BULLETIN DE REINFORMATION DU 10 MAI 2019

Patron d'émission   -  le 10 mai 2019

Bulletin de réinformation proposé par Arthur Van de Water et Solveig Grieg

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

GRANDS TITRES


 

► Grève nationale des fonctionnaires jeudi 9 mai

En effet, hier, les sept syndicats ont appelé les fonctionnaires à faire grève.

Mais quelles étaient les objectifs de cette grève ? 

Dénoncer le projet de réforme de la fonction publique et ses conséquences sur les conditions de travail. Le but était de protester contre le projet de loi censé « moderniser » leur statut, et contre la loi pour « une école de la confiance ». L’UNSA appelle à la grève pour dénoncer « la politique d’affaiblissement des services publics sur laquelle le gouvernement s’arc-boute alors que l’ensemble des organisations syndicales rejette le projet de loi sur la fonction publique. ». L’UNSA dénonce aussi un recours massif aux contractuels et une réduction drastique des instances de défense collective des personnels. 

La mobilisation était-elle au rendez-vous ? 

Il était prévu des perturbations dans les écoles (enseignants et accueil périscolaires), ainsi que dans les transports aériens et à la SNCF, mais aussi dans les villes avec plus de 150 manifestations prévues. Ce sont surtout les enseignants qui étaient mobilisés et plus nombreux à faire grève ce jeudi que lors de la mobilisation du 4 avril dernier. Ils étaient 17% dans les écoles et 11% dans les collèges et lycées, et sont en effet contre la réforme pour « une école de la confiance ».  

Que prévoit cette réforme ? 

Le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, explique dans sa lettre adressée aux directeurs d’écoles que l’objectif est de « donner à tous les élèves l’essentiel pour leur réussite future ». Il prévoit « une amélioration du taux d’encadrement à l’école primaire dans chaque département de France et à chaque rentrée de 2017 à 2022 ». Il déclare également, je cite, « la mesure la plus emblématique est l’instruction obligatoire à trois ans qui met l’accent sur l’école maternelle, essentielle pour que nos élèves commencent bien leur parcours d’enfant et d’élève ».

 

► Validation par le conseil constitutionnel du projet de référendum  contre la privatisation des aéroports de Paris

Un projet de référendum d’initiative partagé, proposé par l’opposition et relatif à la possible privatisation des aéroports de Paris a été retenu et approuvé par le Conseil constitutionnel.

Dans quel contexte s’est inscrit ce projet de loi ?

Le Parlement avait voté il y a un mois le projet de loi concernant cette privatisation, ayant soulevé d’importantes critiques tant par l’opposition que par une population majoritairement opposée à la privatisation complète du groupe ADP, dans lequel l’Etat demeure actionnaire majoritaire. Cette cession de la plus grande partie des parts nationales est justifiée par la nécessité de réduire l’endettement étatique. Le gouvernement avait également rassuré l’opposition en assurant que sur le modèle des concessions autoroutières, les actifs retourneraient à l’état sous 70 ans.

L’enjeu est-il finalement d’ordre privé ou public ?

Le référendum d’initiative partagé ne peut être déclenché que par les seuls parlementaires et vise à associer les électeurs à une proposition de loi affirmant l’existence pour les aéroports de Paris de caractères d’un service public national et protégé. Selon les dispositions de l’article 11 de la Constitution, le Conseil constitutionnel exerce un contrôle sur cette procédure inédite depuis son introduction par la réforme de 2008. L’approbation du Conseil constitutionnel, dont la sollicitation est exclusivement juridique, semblait assurée mais elle ouvre pour la première fois la voie à une consultation populaire concernant l’irruption du domaine privé dans le patrimoine public.

Une consultation nationale est-elle envisageable ?

La mise en place d’un tel référendum nécessite par le soutien par pétition d’un dixième du corps électoral dans un délai de neuf mois. L’éventualité d’une consultation nationale semble donc difficilement envisageable mais invite à considérer l’existence de moyens de consultations référendaires dans notre Constitution et cela, à l’heure où la mise en place d’un référendum d’initiative populaire est réclamée.

