BULLETIN DE REINFORMATION DU 23 JANVIER 2019

Patron d'émission   -  le 23 janvier 2019

Bulletin de réinformation proposé par Carl Hubert et Charles Sornac avec la contribution de Fabrice Pelo et Noël Petit.

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00.

 

 

GRANDS TITRES


 

► L’amitié franco-allemande ressoudée par un nouveau traité bilatéral non dénué d’ambiguïtés

Le président de la République française et le chancelier allemand ont signé hier à Aachen (Aix-la-Chapelle) un traité sur « la coopération et l’intégration franco-allemandes ».

Si le terme de coopération est classique, celui « d’intégration » l’est moins.

D’où les polémiques sur ce traité, accusé de faire la part trop belle à l’Allemagne voire de constituer une « trahison ». Pourtant, il faut d’abord relever que ce traité prend la suite de celui dit de l’Élysée, signé en 1963 par le président De Gaulle et le chancelier Adenauer. La France gaullienne souhaitait à l’époque construire entre les peuples frères français et allemand une amitié fraternelle vouée à constituer le cœur d’une Europe des nations puissante et indépendante. Loin de la « guerre civile européenne » qu’ont constitué les funestes deux guerres mondiales. Mais loin aussi de l’asservissement à la superpuissance américaine.

Si l’amitié franco-allemande est devenue une réalité, la tutelle américaine ne s’est jamais effacée…

En 1963, le Bundestag avait ajouté au traité un préambule d’allégeance à l’OTAN. La situation est plus claire – mais en mal – avec ce traité, qui appelle expressément à renforcer l’Alliance atlantique…

Cependant, au-delà de ces formules quelque peu incantatoires, il faut relever les engagements pris par les deux pays : solidarité mutuelle en cas d’agression armée, convergence des politiques étrangères, de défense, d’exportations d’armement ou encore économique. Des stipulations qui vont dans le sens d’une alliance approfondie dont pourrait naître, si la volonté était au rendez-vous, le noyau d’une Europe puissante.

Par ailleurs, les médias de l’oligarchie prétendent que les opposants au traité dénoncent le risque de concessions territoriales, en Alsace notamment.

Dans ce cas, les Allemands seraient tout aussi fondés à craindre que la France ne veuille à nouveau annexer la Sarre… En réalité, le traité engage à promouvoir la coopération transfrontalière ainsi que le développement réciproque de l’apprentissage de l’allemand et du français. Des mesures favorables aux échanges économiques et culturels et à l’amitié entre nos peuples. Une bien noble ambition qu’il faut saluer et qui nous change des habituelles louanges à l’endroit du métissage avec nos ex-colonies.

 

► Européennes : le RN et DLF ont le vent en poupe

C’est dans quatre mois qu’auront lieu les élections européennes pour désigner les nouveaux représentants au Parlement européen. Alors que le gouvernement est secoué depuis dix semaines par les Gilets jaunes, on peut se demander qui profitera de leur colère.

Dans un récent sondage de l’IFOP, le parti de Marine Le Pen est considéré par les personnes interrogées comme un meilleur opposant à Emmanuel Macron que la France insoumise.

Le Rassemblement national connaît bien ceux qui se mobilisent aujourd’hui. A travers les Gilets jaunes, c’est la France périphérique et rurale qui se manifeste, celle qui chante La Marseillaise dans la rue et sur les ronds-points, accompagnée du drapeau tricolore. On y voit l’expression d’un certain patriotisme et d’une défiance à l’égard de l’Union européenne.

De plus, Emmanuel Macron a désigné Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan comme ses adversaires.

Jean-Luc Mélenchon, qui avait su s’imposer dans les mouvements sociaux de 2018, n’aurait-il pas sa carte à jouer ?

Le sondeur Jérôme Sainte-Marie observe le choix de Mélenchon en faveur de la gauche plutôt que pour le peuple. Ses discours gauchistes sur l’immigration, l’éducation ou la famille ont rebuté l’électorat populaire.

Par ailleurs, les partisans de Mélenchon n’ont pas pris part à la mobilisation des Gilets jaunes jugés trop réactionnaires.

On évoque la création d’une liste Gilets jaunes qui pourrait contrecarrer grandement les objectifs du Rassemblement national et de Debout la France.

L’existence d’une telle liste aux prochaines élections nuirait le plus à ces deux partis par la dispersion de l’électorat. Cette configuration arrangerait formidablement Emmanuel Macron.

Dans le cadre de ce scrutin à la proportionnelle, c’est la division des adversaires qui permettrait à Emmanuel Macron et aux mondialistes de sortir en tête.

