BULLETIN DE REINFORMATION DU 6 MARS 2019

Patron d'émission - le 6 mars 2019

Bulletin de réinformation proposé par Charles Sornac et Noël Petit, avec la contribution de Carl Hubert

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

GRANDS TITRES


 

► Attaque terroriste d’un converti à l’islam radical dans une prison de l’Orne

Nouvelle illustration du danger que représentent les détenus islamistes pour les gardiens de prison et la société en général : un détenu, français converti à l’islam, a blessé deux surveillants de la prison de Condé-sur-Sarthe avec un couteau. Le garde des sceaux, Nicole Belloubet, a reconnu le caractère terroriste de l’agression.

Alors que cette prison est censée être très sécurisée, le terroriste a pu se procurer un couteau en céramique.

Il bénéficiait en outre d’un traitement très généreux puisque, lors de l’agression, il allait rejoindre sa compagne dans une « unité de vie familiale », c’est-à-dire un local notamment conçu pour que les couples puissent y avoir des relations charnelles.

C’est peut-être là que sa compagne a récupéré le couteau en cause.

Le RAID est intervenu hier soir pour les déloger de cette bien mal nommée unité de vie. La femme a rapidement succombé aux blessures par armes à feu subies lors de l’opération. L’homme n’a été que blessé et pourra ainsi continuer sa vie de nuisance, en l’absence de peine de mort.

 

► Polémique sur la comparaison entre retraité et migrant faite par Marine Le Pen

L’équipe dite de décodeurs du journal Le Monde, habitué à distiller son venin mondialiste et immigrationniste, ne décolère pas contre le Rassemblement national. En substance, il est fait reproche au parti de Marine Le Pen de présenter le statut des demandeurs d’asile comme plus avantageux financièrement que celui des retraités, en ce qui concerne les plus modestes de ces derniers.

Notons que Le Monde qui a la prétention bien connue de faire la leçon à ses contradicteurs ne cite aucune de ses sources et ne donne aucune preuve de ce qu’il avance.

A l’inverse, face aux accusations de « fake news », le RN a produit une analyse chiffrée. D’un côté, un retraité modeste touche au moins le minimum vieillesse de 868 €, pour lequel il a généralement en partie cotisé durant sa carrière. Il peut aussi bénéficier de la CMU complémentaire, chiffrée à 33 € par mois. De l’autre côté, un demandeur d’asile, qui n’a évidemment jamais cotisé en France, perçoit des aides dont la valeur monétaire dépasse cette somme : 204 € d’allocation demandeur d’asile, un hébergement gratuit pour lui et sa famille que le RN chiffre à 600 €, la sécurité sociale gratuite que le RN chiffre à près de 300 euros par mois.

Au total, le retraité modeste bénéficie légitimement de prestations de 900 € par mois, alors que le demandeur d’asile peut compter selon ce calcul sur près de 1 100 € par mois.

Ces chiffres ne suffisent pas pour Le Monde, qui conteste la méthodologie. On est prié de croire le serviteur de Mammon sur sa malfaisante parole.

 

► Selon la jurisprudence de la Cour internationale de Justice, Mayotte n’a pas été décolonisée dans les formes

Le 25 février dernier, la Cour internationale de Justice a rendu un avis consultatif sur la situation de l’archipel des Chagos. Ce territoire, initialement rattaché à l’Île Maurice, en a été détaché en 1965 par la puissance coloniale britannique, juste avant l’indépendance de Maurice.

Ce territoire abrite l’actuelle base américaine de Diego Garcia, qui permet à l’armée américaine de rayonner dans tout l’océan Indien.

Le Royaume-Uni a en effet consenti un bail spécial aux Etats-Unis pour l’installation de cette base. Les Britanniques ont même été jusqu’à déporter la population autochtone à Maurice, certes avec à la clé une indemnisation mais aussi avec une interdiction pour les Chagossiens de revenir dans leur patrie.

Les Nations Unies se sont émues de cette situation.

Tout comme Mayotte, l’archipel des Chagos fait partie des territoires que l’Assemblée générale des Nations Unies considère comme restant à décoloniser. Cette assemblée de l’ensemble des Etats membres de l’ONU a saisi la Cour internationale de Justice sur les aspects juridiques de la question chagossienne.

