pourquoi cette démarche ? Natalie Cooper, chercheuse au muséum d’histoire naturelle de Londres et auteur principale de l’étude explique : « Nous nous intéressions aux préjugés de genre dans le milieu scientifique, où il y a par exemple une surreprésentation de chercheurs hommes blancs aux postes hauts gradés. Aussi trouvions-nous intéressant de voir si ce biais masculin se retrouvait dans les collections des musées ».

Pour les auteurs de l’étude, les professionnels des muséums doivent « prendre conscience » de ces stéréotypes, et avoir à l’avenir une approche plus équilibrée, tant pour améliorer la fiabilité des recherches que la connaissance de la biodiversité.

 

► Mali : un groupe jihadiste « neutralisé » par les commandos français

Dans le cadre de l’opération Barkhane, les commandos français ont été amenés à exécuter une mission de « recherche dans la profondeur » dans le Liptako malien, région où sévit notamment l’État islamique au Grand Sahara (EIGS). Cette manœuvre avait pour but de soutenir l’action d’un sous-groupement tactique de Barkhane, opérant aux côtés des forces armées maliennes.

Ce 17 octobre, se sachant observée par un groupe de combattants appartenant à l’EIGS, une colonne de la force Barkhane a manœuvré afin de servir d’appât aux terroristes difficiles à repérer car très mobiles et connaissant bien le terrain. Mordant à l’hameçon, les jihadistes n’ont pas manqué de prendre à partie la colonne avant d’être rapidement « déstructurés » puis « neutralisés » par les commandos français en embuscade et appuyés alternativement par des hélicoptères d’attaque Tigre et des Mirage 2000. Les huit combattant ont ainsi été abattus. Par ailleurs, sept motos et de l’armement ont été récupérées par les commandos français.

 

► Moscou tente de renforcer ses positions en Afrique

C’est dans le cadre du sommet Russie-Afrique, qui se tient actuellement à Sotchi, où pas moins d’une douzaine de dirigeants africains se sont rendus, que la Russie a exprimé ses souhaits de renforcer ses partenariats en Afrique. Le président russe, Vladimir Poutine, a tenu à souligner que ces partenariats étaient basés sur la coopération dans le strict cadre du droit international. La Russie entend renforcer ses échanges commerciaux notamment en matière d’armement dans le cadre d’accords de défense bilatéraux, ainsi qu’en matière d’extraction minière et de vente d’hydrocarbure.

 

► Le corps du général Franco exhumé de son lieu de repos

Jusqu’alors enterré dans son imposant mausolée dans la vallée de Los Caidos, le corps du général a été honteusement exhumé à la demande du gouvernement socialiste de Sanchez, afin que sa dépouille soit transférée au cimetière de Mingorubbio au nord de Madrid, où repose son épouse. Lors de la cérémonie d’exhumation, le cercueil fut porté par huit membres de sa famille dont son arrière-petit-fils Louis de Bourbon, prétendant au trône de France.

 

► En Israël : un test génétique pour confirmer la judéité auprès des grands rabbins

Près de 400 000 juifs issus de l’URSS ne peuvent pas prouver leur ascendance juive. Qu’à cela ne tienne : un test génétique suffit à la déterminer avec certitude et servira de justificatif auprès du grand rabbinat.

L’utilisation de la génétique pour prouver l’appartenance à cette religion est problématique pour certains. Elle est aujourd’hui contestée devant la Cour suprême. Pour Monsieur Friedman directeur du centre pour la religion, la nation et l’Etat de l’Institut israélien de la démocratie : « La volonté d’une instance officielle d’adopter les tests génétiques en tant que preuves de la judéité marque le premier pas vers la création d’un judaïsme basé sur la génétique ».

 

► L’éphéméride du jour : c’était un 25 octobre

Le 25 octobre 732, le maire du palais d’Austrasie, Charles, triomphe de l’armée musulmane menée par le gouverneur d’Al-Andalus à Poitiers. L’extension de l’empire arabe est, depuis l’Hégire du prophète Mahomet en 622, fulgurante : en 642 Alexandrie est occupée, en 698, c’est au tour de Carthage de tomber aux mains des Arabes. Le royaume ibérique des Wisigoths, miné par des crises politiques, ne parvient pas non plus à enrayer l’expansion du califat : il est vaincu en 711 à la bataille de Guadalete. Le royaume franc, divisé entre les différents souverains mérovingiens, est la prochaine cible de l’expansion omeyade : en 719, Narbonne est conquise. Le roi d’Aquitaine, inquiet des incursions sarrasines sur son territoire, lance un appel à l’aide, que saisit le puissant Charles, fils de Pépin de Herstal. Mobilisant son armée, il s’avance jusqu’à Poitiers, où s’est rassemblé l’armée du gouverneur d’Al-Andalus. Si la bataille elle-même est mal connue, elle marque en tout cas un arrêt définitif dans l’expansion musulmane en Europe, et Charles, héritant du surnom « Martel », assure le pouvoir de la dynastie carolingienne.

 

► La bonne nouvelle du jour est artistique !

La maison de couture Oscar de la Renta a décidé il y a quelques mois d’ouvrir une boutique à Paris, près des Champs-Élysées. C’est au cours des travaux d’aménagement que, derrière un mur, les architectes ont découvert une toile ancienne mesurant six mètres de long sur trois mètres de haut. Après six mois de restauration ayant coûté plusieurs dizaines de milliers d’euros, le tableau a enfin livré son secret, lundi dernier. L’œuvre, datant du 1673, représente le marquis de Nointel et son escorte arrivant à Jérusalem. L’auteur du tableau est encore difficile à déterminer pour le moment.

 

 

Etiquettes :

Current track

Title

Artist

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

♫ Musique classique

15:00 16:00