BULLETIN DE REINFORMATION DU 19 FÉVRIER 2019

Patron d'émission - le 19 février 2019

Bulletin de réinformation proposé par Alix Wald, Solveig Grieg et Charles Guépard.

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

GRANDS TITRES


 

► Retour sur la 10e cérémonie des Bobards d’or

Une fois n’est pas coutume, ce lundi 12 mars 2018, le théâtre du Gymnase Marie Bell (Paris Xe) a fait salle comble pour la dixième édition des Bobards d’or, ce qui confirme la volonté de plus en plus de Français de contester, par le rire, ceux qui les intoxiquent régulièrement. Face à la bien-pensance des médias, à la désinformation quotidienne et au panurgisme des journalistes, les Bobards d’or distinguent et récompensent les plus assidus et consciencieux journalistes de propagande, le fleuron des Tartuffe de l’information et des paresseux intellectuels. Si l’événement est assurément parodique et humoristique, il révèle cependant les problèmes déontologiques qui gangrènent la profession journalistique. Les maîtres de cérémonie, Philippe Christèle et Nicolas Faure, ont été épaulés dans ces difficiles délibérations par un jury réunissant Martial Bild (TV Liberté), Ferenc Almassy (Visegrad Post), Claude Chollet (OJIM), Samuel Lafont (Damoclès), une gilet jaune Kim, et Vivien Hoch.

Quel a été le cru 2019 ?

Trois catégories au programme cette année ! La traditionnelle catégorie du Bobard d’or récompensant le plus manipulateur des journalistes français a été remis à Clément Viktorovitch qui répondait à Charlotte d’Ornellas « qu’il n’y avait pas d’immigration massive ». La catégorie internationale « Golden Bobards » a été gagnée par France 2 et son reportage bidon sur Poutine chasseur de tigres, alors que les images étaient au contraire issues d’une campagne pour protéger le tigre.

Cette année, il y avait également une catégorie exceptionnelle d’actualité, le Bobard Gilet Jaune !

Oui, qui a récompensé Sylvain Bouloucque, cet expert confondant le drapeau de la Picardie avec ceux de l’ultradroite dans la manifestation des Gilets jaunes, avec un bobard « faux drapeaux ». De plus, autre moment fort, la jeune gilet jaune Fiorina, blessée lors des manifestations, s’est exprimé lors de la cérémonie.

 

► Le dernier bastion de l’Etat islamique sur le point de tomber en Syrie

Alors qu’il contrôlait un territoire de près de 200 000 km carrés en 2014 l’État Islamique n’occupe à présent en Syrie plus que le village de Baghouz, encerclé par les forces kurdes. Les dirigeants de celles-ci ont déclaré en fin de semaine dernière que dans quelques jours ils pourraient officiellement annoncer la fin de l’État islamique. Il reste tout de même de nombreux combattants du califat en dehors de cette poche, dans le désert syrien, ou au sein de cellules dormantes principalement en Syrie et en Irak. Pour autant la reprise du dernier territoire aux mains de l’État islamique n’en reste pas moins une victoire plus que symbolique.

Cette victoire sera particulièrement appréciée du côté de Damas

En effet le régime d’el-Assad, opposé depuis 2011 d’abord aux rebelles soutenus financièrement et armés par les pays occidentaux puis à l’État islamique depuis 2014 pourra enfin souffler. Ses alliés de la première heure que sont l’Iran et la Russie peuvent également savourer cette issue positive au gouvernement syrien. D’autres de leurs alliés locaux comme l’Irak et le Liban mènent déjà campagne pour réintégrer la Syrie au sein de la Ligue arabe, réaffirmant ainsi la légitimité du régime syrien dans le Moyen Orient.

À l’inverse la victoire aura un goût amer pour les membres de la coalition occidentale

Si ceux-ci peuvent se féliciter d’avoir vaincu sur le papier l’État Islamique, ils sortent perdants de leur combat originel qui était contre le régime syrien. Les États-Unis devraient tout de même profiter de cette victoire pour entériner le retrait de leurs troupes, ce qui leur mettra du baume au cœur. Les autres membres de la coalition se retrouvent par contre avec un problème épineux sur les bras, à savoir leurs ressortissants captifs ayant combattus pour l’État islamique. Enfin, la stabilité relative de la région syrienne à venir devrait logiquement amener la question du retour des immigrés syriens ayant déferlé en Europe, sujet qui devrait, espérons-le, s’inviter dans les débats dans les mois qui viennent.

