BULLETIN DE REINFORMATION DU 27 SEPTEMBRE 2019

Patron d'émission - le 27 septembre 2019

Bulletin de réinformation proposé par Charles Rémès, Christian Bieber et Pierre Gauloise

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

GRANDS TITRES


 

► Jacques Chirac est mort hier à l’âge de 86 ans

Il fut deux fois Premier ministre, 18 ans maire de Paris, fondateur du RPR et président de la République française pendant douze ans. Mais que nous reste-t-il vraiment de lui aujourd’hui ?

Un président attaché à l’armée ?

Jacques Chirac fut le dernier de nos présidents à avoir connu la guerre, en Algérie. Il garda pour la chose militaire un intérêt particulier, lança nos soldats à l’assaut de la grotte d’Ouvéa en 1988 puis du pont de Vrbanja en 1995. Il eut la finesse tactique d’épargner à l’armée française l’Irak et relança par ailleurs, pour six mois, les essais nucléaires dans le Pacifique, à une époque où l’écologisme exerçait déjà son pouvoir d’intimidation.

Mais cet attachement certainement sincère à l’armée ne l’empêcha pas de supprimer le service militaire, ce qui contribua à dissoudre encore un peu plus le sentiment d’unité nationale.

Un bilan politique et culturel assez lourd

Face à la rue, Chirac céda systématiquement : devant les anti-CPE en 2006, face aux grévistes preneurs d’otage à l’hiver 1995 ou devant les étudiants opposés à la loi Devaquet.

« Intransigeant », selon ces mots, face au Front national, il creusa toujours plus profondément la coupure de la droite. Puis avec la dissolution de 1997, il confia pour cinq années catastrophiques les rênes de la France à Lionel Jospin.

Indifférent aux racines chrétienne de l’Europe et à la richesse de son héritage, Chirac préféra toujours se battre pour l’autre, pour l’exotisme du masque africain. Comme ses prédécesseurs, avec la Bibliothèque François Mitterrand et le Centre Pompidou, Chirac nous a laissé son horreur : le musée du quai Branly.

Après avoir ouvert la porte aux revendication victimaire de toutes sorte, il lança la course à la niaiserie écologique avec son discours de Johannesburg en 2003 : « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs ».

Très français dans son comportement, sa verve, son goût de la foule et des bons produits, animal politique redoutable indifférent au passé, Jacques Chirac ne brille pas pour ses bribes de décisions et son héritage finalement maigrelet. Mais il demeure dans le souvenir des Français un personnage sympathique qui au fond leur ressemblait peut-être un peu.

 

► Noël 2019 : premier Noël « non genré » ?

Après l’avènement de la PMA sans père arrivent les jouets « non-binaires ». La dernière née des initiatives progressistes est la signature il y a deux jours entre Bercy et les producteur-distributeurs de jouets d’une « charte pour une représentation plus mixte des jouets », selon les termes officiels. L’objectif est d’en finir avec les stéréotypes véhiculés par les jouets.

En clair : les filles doivent pouvoir se déguiser en chevalier et les garçons en princesse, une fillette doit pouvoir jouer à la voiture pendant que son frère joue à la Barbie.

Le texte vise également la communication entourant les jouets : on préférera la formulation « faire comme les grands » plutôt que « faire comme papa ou maman ». L’idée est d’en finir avec la dictature du bleu pour les garçons et du rose pour les filles.

Une initiative de Bercy et pas du ministère de l’Éducation donc ?

Invitée de la radio RTL, la secrétaire d’état auprès du ministre de l’Economie et des Finances, Agnès Pannier-Runacher, a déploré le fait que la première question posée à un parent dans un magasin de jouet soit : « C’est un garçon ou une fille ? ».

Quel objectif ?

Rien de nouveau, on constate une fois de plus que cette idéologie s’immisce dans tous les aspects de la vie quotidienne, et les enfants ne sont pas épargnés. Il s’agit ici de noyer nos têtes blondes dans un flou intersexuel, d’abattre dans leur vulnérable inconscient les limites du corps de l’esprit bref, de confronter l’enfant à l’illusion de la métaphysique de l’illimité, concept énoncé par Dominique Venner.

Certains comparent cette démarche à la manière de procéder d’un régime totalitaire, s’attachant à laver les cerveaux de sa population dès le berceau.

