BULLETIN DE REINFORMATION DU 15 JANVIER 2019

Patron d'émission   -  le 15 janvier 2019

Bulletin de réinformation proposé par Philippe Brisebois, Christian Bieber et Gauthier de Saint Wolf

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

GRANDS TITRES


 

► Emmanuel Macron publie une lettre aux Français en prélude au grand débat national

Ce texte a été mis en ligne dimanche soir, dans le but de donner le cadre voulu par l’Élysée au grand débat national. Y sont abordés les quatre thèmes majeurs qui avaient été annoncés pour ce débat, à savoir la fiscalité et les dépenses publiques, l’organisation de l’État et des services publics, la transition écologique, la démocratie et la citoyenneté. Autour de ces sujets sont formulées au fil du texte des questions et propositions visant donc à donner des pistes pour ce débat.

Cette lettre porte déjà la marque du gouvernement

Tout d’abord par son contenu. Si le texte affirme qu’il n’y a pas de questions interdites, il se garde bien d’évoquer des sujets comme l’interruption volontaire de grossesse ou le mariage homosexuel. Ces sujets étaient revenus dans l’actualité, puis avaient été exclus formellement du débat par le porte-parole du gouvernement il y a une semaine. La présence de la France dans l’Union européenne n’est également apparemment pas sujette à débat. Même l’immigration, problématique pourtant fondamentale en France, n’est annoncée que comme sous-thème, et traitée uniquement au détour de quelques lignes.

Le fond de la lettre a été vivement critiqué

De nombreuses protestations se sont élevées contre l’absence de remise en question de la suppression de l’impôt sur la fortune. La lettre à l’inverse annonce même que le gouvernement ne compte pas revenir sur ces mesures. Le court paragraphe traitant de l’immigration a lui aussi soulevé un flot de réactions critiques, preuve s’il en est que ce sujet est un point majeur. Des figures politiques de gauche se sont indignées que soit évoqué un quota d’immigration. À l’inverse la qualification de l’immigration de « défi qui va durer » a été dénoncée par l’opposition, car cette formulation semble annoncer que la politique migratoire de la France n’est pas en passe d’être modifiée fondamentalement.

L’intérêt même de cette lettre et du débat sont finalement remis en question

C’est ce qui ressort d’une majorité des réactions. Cette lettre semble éluder des points majeurs, et finalement ne mettre sur la table que quelques questions, souvent orientées. Elle annonce un grand débat finalement assez fermé, dont l’intérêt principal pourrait être pour le gouvernement de gagner du temps en proposant une diversion afin de tenter de freiner le mouvement de protestation des Français.

 

► Doutes autour des élections présidentielles en République Démocratique du Congo

Suite au scrutin du 30 décembre dernier, l’annonce des résultats le 10 janvier a créé la surprise. Alors que les observateurs s’attendaient à une victoire de Martin Fayulu, candidat de l’opposition ne faisant pas partie des grandes familles politiques congolaises, mais bénéficiant de soutiens de poids, c’est le candidat du parti d’opposition traditionnel Félix Tshisekedi, fils de l’opposant historique et Premier ministre du Zaïre, Etienne Tshisekedi, qui a été annoncé vainqueur par la Commission Électorale Nationale Indépendante. Cette annonce a été aussitôt remise en question par la Conférence nationale épiscopale du Congo qui a déclaré que les résultats ne correspondaient pas à ce qui avait été relevé par ses quelques 40.000 observateurs sur le terrain. Une déclaration à laquelle fait écho Martin Fayulu qui a déposé un recours devant la Cour constitutionnelle comme la loi le lui permet.

Derrière ces doutes apparaît une autre accusation

L’inquiétude de l’opposition est que Joseph Kabila ne lâche pas réellement le pouvoir. La majorité écrasante du parti de Kabila à l’Assemblée nationale congolaise lui garanti une influence sur le gouvernement, et l’opposition représentée par Martin Fayulu accuse Félix Tshisekedi de n’être qu’un homme de paille de Kabila, évoquant une rencontre qui aurait eu lieu entre les deux hommes entre la fin du scrutin et la publication des résultats. L’opposition accuse donc Joseph Kabila et Félix Tshisekedi d’avoir truqué les élections afin de conserver une mainmise relative de Kabila sur le pouvoir et lui permettre de se représenter lors du prochain scrutin.

Que dit la communauté internationale ?

Le mot d’ordre de l’ensemble de la communauté internationale pourrait se résumer par un appel au calme et à la transparence. Ainsi, les premiers à avoir réagi aux doutes de la semaine dernière sont les organisations régionales les plus concernées par ce qu’il se passe au Congo. La Communauté de développement d’Afrique australe, s’est positionnée par la voix du président zambien, demandant un recompte des voix, une transparence absolue et un gouvernement d’unité nationale en RDC. Ces propos ont été tempérés par le ministre des Affaires étrangères zambien, mais de nombreuses déclarations de la communauté internationale leur ont fait écho hier. Ainsi la Belgique, la France, l’Union européenne, les Etats-Unis et l’ONU ont tous appelé au calme et ont réclamé une publication des procès-verbaux de dépouillement afin que la victoire ne puisse plus souffrir d’appel. Dans cette région hautement stratégique et volatile, ce qui se passe dans les prochains jours pourra être un moment historique de la RDC et de cette région, ou bien à nouveau plonger le pays dans le chaos.

