BULLETIN DE REINFORMATION DU 13 MAI 2019

Patron d'émission   -  le 13 mai 2019

Bulletin de réinformation proposé par Henri Benoît et Sylvie Etienne

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

GRANDS TITRES


 

► Acte 26 des Gilets jaunes : on ne lâche rien 

Ils étaient plus de 37 000 dans toute la France selon un comptage des Gilets jaunes, ce samedi 11 mai. A Paris, ils avaient choisi de rejoindre le mouvement de protestation contre la réforme Blanquer, au départ de Jussieu. Dans un communiqué de presse, les Gilets jaunes s’en sont pris au remplacement du bac par un contrôle continu, à la suppression des filières générales S, L et ES et à l’imposition de l’éducation sexuelle dès l’école élémentaire, sans concertation avec les associations de parents d’élèves. Ils réclament le retour aux fondamentaux et dénoncent les suppressions de poste prévues pour la rentrée 2019.

Quelle fut la mobilisation en province ?

Si à Paris, la manifestation s’est déroulée dans le calme, des heurts violents avec les forces de l’ordre ont eu lieu à Lyon mais surtout à Nantes où des banques et des agences de recrutement ont été prises pour cible par les black blocs. Un journaliste de CNews a été victime d’un tir de LBD dans le ventre. Malgré la réprobation du Conseil de l’Europe quant à l’usage de ces armes, le Conseil d’État a eu l’audace de juger que son utilisation contre les Gilets jaunes était « particulièrement appropriée  et qu’elle ne correspondait pas à un traitement inhumain ou dégradant ». Mon œil ! 35 membres de la Société Française d’Ophtalmologie ont demandé un moratoire sur l’utilisation des LBD rappelant que 22 personnes avaient perdu un œil depuis le début du mouvement.

Et la guerre des chefs continue de faire rage, semble-t-il ?

Le chanteur Francis Lalanne aurait été exfiltré du cortège à Nice, information démentie dans Nice-Matin par celui qui chantait en 1982 « Faites l’amour, pas la guerre ». Jérôme Rodriguez, qui vient d’appeler publiquement à un « vote anti-Macron » s’en est pris au chanteur, l’accusant de récupération, pour avoir déposé une liste « Alliance jaune » aux élections européennes.

 

► Notre-Dame de Paris, un vote qui inquiète

Un nombre dérisoire de députés, 47, s’est prononcé, le 10 mai à 2 heures du matin, sur le projet de loi prévoyant un cadre juridique exceptionnel, autrement dit s’affranchissant des règles patrimoniales en vigueur, pour la restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris : 32 ont voté pour, 5 contre et 10 se sont abstenus.

Ce vote ignore le sondage d’Odoxa-Dentsu Consulting, commandé par Le Figaro et France Info et qui révèle que plus de sept Français sur dix refusent ce cadre juridique exceptionnel.

Malgré ce vote d’une poignée de députés, ces très nombreux Français ne doivent pas désespérer puisque le Sénat examinera ce projet de loi dans une quinzaine de jours, le 27 mai au lendemain des élections européennes.

Et que dit le ministre de la Culture, Franck Riester ?

Le ministre s’est livré à des déclarations contradictoires. « Pas question de se servir de la restauration de Notre-Dame pour piétiner le droit du patrimoine, de l’environnement ou de l’urbanisme. […] Mais laissons le débat patrimonial se mettre en place et la créativité s’exprimer ». De quoi inquiéter les innombrables partisans d’une restauration à l’identique et tous ceux qui, petits ou grands mécènes, ont fait des donations dans ce but.
La Tribune de l’art a fort bien résumé le débat : « Notre-Dame, d’un sujet qui aurait dû nous réunir tous, Emmanuel Macron a réussi à créer un nouveau ferment de discorde. Chapeau l’artiste ! ».

 

► Deux soldats d’élite ont sacrifié leur vie pour libérer quatre otages aux mains des islamistes.

