BULLETIN DE REINFORMATION DU 12 JUIN 2019

Patron d'émission   -  le 12 juin 2019

Bulletin de réinformation proposé par Carl Hubert et Charles Sornac avec la contribution d’Adrien Dorat

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h

 

 

Le Premier ministre prononce une déclaration de politique générale ce mercredi

Le Sénat renonce à prolonger de deux semaines le délai pour avorter

GRANDS TITRES


 

► Le Premier ministre prononce une déclaration de politique générale ce mercredi

Ce 12 juin, le Premier ministre Edouard Philippe prononcera son discours programmatique devant l’Assemblée nationale sur les réformes prévues pour la deuxième partie du quinquennat.

Le calendrier s’annonce chargé entre promesses de campagne, mesures sociales suscitées par les Gilets jaunes et réformes structurelles.

Parmi les grands projets du gouvernement, on compte la réforme des retraites pour la création d’un système universel et le projet de loi pour la lutte contre le gaspillage. Côté budget, la loi de finances devra trouver des mesures d’économies ou de hausses de recettes pour compenser la baisse d’impôts sur le revenu et les mesures sociales prises pour apaiser les Gilets jaunes.

Mais aussi, il sera question du projet de loi sur le statut de l’élu local ou encore de la réforme de la haute fonction publique annoncée en avril dernier. Enfin, le projet de réforme des institutions sera remis sur le tapis, après son interruption en juillet 2018 par l’affaire Benalla.

De plus, le gouvernement a récupéré le dossier de la réforme de l’assurance-chômage.

Ce dossier tombe dans les mains du gouvernement, à la suite de l’échec des négociations entre partenaires sociaux. La future convention de l’assurance-chômage sera décidée par décrets de l’Etat.

L’objectif est de faire jusqu’à 3,9 milliards d’euros d’économies par la modification des règles d’indemnisation pour inciter à la reprise d’activité : en clair, les conditions de cotisation pour bénéficier d’indemnités chômage seraient durcies et les cadres seraient moins indemnisés – mais ils cotiseront toujours autant. Par ailleurs, pour combattre la précarité dans le monde du travail, les entreprises adeptes des contrats courts seraient pénalisées par l’instauration d’un bonus-malus.

Il sera aussi question de la révision de la loi bioéthique par le Parlement.

Un dossier qui s’annonce particulièrement polémique puisqu’il prévoit l’accès à la PMA pour toutes les femmes, et donc aux duos homosexuels. Cette promesse de campagne devait se concrétiser en 2018 mais le gouvernement a reculé l’échéance jusqu’à aujourd’hui. Les plus gauchistes de LREM encouragent fortement l’examen de ce texte pour l’automne. Ils craignent sinon que le vote du budget et les élections municipales conduisent à reporter le débat jusqu’à la fin du quinquennat.

 

► Le Sénat renonce à prolonger de deux semaines le délai pour avorter

Actuellement, l’avortement peut être pratiqué jusqu’à 12 semaines de grossesse. Vendredi soir, le Sénat avait adopté un amendement au projet de loi « santé » qui repoussait ce délai à 14 semaines. Le gouvernement et la majorité sénatoriale de centre-droit n’y étaient pas favorables, mais l’ancienne ministre socialiste Laurence Rossignol avait profité de l’hémicycle clairsemé pour faire passer son amendement.

Le Sénat est finalement revenu sur ce vote hier soir.

La majorité sénatoriale a demandé une seconde délibération, ce que le gouvernement a accepté. C’est à une large majorité qu’un second vote a rejeté l’amendement : le délai pour pratiquer l’IVG restera donc à 12 semaines, du moins pour le moment.

Mais le ministre de la Santé, Agnès Buzyn, ne ferme pas la porte.

Elle s’est surtout opposée à la proposition de Laurence Rossignol pour des raisons de forme, estimant que « les conditions [du vote n’avaient pas été] satisfaisantes ». Elle n’a pas fait part de sa position sur le fond, renvoyant à un « débat légitime ».

Il n’est pas exclu que La République en marche se rallie à l’amendement de Mme Rossignol, au nom du « pacte Simone Veil ».

Ce pacte que Nathalie Loiseau a promu tout au long de la campagne aux européennes consiste à « harmoniser par le haut les droits des femmes en Europe ». Or le délai légal maximal pour pratiquer un avortement – hors raisons médicales – s’élève à pas moins de 18 semaines en Suède.

Les « progressistes », selon l’adjectif mis en avant par le président Macron, pourraient y voir une marge de progrès.

