BULLETIN DE REINFORMATION DU 20 JUIN 2019

Patron d'émission - le 20 juin 2019

Bulletin de réinformation proposé par Solveig Grieg, Erika Gauthier et Astrid Fermesombre

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

GRANDS TITRES


 

► Réforme du chômage : la liste des nouvelles mesures a été annoncée !

A l’heure où le pays est traversé par une crise sociale majeure, cet entêtement du gouvernement pourrait être à nouveau perçu comme une injustice supplémentaire et l’affirmation d’une défiance du gouvernement envers les chômeurs et les précaires. 

Quelles mesures vont être prises ?

Parmi d’autres, la réforme prévoit un durcissement d’accès aux allocations : désormais, pour bénéficier d’une allocation chômage, il faudra avoir travaillé six mois sur les deux dernières années, au lieu de quatre actuellement. Cette mesure entraînerait une diminution de 11% de chômeurs indemnisés, soit 236 000 personnes, et une économie de 160 millions d’euros selon l’Unedic.

Les indépendants auront à présent accès à l’assurance chômage, ainsi que les salariés démissionnaires, sous certaines conditions.

Emmanuel Macron avait annoncé pour l’acte II de son quinquennat qu’il refuserait que « l’ajustement économique et financier » prévale « sur les droits sociaux ».

Les objectifs de la réforme étant peu contestables, on peut néanmoins s’interroger sur les moyens, particulièrement durs employés. 
Certains affirment que plusieurs entreprises ne trouveraient pas suffisamment de main d’œuvre. C’est le cas de Monsieur Gattaz, président du MEDEF, qui avait promis un million d’emplois, dont nous n’avons pas vu la couleur, contre 40 milliard d’euros. Une somme avec laquelle le gouvernement aurait pu créer deux millions d’emplois à temps plein au SMIC. 

 

► La Deutsche Bank dans la tourmente

La première banque allemande continue à enchaîner les mauvaises nouvelles. Hier le New-York Times a révélé que la Banque Fédérale Américaine venait de lancer une enquête sur les activités bancaires de celle-ci, soupçonnée selon Washington de blanchiment d’argent et autre transactions suspectes. Ce sont des sénateurs démocrates qui ont poussé la Banque Fédérale a mener une enquête sur les relations entre la Deutsche Bank et le président américain Donald Trump et son gendre Jared Kushner.

Dans quel contexte s’inscrit cette nouvelle ?

Depuis le début de l’année, la Deutsche Bank a perdu 7% de sa capitalisation boursière et 36% en un an. La situation n’est pourtant pas nouvelle. Après la crise de 2008, la banque allemande n’a pas su tirer les leçons de la crise, d’autant qu’elle ne s’en est jamais véritablement relevée. Pourtant le début de semaine avait bien commencé, après l’annonce de la création d’une banque de défaisance afin de gérer les actifs les plus risqués de la banque. Pour un montant de 30 à 50 milliards d’euros, cela représenterait 14% du bilan totale de la banque. Cette annonce s’était accompagnée d’un remaniement d’une partie de l’équipe dirigeante ainsi que la promesse d’une diminution drastique de coût dans la banque d’investissement.

Quelle seraient les risques à terme ?

Avec un bilan de 1 348 Milliards d’euros de bilan en 2018, la Deutsche Bank est considéré comme une banque systémique « trop grosse pour tomber » selon l’expression anglaise. Autrement dit une faillite de celle-ci entraînerait par effet domino une crise financière mondiale au moins équivalente à celle de 2008. Ce qui ne laisse rien présager de bon pour l’avenir. Sous perfusion depuis de nombreuses années grâce aux efforts de la Banque Centrale Européenne et du Gouvernement allemand, l’hypothèse d’une nationalisation, semble de plus en plus plausible. Le cas de la Deutsche Bank est révélateur d’une part de la fragilité de notre système financier mais également de l’absence de consolidation du secteur après les dérives de 2008 et ses conséquences.

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► Le pays de Pasteur, vacciné contre la vaccination ?