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► Des députés veulent faire de l’antisionisme un délit au même titre que l’antisémitisme

Dans le bulletin d’hier, nous évoquions l’agression verbale qu’a subi Alain Finkielkraut en fin de semaine dernière. Celle-ci a eu un tel retentissement que la plupart des figures politiques ont tweeté leur soutien à l’écrivain et académicien d’origine juive. Ainsi, une trentaine de députés En Marche souhaitent faire de l’antisionisme une nouvelle forme d’antisémitisme, mettant d’office les pro-palestiniens les plus virulents dans l’illégalité. En 2016, Manuel Valls avait déjà fait remarquer que les deux notions étaient « synonymes ». Mais, rappelons que l’antisionisme n’est pas de fait de l’antisémitisme : c’est d’abord une opposition contre la création d’un État israélien, et plus globalement contre sa politique de répression et de colonisation vis-à-vis de l’État palestinien. Taxer de racisme les adversaires de la politique israélienne, se serait interdire la diversité d’opinion sur le conflit israélo-palestinien, et donc fermer ce débat au sein de l’espace public.

 

► Cerveau présumé du trafic de drogue à Avignon, Mohamed C. a été écroué et les enquêteurs ont porté un rude coup à son réseau.

Vendredi, ce sont sept personnes qui ont été mises en examen pour « enlèvement et séquestration en bande organisée » par des magistrats de Paris. Quinze autres ont été parallèlement arrêtées à Avignon pour « association de malfaiteurs avec trafic de stupéfiants ». Douze d’entre elles dorment désormais en prison, dont le chef de ce réseau, Mohamed C., dit Taam, âgé tout juste de 30 ans mais au casier criminel déjà bien long. Placé sous contrôle judiciaire dans une affaire de tentative d’assassinat avec interdiction de se rendre dans le sud de la France, le caïd gérait le trafic de drogue depuis sa résidence en Seine-Saint-Denis. Cet homme est également soupçonné du rapt d’un homme d’affaires sulfureux en Normandie. Cette équipe de dangereux malfaiteurs régnait, à coups de rafales de kalachnikov, sur l’ensemble du réseau de trafic de drogue à Avignon.

 

► À quoi ressemblera l’uniforme porté pendant le service national universel ?

Ce sont les jeunes eux-mêmes qui vont apporter cette réponse, à travers le concours national lancé à partir de ce lundi. 3000 lycéens de bac professionnel des métiers de la mode, issus de 13 établissements, pourront travailler sur la question. Les uniformes devront respecter certains critères définis par le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer. Le tout, sous l’égide du secrétaire d’État en charge du Service National Universel, Gabriel Attal, qui dévoilera l’uniforme en avril. À cela, les jeunes pourront ajouter une devise spécifique afin que le service devienne « un moment fédérateur autour des valeurs de la République et de ses symboles. »

 

► Les soldes d’hiver… soldés par un échec !

En ce mardi 19 février, les soldes s’achèvent sans atteindre leurs objectifs de relancer les ventes. En effet malgré de grosses remises les ventes ont reculé. Au bout de deux semaines de soldes, les commerçants n’étaient plus que 13% à juger « favorables les perspectives » pour les semaines de soldes restantes, selon l’IFM. Les commerçants français dressent un bilan très mitigé de leur fin d’année, avec de fortes disparités entre les grosses et les petites enseignes. Interrogés par la CCI de Paris et d’Île-de-France, 66% des commerçants affirment que les ventes enregistrées sont « inférieures » à celle des précédents soldes d’hiver en raison des manifestations des Gilets jaunes. 84% des commerçants estiment qu’elles ont eu des répercussions importantes ou très importantes sur leur activité.

