BULLETIN DE REINFORMATION DU 21 OCTOBRE 2019

Patron d'émission - le 21 octobre 2019

Bulletin de réinformation proposé par Kirkor Sureken et Justine Bertrand

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

GRANDS TITRES


 

► L’OTAN derrière l’attaque turque en Syrie

Certains pays de l’Union européenne et membres de l’OTAN affichent une posture condamnant la Turquie pour son attaque en Syrie, alors que le secrétaire général de l’Alliance, Jens Stoltenberg, a renouvelé son soutien le 11 octobre à Ankara lors d’une visite officielle avec le président Erdogan et le ministre des Affaires étrangères Cavusoglu.

Stoltenberg estime que la Turquie, qui est un puissant allié de l’OTAN, est important pour la défense collective de l’Ouest, est légitime dans son action en Syrie car elle est exposée à la violence et aux turbulences provenant du Moyen-Orient. Il a ajouté que, « la Turquie a légitimement des préoccupations pour sa propre sécurité » et de conseiller d’agir avec modération.

L’OTAN a accru sa présence aérienne et navale en Turquie et y a investi plus de 5 milliards de dollars en bases et structures militaires. Elle a en outre déployé une importante base de commandement, le LandCom, responsable de la coordination de toutes les forces terrestres de l’Alliance.

La défense de l’espace aérien de la frontière méridionale turque est assurée par le système de défense antiaérienne Samp-T coproduit avec la France.

L’OTAN reproduit en Syrie les opérations de destructions qu’elle a menées avec succès en Yougoslavie et la Libye. Elle fournit les combattants constitués de ramassis de groupes islamistes entraînés par la CIA dans des centres situés à Hatay et Adana, villes frontalières avec la Syrie pour les infiltrer en Syrie. Tout ceci sous le contrôle du commandement des opérations à bord des navires de l’OTAN dans le port d’Alexandrette.

Ce qui parait comme une opération contre les Kurdes, jadis les porte-couteaux des Turcs, contre les populations chrétiennes de la région, est exécutée avec l’aval autant dire de l’OTAN. In fine, les populations civiles sont toujours victimes du mauvais choix de leurs chefs.

 

► Retour sur l’affaire du voile qui défraie actuellement la chronique

Vendredi 12 octobre, Julien Odoul, élu de Bourgogne-Franche-Comté et membre du Rassemblement national, a demandé une citoyenne de quitter la tribune du Conseil régional réservée au public car elle portait un hijab ou voile musulman. Cet événement a été filmé et est rapidement devenu une affaire nationale.

Le débat sur la laïcité relancé : cette citoyenne avait-elle le droit d’être ainsi vêtue ? Était-il légal d’exiger sa sortie du Conseil Régional ?

Les citoyens musulmans et les médias islamo-gauchistes collabos ont mis en avant l’idée que ce sont les institutions qui doivent être laïques et pas les gens ordinaires qui les fréquentent. Mais le règlement intérieur du Conseil régional interdit à toute personne d’assister aux séances en étant couvert, que ce soit avec un voile ou un quelconque autre couvre-chef.

La citoyenne musulmane agissait dans le cadre de la fonction publique

La citoyenne en question, Fatima, 35 ans, mère d’origine marocaine, était présente au titre d’accompagnatrice d’enfants lors d’une sortie scolaire. Elle agissait donc dans le cadre de la fonction publique. Si la laïcité des élus ne pouvait s’appliquer à elle, elle pouvait néanmoins être sujette aux règles qui s’appliquent dans l’Éducation nationale. Mais pour Édouard Philippe, porter le hidjab n’est pas un acte de militantisme religieux. « On peut porter un voile quand on accompagne une sortie scolaire. Mais on ne doit pas faire de prosélytisme. » Quant à Jean-Michel Blanquer, il a simplement déclaré « le port d’un voile dans l’espace public n’est pas souhaitable ».

Sur Twitter, Julien Odoul lance une pétition nommée « vivre en France »

Depuis une semaine, les médias ont fait de la citoyenne musulmane un martyr, tandis que Julien Odoul a été présenté comme un agresseur malveillant. Dans la dernière émission d’I-média, Jean-Yves Le Gallou a mis en évidence cette manipulation médiatique. Malgré la tempête, Julien Odoul tient bon et a lancé une pétition pour défendre la laïcité et lutter contre l’islamisation de l’État français. Rendez-vous sur son compte Twitter pour en savoir plus.

