BULLETIN DE REINFORMATION DU 12 MARS 2019

Patron d'émission   -  le 12 mars 2019

Bulletin de réinformation proposé par Christian Bieber et Pierre Gauloise.

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

GRANDS SUJETS


 

► Fin du grand débat : l’heure du bilan approche !

Le gouvernement vient d’enclencher la deuxième phase de sa stratégie pour juguler la colère des Gilets jaunes. Emmanuel Macron clôturera son grand débat le 15 mars, vendredi prochain. Viendra ensuite « le temps des propositions et de l’action. ».

Sébastien Lecornu, ministre chargé des collectivités territoriales, avait annoncé qu’il y aurait « des surprises pour ceux qui pensent que le débat allait être corseté ». Emmanuel Macron prépare des « surprises », un terme qui laisse dubitatif, d’autant plus quand on voit les propositions du parti LREM précédant celles du gouvernement.

Quelles sont ces propositions ?

Nous n’en ferons pas la liste exhaustive, elles portent sur des sujets aussi variés que la retraite, la prise en compte du vote blanc, la création d’une « proposition de loi citoyenne », un alourdissement de l’impôt sur la fortune immobilière remplaçant l’ISF ou encore la « suppression du cumul d’un mandat parlementaire et d’une activité professionnelle rémunérée ». Aucune mesure réclamée par les Gilets jaunes donc. On peut supposer que le futur projet du gouvernement sera proche de celui avancé par LREM, projet qui sert bien évidemment de test préalable, à l’instar des propositions des autres partis.

Toujours est-il qu’avant les propositions officielles du gouvernement, le ministre Sébastien Lecornu, salue la réussite du grand débat.

Une réussite selon lui, mais certains ne sont pas de cet avis

Effectivement, commençons par RT qui voit dans les propositions de LREM, à fortiori proches des futures résolutions du gouvernement, des mesures « cosmétiques ».

De son côté Éric Ciotti, député LR des Alpes-Maritimes a qualifié ce grand débat « d’hypocrisie extraordinaire » accusant LREM de prétendre proposer des mesures nouvelles qui seraient en réalité une correction des « fautes lourdes » du gouvernement.

Enfin Jérôme Fourquet, directeur du département opinion publique à l’Ifop, revient sur une analyse faite par Le Parisien de la participation au grand débat. Selon lui, « la France qui a participé à cette vaste enquête est celle qui a voté pour Emmanuel Macron au premier tour de l’élection présidentielle. », « une France urbaine, socialement favorisée et retraitée ».

On attend donc de pied ferme les propositions officielles du gouvernement.

 

► Élections européennes : les perspectives pour le scrutin à venir

Les premières élections depuis l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron auront lieu fin mai pour les européennes. Le dernier sondage sorti hier lui donne une confortable avance de presque 4 points. Avec 25% il devance le Rassemblement national et ses 21.5%, lui-même loin devant les Républicains de François-Xavier Bellamy avec 12.5% talonné par les écologistes et la France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon. 

Quelles sont les perspectives du scrutin ? 

Il y a plusieurs aspects. D’abord une recomposition de la droite avec la volonté du Parti Populaire Européen, la droite classique, d’exclure le président hongrois Victor Orban, qui défend les intérêts de son peuple contre ceux de Bruxelles. Il en ressort également une volonté politique de pousser l’intégration européenne. Parmi tout cela détonne cette proposition de la chancelière Angela Merkel qui défend un siège unique européen au conseil de sécurité de l’ONU. Ce siège à partager ne pourra être d’ailleurs que celui de la France. 

Que pouvons-nous penser de ces informations ? 

Un clivage évident se dessine entre deux visions différentes de l’Union européenne. D’une part une vision fédéraliste défendant un haut degré d’intégration et des nations très faibles comme le prône le parti présidentiel et par certains aspects la tête de liste les Républicains, et d’autre part une vision de nations fortes dans un espace de coopération défendu par le Rassemblement national notamment. C’est donc le même clivage qu’au second tour de la présidentielle qui est en train de se rejouer. La question est de savoir si après les Gilets jaunes, l’issue de ce troisième tour de la présidentielle sera différente de celle des deux premiers tours. 

