BULLETIN DE REINFORMATION DU 29 JANVIER 2019

Patron d'émission - le 29 janvier 2019

Bulletin de réinformation proposé par Philippe Brisebois, Christian Bieber et Pierre Gauloise.

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00.

 

 

GRANDS TITRES


 

► Brexit : la cacophonie continue.

Après le rejet du traité actant la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, Londres est toujours dans le brouillard. En effet, Theresa May a eu la confiance du Parlement mais n’a pas proposé de nouveau projet de traité de sortie. Et maintenant ce sont les parlementaires de tous les bords qui essayent de tirer la couverture à eux.

Quelles sont les différentes initiatives ?

Le député Caroline Spelman a déposé un amendement soutenu par plus de 120 députés pour éviter une sortie sans accord. En effet, si un accord n’est pas trouvé avant le 29 mars, le retrait du Royaume-Uni sera de fait actif mais sans cadre précis. Et c’est ce scénario que craignent les secteurs de la finance et de l’économie et une partie de la classe politique. Jeremy Corbyn le chef de file des députés de gauche lui propose un amendement proposant soit une sortie négociée soit faute d’accord un deuxième référendum concernant la question de la sortie des britanniques de l’UE. Plusieurs autres amendements visent aussi la suppression du rétablissement de la frontière physique entre l’Ulster et l’Irlande dite du « backstop ».

Mais qui va trancher au final ?

Alors il est certain que ce ne sont pas les députés qui auront le dernier mot sur le Brexit. En effet même si certains de ces amendements sont approuvés par les chambres ils ne seront pas contraignants pour le gouvernement. Cependant le statut de Theresay May est très instable à cause du rejet de sa proposition de sortie. A-t-elle encore donc l’autorité nécessaire pour imposer sa volonté aux députés de son parti afin de continuer sa politique ? Réponse le 29 mars, date de la sortie officielle.

 

► Le Parlement grec a approuvé le nouveau nom de la Macédoine

C’est avec une courte majorité de 153 contre 146 que le Parlement grec a validé vendredi dernier le nouveau nom de la Macédoine. Ce vote met officiellement un terme à près de 30 ans de dispute avec ce petit pays voisin et lui ouvre les portes de l’Union européenne et de l’Otan. Ce vote valide l’accord conclu en juin entre Athènes et Skopje, qui rebaptise l’ancienne république yougoslave de Macédoine (ARYM) en république de Macédoine du nord». La Grèce devrait dans les prochaines semaines approuver le protocole d’adhésion de Skopje à l’Otan, avant ratification par les Etats membres.

Qui soutenait cet accord ?

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras parlait d’un « jour historique » ouvrant « une nouvelle page » pour les Balkans. Il est, avec son homologue macédonien Zoran Zaev, le principal artisan de cet accord qui œuvre selon lui « pour l’amitié, la coopération et la paix ». Parmi les autres soutiens de cet accord on retrouve le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, le président du Conseil européen Donald Tusk, le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, les Etats-Unis qui ont réagi par le biais de John Bolton, conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, ou encore Emmanuel Macron. Tous ces soutiens ont salué la future intégration de l’Ancienne République Yougoslave de Macédoine à l’OTAN et à l’Union européenne.

Mais ce vote est loin de faire l’unanimité en Grèce

En effet, comme le traduit l’issue très serrée du vote, cet accord est fortement polémique en Grèce et a alimenté une mobilisation importante depuis le début des débats. Le dimanche 13 janvier, entre 60.000 et 100.000 personnes se sont mobilisées contre l’accord sur la place Syntagma, devant le Parlement. Pour les Grecs, le terme Macédoine désigne exclusivement la province éponyme du nord de leur pays, terre natale d’Alexandre le Grand. Certains redoutent même que le petit état balkanique voisin n’ait des velléités d’annexer cette région grecque qui ouvre sur la mer Egée, un accès dont il est privé. Selon un sondage Pulse SKAI TV publié jeudi dernier, l’accord suscite en Grèce l’opposition de 62% des personnes interrogées. La majorité des partis politiques était d’ailleurs farouchement opposée à l’accord, de la droite nationale aux socialistes du Kinal et aux communistes du KKE, en passant par la grande formation de droite Nouvelle-Démocratie. C’est une victoire des institutions internationales contre la volonté des peuples.