 

► Calais :  Les associations pro-migrants fournissent du matériel pour couper les arbres afin de bloquer l’autoroute et d’aider les immigrés clandestins à s’introduire dans des camions 

Trois mille clandestins contrôlés chaque mois à Calais et sur toute la bande côtière. C’est une moyenne de cent par jour. Un peu plus de deux ans après la fermeture de la « jungle » dans ce dernier port avant l’Angleterre, et à seulement six semaines de l’échéance du 29 mars qui marquera le début du Brexit dur en cas de « no deal » avec l’Europe, la pression migratoire qui pèse sur le littoral demeure forte. « Ils continuent parfois à bloquer l’autoroute avec des branchages incendiés pour stopper les poids lourds et tenter de s’y glisser, je l’ai vécu » témoigne Sophie, commerçante dans la rue Royale, en centre-ville. « Ce qui m’énerve le plus, c’est que ce sont des associations qui leur fournissent le matériel pour couper les arbres ! »  Le sous-préfet de Calais le reconnaît « Derrière ce phénomène migratoire, il y a toujours un effet d’aubaine pour les trafiquants d’êtres humains. Les têtes des communautés pakistanaises, irakiennes ou iraniennes en Grande-Bretagne sont très actives pour faire venir leurs frères ou leurs cousins ».

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► Contre-attaque dans le Cachemire

La semaine dernière près de 41 militaires indiens ont été tués dans le Cachemire par des séparatistes musulmans. La région, disputée et partagée entre le Pakistan et l’Inde, est peuplée de d’Hindous mais surtout de musulmans qui refusent de subir l’omerta indienne vis-à-vis des fidèles de Mahomet. Mais cet attentat, le plus meurtrier dans cette région de l’Inde, a eu un fort retentissement dans toute la péninsule indienne, et l’opinion publique, profondément hostile au Pakistan que l’on accuse de soutenir les groupes terroristes, a appelé à la « vengeance ». Le Gouvernement indien s’est lancé dans une large chasse à l’homme, qui a déjà fait une dizaine de morts hier.

► L’industrie navale française s’associe avec la Société des industries militaires saoudiennes

Tandis que le Gouvernement français fait régulièrement l’objet de critiques au sujet de ses importantes ventes d’armes à l’Arabie saoudite, Naval Group vient tout juste de signer dimanche un protocole d’accord avec la Société des industries militaires saoudiennes (SAMI). L’accord prévoit la création d’une coentreprise en vue du développement, pour l’Arabie saoudite et sur son sol, de frégates et de corvettes. Naval Group est détenu à plus de 62% par l’État français et à 35% par le groupe Thales. SAMI a été créée en 2017 pour promouvoir l’industrie de défense de l’Arabie saoudite. Il détiendra 51% de la nouvelle co-entreprise.

 

► Vu du Québec, la culture québécoise compromise par l’immigration ?

Le Canada est connu pour être un pays très ouvert, puisqu’il accueille des milliers d’immigrés clandestins chaque année. Cependant, le gouvernement de François Legault, Premier ministre du Québec, souhaite réduire leur nombre de 20%, car ceux-ci ne s’intégreraient pas assez à la culture du pays. Selon le Code Québec, ouvrage qui dresse un portrait sociologique des grandes caractéristiques qui définissent le peuple québécois, 71% des comportements des Québécois sont similaires à ceux de tout autre Canadien, mais ce sont les 29% restants qui font que la société québécoise est unique.

En matière d’immigration, les gouvernements du Québec et du Canada se partagent les responsabilités.

Le Québec doit, par exemple, assurer les services relatifs à l’accueil et l’intégration linguistique et socio-économique des immigrants, ceux-ci représentant 13% de la population totale du Québec. C’est une population plutôt jeune et mixte, avec plus de 70% des personnes âgées de moins de 35 ans. Trois pays d’origine se démarquent pour ces nouveaux habitants : 10,4% des immigrés proviennent de la Syrie, 8,7% de la France et 8,6% de la Chine. Le fait que beaucoup d’immigrés ne soient pas francisés contribue à la dégradation de leur réputation auprès des populations natives. Sur la période de 2005 à 2014, le Québec compte un peu plus de 367.000 immigrés. Parmi eux, 63% connaissent le français dont 28% le parlent couramment.  Ainsi, Montréal est devenue une métropole multiculturelle car plus de 80% des immigrants s’installent dans la région.

 

► La duchesse de Sussex appelle à « décoloniser les programmes universitaires »

En effet, Meghan Markle, épouse du Prince Harry, a déclaré au journal anglais le Daily Mail que les étudiants et les professeurs noirs du Royaume-Uni devaient « décoloniser les programmes universitaires », en raison d’une disproportion ethnique en faveur des professeurs qualifiés « blancs, pâles et usés ». De nombreux internautes ont vivement réagi en incitant la famille royale à ne pas se mêler de politique.

 

 

Etiquettes :

Current track

Title

Artist

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

♫ Soirée musicale

23:00 24:00