BULLETIN DE REINFORMATION DU 26 FEVRIER 2019

Patron d'émission - le 26 février 2019

Bulletin de réinformation proposé par Philippe Brisebois, Pierre Gauloise et Christian Bieber.

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00.

 

 

GRANDS SUJETS


 

► Un nouveau sommet entre Étasuniens et Nord-coréens prévu cette semaine

Donald Trump et Kim Jong-un se rencontreront, pour la deuxième fois, les 27 et 28 février prochains à Hanoï au Vietnam. Ce sommet, comme celui de Singapour en juin dernier, a officiellement comme sujet central la dénucléarisation de la Corée du Nord, et de toute la péninsule coréenne.

Néanmoins les motivations profondes pourraient être bien différentes

Le sommet de Singapour n’avait déjà abordé la question nucléaire que marginalement, donnant lieu à des déclarations de principe sans aucun véritable poids. En revanche, ce sommet avait permis de rouvrir de vrais canaux de discussion commerciale entre les Etats-Unis et la Corée du Nord. D’ailleurs, plus le sommet d’Hanoï approche, plus il apparaît que les enjeux seront plus commerciaux que politiques ou sécuritaires. En effet, s’il apparaît que les discussions seront a priori amorcées autour de la dénucléarisation, il ressort néanmoins que l’essentiel des discussions tendraient vers une ouverture progressive du marché nord-coréen, accompagné d’une levée des sanctions étasuniennes. Cette ouverture commerciale permettrait notamment à la Corée du Nord et à ses potentiels partenaires commerciaux de faire fructifier son sous-sol très riche.

Quels intérêts ont les Etats-Unis dans cette région ?

Hormis l’enjeu sécuritaire qui serait consolidé par une Corée du Nord mieux intégrée à l’économie régionale et mondiale, le pion nord-coréen pourrait faire partie intégrante de la stratégie commerciale de Washington dans la guerre économique qui l’oppose à Pékin. En effet, dans le contexte commercial tendu entre les deux grandes puissances, où chaque avantage compte pour mener à bien les négociations, une alliance commerciale stratégique entre Pyongyang et les Etats-Unis viendrait changer la donne dans la région. En damant le pion aux Chinois quant à l’accès au marché nord-coréen, les Etats-Unis marqueraient un point et mettraient commercialement la main sur un état tampon important pour les Chinois. Outre les répercussions purement commerciales que cela aurait dans la région, cela contribuerait à un déséquilibre politique que Pékin ne pourrait ignorer. Le sommet d’Hanoï permet donc aux Etats-Unis de négocier des accords privilégiés avant une éventuelle levée des sanctions et d’empêcher l’accès au marché à ses partenaires comme à ses adversaires. La Corée du Sud ne s’y est d’ailleurs pas trompée, elle a déjà signé début février avec son voisin pas moins de 225 projets économiques pour un montant total de 12 milliards de dollars investis d’ici à 2030. Parmi ces projets : de l’infrastructure ferroviaire et routière, le déminage de la frontière ou encore un gazoduc reliant la Russie à la Corée du Sud.

 

► Brexit J-32, May dans l’œil du cyclone. 

Le vendredi 29 mars est la date officielle de l’entrée en vigueur du Brexit. Pour l’instant il sera mis en œuvre avec ou sans accord. C’est justement une sortie sans accord, dit « no deal » en anglais, qui effraye les élites britanniques. Jeremy Corbyn, le patron du parti de gauche le Labour, vient d’annoncer un plan en trois phases.

Pouvez-vous nous en dire plus sur ce plan ? 

Il se déroulerait en trois phases engageant le résultat de plusieurs votes. La première partie se déroulerait lors d’un vote aujourd’hui à la Chambre des Communes concernant une proposition d’accord sur le Brexit que l’UE ne peut pas accepter, et qui ne pourrait pas passer car ils n’ont pas la majorité. Nous pouvons résumer cette proposition simplement comme une conservation des avantages de l’UE sans en faire partie. Dans un deuxième temps, ils déposeront un amendement pour interdire un Brexit sans accord et donc reporter la date d’entrée en vigueur de celui-ci. Cet amendement lui a de grandes chances d’être adopté mercredi. En effet trois ministres du gouvernement menacent démissionner si le Brexit se fait sans accord. La troisième partie du plan est de soumettre l’accord final entre l’UE et le Royaume-Uni au référendum populaire. 