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► C’est l’anniversaire de la création de l’Académie française

L’idée vient de Valentin Conrart qui, en 1629, rassemble des hommes de lettres pour travailler sur la langue et la grammaire afin d’en faire un art. Le projet trouve ses origines dans la pensée humaniste et dans l’apparition des débuts du nationalisme durant la renaissance. Richelieu va très vite comprendre l’intérêt de cette œuvre et en devenir son protecteur. Il propose à Conrart d’en faire une corporation avec les moyens de l’Etat et crée l’Académie française le 29 janvier 1635. Le premier but est de faire fleurir les arts, les sciences et la langue qui sont les vertus du gentilhomme et permettent ainsi de promouvoir le modèle de l’honnête homme français. Il y a 46 membres au début qui sont agréables au protecteur et propres à être académiciens, dont le but est de rédiger une grammaire, une rhétorique et un dictionnaire de la langue française.

 

► L’acte XII des Gilets jaunes sera dédié aux blessés du mouvement

L’acte XII des Gilets jaunes se fera en l’honneur de leurs blessés. Ceux-ci ouvriront le cortège. Un appel national a été lancé pour protester devant les commissariats et gendarmeries pour dénoncer les violences policières et obtenir « l’interdiction des Flash-Ball et des grenades ». L’événement Facebook est intitulé « Acte 12, l’impact ! ». On peut également y lire « Nous invitons tous les blessés qui le peuvent à nous rejoindre ce jour-là ». Un système de covoiturage ainsi qu’une cagnotte ont été mis en place afin de faciliter leurs transports vers la capitale.

 

► De moins en moins d’agriculteurs en France

Selon les chiffres publiés ce lundi par le régime de sécurité sociale des agriculteurs le nombre de chefs d’exploitation agricoles a diminué d’un pourcent en 2018, après avoir déjà baissé en 2017 et 2016. Les agriculteurs sont donc moins de 450.000 actuellement, alors qu’ils étaient 514.000 il y a 10 ans. Les causes de cette érosion sont principalement les départs à la retraite qui voient parfois les exploitations libérées être alors intégrées à de plus grands établissements. Néanmoins tout n’est pas perdu pour la profession, puisque le nombre d’installations de nouveaux agriculteurs, qui avait chuté ces dernières années, est reparti à la hausse.

 

► Le Conseil d’Etat reconnaît le droit aux mineurs clandestins arrivant en Touraine d’être mis à l’abri immédiatement

Le Conseil d’Etat, dans une ordonnance du 25 janvier, vient d’enjoindre le président du Conseil départemental d’Indre-et-Loire à « faire bénéficier d’un accueil provisoire d’urgence » tout jeune mineur non accompagné se présentant en Touraine. Une décision qui, si elle n’était pas respectée, condamnerait le département à une astreinte de 200 € par enfant et jour de retard.

 

► Le XVIe arrondissement de Paris se mobilise contre l’hébergement de clandestins

Dans le cadre du plan francilien d’hébergement d’urgence de clandestins, le gymnase Jean Bouin, dans le XVIe arrondissement, a été réquisitionné. La décision suscite des protestations d’élus et de riverains de ce quartier de Paris. Le maire LR de cet arrondissement, Danièle Giazzi, a fait part sur Twitter de son « opposition catégorique à la réquisition du gymnase Jean Bouin », évoquant « 3.000 scolaires et associatifs à la porte » et affirmant qu’aucune solution alternative pour les associations ne serait envisagée. Le député LR Claude Goasguen, maire du XVIe jusqu’en 2017 a jugé la réquisition « inacceptable et arbitraire ». Il a accusé « un gouvernement qui refuse de maîtriser le problème de l’immigration », mais aussi la maire de Paris Anne Hidalgo, « incapable de défendre les Parisiens pour des intérêts politiques et idéologiques ». Des habitants du XVIe arrondissement se sont réunis lundi matin devant le gymnase afin de contester sa réquisition.

 

► Le rendez-vous de la semaine : Jean-Marie Le Pen à la Nouvelle Librairie

Jean Marie Le Pen sera ce jeudi 31 janvier à la Nouvelle Librairie pour recevoir les prix des lecteurs du journal Présent et de la revue Livr’arbitres. En effet, l’ancien président du Front National a remporté les suffrages pour la sortie du premier tome de ses mémoires Fils de la nation. Il échangera ensuite avec ses lecteurs autour d’un verre. Pour assister à la remise de ce prix, rendez-vous donc jeudi 31 janvier de 17h30 à 19h30 au 11, rue Médicis Paris VIe.

