BULLETIN DE REINFORMATION DU 26 MARS 2019

Écrit par - le 26 mars 2019

Bulletin de réinformation proposé par Philippe Brisebois et Gauthier de Saint-Wolf

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

GRANDS TITRES

 

► L’enquête du procureur spécial Mueller débouche sur… rien

Deux ans d’enquête, de soupçons, d’accusations publiques, d’appels à la destitution ont donc débouché sur absolument rien en fin de semaine dernière, au grand désarroi des Démocrates. En effet, le rapport rendu par Mueller ne contient aucune preuve de collusion entre la campagne Trump et la Russie et conclut même à l’absence de celle-ci. Cette conclusion est explicitée par une note de résumé des conclusions de l’enquête rendue publique dimanche par le ministre de la Justice, Bill Barr.

Mais certains Démocrates entendent ne pas lâcher le morceau

Voyant leurs espoirs de destitution, qu’ils appelaient de leurs vœux dès le lendemain de l’élection de Donald Trump, partir en fumée avec les accusations de collusion, les Démocrates tentent de se raccrocher aux quelques branches restantes du rapport Mueller. En effet, Robert Mueller devait également enquêter sur des accusations d’entrave à la justice et d’après lui, « si ce rapport ne conclut pas que le président a commis un crime, il ne l’exonère pas non plus ». La présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, et le chef de file de la minorité au Sénat, Chuck Schumer, ont déclaré que « la lettre du ministre de la Justice Bill Barr pose autant de questions qu’elle apporte de réponses » et ont appelé à la publication du rapport complet. D’autres députés démocrates ont ajouté que « loin de la disculpation complète revendiquée par le président, le rapport Mueller n’innocente clairement pas le président ». Pour enfoncer le clou, les Démocrates se servent de leur nouvelle majorité à la Chambre pour lancer plusieurs autres enquêtes parlementaires allant des soupçons de collusion avec Moscou aux paiements pour acheter le silence de maîtresses supposées, en passant par d’éventuelles malversations au sein de l’empire Trump.

D’autres Démocrates y voient un acharnement dangereux

A l’approche des élections de 2020, d’autres Démocrates voient d’un mauvais œil cet acharnement après l’échec manifeste de l’enquête Mueller. Alors même que la popularité d’un processus de destitution est en net recul dans toute la population (36% contre 43% il y a trois mois) comme chez les Démocrates (68% contre 80% il y a trois mois), l’un des candidats à l’investiture démocrate à la présidentielle, Pete Buttigieg, a jugé que les conclusions de dimanche « prouvent que ce serait une erreur pour les Démocrates de penser que pour mettre fin à la présidence de Trump, il faut procéder à une enquête ». Il suggère de privilégier une vraie campagne politique sur des points concrets plutôt qu’une énième chasse aux sorcières qui permettrait à Trump de jouer la carte de l’acharnement judiciaire. Qui de ces deux courants sortira vainqueur ? Affaire à suivre.

 

► Nathalie Loiseau tête de liste LREM pour les européennes.

En effet après l’annonce de sa candidature en direct lors de son face-à-face avec Marine Le Pen, nous attendions l’officialisation de sa nomination comme tête de liste. Sans surprise cela devrait être acté aujourd’hui par le bureau politique du parti de la majorité. La deuxième partie du ticket devrait d’ailleurs être Pascal Canfin que certains de nos auditeurs doivent connaître. En effet il fut ministre dans le gouvernement de Jean Marc Ayrault sous la présidence d’Hollande.

Mais qui est réellement la tête de liste ?

Nous avons que peu d’informations sur le parcours de Nathalie Loiseau. Après avoir étudié le chinois à l’Institut national des langues et civilisations orientales elle rentre à 21 ans au ministère des Affaires étrangères. Elle sera amenée à remplir plusieurs missions notamment au Cambodge d’abord à l’ambassade des Etats-Unis où elle sera la porte-parole de l’ambassade pendant la guerre en Irak à partir de 2007. Après avoir été mise au placard par Laurent Fabius, elle prend la direction de l’ENA, école qu’elle n’a jamais fréquentée. Question politique elle a soutenu Alain Juppé lorsque de son passage au quai d’Orsay et lors des primaires des Républicains. Après la victoire de François Fillon aux primaires elle file chez Emmanuel Macron. D’un point de vue sociétal elle est pour la gestation pour autrui ainsi que pour la procréation médicalement assistée pour tous les couples.

