BULLETIN DE REINFORMATION DU 18 OCTOBRE 2019

Patron d'émission - le 18 octobre 2019

Bulletin de réinformation proposé par Erika Gauthier et Arthur Van de Vater

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

GRANDS TITRES


 

► Intervention turque en Syrie, une lubie ottomane ou une stratégie minutieusement préparée ?

La situation en Syrie, depuis le lancement de l’opération militaire turque « source de paix » le 10 octobre, est extrêmement confuse. Et ce, pour une simple raison : les médias occidentaux ont pour la plupart quitté la zone de combat, jugée trop dangereuse, et ne peuvent se fier qu’à des rapports lacunaires ou volontairement dramatiques des Kurdes.

Quelles sont en tout cas les forces en présence ?

Depuis l’annonce effective du retrait des troupes américaines par Donald Trump, fidèle à sa politique d’america first, l’armée turque s’est lancée dans une vaste opération militaire, pour contrôler une zone tampon d’une trentaine de kilomètres dans le territoire syrien. Appuyés par des milices turkmènes ou syriennes pro-Bachar, l’opération a pour but premier de repousser les forces kurdes, considérées comme des terroristes par Ankara, pourtant alliées des puissances occidentales. Damas a en tout cas envoyé son armée contre ce qu’elle qualifie d’« invasion » vers le nord du pays, principalement pour occuper les territoires autrefois administrés par les Américains à l’ouest de l’Euphrate. Selon plusieurs sources, des forces russes auraient empêché des combats entre les deux armées régulières, syriennes et turques.

Mais quel est le véritable objectif du président Erdogan ?

Avant tout, vaincre les Kurdes qui, jusqu’à récemment encore, occupaient toute la partie orientale de la Syrie, au-delà de l’Euphrate, soit près de 30% du pays. Cette région jouxte le Kurdistan irakien et les zones kurdophones de Turquie. L’inquiétude principale de la Turquie, mais aussi de l’Iran, de l’Irak et de la Syrie était la création d’un état kurde indépendant qui, soutenu par les Occidentaux et les Israéliens, aurait occupé des sites d’exploitations pétroliers majeurs. La Turquie s’est dite hier prête à trouver un accord.

Mais au niveau régional, cette intervention militaire a dû être vivement contestée non ?

Officiellement oui, mais la situation est plus complexe qu’il n’y paraît. La plupart des pays de la région ont condamné cette opération, et notamment Israël et l’Arabie saoudite, qui y voit une résurgence de la politique impérialiste ottomane, mais sans s’indigner non plus : l’Iran et l’Irak ne peuvent qu’applaudir la disparition des forces armées kurdes, et même dans les couloirs de Damas, on doit se féliciter. En effet, le recul des Kurdes et de leurs alliés, les Forces démocratiques syriennes, évitent au régime à long terme de négocier avec ces factions pour régler définitivement la guerre civile syrienne. Par ailleurs, Bachar el-Assad peut toujours compter sur son allié russe pour protéger ses intérêts, même contre les Turcs.

Les Turcs ont donc dû avoir l’aval de Moscou pour intervenir…

C’est presque sûr : contre la liberté d’agir librement contre les Kurdes, Erdogan a dû promettre la restitution des territoires occupés à court ou moyen terme. Ainsi, si les Russes ont dénoncé les actions d’Ankara, ils ont dans le même temps, avec les Chinois, bloqué le conseil de sécurité de l’ONU. Les grands perdants sont évidemment les Kurdes, abandonnés de tous, mais aussi l’Europe. L’UE, malgré ces récriminations, ne peut intervenir, et subit le chantage d’Erdogan : en cas de sanctions, les vannes de l’immigration seront rouvertes… La France, elle, devra sans doute rapatrier ses forces spéciales déployées aux côtés des Kurdes, sous peine de se retrouver sous le feu turc.

