BULLETIN DE REINFORMATION DU 17 juin 2019

Écrit par - le 17 juin 2019

Bulletin de réinformation proposé par Henri Benoît et Sylvie Etienne

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

GRANDS TITRES


 

► La fête de la Courtoisie renouvelle son succès

Comme chaque année, le succès de la fête de la Courtoisie ne s’est pas démenti. De nombreux auteurs ont présenté et dédicacé leurs ouvrages. Trois conférenciers se sont succédés : Paul Deheuvels percutant sur les mensonges de l’état, Marion Maréchal très convaincante sur l’Ecole supérieure qu’elle a fondée pour continuer son combat politique et Jean-Paul Gourevitch instructif par ses travaux sur l’immigration et l’islamisation.

Mais n’était-ce pas aussi l’occasion de récompenser les réinformateurs ?

Le prix Grand-Duc qui récompense chaque année le meilleur bulletin de réinformation a été décerné au bulletin du mardi 19 février 2019, présenté par Alix Wald, Solveig Grieg et Charles Guépard. Par ce choix, le jury, composé de Carl Hubert, Henri Dubost et Marc Rocher, a reconnu l’excellence et la richesse de la réinformation de ce bulletin, ainsi que la clarté de sa présentation. Deux autres bulletins ont également été primés.

Enfin, le prix de la meilleure voix féminine a été décerné à Solveig Grieg.

 

► Au Parlement européen, le groupe Identité et Démocratie veut mettre fin aux sanctions contre la Russie

Le groupe patriote et populiste Europe des nations et des libertés prend désormais le nom d’ « Identité et Démocratie ». Le nombre de ses membres a doublé puisqu’il est passé de 36 à 73 députés issus de neuf pays, parmi lesquels l’Italie, qui compte 28 députés, la France, 22 et l’Allemagne, 11. Le président du groupe est l’Italien Marco Zanni, et les deux vice-présidents sont le Français Nicolas Bay et l’Allemand Jörg Mauthen. Or, ce dernier a déclaré la semaine dernière au sujet des sanctions contre les Russes que  “Nous pouvons les maintenir pendant des décennies, cela ne changera rien. Il vaut mieux adopter une approche pragmatique avec la Russie comme avec tout autre pays.”

L’Allemagne et la France ont-elles souffert de ces sanctions ?

En 2018 l’Allemagne était le premier investisseur en Russie et la France le deuxième. Or, depuis 2014, année du rattachement de la Crimée à la Russie après un référendum, l’Union européenne comme les Etats-Unis, le Canada, l’Australie et la Norvège ont décidé un embargo sur les denrées alimentaires à destination de la Russie. Mais, cet embargo n’a pas eu tous les effets escomptés : en France, il a accentué la crise du lait et de l’élevage de porc. La Russie qui était le deuxième importateur de porcs du monde commence à en exporter ; elle est devenue le premier exportateur de blé et concurrence la France en Algérie et en Egypte. Déjà, en 2018, le président de la Chambre de commerce franco-russe à Moscou, Emmanuel Quidet constatait que “Les conséquences des sanctions américaines sont catastrophiques sur la confiance des entreprises étrangères et notamment françaises en Russie.”

 

► Une menace d’extradition pèse sur Julian Assange

Le ministre de l’Intérieur britannique, Sajid Javid, a signé, le 12 juin, l’ordonnance d’extradition de Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, vers les Etats-Unis. Le ministère de la Justice américain a émis 18 chefs d’inculpation à l’encontre de ce lanceur d’alerte dont 17 relèvent de la Loi sur l’espionnage (Espionnage Act). Aussi encourt-il une peine de 170 ans de prison. Rappelons qu’il est déjà condamné à 50 semaines de prison au Royaume-Uni. Toutefois, avant que l’ordonnance ne soit entérinée, la justice britannique doit se prononcer. Un juge du tribunal de Westminster, l’équivalent d’un juge de première instance en France, vient de décider que l’audience aurait lieu pendant cinq jours fin février 2020. En outre, dès fin octobre 2019, une autre audience décidera quel tribunal étudiera la demande américaine.

Et comment ont réagi les nombreux soutiens de Julian Assange ?