Pour finir, idée cadeau pour vos bambins : le géant américain du jouet Mattel, producteur de la mythique Barbie, vient de sortir une ligne de poupées inclusives et non binaires baptisée « Creatable World ».

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► Le projet de loi bioéthique divise l’Assemblée nationale

Qualifié de « première grande réforme sociétale du quinquennat », ce projet est en première lecture devant l’hémicycle depuis mardi dernier. Ce texte, porté par les ministres de la Santé, de la Justice et de la Recherche mais dénoncé par l’Académie de médecine, remet en question, sous couvert d’avancées médicales, des principes éthiques et moraux.

La mesure la plus mise en avant de ce texte, engagement de campagne d’Emmanuel Macron, est l’ouverture de la procréation médicalement assistée aux couples de femmes ainsi qu’aux femmes seules. Étaient également envisagées la PMA post mortem ainsi que l’accès à la PMA aux personnes transgenres. Ces points, qui avaient été rejetés en commission, ont été reproposés cette semaine via des amendements soutenus par des députés de la République en marche, de la France insoumise et du Parti socialiste. À l’issue d’âpres débats, les amendements ont été finalement rejetés ce jeudi.

 

► L’initiatrice du mot-dièse #balancetonporc condamnée pour diffamation

Selon l’AFP, l’initiatrice du mot-dièse #balancetonporc, Sandra Muller a été condamnée pour diffamation. En effet, celle qui avait lancé la vague de soi-disant libération de la parole des femmes a menti à propos d’Éric Brion, l’homme qu’elle accusait de harcèlement. La sanction ? 15.000 euros de dommages et intérêts au titre du préjudice moral et 5.000 euros pour les frais de justice du plaignant. Rappelons qu’elle avait été nommée par le magazine Time « Personnalité de l’année » en 2017.

 

► La première crèche en prison française est ouverte !

Pour la première fois en France, une crèche a été inaugurée dans la prison de Fleury-Mérogis. Elle est ouverte dans l’aile réservée aux femmes enceintes et aux jeunes mamans détenues. Les bébés pourront y rester jusqu’à leurs 18 mois. Des auxiliaires puéricultrices sont présentes pour aider les jeunes mères. Elles peuvent confier leur bébé afin de se rendre à des rendez-vous administratifs, suivre des cours, ou travailler au sein de la prison et ainsi, faciliter leur réinsertion lorsqu’elles sortiront.

 

► Un an de prison avec sursis requis contre le garde des sceaux de François Hollande

Jean-Jacques Urvoas ancien ministre de la Justice sous François Hollande est jugé devant la Cour de justice de la République, pour « violation du secret professionnel ». Celui-ci aurait en effet transmis des informations confidentielles au député LR Thierry Solère à propos d’une enquête pour fraude fiscale le concernant. Le procureur général François Molins a requis un an de prison avec sursis, arguant entre autre que « Si on va au bout de ce raisonnement, pourquoi ne pas transmettre des informations à des mis en cause dans des affaires de stupéfiants ou même de terrorisme ? ».

 

► La première Convention de la Droite se tiendra ce samedi 28 septembre à Paris

Seront réunis pour l’occasion Marion Maréchal, Eric Zemmour, Raphaël Enthoven, Gilbert Collard, Robert Ménard et plus d’une trentaine de personnalités, essayistes ou hommes d’affaires pour débattre sur les grands défis économiques et sociaux.

Rendez-vous politique de la semaine, la « Convention de la droite » est lancée ce samedi 28 septembre à la Palmeraie, dans le 15e arrondissement de Paris, par le journal L’Incorrect, associé aux jeunes associations « Racines d’Avenir » et « Cercle Audace ». Une première réunion annuelle qui ambitionne de construire « l’alternative au progressisme, au multiculturalisme et au libre-échangisme », mais aussi de « fêter l’automne du macronisme », autrement dit l’approche de la fin du quinquennat.

 

► Le chiffre du jour est 492%

Il s’agit de la hausse du nombre de vasectomies réalisées en France entre 2010 et 2018.

A l’heure où la PMA pour toutes est au cœur du débat à l’Assemblée nationale, un véritable questionnement s’installe aussi au sujet de la contraception masculine. L’assurance maladie a recensé une hausse du nombre de vasectomies de 492% entre 2010 et 2018. Une pratique de plus en plus courante : 9 240 hommes ont choisi cette méthode de stérilisation définitive l’année dernière. Ces opérations sont de plus en plus fréquentes en France alors que le taux de fécondité est toujours en baisse.