Alors qu’en avril la ministre de la Santé saluait un retour à la confiance envers les vaccins, une récente étude britannique positionne la France comme le pays le plus anti-vaccins. D’après le sondage mené, un Français sur trois pense que les vaccins ne sont pas sûrs et un Français sur cinq remettrait en cause leur efficacité même. L’étude trouve l’explication de ces résultats dans un laisser-aller propre à un pays riche, dont le système de santé robuste permettrait le luxe d’être vaccin-sceptique. Il aurait été intéressant de pousser plus loin l’analyse : est-ce le contrecoup de la récente et violente obligation du cocktail à onze vaccins sur les nouveau-nés ? Quid également des positions ambiguës entretenues par notre ministre de la Santé et l’industrie pharmaceutique ?

 

► Bac de français 2019 : une pétition dénonce un poème « trop difficile » 

Une pétition, recueillant actuellement 20 000 signatures, a été lancée après l’épreuve anticipée de français par les sections de première S et ES. Les mécontents réclament une « notation souple ». Pourquoi ? Le poème en vers libres d’Andrée Chedid, intitulé destination : arbre, qui leur a été soumis, était « trop difficile ». Ce qui est difficile, c’est de ne pas rire en regardant le niveau actuel du Bac, à peine équivalent à celui du brevet de la génération de nos parents. Tous les ans, des lycéens lancent des pétitions semblables à celles-ci pour demander des sujets moins compliqués.  A croire que la baisse généralisée du niveau en France n’est pas encore prête de s’arrêter. 

 

► Un ancien légionnaire comparaissait mardi pour la mort d’un dealer l’ayant agressé gare du Nord à Paris en 2014.

Il y a cinq ans, un légionnaire et sa compagne sont accostés par un dealer gare du Nord, à Paris. La discussion avait dégénéré, le dealer avait sorti un couteau et poignardé à la main le soldat qui avait réussi à arracher l’arme des mains de son agresseur. À la suite de l’affrontement, l’agresseur est décédé quelques heures plus tard à l’hôpital.

Le dealer, connu des services de police avait déjà été condamné pour violence avec armes. Il était sous l’emprise de l’alcool et du cannabis au moment des faits.
Son avocat s’étonne de la difficulté à faire reconnaître la légitime défense.

 

► Détection de radioactivité dans la Loire

L’Association pour le contrôle de la radioactivité dans l’Ouest a annoncé avoir détecté des traces de tritium dans la Loire, au niveau de la ville de Saumur.
La présence de tritium, appelée aussi hydrogène radioactif, est très élevée.

Selon l’ACRO,  « En janvier 2019, la concentration dans l’eau de la Loire a atteint 310 Bq/L ».

Selon l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), « le code de la santé publique fixe une référence de qualité de 100 Bq/L pour le tritium, qui ne représente pas une limite sanitaire mais un seuil qui, lorsqu’il est dépassé, entraîne une investigation complémentaire pour caractériser la radioactivité de l’eau ».

L’ACRO a demandé une enquête afin d’établir l’origine de cette contamination anormalement élevée.

 

► En marche vers l’éradication de la cyberhaine

Hier s’ouvrait l’examen de la proposition de loi visant à « lutter contre la haine sur Internet ». Deux objectifs à la clé : systématiser le retrait des contenus dits haineux et accélérer la sanction des auteurs. Dans le viseur : islamophobie, racisme, antisémitisme, sexisme… La loi appellerait à une autorégulation des contenus publiés sous 24 heures. En cas de manquement, le CSA pourrait sanctionner le site d’un montant allant jusqu’à 4% de son chiffre d’affaire. Si l’applicabilité et l’efficacité d’une telle loi sont discutables, ce dangereux projet pourrait toutefois servir d’arme de censure politique.

 

► Les épreuves du bac de ce mercredi ont été riches en valeurs du « vivre-ensemble ».

Pour les élèves de première passant l’épreuve des sciences, un exercice a particulièrement attiré l’attention des candidats : une jeune fille possédant des testicules. La question liée fut : « Expliquez la présence de testicules chez cette jeune fille ». Une enseignante de SVT d’Ipécom Paris estime que le sujet est « parfaitement en accord avec l’actualité et la réflexion contemporaine sur le genre » et se justifie en disant qu’à leur âge, les candidats sont « en pleine construction de leur vie d’adulte » et que « ce genre d’anomalie, ça les interpelle ».

 

► A Nantes, des architectes et des millions d’euros de travaux pour traiter le problème des halls gangrenés par les trafics de drogue

Quand le trafic s’installe dans un hall d’immeuble, il ne tarde pas à gâcher la vie des habitants. Comme sur l’île Beaulieu à Nantes, où les riverains subissent ce phénomène qui prend racine en bas de chez eux.