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► Européennes : « Si Macron perd, il doit partir », répond Le Pen au chef de l’Etat

Quelques heures après qu’Emmanuel Macron a annoncé qu’il ferait en sorte que le RN ne soit pas en tête le 26 mai, la présidente du Rassemblement national lui a répondu que s’il perdait, il devrait quitter son poste. « Il faut être cohérent, si on met tout son poids dans la balance comme président de la République, si on transforme cette élection en référendum, alors il faut avoir l’honneur et la dignité de faire comme a fait le général de Gaulle, c’est-à-dire partir si on perd ce référendum », a-t-elle affirmé.

 

► Un sondage truqué pour pénaliser Debout la France

Il est de nos jours évident que les sondages, trop souvent brandis comme vérité absolue par les grands médias, ne sont par définition qu’approximation, et qu’ils sont toujours favorables à ceux qui les ont commandés, donc financés. En revanche, il est plus ardu de démontrer la volonté de l’organisme sondeur de nuire à un candidat particulier. Or cette fois-ci, l’institut Elabe devra répondre de « faux » et de « détournement de suffrages » devant la justice, après avoir manipulé les chiffres concernant Jean-Louis Masson, le candidat aux européennes sur la liste Debout la France. « L’institut Elabe a fait preuve de manipulation grossière et frauduleuse qui », rappelle le sénateur mosellan, « est non seulement de nature à détourner de sa liste un certain nombre d’électeurs soucieux de “voter utile”, mais pourrait en outre entraîner une réduction du temps de parole accordé à DLF dans les médias puisque celui-ci dépend notamment des sondages ».

 

► Bernard-Henri Lévy fait un flop en Suisse

BHL devait proposer son spectacle « Looking for Europe » mardi soir à Genève et mercredi prochain à la salle Métropole de Lausanne. Mais les deux dates ont été annulées. « Disons que le spectacle n’a pas rencontré la même ferveur que dans d’autres pays européens », nous explique Michael Drieberg. Le patron de Live Music Production n’a pas précisé combien de billets avaient été vendus. Il ajoute cependant que « Ça n’a pas pris. On n’allait pas l’envoyer au casse-pipe ». Rappelons tout de même que la pièce fera bientôt l’objet d’un documentaire financé à 430.000 euros par des chaînes de service public.

 

► 15 professionnels de santé demandent un moratoire sur le vaccin contre le papillomavirus

En mars dernier, 50 médecins insistaient sur l’urgence d’augmenter la couverture vaccinale contre le cancer du col de l’utérus. Mais le 28 avril, 15 médecins et pharmaciens publiaient un droit de réponse. Ils reprochent aux signataires de ne pas avoir déclaré les liens et conflits d’intérêt qui les unissaient aux fabricants des vaccins en question. Ils ont ainsi perçu à titre personnel 200.000 euros tous réunis, et plus d’un million et demi d’euros à leurs entreprises respectives. Ils ajoutent que la HAS (Haute Autorité de Santé) a toujours souligné les incertitudes quant à l’efficacité de ce vaccin ! Selon eux, « les intérêts privés, lorsqu’ils sont relayés par des personnalités et des organismes présentant des conflits d’intérêts peuvent orienter les politiques de santé vers des interventions non prioritaires au coût élevé, aux risques mal évalués et aux bénéfices incertains ».

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► Accident du Superjet en Russie

Pour les enquêteurs russes, le grave accident d’avion qui a eu lieu dimanche dernier à Moscou est lié aux nombreuses erreurs commises par les pilotes. Ils ont ainsi d’abord décollé malgré l’approche rapide d’un orage. Après avoir été touché par la foudre, d’après le pilote, ils ont atterri beaucoup trop violemment après quelques minutes de vol, sans avoir largué tout le kérosène de l’avion comme l’oblige le protocole en cas d’atterrissage forcé. L’incendie parti, le personnel aurait alors ouvert les fenêtres pour évacuer la fumée, mais ont ainsi attisé le feu. Si les experts travaillent encore avec les boîtes noires récupérées, l’accident a fait 41 morts sur les 78 passagers.