 

► L’insécurité à Paris en augmentation

La préfecture de police de Paris a livré à l’Agence France Presse les chiffres de la criminalité sur les neuf premiers mois de l’année. Sans surprise, on constate une forte hausse de la délinquance, dans la continuité des chiffres du début de l’année qui s’annonçait déjà encore plus alarmants que les années précédentes. Ainsi, jusqu’au mois de septembre, plus de 230 000 délits ont été recensés à Paris, soit une hausse de plus de 10% par rapport à 2018. Cette hausse concerne indifféremment tous les arrondissements parisiens, du XVIIIe au XVIe. Pour l’adjointe (PS) à la Sécurité de la maire de Paris, Colombe Brossel « L’ensemble des faits de délinquance quotidienne explosent que ce soit les indicateurs de cambriolage, vols à la roulotte, vols avec violence… Ils sont tous au-dessus de 15%, voire bien au-delà »

Quelles causes seraient avancées ?

Pour la maire de Paris, cette hausse de la délinquance peut s’expliquer par le mouvement des Gilets jaunes, qui a mobilisé les forces de l’ordre pour la surveillances des manifestions plus que pour la sécurité des Parisiens… Pas un mot sur la proportion d’étrangers dans ces délits qui se multiplient – rappelons que les statistiques ethniques sont interdites. Mais LCI citait en juillet dernier un haut fonctionnaire du ministère de l’Intérieur en ces termes : « La proportion d’étrangers mis en cause augmente clairement, notamment dans la délinquance du quotidien, comme les vols à la tire. Beaucoup sont en situation irrégulière dans l’Hexagone. »

Peu de médias ont traité l’information

Alors que les municipales se rapprochent, certains chiffres ne sont pas bons à être clamés sur les toits ! Effectivement, ce sujet qui touche près de deux millions de Français, n’a fait aucun grand titre. Parallèlement, l’affaire du voile qui présente les musulmans en victimes de l’intolérance latente des Français est sur représentée. Les médias auraient-ils plus d’hésitations à traiter des sujets qui pourraient remettre en cause une certaine forme d’immigration ?

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► Agression antifasciste à la fac de Nanterre

En pleine campagne de tractage dans le cadre des élections syndicales universitaires, la cocarde étudiante, s’est fait agresser par des militants antifas et autres membres du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) et de l’Union Nationale des Étudiants de France. Matraques, gazeuses et casques à la main, le NPA n’a pas manqué de se poser en victime d’une agression fasciste dans un communiqué de presse relatant « que les militants d’extrême droite ont répondu en sortant matraques télescopiques, gants coqués et gazeuses lacrymogènes », alors que ces derniers étaient simplement venus leur exprimer pacifiquement leur mécontentement. Cette agression est la nouvelle preuve de la rhétorique bien connue de l’extrême gauche de systématiquement inverser les rôles quand ces derniers font acte de violence.

 

► Eric Zemmour saisit la Cour européenne des droits de l’homme

En septembre 2016, lors d’un numéro de « C à vous », Eric Zemmour avait déclaré que les musulmans devaient choisir « Entre l’islam et la France » et « que la France vivait depuis 30 ans une invasion ». A la suite de cette émission, le polémiste a été condamné à 3000 € d’amende par la justice française pour provocation à la haine religieuse. Selon Le Point, il a décidé de saisir la CEDH. Son avocat Maître Beauquier a assuré que « La décision de condamner Zemmour porte atteinte à la liberté d’expression et constitue une atteinte au procès équitable ». « Notre recours pose la question suivante : la France laisse-t-elle encore à quelqu’un le droit d’être un polémiste ? »

 

► Une victoire pour les Bretons !

Après la naissance du petit Fañch en mai 2017, l’officier d’état civil de Quimper, avait refusé de retenir la graphie bretonne. Les parents de l’enfant et le procureur avaient alors saisi le tribunal de Quimper au nom du « respect de la langue française ». La Cour de cassation a jugé ce jeudi 17 octobre, irrecevable le pourvoi en cassation du parquet général de Rennes contre un arrêt de la cour d’appel autorisant le petit Fañch à garder son tilde, signe diacritique généralement utilisé dans les prénoms bretons et celtes. Selon l’avocat de la famille, Jean-René Kerloc’h, »le parquet général s’est pris les pieds dans le tapis, l’arrêt de la cour d’appel de Rennes devient définitif et il sera désormais difficile de refuser le tilde à un autre enfant ». En septembre 2017, le tribunal avait estimé qu’autoriser le tilde revenait « à rompre la volonté de notre Etat de droit de maintenir l’unité du pays et l’égalité sans distinction d’origine ». 