Nantes métropole habitat en fait le constat : 164 halls connaissent des perturbations, 28 sont carrément « annexés » par le deal. Des architectes et des sommes colossales sont investis pour réduire ces trafics. Cependant, un enquêteur de terrain régulièrement confronté aux trafics reste dubitatif quant aux propositions des architectes engagés : « Quand on sait qu’un hall peut rapporter plusieurs milliers d’euros par jour de chiffre d’affaires aux trafiquants, on se dit qu’ils ne vont pas baisser les bras pour une vitre en plus, une porte en moins, un portique à franchir ».

La maire de la ville qualifie le quartier comme « un des endroits où le Rassemblement national a le plus progressé aux européennes. ».

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► Vol MH17 : trois Russes et un Ukrainien seront jugés aux Pays-Bas pour le crash

En 2014, un avion de la Malaysia Airlines s’est écrasé au-dessus du territoire ukrainien, tuant 283 personnes dont 196 Néerlandais. L’équipe internationale qui a mené l’enquête a annoncé que le missile responsable du crash est d’origine russe. Elle a identifié les suspects : trois Russes et un Ukrainien, qui seront jugés le 9 mars 2020. L’un des suspects, le Russe Igor Guirkine, qui était l’un des chefs de guerre des séparatistes à l’époque du crash, a démenti toute implication des séparatistes dans le crash. Cette affaire a accru la détérioration des relations entre l’Occident et la Russie, après l’annexion russe de la Crimée.

 

► Sara Netanyahou condamnée pour mauvais usage de fonds publics

L’épouse du Premier ministre israélien, Sara Netanyahou, a été reconnue coupable, dimanche 16 juin, d’avoir fait passer des dépenses de repas aux frais du contribuable, selon un journaliste de l’AFP. Les dépenses s’élèvent à près de 100 000 dollars soit 85 000 euros de frais de repas.
Déjà inculpée en juin 2018 pour fraude et abus de confiance, Sara Netanyahou a négocié un accord, accepté par le tribunal de Jérusalem. Elle est reconnue coupable d’avoir exploité les erreurs d’autrui et est condamnée à payer une amende de 2 500 euros, ainsi que des frais de dédommagement à hauteur de 11 000 euros à l’État.

 

► Haro sur la Nouvelle Librairie par le patron d’Amazon, Jeff Bezos

En effet, le Washington Post, détenu par le propriétaire d’Amazon Jeff Bezos, a publié un article dénonçant la Nouvelle Librairie comme étant d’extrême-droite, voire proto-fasciste. Comme l’écrit François Bousquet, rédacteur en chef de la revue Eléments et patron de cette Nouvelle Librairie, « Il y a quelque chose d’indifféremment comique ou sinistre à voir un employé de Bezos, assis sur les milliards de son patron, nous sermonner ». N’hésitez donc pas, cher auditeur, à soutenir cette librairie, qui propose très régulièrement des événements : rencontre avec les auteurs, dédicaces, soirées hommages… Ce jeudi 20 juin, de 18 à 20 heures, aura ainsi lieu la dédicace de Jacques Bressler, qui viendra présenter et dédicacer ses deux ouvrages consacrés à Arthur de Gobineau : « Lire Gobineau aujourd’hui » (Editions Pierre-Guillaume de Roux) et « Qui suis-je ? : Arthur de Gobineau ». Au 11 rue de Médicis, dans le Ve arrondissement de Paris.

 

► L’association WWF est accusée de soutenir des programmes de stérilisation forcée près des parcs nationaux en Afrique et en Inde

Selon une enquête réalisée pour l’émission Zembla, l’association World Wide Fund for Nature (WWF) serait impliquée dans des programmes de stérilisation de force des populations vivant autour de parcs nationaux en Afrique et en Inde.

D’après l’enquête, le WWF considère que la surpopulation est un danger pour la nature et qu’il faut réduire le nombre de naissances autour des zones protégées. L’émission révèle que l’association, associée à l’agence américaine USAID et la société pharmaceutique Johnson & Johnson, a installé des camps sanitaires dans plusieurs endroits du monde incluant une fonction de « planning familial ».

 

 

Etiquettes :

Current track

Title

Artist

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

► Réinformation

07:15 07:30