 

► Slovénie : trois migrants ont enlevé et ligoté un agriculteur de 79 ans et se sont enfuis en Italie avec sa voiture

Trois clandestins marocain et algériens, armés d’un couteau ont enlevé hier un agriculteur slovène de 79 ans à proximité de la frontière avec la Croatie. Ils ont pris la voiture de leur victime puis l’ont ligoté et enfermé dans le coffre. Les trois individus ont relâché l’homme à côté de la frontière italienne avant de prendre la fuite. Les clandestins ont été arrêtés par la police italienne, et un quatrième suspect est actuellement recherché.

 

► Lourd envoi d’imams en Europe pour le ramadan

A l’occasion du ramadan, qui a commencé lundi, le Maroc a envoyé quelques 700 prédicateurs officiels dans les pays européens. Tout d’abord par l’intermédiaire de son ministère des Affaires islamiques, le pays a envoyé 422 prédicateurs officiels : 361 imams et 29 mourchidates, nom donné aux femmes prédicatrices. C’est ensuite la Fondation Hassan qui en aurait envoyé 253 pour les Marocains résidant à l’étranger.

 

► Suède : les limites de la société plurielle, un cinquième de la population est né à l’étranger

En 2015, le pays de 10 millions d’habitants a reçu 160.000 demandeurs d’asile, un record en Europe proportionnellement à sa population, avant de fermer ses frontières. Certains Suédois font le constat amer suivant : la Suède a beaucoup changé ces dernières années et ils ont du mal à trouver leurs repères dans un pays où désormais un cinquième de la population est né à l’étranger, contre 11% il y a vingt ans. On perçoit l’inquiétude de voir la Suède renoncer à ses valeurs, notamment à l’égalité des sexes, au nom du respect de la diversité culturelle, de la liberté de culte, et de ne pas faire preuve de fermeté à l’égard des nouveaux arrivants, majoritairement de confession musulmane.

 

► Siemens cédera en bourse sa filière énergie

Premier employeur privé d’Allemagne et plus grande société d’ingénierie en termes d’effectifs en Europe, Siemens vend en bourse ses filières énergétiques, ceci dans une logique de revalorisation boursière. Hier, c’était son voisin et concurrent Alstom, qui présente en ce moment en caracolant des résultats financiers en hausse, qui se séparait en 2014 de ses filières énergétiques. Rappelons que ces filières représentaient plus des deux tiers de son activité. Elles ont été vendues en mettant en avant des raisons financières aux dépens de raisons stratégiques qui auraient voulu que la France reste maîtresse de son approvisionnement énergétique. Le tout dans des conditions troubles et sous le parrainage du ministre de l’Economie de l’époque… Emmanuel Macron. Ce sont ainsi deux voisins européens qui se séparent de filières stratégiquement capitales, tout en se réjouissant de résultats boursiers en hausse…

 

► Le chiffre du jour est 100.000 !

C’est le nombre de migrants arrêtés à la frontière américaine au cours du seul mois de mai. En sept mois, c’est près d’un demi-million de migrants d’Amérique centrale et latine qui ont été interpellés par les forces de l’ordre américaine, désormais épaulées par quelques détachements de l’armée. Les centres étant surchargés, la question migratoire agite et divise de plus en plus les Américains car 500.000 individus, c’est le nombre d’Américains habitant l’état du Wisconsin !

 

► La bonne nouvelle du jour

Pour terminer sur une note optimiste, la bonne nouvelle du jour : une soirée autour de Vladimir Volkoff à la Nouvelle Librairie.

Ce soir, vendredi 10 mai, à partir de 18 heures, la Nouvelle Librairie organise une soirée hommage autour de Vladimir Volkoff. Celle-ci sera animée par Olivier François de la rédaction de la revue Eléments et Alain Paucard, avec au programme de nombreuses lectures !

Farouchement slave souverainiste et anti-communiste, Vladimir Volkoff est l’auteur de nombreux romans, essais, documents, pièces de théâtre, biographies et même scénarios de bandes dessinées, la plupart inspirés par le monde du renseignement, les services secrets, l’histoire russe, la désinformation, la manipulation et la guerre. Nous vous donnons donc rendez-vous à la Nouvelle Librairie, chers auditeurs, au 11 rue de Médicis, dans le 6e arrondissement de Paris.

 

 

Etiquettes :

Radio courtoisie

Écoutez votre radio en direct

Current track
TITLE
ARTIST

Background
Intervenir sur l'émission
À venir

♫ Musique

17:30 18:00