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► Les Gilets jaunes de Tarbes attaquent une loge maçonnique

A Tarbes samedi dernier alors que la manifestation s’était terminée, un groupe de manifestants s’est dirigé vers la loge maçonnique de la ville aux cris de « on va à la gendarmerie et chez les Francs-Maçons ». Un Gilet jaune a ensuite saccagé la boîte aux lettres et tiré violemment sur le portail de la loge maçonnique du Grand Orient de France sous les encouragements d’une dizaine de personnes qui lançaient des projectiles sur la façade. Durant quelques minutes, l’intérieur du bâtiment a été l’objet de dégradations. Des épées, symboles de la franc-maçonnerie, ont été extraites du local pour être installées à proximité sur les fenêtres de la Banque de France, avant d’être ramenées à leur place. A ce propos C. Castaner a réagi sur Twitter en disant « Après les Juifs, les Francs-Maçons ».
Quand la bêtise rivalise avec l’intolérance la plus crasse », associant donc ces derniers faits aux tags antisémites du mois derniers.

 

► BHL accuse les Gilets jaunes de vouloir « casser du flic, du Juif et du pédé »

Bernard-Henri Lévy, dans sa pièce intitulée Looking for Europe, littéralement À la recherche de l’Europe, fait ouvertement campagne européenne pour Macron. Mais l’apôtre du multiculturalisme n’en reste pas là, il insulte dans son monologue d’une heure trente les Gilets jaunes en les accusant de ne penser qu’à « casser du flic, du Juif et du pédé ». L’extrait en question a été relayé sur plusieurs chaînes d’information. Comme le dénonce sur Twitter Didier Maïsto, patron de Sud Radio, ces propos pourraient constituer une incitation publique à la haine, passible d’un an de prison et de 45.000€ d’amende.

 

► Deux militaires français sérieusement blessés lors d’une attaque jihadiste au Mali

Le 10 mars, dans la région du Liptako au Mali, deux militaires français de la force Barkhane ont été sérieusement blessés, lors d’une attaque dite « complexe » de leur bivouac près de la frontière avec le Niger.

Selon l’État-major des armées, les assaillants ont d’abord envoyé un véhicule piégé qui a été arrêté par des tirs à « trente mètres des militaires de Barkhane ». Puis une quinzaine de djihadistes, sur des motos, ont surgi en direction des Français, qui les ont repoussés. Deux militaires français ont a priori été sérieusement blessés lors de l’explosion du pick-up piégé. Ils ont depuis été évacués vers un hôpital d’instruction des armées de la région parisienne.

 

► La phrase du jour nous vient de Philippe de Villiers

Le fondateur du Puy du Fou répondait ce lundi aux questions du Parisien au sujet de son dernier livre intitulé : « J’ai tiré sur le fil du mensonge et tout est venu ». Il dénonce dans celui-ci l’influence intéressée des Américains dans la création de l’Europe avec à l’appui des archives récemment déclassifiées.

Que la construction européenne ait été encouragée dès ses origines par les Etats-Unis pour en faire un bloc libéral face à l’URSS n’est pas un secret.

La guerre froide était la couverture des Américains pour mener discrètement des opérations d’influence. Les Américains envoyaient de l’argent à Monnet et Schuman pour configurer une Europe qui soit entièrement à leur main.

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► Le Gouvernement britannique critiqué après la mort de l’enfant d’une djihadiste

Cette femme, Shamima Begum, était partie en 2015 rejoindre le Djihad en Syrie. Suite aux défaites de l’Etat islamique elle avait rapidement échoué dans un camp de réfugiés kurde. Après la mort de ses deux premiers enfants elle avait demandé à être rapatriée, elle et son troisième enfant, rapatriement refusé par le Gouvernement britannique.