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► Mobilisation sociale dans toute la France

La France a connu de nombreuses manifestations ce 19 octobre. Des Gilets jaunes pour l’acte 49 de leur mobilisation, en passant par les cheminots de la SNCF aux salariés General Electric à Belfort. Malgré les interdictions de manifester, les Gilets jaunes ont apporté leur soutien aux pompiers qui manifestaient dans plusieurs villes et se disent prêts, par la voix de Jérôme Rodriguez, pour l’anniversaire du mouvement de contestation à venir dans quatre semaines.

 

► Bretagne : Quatre-vingt tombes profanées dans un cimetière

À quelques jours de la Toussaint, c’est la consternation à Binic, dans les Côtes-d’Armor, selon le journal 20 Minutes de ce dimanche. Dans la nuit de jeudi à vendredi, environ quatre-vingt tombes ont été profanées dans le cimetière communal. Des croix renversées ont été peintes en rouge sur les sépultures.

Une enquête a été ouverte par la gendarmerie. Cet acte de vandalisme n’est pas un acte isolé dans le pays. Le site www.patrimoine-religieux.fr recense tous les actes commis et ils sont légions depuis le début de l’année.

 

► Les propos déconnectés d’Emmanuel Macron sur le coût d’une pension en maison de retraite

Les récents propos d’Emmanuel Macron sur les EHPAD que l’écrivain Christian Combaz a rapportés dans son émission La France de Campagnol sur TV-Libertés montrent qu’il appartient toujours à une classe politique déconnectée de la réalité.

Macron a en effet déclaré que le prix d’une pension au sein d’une maison de retraite est de 1500€ par mois ou de 1 700€ si elle est médicalisée. Les directeurs d’EHPAD présents ont été très étonnés, sachant que l’entrée de gamme se situe entre 2000 ou 2500 €, mais Macron n’a rien voulu entendre.

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► La censure chez Google

Le géant américain de l’informatique Google, qui prône la neutralité sur sa plateforme de données, aurait la main lourde pour censurer certains contenus des utilisateurs, nous rapporte Epoch Times. Sur près de 1000 documents exfiltrés, l’ingénieur en chef Paul Haahr démontre que l’entreprise pour laquelle il travaillait soigne son image politiquement correcte en éliminant les contenus de haine, de théories conspirationnistes, de critiques sur les pratiques médicales officielles, le négationnisme, de fausses nouvelles. Selon un autre de ces documents exfiltrés Google écarterait également les sites Internet qui ne conviennent pas à sa politique éditoriale, enfreignant ainsi la loi tacite de neutralité de l’Internet.

 

► Brexit : la presse britannique hésitante

Le Brexit n’aura pas lieu tout de suite et au lendemain du coup de théâtre qui a vu Boris Johnson mis en difficulté par la Chambre des communes qui souhaite examiner en détail l’accord de 600 pages obtenu avec l’Union européenne, la presse hésite entre le respect du vote populaire et le désir d’éviter un divorce sans accord. The Mail on Sunday titrait “la Chambre des idiots” alors que The Sunday Express exprime son exaspération en titrant “Pourquoi ne nous laisseront-ils pas partir ?” mais Scotland on Sunday est plus combatif dans le soutien du Premier ministre avec un “Vaincu mais récalcitrant”. La presse britannique est plus divisée que jamais.

 

► À Rome, Matteo Salvini a réussi samedi à rassembler toutes les droites

Selon un article de Russia Today paru ce dimanche, Matteo Salvini a réuni samedi avec les partis alliés Forza Italia et Frères d’Italie des dizaines de milliers de sympathisants contre le gouvernement. Selon les sondages, le parti de Matteo Salvini recueille actuellement entre 30 et 33% des intentions de vote. De leur côté, Forza Italia et Frères d’Italie sont chacun crédités d’environ 8%. Pendant son meeting, Matteo Salvini a prononcé cette déclaration forte, « Nous reprendrons en main ce splendide pays pour rendre à nos enfants l’Italie que nos pères nous ont laissée ».

 

► Attaque contre une mosquée en Afghanistan

La mosquée qui se situe dans le village de Jaw Dara, dans l’est de l’Afghanistan, fut le théâtre d’une explosion qui a fait au moins 70 morts, dont des dizaines d’enfants, selon les autorités.