 

► La 13ème Marche pour la vie a eu lieu dimanche, en attendant de nouvelles mobilisations contre la PMA

La Marche pour la vie est une manifestation annuelle organisée à Paris afin de protester contre l’avortement. Dimanche dernier se tenait la treizième édition de ce rassemblement engagé en faveur de la vie.

« L’IVG ne supprime que des innocents » pouvait-on lire sur les pancartes des manifestants.

Le cœur de la lutte reste la banalisation de l’avortement, ainsi que la loi Veil, même si tous les participants, 50.000 selon les organisateurs et 7.400 selon la police, ne souhaitent pas sa suppression pure et simple. L’urgence pragmatique est d’abord d’offrir une autre perspective aux personnes se représentant l’avortement comme la seule solution.

L’actualité est aussi marquée par les conclusions du rapport de la mission parlementaire sur la bioéthique.

Ce travail réalisé par le député Jean-Louis Touraine inquiète les organisateurs tant il tend à bouleverser les processus naturels de procréation. Les propositions finales soutiennent l’ouverture de la PMA (procréation médicalement assistée) aux couples de femmes et son remboursement par la Sécurité sociale, ainsi que la « dérégulation des pratiques sur l’embryon humain », selon les organisateurs.

Selon le professeur Guillaume Bernard, l’avortement reste la matrice de toutes ces « dérives sociétales ».

Ce militant de l’union des droites a rappelé que la situation s’était même aggravée en la matière, citant notamment la suppression du délai de réflexion de sept jours ou de la condition de situation de détresse psychologique ou matérielle. Il voit dans l’avortement non seulement une atteinte contre des enfants innocents mais aussi une « agression contre la cohésion intergénérationnelle et culturelle du corps social ».

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► Le grand débat est tronqué sur l’immigration

Finalement, Emmanuel Macron a abordé le thème de l’immigration dans sa lettre aux Français qui introduit le grand débat. Cependant, il ne s’agit pas d’une question ouverte, mais d’une formule interrogative soigneusement rédigée par le gouvernement. La voici : « En matière d’immigration, une fois nos obligations d’asile remplies, souhaitez-vous que nous puissions nous fixer des objectifs annuels définis par le Parlement ? ».

Le site Polémia a décortiqué cette question pour dénoncer sa malhonnêteté.

En matière d’asile, accepter nos soi-disant obligations, c’est déjà accepter une voie d’immigration. En outre, les étrangers déboutés continuent le plus souvent de séjourner clandestinement en France.

Par ailleurs, les conventions internationales et la jurisprudence du Conseil constitutionnel empêchent d’appliquer des quotas aux mineurs étrangers ou aux titres de séjour consécutifs au regroupement familial. Quant aux étudiants étrangers, il n’est pas sûr que le gouvernement soit prêt à en réduire significativement le nombre.

Dès lors, seule l’immigration économique serait impactée par les objectifs évoqués par le président de la République. Un nouveau pied de nez aux Français exaspérés par l’immigration !

 

► LR : François-Xavier Bellamy tient la corde malgré les tentatives de diabolisation

Le maire-adjoint de Versailles et professeur de philosophie, François-Xavier Bellamy, devrait prendre la tête de liste du parti Les Républicains pour la campagne à venir. Mais ce n’est pas l’Europe qui fait parler de Bellamy dans l’actualité. En effet, des membres de La République en marche mettent en cause son opposition personnelle à l’avortement, comme il l’avait évoqué dans un entretien au Journal du dimanche, ou en participant aux marches pour la vie. Marlène Schiappa se plaît ainsi à dénoncer une figure « anti-IVG ». Pour répondre aux critiques, François-Xavier Bellamy a remis en ligne une intervention télévisée plus substantielle. Sans dénoncer la loi Veil, il soutenait que la limitation du nombre d’avortements devrait être un objectif rationnellement partagé. Il signifierait en effet à la fois l’efficacité de la politique de prévention, et la volonté de garder un enfant, évitant ainsi le « drame » de l’avortement, selon le mot de Simone Veil elle-même.

 

► La phrase du jour est de Jean-Yves Le Gallou

J’accuse les médias par leur silence et leurs mensonges sur les Gilets jaunes, d’avoir permis et encouragé une répression policière sans précédent depuis la guerre d’Algérie

a dénoncé Jean-Yves Le Gallou. Il n’hésite pas à nommer, sur Twitter, quelques journalistes vedettes des médias subventionnés qui se montrent particulièrement discrets sur les milliers de Gilets jaunes blessés.