Un jugement finalement infirmé par la cour d’appel de Rennes, avait estimé en novembre 2018 que le tilde ne portait pas atteinte au « principe de rédaction des actes publics en langue française ». 

 

► L’annonce du jour est une célébration

Demain samedi 19 octobre à 11 heures, la messe annuelle pour les défunts de Radio Courtoisie sera célébrée par l’abbé Guelfucci en l’église Saint-Eugène Sainte-Cécile, 4 rue du Conservatoire, 75009 Paris. L’occasion de se souvenir, entre autres, de Dominique Venner, Emmanuel Ratier, Serge de Beketch ou encore Jean Ferré.

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► Annonce d’un nouvel accord entre le Royaume-Uni et l’Union européenne

C’est ce qu’ont annoncé conjointement le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et le Premier ministre britannique Boris Johnson se félicitant tous les deux d’un accord juste et raisonnable. La ratification de l’accord, synonyme de mise en vigueur, sera néanmoins soumise au vote du parlement britannique qui se réunira exceptionnellement samedi prochain pour se prononcer en faveur ou non de ce nouveau texte. Si le résidant de « Downing Street » a enjoint les députés du parlement de voter en faveur du texte, il semble que faute de majorité absolue, l’accord ne soit pas ratifié. Le chef du parti travailliste ainsi que le parti d’Irlande du Nord se sont en effet montrés hostiles à ce vote. N’en aura-t-on jamais fini avec le Brexit ? Élémentaire, mon cher Watson

 

► Une autre nuit de violence en Catalogne

Pour la troisième nuit consécutive, les militants indépendantistes ont affronté les forces de l’ordre dans plusieurs villes de Catalogne. Ces contestations musclées ont commencé lundi 14 octobre, suite aux condamnations de neuf dirigeants indépendantistes par la Cour suprême. Des milliers de manifestants sont descendus dans les rues Barcelone, Tarragone ou encore Lérida. Le président indépendantiste de la région Quim TORRA a condamné à la télévision ces actes de violences qu’il attribue à « un groupe d’infiltrés et de provocateurs », précisant tout de même qu’ « il est normal et il est bon que nous protestions contre une sentence injuste et aberrante ».

 

► Bruxelles : le parquet autorise une nouvelle expertise psychiatrique de Dutroux 

Jeudi 17 octobre, le parquet a émis un avis favorable concernant la nouvelle expertise psychiatrique demandée par l’avocat de Marc Dutroux. Il a été condamné en 2004 à la prison à perpétuité pour le rapt, le viol et la séquestration de six petites filles, dont quatre sont décédées. Rappelons que le psychiatre qui l’avait analysé à l’époque avait déclaré que Marc Dutroux faisait partie du top 3 des pires psychopathes qu’il ait rencontré durant toute sa carrière, (il avait effectué plus de 3300 expertises judiciaires). Cette expertise psychiatrique amènerait à une libération conditionnelle à l’horizon 2021 soit après 25 ans d’internement.

 

► Et une grande découverte pour l’archéologie!

Ce mardi 20 octobre, ce ne sont pas moins de vingt sarcophages qui ont été découverts en Égypte dans une ancienne nécropole de Louxor, antique ville de Thèbes. Selon le ministère des Antiquités égyptien, ces cercueils scellés de l’époque pharaonique sont considérés comme « l’une des plus grandes et des plus importantes découvertes annoncées ces dernières années ». Les gravures et les couleurs des cercueils sont restées intactes dans cet immense tombeau caché. Jusqu’ici, aucune datation n’a pu être donnée par les autorités égyptiennes.

 

► La bonne nouvelle du jour

La bonne nouvelle du jour se tiendra à la Nouvelle Librairie mardi prochain ! L’immense écrivain qu’est Jean Raspail dédicacera et discutera avec son public, spécialement convié pour l’événement. Nous vous attendons nombreux pour soutenir à la fois le génie visionnaire de Raspail, auteur de « Sire », des « Sept cavaliers », et, entre autres, du « Camp des Saints », dont voici un extrait : « L’homme n’a jamais aimé le genre humain en bloc, mais seulement ceux qu’il reconnaît pour siens, ceux de son clan, si vaste soit-il »

 

 

Etiquettes :

Current track

Title

Artist

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

♫ Musique classique

15:00 16:00