Dans un avis non contraignant pour les Etats, les juges de La Haye ont conclu à l’illégalité de la situation actuelle.

Pour la Cour internationale de Justice, le processus de décolonisation n’a pas été mené jusqu’au bout et ce de manière invalide. Elle appelle le Royaume-Uni à mettre fin à son administration de l’archipel des Chagos dans les plus brefs délais.

Cet avis est-il transposable à la question mahoraise ?

On peut le penser. Tout comme les îles Chagos ont été séparées de Maurice juste avant l’indépendance de l’ex-colonie britannique, l’île de Mayotte a été séparée du reste de l’archipel des Comores, après la victoire du « oui » au référendum de 1974 sur l’indépendance des Comores. Avec constance, l’Assemblée générale des Nations Unies a d’ailleurs appelé la France à se retirer de Mayotte… sans succès comme on le sait.

Mais la France ne peut-elle pas se prévaloir du vote des Mahorais eux-mêmes ?

C’est toute la question. En 1974 et à plusieurs reprises depuis, les habitants de Mayotte ont librement voté pour leur rattachement à la France, pour conserver notre bonne et généreuse protection et ne pas redevenir les derniers des Comoriens.

Mais il n’est pas sûr que cela suffise sur le plan juridique pour justifier une partition de l’ancienne colonie française des Comores.

Ronny Abraham, juge français à la Cour internationale de Justice, a cependant exprimé des réserves sur l’avis sur les Chagos, suggérant qu’il aurait fallu rechercher la volonté propre de leurs habitants.

Quoi qu’il en soit, on n’imagine pas que la France renonce à sa souveraineté sur Mayotte, ne serait-ce que pour des raisons constitutionnelles.

Il est vrai que l’article 53 de la Constitution dispose que « nulle cession, nul échange, nulle adjonction de territoire n’est valable sans le consentement des populations intéressées ». Mais, justement, si la Cour internationale de Justice considérait que l’annexion de Mayotte par la France s’est faite au mépris du consentement de la population comorienne vue comme un ensemble indivisible, la France pourrait alors en déduire que cette « adjonction de territoire » est nulle et non avenue.

Le préambule de la Constitution de 1946, qui fait partie de notre bloc de constitutionnalité, rappelle d’ailleurs que la France « se conforme aux règles du droit international public ».

Il ne reste plus qu’à l’Assemblée générale de l’ONU de saisir les juges de La Haye de la question mahoraise…

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► Les Dylan de France sont en deuil

Luke Perry, interprète du personnage de Dylan dans « Beverly Hills », est décédé lundi dernier, à l’âge de 52 ans. La mise en perspective de cette série des années 90 et du fichier des prénoms de l’Insee permet de prendre la mesure de l’influence de la culture américaine sur les foyers français.

Ainsi, en 1996, plus de 6.900 petits Français étaient baptisés Dylan. La même année, le prénom le plus populaire, Thomas, était donné à 9.400 garçons. D’autres personnages de cette série inspireront des parents dont les enfants seront appelés Brandon ou encore Brenda.

Les futurs parents encore indécis pourront, par exemple, regarder la série « Au service de la France » qui propose des prénoms bien de chez nous avec ses héros André et Sophie.

 

► C’est aujourd’hui le mercredi des Cendres

Et donc le premier jour du temps de Carême durant lequel les catholiques observeront 40 jours de jeûne et d’abstinence.

Durant la messe des Cendres, le prêtre appliquera les cendres des rameaux de l’an passé sur le front des fidèles, en symbole de pénitence, d’humilité et de sacrifice.

Dans l’Ancien Testament, les Hébreux se revêtaient d’un cilice et s’asseyaient sur des cendres, puis s’en répandaient sur la tête.

Du temps de l’Église primitive, la cérémonie des Cendres s’adressait aux croyants soumis à la pénitence publique, à la suite de graves péchés. Le sacrement de l’Eucharistie leur était interdit jusqu’au Jeudi saint.

Bon courage à tous les catholiques de France pour ce temps de Carême.

