BULLETIN DE REINFORMATION DU 9 AVRIL 2019

Patron d'émission - le 9 avril 2019

Bulletin de réinformation proposé par Philippe Brisebois, Gauthier de Saint Wolf, Christian Bieber, Pierre Gauloise et Charles Guépard

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

GRANDS TITRES


 

► La guerre en Libye n’en finit pas

Depuis le soutien occidental à la déstabilisation de la Libye et le renversement puis l’assassinat de Mouammar Kadhafi en 2011, la situation peine à se stabiliser. Le pays voit depuis bientôt huit ans différentes factions, plus ou moins laïques, plus ou moins islamistes et bénéficiant, ou non, de soutiens étrangers, s’affronter pour le contrôle du territoire et de son gouvernement. Dernier rebondissement en date, la semaine dernière, le maréchal Haftar a fait avancer ses troupes sur Tripoli, la capitale libyenne, afin de « purger l’ouest du pays des terroristes et des mercenaires ». Les troupes d’Haftar ont avancé jusqu’à 30 km du centre de Tripoli, et des affrontements ont eu lieu. Le bilan provisoire fait état d’une vingtaine de morts.

Qui est ciblé par Haftar ?

Le maréchal Haftar, à la tête de l’Armée nationale libyenne, contrôle le nord-est du pays et s’oppose au Gouvernement d’union nationale de Fayez al-Sarraj, qui contrôle théoriquement le nord-ouest du pays depuis Tripoli. Le Gouvernement d’union nationale, installé dans le bastion de la rébellion anti-Kadhafi a annoncé ensuite son intention de lancer une contre-offensive contre ceux qu’ils qualifient d’agresseurs.

D’autres enjeux sous-tendent ces opérations

Derrière ces tensions, plusieurs questions politiques et géopolitiques se dessinent. Tout d’abord la question pétrolière. En effet, si les troupes du maréchal Haftar contrôlent théoriquement la majorité des champs pétroliers libyens, seule la Compagnie nationale du pétrole de Tripoli, sous contrôle du Gouvernement d’union nationale, est habilitée par l’ONU à exporter le pétrole libyen. Haftar se voit donc dans l’impossibilité d’exporter légalement le pétrole de l’est libyen, et donc de profiter de cet apport financier. Par ailleurs, cette opposition entre factions est également influencée par les différents soutiens internationaux dont peuvent bénéficier les deux camps à l’ONU.

Ces nouvelles violences ne sont peut-être pas le fruit du hasard

En effet, cette flambée de violence intervient alors qu’une conférence nationale sous l’égide de l’ONU est prévue à Ghadamès, dans le sud-ouest du pays. Elle doit dresser « une feuille de route » avec la tenue d’élections pour tenter de résoudre politiquement la situation. Elle doit se tenir du 14 au 16 avril, sauf si « des circonstances majeures l’en empêchent ».

 

► Viktor Orban lance sa campagne pour les Européennes.

C’est dans un discours offensif que le premier ministre Hongrois a lancé campagne pour les élections européennes de son parti le Fidesz. Pour lui, « Les millions de clandestins arrivés en Europe menacent la sécurité et l’identité chrétienne des Européens. Les Anglais s’en vont, et les migrants sont là. »

Mais que propose-t-il ?

Il a listé sept mesures d’urgences parmi lesquelles « Retirer la gestion de l’immigration aux bureaucrates bruxellois et la rendre aux gouvernements nationaux » ou « Que les instances compétentes – essentiellement le Parlement européen et le Conseil européen – placent des dirigeants opposés à l’immigration à la tête des institutions de l’Union ». Il charge encore le président de la fondation Open Society, Georges Soros, qu’il accuse régulièrement de favoriser et même d’organiser l’immigration. Mais Viktor Orban ne propose pas seulement des choses contre les immigrés clandestins mais propose aussi des mesures pour la défense des siens. Il propose notamment « Personne ne devra faire l’objet de discrimination négative en Europe pour s’être affirmé chrétien ».

Que disent les sondages ?

Ils donnent le parti au pouvoir largement en tête. Il faut dire que la position forte et assumée de Viktor Orban plaît à son peuple. Issu de la campagne, il est encore lié à son peuple dont il comprend l’attente la plus importante : rester hongrois. C’est pourquoi Marine Le Pen, Mattéo Salvini cherche à se rapprocher de lui.

Cependant, avec seulement 22 sièges pour la Hongrie contre 79 pour la France ou 96 pour l’Allemagne cela ne devrait pas trop changer la donne au Parlement européen.

En effet. Il faut que nos auditeurs se rendent compte que depuis les premières élections en 1979 le groupe à droite traditionnelle où siègent Les Républicains aujourd’hui et le groupe de gauche où siège le PS se partagent la présidence du parlement. Il faudrait donc plus de 354 députés européens populistes pour renverser l’ordre établi des copinages entre la droite et la gauche européenne.