Mais si elle est tête de liste cela veut-il dire remaniement ministériel ?

En effet elle devrait bientôt annoncer sa démission. Et elle ne serait pas la seule à quitter le gouvernement. Benjamin Griveaux, l’actuel porte-parole du gouvernement aimerait pouvoir se consacrer à la conquête de la mairie de Paris. Mais elle intéresse aussi le secrétaire d’état au numérique Mounir Majhoubi. Le remaniement pourrait être donc finalement se trouver un peu plus important. D’ailleurs le remplacement d’une ministre femme pose un vrai problème au Premier ministre et au président, car parmi les noms qui circulent, il n’y a que des hommes notamment le conseiller d’Emmanuel Macron, Clément Beaune. Problème donc de parité surtout après l’arrivée de d’Adrien Taquet il y a quelques mois au sein de l’exécutif.

 

BRÈVES DE FRANCE

 

► Le chiffre du jour est, à nouveau, 135 euros…

C’est le montant de l’amende reçue par un couple de Normands samedi dernier à Paris. Le délit ? Avoir porté un chandail sur lequel était écrit « Oui au RIC, je dis oui au référendum d’initiative citoyenne » dans une zone interdite aux manifestations aux alentours des Champs-Élysées. Ils ont été verbalisés alors qu’ils quittaient la zone et s’apprêtaient à prendre le métro. Certains s’étonnent de ce signe du durcissement gouvernemental de la répression contre les Gilets jaunes et y voient un délit d’un genre nouveau, mais d’autres se rappelleront des interpellations, contrôles et verbalisations pour des motifs similaires lors de La Manif Pour Tous en 2013.

 

► Le Conseil français du culte musulman attaque Facebook et YouTube

L’auteur de l’attentat de Christchurch de la semaine dernière qui a fait 50 morts a filmé l’attentat en direct et en vue à la première personne. La vidéo, longue de 17 minutes, a ensuite été postée sur Facebook par le terroriste lui-même. La séquence a été vue par 4 000 personnes avant d’être supprimée, selon Facebook, et aucun de ces spectateurs ne l’a immédiatement dénoncée. C’est seulement 29 minutes après le début de la diffusion, sur un signalement de la police néo-zélandaise, que la vidéo a été retirée, sans empêcher une très large rediffusion par la suite. En effet en 24 heures, Facebook a retiré de sa seule plateforme 1,5 millions de copies, sachant qu’elle a aussi été diffusée sur Twitter, YouTube et de nombreux autres sites. Le Conseil français du culte musulman s’en est très vite trouvé choqué et a trouvé le moyen de faire parler de lui puisqu’il a porté plainte contre Facebook et YouTube pour « diffusion de message à caractère violent incitant au terrorisme ou de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine susceptible d’être vu ou perçu par un mineur ».

 

► Un nouveau revers judiciaire pour Nicolas Sarkozy.

La cour d’appel de Paris a rejeté, ce lundi 25 mars, le recours de l’ancien président de la République contre la décision des juges de le renvoyer en correctionnelle dans l’affaire de « corruption » et de « trafic d’influence » à la Cour de cassation, révélée par des écoutes téléphoniques. En effet en 2014 l’ancien chef d’état avait tenté d’obtenir auprès de Gilbert Azibert, alors magistrat à la Cour de cassation, des informations confidentielles en marge de l’affaire Bettencourt, où il avait obtenu un non-lieu en 2013. Selon ces écoutes, Nicolas Sarkozy semblait s’engager à intervenir en faveur de Gilbert Azibert pour lui obtenir un poste à Monaco. Cette affaire est à ne pas confondre avec l’autre affaire révélée par écoute, pour laquelle Nicolas Sarkozy est aussi mis en examen, celle du présumé financement libyen de la campagne de 2007.

 

► Et la phrase du jour nous vient d’Emmanuel Macron

Le président a encore fait une remarque qui n’a pas manqué d’agacer les Français. Dimanche soir, le président de la République a souhaité, dans les colonnes de Nice-Matin, à Geneviève Legay, militante septuagénaire, tombée et grièvement blessée à la tête lors d’une charge policière pour disperser la foule, pendant une manifestation niçoise des Gilets jaunes :

Un prompt rétablissement, et peut-être une forme de sagesse [car] Quand on est fragile, qu’on peut se faire bousculer, on ne se rend pas dans des lieux qui sont définis comme interdits et on ne se met pas dans des situations comme celle-ci.