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► Le succès des pèlerinages de Pentecôte ne se dément pas

Cette année encore, pour sa 37e édition, le pèlerinage de Chartres a attiré les foules. Plus de 13.000 personnes, dont beaucoup de jeunes, ce qui permet à l’association Notre-Dame de Chrétienté – son organisatrice – de rappeler que c’est « le plus grand événement catholique d’Europe rassemblant la jeunesse française. »

Il est parti du parvis de Saint-Sulpice plutôt que de celui de Notre-Dame de Paris, pour des raisons évidentes. Le pèlerinage de tradition empruntant le chemin inverse a, quant à lui quitté Chartres à destination de la place Vauban, devant Saint-Louis des Invalides.

 

► Les médias de l’oligarchie demandent aux Verts d’être encore plus politiquement corrects

Pour les « décodeurs » du Monde, Yannick Jadot est emprunt de contradiction sur les vaccins et l’homéopathie. En effet, Michèle Rivasi, réélue eurodéputée en numéro 2 de la liste Europe Ecologie Les Verts, est accusée d’avoir une vision critique de la politique vaccinale du gouvernement et de la politique de déremboursement de l’homéopathie. Mme Rivasi aurait, d’après Le Monde, commis des « impairs » en ayant l’outrecuidance de dénoncer les risques de la vaccination à outrance. Et en défendant le remboursement de l’homéopathie, qui est très peu onéreuse, Les Verts deviendraient selon Le Monde un soutien du laboratoire Boiron – mais c’est oublier que le remplacement de l’homéopathie par des médicaments traditionnels augmenterait significativement le chiffre d’affaires de l’industrie pharmaceutique… Bref, pour les médias de l’oligarchie, Les Verts devraient se contenter d’agiter le spectre de l’urgence climatique et de promouvoir l’immigration et s’abstenir de poser les questions qui fâchent en matière de santé.

 

► Le caviardage du jour nous vient du président Macron

A chaque commémoration de la Seconde Guerre mondiale, nos présidents sacrifient à l’exercice de mettre en lumière une figure emblématique de ces heures forcément sombres.

On se souvient du très discutable choix de Guy Môquet par le président Sarkozy. Pour la 75e commémoration du débarquement allié en Normandie, le président Macron a cité la lettre d’adieu d’Henri Fertet à sa famille – sincère patriote, lui aussi fusillé à 16 ans, mais pour de véritables faits de résistance.

Or toutes les références à la « France éternelle » comme à l’ardente foi catholique de ce jeune héros ont été préalablement expurgées du texte lu à Plymouth.

Soucieux de n’offenser aucune composante de la mosaïque identitaire qu’est devenue la France, Emmanuel Macron a « en même temps » offensé la mémoire d’Henri Fertet en caviardant et dénaturant sa dernière lettre.

 

► Les chiffres du jour concernent les libérateurs de la France

Selon l’historien américain Robert Lilly, il y aurait eu 3.500 viols commis par des soldats américains en France entre juin 1944 et la fin de la guerre.

L’historien Michel Boivin rapporte que, selon la police militaire américaine, « 80 à 85 % des crimes graves (viol, meurtre) [commis par les soldats américains] ont été commis par des troupes de couleur ».

 

► Encore une arrestation de supposés comploteurs d’ultradroite

On apprend qu’un groupuscule supposé dit d’ultradroite et composé de pas moins trois personnes majeures (dont un gendarme volontaire en fin de contrat) et de 2 mineurs a été mis en examen de septembre 2018 à mai 2019.

Ces terroristes en puissance communiquaient via un forum Internet, sous le nom de groupe : « l’Oiseau Noir ». Ils auraient prémédité des actions contre des lieux de cultes juifs et musulmans, bien que la justice admette que leurs projets gardaient « un contour mal défini ». Ce qui peut se traduire par : mis à part des paroles en l’air, la police judiciaire n’a pas trouvé l’ombre du commencement d’un projet d’attentat.

Pourtant, un de ces dangereux activistes présumés reste aujourd’hui en détention provisoire. Les quatre autres sont, quant à eux, placés sous contrôle judiciaire.

 

► L’hémorragie continue à La France insoumise

Et un départ de plus dans le parti de Jean-Luc Mélenchon ! Il s’agit de celui de Charlotte Girard, relativement peu connue du grand public mais qui était très en vue dans le parti mélenchoniste. Elle était notamment responsable du programme présidentiel en 2017. Elle s’était déjà mise en retrait pendant les européennes. Elle a désormais pris le large et s’en explique. Comme beaucoup d’autres, elle met en avant les dysfonctionnements internes et le manque d’une véritable stratégie politique. C’est encore une tenante de la ligne populiste qui a fait le succès de Mélenchon en 2017 qui quitte le navire des Insoumis à la dérive.