En effet, déchue de la nationalité anglaise, la mère n’était pas autorisée à rejoindre le Royaume-Uni, ce qui n’était pas le cas de son bébé, né avant la déchéance de sa mère et donc citoyen anglais. La jeune femme avait néanmoins refusé de se séparer de son enfant, qui depuis est mort de maladie et de malnutrition.

C’est aujourd’hui le Gouvernement britannique qui est la cible de nombreuses critiques et pas cette femme, partie mettre au monde des enfants dans une zone de guerre et qui ne cessait de déclarer qu’elle ne regrettait pas ses actes. Elle espérait toutefois: « la pitié du Gouvernement anglais ».

 

► Boeing traverse une zone de turbulences

Ce dimanche un Boeing 737 Max 8 de la compagnie Ethiopian Airlines s’est écrasé peu de temps après son décollage, ne laissant aucun survivant parmi ses 157 passagers. Au-delà du terrible bilan humain de la catastrophe, celle-ci est désastreuse pour le géant américain. Il s’agit en effet du second accident en quelques mois impliquant un modèle de la dernière génération de ses moyens porteurs. Si les origines de ce drame ne sont pas encore connues, le premier modèle s’était abîmé à cause d’une défaillance technique des capteurs de l’avion. De nombreuses compagnies ont annoncé suspendre leur utilisation du 737 Max 8, tandis que l’action de Boeing chutait en Bourse. À quelques mois du salon du Bourget, cet événement pourrait rebattre les cartes en faveur du constructeur européen Airbus.

 

► La présidente du parti d’Angela Merkel répond à la tribune sur l’Europe de Macron

Dans un texte publié en fin de semaine dernière, Annegret Kramp Karrenbauer a présenté un plan pour l’Europe faisant office de réponse à la tribune du président français. La dirigeante du Parti chrétien démocrate allemand y a annoncé son soutien à la politique migratoire européenne avancée par Emmanuel Macron. Elle s’éloigne tout de même des propositions sociales de celui-ci, comprenant l’uniformisation des dettes et systèmes sociaux européens. Cette discordance paraît être une tentative de confirmer le virage à droite annoncé par la CDU afin de lutter contre la montée du nationalisme allemand symbolisé par l’AfD. Reste à voir si les Allemands lassés par la politique migratoire des portes ouvertes d’Angela Merkel se contenteront de cette opposition de façade, alors que cette même politique migratoire semble ne s’être que peu durcie.

 

► Toujours en Allemagne les démocrates-chrétiens proposent un « porte-avions européen commun »

Dans une tribune publiée le 10 mars dans le journal Welt am Sonntag, la présidente du Parti chrétien-démocrate allemand (CDU), Annegret Kramp-Karrenbauer, héritière d’Angela Merkel, a répondu aux idées avancées quelques jours plus tôt par Emmanuel Macron, au sujet de l’avenir de l’Union européenne. Mme Kramp-Karrenbauer a ainsi rappelé que « dès à présent, l’Allemagne et la France travaillent ensemble sur le projet d’un futur avion de combat européen ». Puis elle a ajouté que « la prochaine étape pourrait consister en un projet hautement symbolique : la construction d’un porte-avions européen commun, pour souligner le rôle de l’Union européenne dans le monde en tant que puissance garante de sécurité et de paix. ».

 

► Et le chiffre du jour est de 9000

9000 c’est le nombre d’églises canadiennes qui pourraient disparaître dans les 10 années à venir. Il s’agit d’une estimation donnée par un groupe de défense du patrimoine canadien en fin de semaine dernière. C’est ainsi un tiers des églises du pays qui pourraient être détruites, vendues ou reconverties. Les causes avancées sont à la fois le déclin démographique de la population rurale, et en milieu urbain la sécularisation couplée à l’essor d’autres religions. À Montréal par exemple, la fermeture de plus de 30 des 54 églises de la ville est prévue, selon un rapport du diocèse de Saint-Jérôme paru en 2018.

 

 

Etiquettes :

Radio courtoisie

Écoutez votre radio en direct

Current track
TITLE
ARTIST

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

↺ Réinformation

11:45 12:00