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► Hillary Clinton renonce aux élections de 2020

La candidate malheureuse aux élections américaines de 2016 face à Donald Trump ne se représentera pas en 2020. Elle a préféré encourager les candidats à l’investiture du Parti Démocrate.

Parmi eux, on trouve Andrew Yang, un candidat très modeste. Il s’inquiète beaucoup des conséquences de l’intelligence artificielle sur les emplois et propose la mise en place d’un revenu universel. Andrew Yang a aussi dénoncé la démographie alarmante des Blancs. En effet, dans la moitié des États américains, le nombre de décès est supérieur au nombre de naissances.

Ces paroles ont suscité l’enthousiasme de la Droite Alternative américaine qui s’amuse depuis à soutenir sa candidature.

 

► En Algérie, le clan Bouteflika promet une transition démocratique

Depuis plusieurs jours, l’imminence de la candidature officielle du président sortant Abdelaziz Bouteflika pour un cinquième mandat a déclenché de nombreuses manifestations en Algérie mais aussi en France. Outre la situation économique désastreuse et les détournements de fonds du clan Bouteflika, les Algériens n’ignorent pas l’état de santé du président, qui le rend manifestement inapte à sa fonction.

Face à la pression populaire, loin de se démonter, les proches de Bouteflika ont pourtant bel et bien annoncé sa candidature à un cinquième mandat. Pour faire passer la pilule à son peuple, la présidence de la République algérienne a cependant promis, en cas de victoire, de faire adopter « une nouvelle constitution » et d’organiser « une élection présidentielle anticipée » à laquelle Bouteflika ne serait pas candidat. Pas sûr que ces promesses soient de nature à éviter de faire baisser la contestation populaire algérienne.

 

► Le procureur de Tokyo fait appel de la remise en liberté de Carlos Ghosn

Hier, le tribunal de Tokyo acceptait la remise en liberté sous caution de l’ancien PDG de Renault-Nissan, après trois mois de détention. Le prix à payer pour l’homme d’affaires est une caution de près de 8 millions d’euros ! Cependant, le procureur a tout de suite fait appel de cette décision.

Maître Le Borgne, avocat du patron français, croit que « le procureur en fait une affaire personnelle ». Selon lui, si son client avait été poursuivi en France, il n’aurait pas connu la détention provisoire. Le représentant du patron français suggère que le procureur aurait été persuadé de « délits plus ou moins imaginaires » par Nissan et que sa décision de faire appel aurait été motivé par « un intérêt tout particulier ».

 

► Le régime végan serait mauvais pour la santé

C’est ce qu’a découvert le vidéaste britannique Tim Shieff. Ce trentenaire observait strictement le mode de vie végétalien depuis 2012, allant jusqu’à boire sa propre urine. Mais il a annoncé avoir recommencé à manger de la viande pour raison de santé.

En effet, il a constaté souffrir, depuis 3 ans, de fatigue, de dépression ou encore de problèmes digestifs. La consommation d’œuf et de saumon a immédiatement eu des effets positifs sur sa santé et sur sa libido. Tim Shieff reconnaît depuis que la consommation de viande est naturelle et nécessaire à sa bonne santé.

Mais cette décision a attiré la colère de la communauté végan. La marque de vêtements qu’il avait lui-même fondé, a ainsi décidé de se séparer de lui.

 

LA BONNE NOUVELLE DU JOUR


 

La bonne nouvelle du jour est archéologique

Les trésors d’un peuple maya, les Itzaes, ont été redécouverts, dans le sud-est du Mexique. En effet, il y a plus de 50 ans, ces vestiges avaient été visités par un premier archéologue qui, pour une raison inconnue, avait décidé de murer l’entrée.

L’an dernier, les scientifiques ont retrouvé cette grotte où se trouvaient des brûleurs d’encens vieux de 1000, voire 1300 ans. L’équipe espère découvrir des restes humains afin de mieux connaître le peuple de l’époque.

A noter qu’un serpent corail, l’un des plus venimeux au monde, gardait l’entrée de la grotte. Les archéologues ont organisé, avec les Mayas autochtones une cérémonie d’expiation longue de six heures afin d’éviter tout drame.

 

 

Etiquettes :

Current track

Title

Artist

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

♫ Soirée musicale

23:00 24:00