Vous pouvez retrouver l’intégralité du discours sur le site de réinformation du Visegrad Post.

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► Une enquête pose la question de l’origine sociale des journalistes de Libération.

Quelques mois après une autocritique concluant que sa rédaction ne comptait pas suffisamment de non-blancs, Libération poursuit sa politique de diversification. Selon les chiffres d’une enquête interne, une certaine homogénéité sociale est en place au sein de l’équipe du quotidien de gauche. La directrice adjointe de la rédaction Alexandra Schwartzbrod déplore cette uniformité qui selon elle est due non pas à une politique d’entrisme mais plus à une logique économique. Il y aurait besoin, aujourd’hui plus qu’avant de personnes rapidement opérationnelles, impossible de former longtemps des personnes moins rapidement compétentes qu’une recrue sortant d’une grande école de journalisme. Pour le rédacteur en chef adjoint Christian Losson, Libération, de son état de journal militant a évolué vers un journal hyper professionnalisé. Paul Quino, directeur délégué à la publication assure que « S’il n’existe pas de plan concret visant à accélérer la diversité sociale des journalistes de Libération, elle reste – au même titre que la féminisation des fonctions hiérarchiques – une préoccupation ».

 

► L’Assemblée nationale planche sur une taxe contre les géants du numérique

Le ministre de l’Économie présente depuis lundi à l’Assemblée nationale un projet de loi de taxation des grandes entreprises du numérique. Il vise à les imposer à hauteur de 3% du chiffre d’affaire réalisé en France. Cela contrerait en partie l’optimisation fiscale de ces sociétés qui paient en moyenne près de trois fois moins d’impôts que les autres entreprises. Seront concernés en plus des emblématiques Google, Facebook, Amazon et Apple une trentaine d’autres entreprises. Cette taxe intervient alors que l’Union européenne n’a pas réussi à s’accorder pour régler le problème de la taxation des géants américains d’Internet le mois dernier. Reste à voir quelle sera la réaction des États-Unis, qui pourraient en retour surtaxer certains produits français, de la même manière que l’Allemagne avait été menacée de taxe sur son industrie automobile en décembre dernier.

 

► Les écoles de corridas attaquées

Alors qu’en France, chaque année, des milliers d’animaux sont égorgés suivant les dogmes de l’Islam, la cause anti-corrida trouve toujours des adeptes. Ces derniers se sont récemment attaqués aux écoles de tauromachie. Menés en justice par le Comité Radicalement Anti-Corrida, le CRAC, ces centres de formation sont parvenus à conserver le droit d’enseigner la pratique aux mineurs. Déjà menée en appel, la procédure sera reconduite devant le conseil d’état par le CRAC, bien décidé à long terme à faire interdire la Tauromachie en prenant comme prétexte initial la protection de l’enfance. Les trois centres de formations inquiétés, qui ouvrent leurs porte aux enfants dès huit ans se situent à Nîmes, Arles et Béziers. La mise à mort des bêtes en revanche n’est autorisée qu’à partir de seize ans.

 

► Le 9 avril 1553 s’éteignait François Rabelais l’un des écrivains français les plus truculent de son temps.

Nous ne savons pas exactement quand est né François Rabelais, dans une petite propriété en Touraine sur les bords de la Loire. A la fois prêtre et anti clérical dans ces temps troublés de la réforme, mais aussi médecin, écrivain et penseur, c’est un électron libre. Il prêche pour un retour de la foi aux racines antiques. Il est surtout connu pour ses œuvres littéraires dont Pantagruel et Gargantua. A la fois chronique, satire et conte il y raconte une certaine vision de la vie et il y exerce une vraie critique de son temps.

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► Le mouvement de protestation prend de l’ampleur au Soudan

Samedi et dimanche dernier, plusieurs dizaines de milliers, voire des centaines de milliers selon certaines sources, de Soudanais ont investi Khartoum. Cette mobilisation massive, qui aura fait fi des menaces d’arrestations et du bouclage de la ville par les services de renseignement et des milices proches du pouvoir, réclame depuis décembre le départ d’Omar el-Béchir du pouvoir et l’instauration d’un gouvernement de transition. En fin de semaine dernière elle s’est rassemblée devant le quartier général des forces armées pour les appeler à rejoindre le mouvement et appuyer le peuple dans sa volonté de renverser le gouvernement en place. Si les manifestations sont restées pacifiques samedi et dimanche, les premiers coups de feu ont été tirés et les premiers blessés ont été recensés hier matin lorsque les forces de sécurité intérieure ont tenté de déloger les manifestants et se sont retrouvées face aux fusils de l’armée. La situation est pour l’instant incertaine, et tout se jouera probablement sur l’attitude de l’armée qui a pour le moment choisi de protéger les manifestants pacifiques rassemblés devant son quartier général.