Nous avions rapporté ici-même, le mois dernier, le cas de Fiorina qui a été éborgnée dans une manifestation. Tout récemment, elle confiait à Boulevard Voltaire sa détermination à continuer les manifestations.

 

► Eric Drouet annonce une « nuit jaune »

« La nuit jaune. Préparez-vous » a annoncé Eric Drouet.

Tandis que les Gilets jaunes ont déclaré les manifestations des deux derniers samedis pour montrer de la bonne volonté, cette personnalité du mouvement regrette l’absence de dialogue avec le chef de l’État. Si Emmanuel Macron persiste à ne pas vouloir le rencontrer, Eric Drouet prévient qu’il y aura des surprises pour le gouvernement, par des mobilisations en semaine et aussi nocturnes.

C’est l’avantage du gilet jaune : on le voit de jour comme de nuit.

 

In memoriam : André Pertuzio

Noël PETIT nous informe avec tristesse du décès d’André Pertuzio, résistant royaliste de la première heure, ancien président de l’Association Corporatiste des Etudiants en Droit, co-organisateur de la manifestation du 11 novembre 1940, interdite et réprimée par l’occupant allemand. André Pertuzio avait d’ailleurs eu l’occasion de venir parler, il y a quelques années, à l’antenne de Radio Courtoisie, de la place des royalistes dans la Résistance. Consultant international, ancien conseiller juridique de la Banque mondiale, il était également spécialiste des questions de politique énergétique.

La messe d’enterrement a eu lieu hier mardi 22 janvier en l’église Saint-Sulpice et l’inhumation a eu lieu au cimetière de Thiais.

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► Marion Maréchal invitée à Oxford pour évoquer la coupure entre les élites et le peuple

La directrice de l’ISSEP, l’Institut des sciences sociales, économiques et politiques, était invitée hier par la prestigieuse université d’Oxford. Pendant une heure et demie, elle a disserté de la réconciliation entre les élites et le peuple (thème choisi par Oxford) devant 200 étudiants. Evoquant les défis aux élites que constituent respectivement le Brexit outre-Manche et les Gilets jaunes en France, elle a reconnu que l’élite britannique avait accepté le résultat du référendum sur le Brexit… là où l’élite française persiste à ignorer les classes populaires. « L’élite doit reconnecter avec le peuple. C’est la tâche intimidante qui vous attend, chers étudiants d’Oxford, et c’est aussi la tâche que je me suis attribuée plus modestement en créant l’Issep ».

Un déplacement international qui relance les spéculations sur d’éventuelles velléités de retour en politique, qui ne semble toutefois pas à l’ordre du jour.

 

► Le Pape supprime la commission Ecclesia Dei

La commission pontificale Ecclesia Dei a été fondée à l’initiative de Jean-Paul II en 1988. Le Pape d’alors réagissait notamment au sacre d’évêques par Mgr Lefebvre, acte auquel il était fermement opposé. Cette commission avait donc pour objectif de maintenir un dialogue avec la Fraternité traditionaliste, qui reconnaissait de fait une légitimité au pape, tout en refusant d’accepter le concile Vatican II. Mais une lettre apostolique du pape François datée du 17 janvier vient de décider la suppression de cette commission, dont les compétences sont transférées à la Congrégation pour la doctrine de la foi. Officiellement, maintenir une commission ad hoc ne paraissait plus nécessaire : il ne s’agit donc pas forcément d’un acte de défiance envers les « tradis ». Il faut rappeler qu’en 2009, le pape Benoît XVI avait levé l’excommunication des évêques de la Fraternité, sans que cela signifie le retour complet de celle-ci dans l’Eglise de Rome. En 2013, le pape François avait rencontré Mgr Fellay, puis avait autorisé en 2016 les prêtres de la Fraternité à donner le sacrement de confession.

 

► La bonne nouvelle du jour est éditoriale

Le nouveau numéro d’Eléments est paru ! Le magazine des idées est, comme à son habitude, très riche. Vous y retrouverez un dossier sur l’Italie, laboratoire des populismes, une « sociologie des Gilets jaunes » proposée par François Bousquet, un reportage sur la Casapound, ainsi que plusieurs entrevues, notamment avec Natacha Polony, nouvelle directrice de la rédaction de Marianne.

 

 

Etiquettes :

Radio courtoisie

Écoutez votre radio en direct

Current track
TITLE
ARTIST

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

↺ L.J. de lumière de l’espérance

16:00 17:30