L’écrivain et académicien français Andreï Makine, dans un entretien publié par Médiapart, le 28 mai 2019, compare, mutatis mutandis, Assange au dissident soviétique Alexandre Ginzburg qui fit des années de goulag. Il est favorable à un grand prix international journalistique et littéraire “Julian-Assange”. Il déclare notamment : “Je retrouve dans la façon de dénigrer Assange pour le délégitimer un écho des médisances utilisées pour éreinter les dissidents en URSS. Dans des époques différentes se reproduit une situation typique qui vise à faire taire, à briser ou annihiler un pourvoyeur de nouvelles qu’une puissance ne veut surtout pas voir rendues publiques.”

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► De nouvelles menaces pèsent sur la liberté d’expression

Il n’est pourtant pas si loin le temps où le peuple de France se reconnaissait, certes sous la pression du régime, dans l’esprit satirique de Charlie Hebdo ! Qui n’était pas « Charlie » après les attentats du 7 janvier 2015 où 17 personnes ont trouvé la mort ? Vendredi dernier, deux collaborateurs de Riposte Laïque passaient à la XVIIe chambre pour un dessin représentant Bernard Cazeneuve en lécheur de babouches. Après avoir diligenté une enquête de police, l’ancien ministre de l’Intérieur, auquel les prévenus reprochaient ses prises de position jugées contraires à la loi de 1905 sur la laïcité, avait déposé une plainte pour injure. L’affaire est mise en délibéré. Le même jour, on apprend que le New-York Times décidait de supprimer ses dessins politiques, ce qui n’a pas manqué d’indigner le caricaturiste Plantu. En cause, un dessin soupçonné d’antisémitisme montrant un Netanyahou en basset, chien d’aveugle guidant Trump coiffé d’une kippa. Aussi, Le Figaro a titré vendredi «  la caricature politique en France : art en péril ». La tartuferie bloquerait-elle toute possibilité d’expression artistique ? Il semble bien que le temps des célèbres Guignols de l’info soit définitivement révolu !

 

► Les Anti-PMA s’emparent de la fête des pères.

L’association “Trace ta route”, soutenue par des associations familiales catholiques et La Manif Pour Tous, invitait à fêter les pères, les 15 et 16 juin, dans plusieurs grandes villes dont Lyon, Lille, Bordeaux, Rennes, Nancy et Versailles. Elle a organisé avec succès une course-relais pour dire non à la PMA sans père. Les participants avaient à parcourir de 4 à 11 kilomètres, lesquels, sur le plan de la ville, écrivaient le mot “Papa”. Le projet de loi sur la bioéthique, qui sera présenté en Conseil des ministres le 26 juillet prochain devrait en effet ouvrir la PMA à toutes, au nom de l’égalité de traitement face au désir d’enfant. Actuellement, la procréation médicalement assistée est réservée aux couples mariés, confrontés à un problème de stérilité. “Trace ta route” se bat pour le droit de chaque enfant à avoir un père et une mère, conformément à l’article 7 de la Convention internationale des droits de l’enfant, signée par la France. Mais le projet gouvernemental semble aller plus loin, puisqu’il envisage de remettre en question les fondements mêmes du droit de la filiation. C’est ainsi que le Conseil d’Etat a proposé d’inscrire la filiation par PMA sur l’acte de naissance…

 

► La confiance dans les médias français recule.

Un rapport publié le 12 juin par Reuters Institute le révèle : en France, la confiance dans les médias aurait chuté de 35 % à 24 %, un pourcentage très en deçà de la moyenne internationale estimée à 42 %. L’enquête annuelle, menée par l’institut de sondage en ligne YouGov, portait sur 75 000 personnes réparties dans 38 pays. La désaffection pour l’actualité est patente : 68 % des interrogés disent chercher à l’éviter. La couverture très critiquée du mouvement des Gilets jaunes semble expliquer, dans le cas français, cette chute de 11 points.

 

► Gilets jaunes : au bout de 31 semaines, le mouvement persévère

Samedi dernier, Toulouse était déclarée capitale nationale du mouvement. Mais la place du Capitole fut interdite d’accès entre 12 et 18 heures et des heurts violents avec la police eurent lieu dès le début. Pour l’ensemble de la France, le ministère de l’Intérieur annonçait 7000 manifestants, contre le chiffre de 35000 avancé par le syndicat France police-policiers en colère. Pour mener la répression, la police a reçu 40.000 grenades « à effet assourdissant », une arme classée « matériel de guerre de catégorie 2 ». Et si le RIC était toujours réclamé, on a vu aussi des pancartes exigeant la libération de Julian Assange.