 

► Theresa May plaidera la cause britannique avec Emmanuel Macron et Angela Merkel

Demain se tiendra un sommet européen extraordinaire visant à valider la nouvelle demande de report exprimée par le Gouvernement anglais la semaine dernière. Ayant exclu la possibilité d’une sortie du Royaume-Uni sans accord de l’Union européenne, et n’arrivant pas à concilier les exigences des travaillistes et des conservateurs au sein du Parlement britannique, ainsi que celles de l’Union européenne, Madame May n’a d’autre solution que ce report pour l’instant. Aujourd’hui la dirigeante anglaise a prévu des rencontres avec ses homologues d’Allemagne et de France afin de plaider en ce sens. La participation du pays aux élections européennes pourrait être la condition facilitant l’accord pour ce report. Cette décision d’appeler le peuple anglais aux urnes européennes en mai prochain représenterait un sacré affront pour celui-ci ayant voté la sortie de l’Union européenne il y a déjà plus de deux ans.

 

► Luigi Di Maio rompt les négociations avec les Gilets jaunes

Selon le quotidien italien il Fatto Quotidiano, le dirigeant du Mouvement 5 étoiles Luigi Di Maio a annoncé avoir décidé de renoncer aux négociations avec les Gilets jaunes, à cause de leurs idées contenant « de la violence » et visant à « renverser le pouvoir ». En février dernier, Luigi Di Maio, après avoir rencontré des figures des Gilets jaunes, avait estimé que « le vent du changement avait traversé les Alpes ». Le lendemain la diplomatie française dénonçait une « provocation inacceptable » et rappelait son ambassadeur en Italie.

 

► Le ministre des Affaires étrangères hongrois contre l’ONU et l’UE

Le chef de la diplomatie hongroise Péter Szijjártó a déclaré lors du dévoilement du programme électoral pour les élections européennes du Fidesz, le parti de Viktor Orban, qu’il était désormais « clair » que l’afflux de migrants illégaux en Europe faisait « partie d’un plan bien conçu » pour organiser un « changement de population » sur le territoire européen. Il a ajouté que l’objectif du pacte mondial sur les migrations de l’ONU était de légaliser l’immigration illégale.

 

► Donald Trump mécontent au sujet de la question migratoire

Donald Trump a limogé dimanche dernier sa secrétaire à la sécurité intérieure chargée de l’immigration, Kirstjen Nielsen, en poste depuis juillet 2017. Trois jours plus tôt, il avait déjà évincé le chef de la police de l’immigration, Ron Vitiello. Ces décisions traduisent l’exaspération de Donald Trump face à l’absence de résultats de son administration à propos de la question migratoire. En effet, les arrivées de sans-papiers en provenance d’Amérique centrale sont désormais au plus haut depuis une décennie. Près de 100.000 personnes ont été arrêtées juste en mars après être entrées sans autorisation sur le sol américain. Ces arrestations constituent l’un des indices les plus fiables pour mesurer l’immigration illégale, nous explique Le Monde. L’une des personnes pressentie par la presse pour lui succéder est Stephen Miller qui prône un programme similaire à celui qui avait été tenté en 2011 qui permettait aux autorités américaines d’interroger et d’enregistrer les empreintes digitales de personnes originaires de 25 pays jugés « à risque élevé », et prévoyait aussi de stocker les informations des résidents américains âgés de plus de seize ans originaires de ces mêmes pays

 

► L’ayatollah iranien demande à Bagdad d’exiger le départ des troupes américaines d’Irak

La décision des Etats-Unis de placer le Corps des gardiens de la révolution (IRCG) sur la liste des organisations terroristes a provoqué une réponse rapide de la diplomatie iranienne. En effet, le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei a demandé à Adel Abdel-Mehdi, le Premier ministre irakien d’exiger le retrait, dans les plus brefs délais, des forces américaines encore en Irak. « Vous devez prendre des mesures pour vous assurer que les Américains retirent leurs troupes d’Irak le plus tôt possible car partout où les Américains ont une présence durable, les forcer ensuite à partir devient problématique », a ainsi déclaré M. Khamenei, lors de sa rencontre avec le chef de l’exécutif irakien, le 5 avril.

 

► La bonne nouvelle du jour

Et la bonne nouvelle du jour est militaire puisque l’hélicoptère français NH90 Caïman qui était coincé dans le Sahara, en zone dangereuse, suite à une panne pendant une mission de survol au Mali dans le cadre de l’opération Barkhane a pu être réparé sans incident. En pleine zone de conflit la situation du pilote et de son équipage pouvait très rapidement tourner à la catastrophe, mais une opération de réparation et de protection a vite été mise en place dans le plus grand secret et l’hélicoptère a pu finalement redémarrer sans que l’incident ne soit repéré.

 

 

Etiquettes :

Current track

Title

Artist

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

♫ Soirée musicale

23:00 24:00