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► La Suisse finance des films pour promouvoir le retour des Kosovars au Kosovo

Les Kosovars constituent l’une des populations étrangères les plus importantes de Suisse après les Italiens. La situation explosive du Kosovo n’est pas sans inquiéter les Suisses. En effet suite à la guerre du Kosovo des combattants de l’UÇK (l’armée de révolution du Kosovo) ont trouvé refuge dans la Confédération helvétique. Ce sont des musulmans très radicaux dans leur position face aux Serbes et qui sont impliqués dans des crimes de guerre, dans le trafic de drogue à grande échelle et dans le trafic d’organes. Sachant que les premières inculpations devraient bientôt être émises par la Cour spéciale chargée de juger les crimes de guerre de l’UÇK, le secrétariat d’Etat aux migrations (SEM) inquiet de la situation, finance partiellement un projet de films visant à rendre le retour de Kosovars de Suisse au Kosovo plus attractif.

 

► Airbus vent debout contre le Brexit

Dans une vidéo publiée sur Youtube, l’actuel président d’Airbus Tom Enders avertit les dirigeants britanniques contre la possible délocalisation des activités du géant de l’aéronautique hors d’Angleterre. Une suppression qui mettrait en jeu 110.000 emplois. C’est en effet outre-Manche qu’Airbus fait assembler les ailes de ses appareils, et la direction du groupe s’oppose à un « No-deal Brexit », c’est-à-dire un Brexit dur sans accord stable. Le PDG d’Airbus tient des propos qui pourraient être interprétés comme une menace contre les dirigeants anglais, « Chez Airbus nous allons devoir prendre des décisions très néfastes pour le Royaume-Uni. » Et répondant à l’argument selon lequel Airbus ne pourrait pas envisager le déménagement de ses installations, trop gigantesques, Tom Enders réplique « Ne vous y trompez pas, il y a plein d’autres pays qui aimeraient construire les ailes des Airbus. »

 

► Entente commerciale entre l’Iran et la Syrie

Lors d’une visite officielle à Damas ce lundi, le vice président iranien a signé, avec le Gouvernement syrien, un accord pour une coopération économique à long terme. Sont notamment évoquées tout d’abord les remises en état et constructions de plusieurs centrales électriques. L’homme politique iranien s’est félicité de cet accord unique et historique, qui pourrait porter à terme sur de vastes domaines tels le logement, les transports et travaux publics selon Damas. Alors que les forces gouvernementales syriennes sont en voie de terminer la reconquête des dernières zones d’insurrection de leur pays, leur soutien de longue date qu’est l’Iran n’a donc pas été oublié.

 

► Le Parlement danois s’attaque à l’immigration

Un projet de loi traité au Parlement danois depuis jeudi dernier est en passe de redéfinir la gestion de l’immigration au Danemark. Celui-ci contient une centaine de changements potentiels à la loi sur les étrangers en vigueur. On y trouve notamment un durcissement des conditions d’obtention du permis de séjour, est également évoqué un programme de rapatriement. L’opposition s’est insurgée contre ce texte, tout comme le plus grand syndicat danois. Pour autant le Parti Populaire Danois a gardé sa ligne, déclarant vouloir arrêter de se concentrer sur l’intégration des immigrés. Les chiffres sont de leur côté, puisque une estimation du ministère des Finances parue l’an passé a chiffré le coût de l’immigration et des descendants d’origine non occidentale à 33 milliards de couronnes danoises, soit près de 5 milliards d’euros.

 

LA BONNE NOUVELLE DU JOUR


 

La bonne nouvelle du jour est animalière ! Les deux ourses slovènes lâchées il y a peu dans les Pyrénées s’adaptent correctement et viennent d’entamer leur hibernation. L’une d’elle a trouvé tanière côté Espagne, l’autre en France. Elles sont possiblement gravides (c’est-à-dire enceintes), mais sans certitude à ce sujet. Impossible de le savoir avant le printemps, en effet les oursons naissent pendant l’hiver à l’abri de la tanière.

 

 

Etiquettes :

Current track

Title

Artist

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

► L.J. de la réaction

21:30 23:00