L’explosion de nature indéterminée a fait s’effondrer le toit de la mosquée sur les fidèles pendant la prière.

L’attaque n’a pas été revendiquée, elle s’est produite dans une région où se battent en plus des forces gouvernementales, des talibans contre le groupe jihadiste Etat islamique.

 

► Nouveaux chiffres sur les détenus islamistes en Syrie

Selon le site Egmont Institute, environ 5300 Européens sont partis au levant depuis 2011. La plupart d’entre eux a joint les rangs de l’Etat Islamique. Environ un tiers est rentré en Europe et un autre tiers mort au combat ou dans d’autres circonstances liées au conflit. Suite à la chute du califat, le restant des combattants et leurs familles se sont cachés ou ont été capturés. La plupart des européens capturés sont détenus dans des camps gérés par des kurdes en Syrie ou sont poursuivis et condamnés par les tribunaux en Irak. Les pays européens sont peu enclins au rapatriement de leurs ressortissants et restent flous sur leur nombre exact.

L’institut royal pour les relations internationales annonce les chiffres pour les pays qui ont le plus de ressortissants, on trouve la France avec 130 adultes et 320 enfants, l’Allemagne, 124 adultes et 138 enfants, la Belgique, 57 adultes et 69 enfants, les Pays-Bas, 50 adultes et 90 enfants. On trouve également des pays plus exotiques à la cause islamiste, parmi lesquels on peut citer la Finlande avec 13 adultes et 33 enfants, La Suède, 45 adultes et 57 enfants, le Danemark, 8 adultes et 13 enfants.

A noter que le ratio enfants par adultes démontre que les combattants islamistes étaient assidus sur deux fronts, l’un contre les infidèles et l’autre avec les femmes.

 

► En Azerbaïdjan le chef de l’opposition en détention

Ali Karimli, chef du parti Front populaire d’Azerbaïdjan a été arrêté par la police lors d’une manifestation organisée le 19 octobre par le Conseil national des forces démocratiques, une coalition de groupes d’opposition, nous rapporte Eurasianet. La police anti émeute a cassé la manifestation qui allait avoir lieu dans le centre ville de Bakou. Plusieurs autres manifestants ont été arrêtés également. La police a établi un cordon de sécurité autour de la zone où devait avoir lieu la manifestation, et ont tenus les journalistes à l’écart. Internet a été coupé par les autorités dans la même zone. A Bakou on réprime en toute discrétion.

 

► L’usine Lafarge détruite en Syrie

L’usine qui avait livré six millions de tonnes de ciment aux djihadistes pour construire leurs fortifications souterraines a été détruite par deux avions non identifiés. Ils auraient agi pour détruire un dépôt de munitions abandonné par les Français durant leur fuite, nous rapporte le Réseau Voltaire.

 

► Des émeutes au Chili

Une augmentation du prix du ticket de métro a fait éclater la colère de la population qui a réagi en dégradant le mobilier urbain, brûlant des véhicules et des magasins dans lesquels deux personnes sont mortes, sept morts en tout, nous rapporte Le Parisien. Les scènes d’affrontement avec la police ont eu lieu à Santiago du Chili. Après trois jours de violences, le centre de la capitale chilienne et d’autres villes comme Valparaiso et Concepcion, offraient ce dimanche un visage de désolation : feux de circulation au sol, carcasses de véhicules carbonisées, commerces pillés. Les autorités ont annoncé avoir arrêté 716 personnes dans tout le pays.

Il faut voir dans ces violences l’expression d’une exaspération sur fond de crise économique et sociale plus que l’augmentation du prix du ticket du métro. Toute similitude avec le mouvement des Gilets jaunes suite à l’augmentation du prix des carburants en France est fortuite.

 

► Le chiffre du jour

19 heures et 16 minutes, c’est le record du monde du plus long vol réalisé par la compagnie australienne Qantas pour relier New-York à Sydney.

 

► La citation du jour est de Sénèque

Un nain a beau se tenir sur une montagne, il n’en est pas plus grand pour cela.

 

► La bonne nouvelle du jour

Trump renonce à accueillir le G7 dans son golf en Floride, cela ne donnera pas aux démocrates une autre raison de vouloir le destituer.

 

 

Etiquettes :

Current track

Title

Artist

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

♫ Musique classique

15:00 16:00