Deux officiers des forces spéciales du commando Hubert, Cédric de Pierrepont et Alain de Bertoncello, ont donné leur vie dans l’opération menée au Burkina Faso les 9 et 10 mai, pour libérer ces otages. Parmi eux, deux Français, partis pour un safari-photo au Bénin. Il semble que l’enlèvement ait eu lieu près d’un gué à la frontière du Burkina Faso, une zone que le Quai d’Orsay avait formellement déconseillée, compte tenu de la présence de groupes armés terroristes et de risques d’enlèvement. C’est pourquoi, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Luc Le Drian, a parlé de « risques majeurs » pris par ces deux hommes.

Et pourtant, Emmanuel Macron a cru devoir les accueillir en personne ?

Accompagné de son ministre des Armées, samedi dernier, il s’est rendu en personne à l’aéroport de Villacoublay. Est-il interdit d’y voir une nouvelle opération de communication à la veille des élections européennes ? Cet accueil a suscité quelques critiques, comme celle de la sénatrice Nathalie Goulet (UDI) qui s’étonne que les otages imprudents aient été reçus avant les familles des deux militaires qui ont perdu la vie.
Ceux qui voudront rendre un dernier hommage à leur courage héroïque, pourront se rendre mardi matin à 10 heures sur le pont Alexandre III à Paris. Ayons aussi une pensée pour le guide Fiacre Gbedji, sauvagement assassiné lors de la prise des otages.

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► Des ventes de canons à l’Arabie saoudite font l’objet de deux recours administratifs.

Deux associations, l’ACAT (Action des chrétiens pour l’abolition de la torture) et l’ASER (Action Sécurité Ethique Républicaine ) ont contesté en référé devant le tribunal administratif de Paris, la décision de la Direction générale des douanes autorisant le chargement de matériel de guerre sur un cargo saoudien ancré à proximité du Havre. En effet, six canons de type Caesar sont susceptibles d’être utilisés dans la guerre menée au Yémen par l’Arabie saoudite, contre les rebelles Houthis, une minorité chiite soutenue par l’Iran.

Le verdict rendu vendredi dernier rejette la requête des plaignants, sans exclure que les canons Caesar puissent être utilisés dans des zones où se trouvent des civils. Lle tribunal a estimé que cette hypothèse ne suffisait pas pour caractériser une situation d’urgence justifiant l’empêchement du chargement des canons. Dans cette affaire, le président Macron a déclaré qu’il possédait des garanties, à savoir que ces armes ne seraient pas utilisées contre des populations civiles. Mais rien ne prouve qu’une fois acheminées, elles ne serviront qu’à des fins défensives. L’ACAT a fait appel du jugement auprès du Conseil d’Etat.

 

► Une 34e liste pour les élections européennes, validée hors délais

Cette liste « Union pour une Europe au service des peuples » émane de l’Union des démocrates musulmans français, un parti politique communautariste créé en 2012.

Selon ses dires, ce parti veut « donner une voix à une partie de la population qui ne se retrouve pas dans les partis traditionnels ».
Alors que la date limite de dépôt des candidatures était fixée au 3 mai, cette liste a bénéficié du rare et surprenant privilège d’être validée le jeudi 9 mai, après l’avis favorable du Conseil d’Etat. Il manquait certaines mentions manuscrites dans les documents remis par les responsables de la liste. Nagib Azergui, tête de liste et connu pour son implication à la mosquée salafiste de Torcy, devra trouver la somme nécessaire pour l’impression des millions de bulletins. Et nul doute que l’Union des démocrates musulmans français, dont il est le fondateur, l’aidera dans cette tâche.

 

► Le chiffre du jour est 1000 milliards d’euros !