 

► La phrase du jour est de Jean-Marie Le Pen

Sur BFM TV, face à une Apolline de Malherbe lui demandant son sentiment quant aux sifflets turcs de la Marseillaise, lors d’une rencontre de balle-au-pied, le patriarche de la maison Le Pen s’est crânement contenté de rappeler l’évidence : « C’est l’illustration […] de ce que nous craignions depuis longtemps : la confrontation entre un Islam conquérant et une Europe en recul ».

 

► Une maladie génétique touche particulièrement les Bretons et autres Celtes

La maladie génétique la plus répandue en France se nomme l’hémochromatose. On compte 200.000 cas dans l’hexagone, particulièrement en Bretagne. En effet, cette maladie est propre aux Celtes. On trouve aussi de nombreux cas en Irlande et en Grande-Bretagne.

Le malade souffre d’une accumulation progressive du fer dans le sang, puis dans le foie jusqu’à atteindre des proportions dangereuses pour l’organisme. D’après le vice-président de l’association Hémochromatose de l’Ouest, il est probable que cette mutation génétique protégeait les hommes de la carence en fer, mais que la nutrition désormais plus riche en fer ait transformé cet avantage en inconvénient.

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► Le bobard du jour nous vient de l’Elysée

Au Royaume-Uni, les onze prétendants à la succession de Theresa May au 10 Downing Street font campagne pour obtenir le soutien des députés conservateurs puis des membres de leur parti. Parmi eux, Boris Johnson, qui a joué un rôle éminent dans la victoire du oui au référendum sur le Brexit. Il est tenant d’une ligne dure dans les négociations avec Bruxelles sur l’accord de sortie.

Il a en effet déclaré qu’avec lui, le Royaume-Uni ne payerait les sommes exigées par l’Union européenne qu’à la condition de conclure un accord de retrait satisfaisant.

Selon un conseiller anonyme du président Macron, cité par la presse, le refus de verser une contribution à l’Union européenne après un retrait sans accord serait « équivalent à un défaut sur [la] dette souveraine [britannique] ». Un bobard puisque un défaut ne peut être caractérisé que si un remboursement n’est pas honoré, alors qu’en l’espèce c’est l’Union européenne qui exige le versement de sommes qu’aucun texte ni aucun accord ne prévoit !

 

► L’armée de terre cuite de l’empereur Qin pourrait être l’œuvre d’artistes européens

Plus de 40 ans après la découverte de l’armée de terre cuite gardant le mausolée du Premier Empereur chinois Qin au IIIe siècle avant notre ère, la revue National Geographic rapporte que les archéologues supposent que les sculpteurs auraient été formés par des artisans grecs.

En effet, les scientifiques voient dans les détails des sculptures l’influence grecque. De plus, l’étude de squelettes d’un site du nord-ouest de la Chine a révélé des traces d’ADN d’origine européenne, mais il pourrait aussi s’agir d’une influence du rameau tokharien de la famille indo-européenne, lui-même linguistiquement proche du rameau grec.

Quoi qu’il en soit, les chercheurs ont émis l’hypothèse que des artistes venus de régions hellénisées de l’Asie occidentale et arrivés en Chine 1 500 ans avant Marco Polo auraient formé les artisans locaux à l’origine des statues du tombeau impérial.

 

► La bonne nouvelle du jour est archéologique

Les Journées nationales de l’archéologie fêtent leurs dix ans. Du vendredi 14 au dimanche 16 juin, les curieux pourront participer à des ateliers, conférences, “archéo-balades” et autres expositions. Plusieurs sites seront exceptionnellement accessibles au public.

Un programme très riche est proposé aussi bien en métropole qu’en Outre-mer. Quelques exemples de sites à visiter : le monastère de Brou à Bourg-en-Bresse, l’oppidum gaulois d’Entremont à Aix-en-Provence ou encore un temple gallo-romain consacré à la guérison en forêt d’Halatte dans l’Oise.

Grande nouveauté de 2019, ces journées de l’archéologie deviennent européennes. Ainsi, on aura des ateliers de métallurgie et de cuisine du Moyen-Age dans le sud du Royaume-Uni.

L’ensemble du programme est à retrouver sur le site des JNA : journees-archeologie.fr

 

► Fête de la Courtoisie

Nous vous donnons également rendez-vous dimanche prochain pour la fête de la Courtoisie, à notre comptoir et dans la salle de conférence pour la remise du prix Grand-Duc du meilleur bulletin de réinformation de l’année, qui aura lieu à 13h30 – juste avant la conférence de Marion Maréchal. Plus d’informations ici.

 

 

Etiquettes :

Radio courtoisie

Écoutez votre radio en direct

Current track
TITLE
ARTIST

Background
Intervenir sur l'émission