Mais cela serait un vrai piège pour Theresa May

En effet, car le vote contre serait l’union des anti-Brexit mais aussi de ceux qui jugent le texte trop timide. Cependant cela pourrait être le seul choix permettant à Theresa May de pouvoir faire voter un accord avant le 29 mars. De toutes façons un consensus sort sur le fait qu’il faudrait une prolongation de huit semaines au moins dans le meilleur des cas. En effet, si l’accord est voté le 12 mars, il faudra du temps pour que le Parlement européen puisse le ratifier mais aussi pour que le Gouvernement britannique puisse voter les lois nécessaires pour valider le Brexit. 

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► Selon Valérie Pécresse, « la situation des banlieues est explosive ! »

Dans une entrevue accordée hier au Figaro, la présidente de la région Île-de-France a dénoncé le problème persistant des cités franciliennes. La situation serait, selon ses mots, « explosive ». Il existerait en effet une crise des banlieues masquée par celle des Gilets jaunes. L’élue LR a ainsi souligné que « 80 lycées ont été attaqués en décembre » et qu’il suffirait d’une étincelle pour qu’une situation telle que celle de 2005 ne se reproduise.

 

► L’aéroport de Toulouse Blagnac pourrait être racheté par un autre consortium chinois

Les 49.9% de parts de l’aéroport de Toulouse Blagnac revendues par l’État à un groupement chinois en 2015 sont à nouveau en vente. Le montant demandé est de 500 millions, soit 80% de plus que le prix d’achat il y a moins de quatre ans, alors qu’aucune modernisation conséquente n’a été apportée aux infrastructures ou équipements. Aux côtés des candidats français au rachat vient de s’ajouter ce lundi un concurrent de nationalité chinoise. Alors que la reprise de l’aéroport implique de racheter la société basée à Hong-Kong qui détient les parts, les acteurs français du dossier voient d’un mauvais œil ce nouvel arrivant avantagé par ces conditions. Il serait bienvenu que cet aéroport juxtaposé aux installations d’Airbus et utilisé pour une partie des essais en vol des appareils du géant européen ne reste pas dans le giron chinois.

 

► Polémique autour du hijab de course de Decathlon

La célèbre enseigne d’équipement sportif a récemment mis en vente sur son site un hijab de course pour les femmes musulmanes souhaitant pratiquer ce sport dans le respect des dogmes imposés par leur religion. « Nous sommes pour une tolérance absolue, pour une inclusion totale » a déclaré l’enseigne qui dans le même temps ne l’oublions pas, élargit considérablement sa clientèle. Seulement voilà, l’équipementier est vivement critiqué pour cela. On l’accuse de porter atteinte à la liberté de la femme, et de prêter « allégeance à la religion islamique ». De plus la vente d’un tel objet porte atteinte à la neutralité du sport. On déplorera l’absence, dans le catalogue de la marque, de soutane de course respirante spécial prêtre ou de kippa en néoprène pour la natation. 

 

► Un policier frappe son supérieur pendant l’acte XV des Gilets jaunes

Samedi 23 février, durant l’acte XV des Gilets jaunes à Toulouse, un policier casqué est sorti du rang pour asséner un coup de tête dans le casque de son supérieur. Une enquête de la police des polices (IGPN) a été ouverte. Les raisons de ce coup de sang restent floues. Les autorités, citées par Le Parisien, affirment que « le gardien de la paix n’était pas content d’une instruction reçue par le major ». Le syndicat Alliance évoque de son côté un « geste d’humeur ». Cet événement est symptomatique du climat de tension qui règne chez les forces de l’ordre excédées par les mobilisations hebdomadaires quasi-ininterrompues depuis bientôt cinq mois.

 

► C’était un 26 février 1802…

Dans la petite ville de Besançon un immense écrivain, poète et homme politique français voyait le jour. Victor-Marie Hugo connu d’abord le succès par la plume avant de se faire reconnaître en politique. Son admiration pour Napoléon 1er n’a d’égal que pour son aversion pour Napoléon III. Il s’exilera d’ailleurs dans les îles anglo-normandes durant tout le règne de ce dernier. Il reviendra en France après la chute de l’Empire et continuera à peser sur la vie politique de la France, étant notamment favorable à l’amnistie des communards ce qui lui vaudra une défaite aux élections. Il s’éteint le 22 mai 1885 à Paris après une congestion pulmonaire. Il fut inhumé au Panthéon lors d’une cérémonie grandiose.