C’est l’investissement jugé nécessaire d’ici 2024 par la liste « Renaissance » de LREM présidée par Nathalie Loiseau, pour faire de l’Europe une « puissance verte ». Un chiffre jugé peu réaliste par l’opposition qui dénonce « un écologisme de façade ». Ce qui signifie que les Etats membres devraient consacrer 200 milliards par an pour une « transition écologique » fortement contestée au sein même de la communauté scientifique. Or, le budget de l’Union européenne plafonne à 160 milliards par an, dont 23 milliards pour le contribuable français. Faudra-t-il encore augmenter la dette publique ?

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► La restauration du service militaire au Maroc fait craindre un afflux de clandestins en Espagne.

Supprimé pendant treize années, le service militaire a été rétabli au Maroc en janvier 2019. D’une durée de douze mois, il concerne tous les jeunes hommes âgés de 19 à 25 ans. Pour le Gouvernement marocain, il s’agit de renforcer la cohésion sociale, et d’« inculquer une culture militaire fondée sur la discipline, l’engagement, la responsabilité et le respect des institutions ». Ceux qui refuseraient l’incorporation sont passibles d’une peine d’un an de prison. Autant de raisons qui poussent déjà de nombreux jeunes à tenter de déserter leur pays pour l’Europe, via l’Espagne.

 

► Macron n’a pas su convaincre au sommet européen pour le climat

Pour participer à un énième sommet européen sur le climat, les délégations des 27 pays de l’Union européenne sont arrivées en Roumanie à Cibiu par avion comme il se doit ! Mais la proposition d’Emmanuel Macron d’atteindre zéro émission de CO2 en 2050, n’a reçu le soutien que de huit Etats membres. Laurence Tubiana, directrice de la Fondation Europe pour le climat, accuse l’Allemagne de traîner les pieds. En effet la chancelière Angela Merkel a jugé plus réaliste de s’en tenir à l’objectif de 40% d’émission de gaz carbonique d’ici 2030, par référence à l’année 1990, ce qui n’a pas manqué de jeter un froid sérieux dans les relations franco-allemandes.

 

► Quel avenir pour la minorité serbe du Kosovo ?

Le président serbe Aleksandar Vucic doit se rendre début juillet à Paris pour discuter avec Macron sur l’avenir du Kosovo. La France fait partie des 33 pays européens qui ont reconnu l’indépendance autoproclamée du Kosovo : une « triple faute » pour Jean Pierre Chevènement qui a toujours dénoncé la guerre déclenchée en 1999 par l’OTAN sous de faux prétextes. Mais en droit international, le Kosovo reste serbe, faute d’un nombre suffisant d’États ayant reconnu à l’ONU, cette indépendance. Un collectif de réfugiés serbes et de sympathisants français s’est créé en faveur de la paix au Kosovo, devenu l’un des principaux narco-états d’Europe centrale. Il a lancé une pétition soutenue par le général Delaware, demandant la création d’un groupe parlementaire afin de susciter un réel débat en France, sur l’avenir de cette province actuellement aux mains des Kosovars et convoitée par l’OTAN.

 

► La bonne nouvelle du jour est comptable

L’association Contribuables Associés vient de publier « Le livre noir des gaspillages » dans lequel Jean-Baptiste Léon dénonce « 100 gaspillages hallucinants payés par nos impôts ». L’ouvrage s’intéresse plus particulièrement aux dérives budgétaires des chantiers publics. Ainsi, le dépassement de 800 millions d’euros pour le chantier de la Canopée, 308 millions d’euros pour celui du Grand Palais et 474 pour la rénovation de la Maison de la Radio. Ajoutés au 1,5 milliard d’euros qu’a coûté le projet avorté de l’aéroport de Notre-Dame des Landes, ce sont 3 milliards de dépenses qui auraient pu être évitées, soit l’équivalent de l’augmentation de la CSG que les retraités viennent de subir. L’ouvrage peut être commandé directement à Contribuables Associés, 42 rue des Jeûneurs, Paris IIe, au prix de 15 €.

 

 

Etiquettes :

Radio courtoisie

Écoutez votre radio en direct

Current track
TITLE
ARTIST

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

↺ Libre Journal de la Musique et de la Culture

16:00 17:30