 

► Et le chiffre du jour est 2 millions

C’est le montant, en euros, de l’enveloppe qui sera allouée au ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, pour financer la journée dite de sensibilisation au racisme et à l’antisémitisme dans l’enseignement supérieur, fixée au 21 mars 2020 et appelée à durer. Pour compléter l’arsenal juridique répressif, un décret obligera les établissements du supérieur à prendre des sanctions pédagogiques en cas d’actes ou de propos jugés racistes ou antisémites. L’industrie de l’antiracisme a encore de beaux jours devant elle puisque les associations partenaires pourront profiter de cette manne, en sus des grasses subventions payées par le contribuable.

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► Le G20 en préparation risque de réserver des surprises

Le sommet du G20 qui se tiendra à Osaka, au Japon, les 28 et 29 juin prochain aura pour thèmes : la croissance économique et les inégalités, les infrastructures et la santé, le changement climatique et les déchets déversés dans les océans, l’économie numérique et les défis des sociétés vieillissantes. Lors du sommet de l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) le Premier ministre indien Narendra Modi a proposé à Vladimir Poutine une réunion tripartite Russie-Chine-Inde en marge du G20.

Un défi envers l’hégémonie américaine, renforcé par les annonces à caractère protectionniste de Donald Trump. A plus long terme, ces trois pays veulent une réorientation des flux commerciaux au bénéfice de l’Eurasie et la mise en place d’une coopération régionale.

 

► Le mystère plane autour des deux tankers attaqués dans le détroit d’Ormuz.

Deux tankers l’un norvégien, l’autre japonais, furent torpillés vendredi dernier dans le détroit d’Ormuz, ce couloir par lequel transite 30% du trafic pétrolier maritime mondial. L’Iran, qui a secouru 44 membres des équipages a officiellement parlé d’ « incidents suspects ». Washington a accusé Téhéran d’être responsable de ces attaques qui menacent la liberté de navigation. Toutefois, la thèse américaine reste peu crédible : comment une agression contre un tanker japonais est-elle possible alors que le Premier ministre japonais était en visite officielle en Iran ? On est en droit de se demander s’il ne s’agit pas plutôt d’un nouveau mensonge destiné à diaboliser l’adversaire iranien après la reprise des sanctions contre l’Iran. Actuellement, seul le Royaume-Uni soutient les accusations américaines, ce qui provoqué la convocation de l’ambassadeur britannique par Hasan Rohani. Ce ne serait pas la première fois que les Etats-Unis useraient d’un tel stratagème : ils ont déjà menti sur les prétendues armes de destruction massive de l’Irak en 2003, ils ont continué à propos des attaques au gaz pour justifier les interventions en Syrie. S’agit-il de faire pression sur l’Iran, ou de chercher un prétexte pour une intervention armée ? Seul l’avenir nous le dira.

 

► La bonne nouvelle du jour est cultuelle

En effet, pour la première fois depuis l’incendie du 15 avril, une messe a été célébrée samedi dernier à Notre-Dame de Paris, par l’archevêque Michel Aupetit. La date ne fut pas choisie au hasard : le 15 juin, les chrétiens fêtent la Dédicace de la cathédrale, c’est-à-dire la consécration de l’autel. Compte tenu des impératifs de sécurité, seule une trentaine de personnes purent assister à la messe. Cependant, le grand public pouvait suivre la retransmission en direct grâce à la chaîne catholique KTO. Il s’agissait de rappeler la vocation cultuelle du monument, bien qu’il soit un chef d’œuvre du patrimoine. C’est pourquoi l’archevêque a déclaré : “Peut-on vraiment par ignorance et idéologie séparer la culture et le culte? L’étymologie elle-même montre le lien fort qui existe entre les deux. Je le dis avec force : une culture sans culte devient une inculture.”

 

 

Etiquettes :

Current track

Title

Artist

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

♫ Chant religieux polyphonique

05:00 06:00