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► Les États-Unis envoient 200 militaires et des missiles sol air à l’Arabie saoudite

Les États-Unis ont déclaré ce jeudi vouloir, par cet envoi, améliorer la défense aérienne et antimissile du royaume. Ces renforts arrivent en réponse aux attaques du 14 septembre contre des installations pétrolières majeures du pays. Le président Trump avait réaffirmé, peu après, sa détermination à aider l’Arabie saoudite, tout en déclarant vouloir éviter une guerre avec l’Iran. Dans ce cadre l’envoi de défense antimissile de pointe semble respecter ce compromis, et apaiser la crainte d’une escalade militaire entre les États-Unis et l’Iran qu’une réponse plus agressive aurait pu engendrer.

 

► Le ministre des Affaires étrangères russe remonté contre les États-Unis

Alors que se tient actuellement la 74ème session de l’Assemblé générale de l’ONU, Sergueï Lavrov, le ministre des Affaires étrangères russe, s’est indigné du refus américain de délivrer des visas pour la délégation russe à l’ONU. Il a en effet promis « de préparer une réponse, et de faire une surprise à Washington ». Rappelons que la délégation iranienne et le président Hassan Rohani lui-même se sont retrouvés dans la même situation et se sont presque vu refuser l’accès à New-York. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que les autorités américaines refusent de délivrer des visas aux diplomates participant aux réunions de l’ONU, mais c’est la première fois que des États reconnus comme tels se voient refuser l’accès à l’Assemblée générale.

 

► États-Unis : le Massachusetts interdit la cigarette électronique et déclare l’état d’urgence sanitaire

Mercredi 25 septembre, le Massachusetts est devenu le premier état américain à interdire temporairement la vente de cigarettes électroniques. Cette interdiction prend effet immédiatement et durera jusqu’au 25 janvier 2020. Par ailleurs, le gouverneur du Massachusetts a déclaré l’état d’urgence sanitaire. Il explique vouloir « identifier ce qui rend les gens malades » et « mieux réglementer ces produits pour protéger la santé de ses administrés ». En effet les États-Unis sont victimes d’une vague de maladies pulmonaires contractées par des fumeurs de cigarettes électroniques : ce sont environs 530 cas dont 7 morts qui ont été répertoriés selon le Centre de contrôle et de prévention des maladies.

 

► La dette de la Russie est passée sous la barre des 0%

Depuis longtemps l’un des États les moins endettés au monde, la Russie affiche un résultat en zone négative pour la première fois depuis 2014. Ses efforts tant sur le plan politique, qu’économique et budgétaire semblent lui assurer une stabilité et une indépendance certaine. Des résultats qui restent bien meilleurs que ceux d’autres pays comme la Chine et les États-Unis. Ces derniers ayant dû emprunter massivement suite à la crise de 2008. Les statistiques officielles démontrent que la Russie pourrait rembourser ses dettes si besoin puisqu’elle avoisine les 15% du PIB, soit légèrement moins que le montant des réserves dans les dépôts de Russie.

 

► La bonne nouvelle du jour est archéologique !

Effectivement, deux archéologues espagnols ont découvert une épée vieille de 3200 ans sur l’île de Majorque. Datant de l’ère du bronze, cette épée coupée en deux mais très bien conservée se trouvait à proximité d’un mégalithe. De nombreux ornements présents sur le manche symboliseraient son appartenance à une famille aristocratique de la culture talayotique. Parmi les six autres épées retrouvées sur cette île de Majorque, aucune ne possédait ces caractéristiques.

 

► La phrase du jour nous vient de notre défunt président

A la tête du pays, Jacques Chirac avait une visibilité accrue sur la France et ses problèmes migratoires. Il est intéressant de voir quel futur cet homme imaginait pour notre patrie :

Plus on aura d’immigration, plus on aura d’insécurité. Ce n’est pas une question ethnique mais notre immigration est une immigration bas de gamme. On va vers de graves conflits raciaux qui seront la conséquence du refus des Français d’être envahis par d’autres cultures. Toute race à l’instinct de se préserver.

Source : Le Nouvel Observateur de décembre 1990

 

 

Etiquettes :

Current track

Title

Artist

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

↺ L.J. des historiens

16:00 17:30