Ces propos ont entraîné de nombreuses réactions comme celle de Manon Aubry, tête de liste LFI aux européennes, par exemple qui a demandé au président de « faire preuve à son tour de sagesse en apportant des réponses politiques ».

 

NOUVELLES DU MONDE

 

► Fin de cavale pour Cesare Battisti et bras d’honneur à ses soutiens intellectuels

Cesare Battisti a finalement mis bas les masques. Après 37 ans de cavale, il a été arrêté mi-janvier en Bolivie et extradé dans la foulée en Italie où il doit purger la perpétuité. Il a été interrogé en fin de semaine dernière par un magistrat et un membre de la division antiterroriste de la Digos (Division des enquêtes générales et des opérations spéciales de la police de l’Etat). L’ancien leader des Pac, les prolétaires armés pour le communisme, a alors reconnu avoir participé à deux assassinats et en avoir commandité deux autres. C’est un coup de tonnerre venant de celui qui avait toujours nié son implication dans ces meurtres, et une vraie claque pour ses soutiens de toujours, les habituels intellectuels de gauche, notamment français. Il adressera d’ailleurs un bras d’honneur remarqué aux Bernard-Henri Lévy, Philippe Sollers et autres Fred Vargas en déclarant « je n’ai jamais été victime d’une injustice, je me suis moqué de tous ceux qui m’ont aidé, je n’ai même pas eu besoin de mentir à certains d’entre eux ». Il a donc avoué son implication dans les meurtres dont il est accusé et a demandé pardon aux familles.

 

► Regains de tensions entre Israël et le Hamas

La campagne des élections législatives israéliennes s’annonce mouvementée et le Hamas semble avoir décidé d’être de la partie. En effet, hier matin, un missile d’une portée de plus de 100 km s’est écrasé sur Mishmeret, au nord de Tel-Aviv, dans une région habituellement épargnée par la guerre. Le missile aurait été tiré depuis le sud de la bande de Gaza et serait parvenu à surprendre le Dôme de fer israélien qui n’aurait pas été activé. Le missile, d’une portée exceptionnelle a fait six blessés légers. Cette nouvelle attaque, niée par le Hamas et attribuée à une faction islamistes moindre, vient s’ajouter à d’autres tirs de roquette ayant eu lieu plus tôt en mars. Des frappes de ripostes contre le Hamas ont eu lieu, mais Benyamin Netanyahou est face à un dilemme. Jouant sa réélection, il doit en effet répliquer avec fermeté, mais sans entraîner une spirale de violence chaotique alors que les élections sont loin d’être gagnées et qu’il fait face à une coalition l’accusant d’avoir perdu le contrôle. Affaire à suivre.

 

► Le Mexique sur le chemin du chantage à la repentance

La repentance a de beaux jours devant elle. Le président mexicain a en effet annoncé hier avoir envoyé une lettre au pape François et au roi d’Espagne Felipe VI pour leur demander des excuses pour les « abus » commis contre les peuples indigènes durant la conquête espagnole aux XVe et XVIe siècles. Il a déclaré « J’ai envoyé une lettre au roi d’Espagne et une autre au pape pour que le récit des abus soit fait et qu’une excuse soit présentée aux peuples indigènes [du Mexique] pour les violations de ce qu’on nomme aujourd’hui leurs droits de l’homme ». Cette nouvelle controverse de Valladolid et cette relecture de l’histoire selon les prismes modernes laissent présager une période prospère pour les professionnels de la repentance. Qui sait ? La France pourra peut-être réclamer des excuses à l’Italie pour la conquête romaine des Gaules ?

 

► C’était un 26 Mars

Le 26 Mars 1827 s’éteignait l’un des plus grands musiciens de l’histoire de la musique. Ludwig Van Beethoven est l’un des génies de la musique classique. Malgré une surdité qui le frappe à l’âge de 27 ans il continue à écrire sa musique qui nous enchante encore aujourd’hui. Déjà de son vivant il fut adulé et fut reconnu par toute l’Europe. Sa musique fut d’ailleurs portée au pinacle par Bismarck afin de caractériser l’esprit allemand. Malgré sa reprise par le Troisième Reich c’est quand même le quatrième mouvement de sa neuvième symphonie qui fut repris comme hymne de l’Union européenne, la fameuse « Ode à la joie ».

 

 

Etiquettes :

Current track

Title

Artist

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

↺ L.J. de la douceur de vivre

18:00 21:00