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► Manifestation algérienne à… Paris

Dimanche se sont rassemblés place de la République à Paris des centaines d’Algériens pour manifester contre un éventuel cinquième mandat d’Abdelaziz Bouteflika. Ce rassemblement donne une idée de l’importance de la communauté algérienne vivant en France. La question se pose de la raison d’être d’une telle manifestation dans la capitale française. Aux dernières nouvelles en Algérie, aucune manifestation de Gilets jaunes n’a été rapportée. Peut-on imaginer à Alger des centaines de personnes brandissant des drapeaux français ?

 

► Cuba adopte une nouvelle constitution

Ce lundi la population cubaine a pu se prononcer sur le projet d’une nouvelle constitution. Une écrasante majorité, 86%, a voté pour, contre seulement 9% de non. Cette nouvelle constitution est une adaptation de celle de 1976 axée sur l’ouverture économique de l’île, la propriété privée et les investissements étrangers comme nécessaires pour relancer la croissance d’un pays miné par les pénuries. Elle confirme le changement amorcé depuis une dizaine d’années. Sur la forme cette constitution semble atténuer l’esprit très communiste de la dernière. Mais sur le fond il est toujours présent et très désiré par la population. En effet celle-ci a refusé la suppression du mot communiste de la constitution qui pour elle est signe « d’un rattachement affectif et historique » explique Jean Mendelson, ancien ambassadeur français à Cuba. Elle réaffirme en outre le rôle du parti et le caractère « irrévocable » du socialisme.

 

► Le réseau social Facebook à nouveau sous le feu des critiques pour collecte abusive de données personnelles

Selon de récentes révélations du Wall Street Journal, Facebook aurait une nouvelle fois été pris la main dans le sac en train de collecter les informations privées de ses utilisateurs et de leurs contacts sans leur accord. La récolte de données se faisait via App Events, application servant à unir les agendas des utilisateurs et leurs événements. Elle se synchronise pour cela avec des applications tierces, avec lesquelles Facebook a passé un marché afin de racheter les données confidentielles contenues par celles-ci. Ainsi un utilisateur même non possesseur d’un profil sur le réseau social installant une de ces applications verrait ses données collectées par Facebook. Devant le scandale naissant le géant américain a joué la surprise, rejetant la responsabilité sur les éditeurs des applications concernées. Il a également, comme à chaque fois, annoncé la mise en place de mesures de sécurité pour veiller à que cela ne se reproduise plus.

 

► Salvini reprend la Sardaigne à la gauche

La coalition entre le parti Forza Italia de Silvio Berlusconi et la Ligue de Salvini a remporté hier l’élection régionale de Sardaigne. Selon les résultats partiels, Christian Solinas, candidat de la coalition, a remporté près de 48% des voix, tandis que Massimo Zedda, représentant de la gauche, n’a obtenu qu’environ 33% des votes. Le Mouvement 5 Étoiles, partenaire de la Ligue au niveau national, poursuit quant à lui son effondrement. Son candidat, Francesco Desogus, n’a obtenu que 11% des voix. Le parti avait pourtant recueilli 40% des suffrages lors des législatives de mars 2018.

 

► Résultat d’élection confus au Sénégal

Dimanche dernier, les Sénégalais ont voté au premier tour de la présidentielle afin de choisir leur chef d’état pour les cinq prochaines années. Les commissions de recensement des votes doivent proclamer les résultats à l’échelle du pays avant vendredi minuit. Mais de manière peu surprenante l’ancien président Macky Sall, qui tente de se faire réélire, a annoncé par la bouche de son Premier ministre sa victoire par majorité absolue au soir du vote : «  Nos résultats compilés expriment que notre candidat a été largement victorieux dans treize des quatorze régions du pays […]. Nous pouvons nous attendre à un minimum de 57%. » Tandis que l’opposition a elle aussi annoncé avant les résultats qu’il y aurait un second tour. Est-ce un aveu du trucage ou bien une manœuvre politique précise ? En tout cas cela laisse incrédule la population qui ne cache pas son inquiétude sur les réseaux sociaux.

 

 

Etiquettes :

Current track

Title

Artist

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

► L.J. de la réaction

21:30 23:00