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► La France : pays préféré des terroristes italiens

Le retour ce lundi du terroriste Cesare Battisti sur le sol italien après 37 ans de cavale relance le débat sur l’accueil des anciens militants italiens d’extrême gauche en France. Selon le quotidien Il Corriere della Sera, il y aurait encore une quarantaine d’anciens militants d’extrême gauche italiens condamnés pour des crimes et attentats en fuite à l’étranger. Le journal affirme en outre que la quasi-totalité d’entre eux serait en France depuis des décennies. En effet, la doctrine Mitterrand prévoit de refuser l’extradition des militants ayant rompu avec la violence.

 

► Attentat islamique de Strasbourg, l’enquête progresse

Avec l’analyse des éléments retrouvés au domicile du terroriste islamiste, la thèse de la préméditation est plus que privilégiée. Après une vidéo d’allégeance au califat islamique, les enquêteurs ont trouvé des traces de ses recherches pour se fournir en armes. En plus du Colt avec lequel il a tué 5 personnes et blessé gravement 10 autres, il avait une arme de calibre 22 long rifle chez son père mais ne comptait pas s’arrêter la. Il avait tenté d’entrer en contact avec des gros fournisseurs d’armes de Strasbourg sans réussir à s’en procurer avant le 11 décembre. Malgré l’assurance que ce n’était pas un geste spontané, les forces de police restent persuadées que la réalisation a été brusquée par la tentative d’interpellation du 11 décembre au matin. Nous vous tiendrons au courant des déroulements futurs.

 

► Le site Internet « Désarmons-les ! » entame un recensement des Gilets jaunes blessés par la police

La toile révèle un massacre silencieux. Ce massacre ce sont les blessés victimes des CRS lors des manifestations. Et ils sont nombreux ! Sur Internet, au fil des « Actes », les publications s’accumulent, montrant des visages mutilés, des mains arrachées et autres blessures graves occasionnées par la répression lors des manifestations. En plus des réseaux sociaux, plusieurs sites se proposent de recenser ces mutilations, à l’instar du site « Désarmons-les ». Devant l’omerta imposée par les médias dominants la question se pose de savoir quel discours aurait été tenu si ces blessés et ces morts avaient été militants communistes, immigrés ou ouvertement non-chrétiens ?

 

► Le 15 Janvier 1622 était baptisé Jean-Baptiste Poquelin dit “Molière”

Personne ne connaît la date de naissance de l’un des plus grands génies de l’histoire du théâtre. C’est pourquoi c’est la date de son baptême, le 15 janvier qui est donc utilisé. Fils de bourgeois des halles nous ne savons quasiment rien de la jeunesse du jeune Jean-Baptiste Poquelin. Après des débuts difficiles à Paris il part en province avec sa troupe l’Illustre Théâtre. Avec un peu de réputation la troupe remonte à Paris et avec la protection de Monsieur, le frère du roi, commence à jouer dans des salles renommées. C’est à partir de 1662 que Molière abandonne la tragédie et compose L’école des femmes, puis Tartufe en 1664. Énorme retentissement pour cette dernière qui malgré les applaudissements du roi à la première, est interdite suite à l’intervention de l’archevêque de Paris, ancien précepteur du roi. Malgré cela la troupe est la plus célèbre de Paris et Molière enchaîne les créations qui lui valent sa réputation aujourd’hui, à tel point que dans la langue dans laquelle il a écrit, son nom en est devenu le qualificatif : la langue de Molière.

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► Au Japon, la candidature de Bruno Gollnisch à la présidence de Renault-Nissan prise très au sérieux

Il l’avait annoncé en novembre, l’eurodéputé Bruno Gollnisch compte présenter sa candidature au conseil d’administration du groupe Renault-Nissan-Mitsubishi, et même si besoin est, à la présidence du groupe. Nipponophone et actionnaire du géant de l’automobile, l’eurodéputé entend je cite défendre à la fois l’emploi en France, les intérêts des salariés et ceux des actionnaires. Bruno Gollnisch déplore la rareté des spécialistes de l’ingénierie automobile au sein du conseil d’administration du groupe. Lui-même, membre de la commission des transports du Parlement européen est à l’honneur dans les médias japonais. Bruno Gollnisch assure la pertinence de sa candidature dans la conclusion d’un entretien offert à L’incorrect « Je crois en savoir plus que les membres actuels du Conseil de Renault quant aux relations avec le Japon, pays dont je maîtrise la langue, la culture, les usages, et le droit ».

 

► Les Etats-Unis maintiennent la pression contre le gazoduc germano-russe Nord Stream 2

Le porte-parole de l’ambassade américaine à Berlin déclarait dimanche selon le Bild-Zeitung que « les entreprises impliquées dans le secteur des gazoducs d’exportation de l’énergie russe s’exposent à des sanctions américaines ». Le porte-parole a pris soin de préciser que ce message n’était pas « une menace » mais simplement « un message clair de la politique américaine ». Ce type de mesures a été mis en place par la loi sur les « sanctions pour lutter contre les adversaires de l’Amérique » (CAATSA), adoptée en 2017 et qui a pour cible l’Iran, la Corée du Nord et la Russie.

 

► Le maire de Gdansk assassiné

Dimanche soir le maire de Gdansk Pawel Adamowicz a été poignardé par un homme de 27 ans. Avec des blessures au niveau du cœur et de différents organes, il avait du subir près de 15 litres de sang de transfusion, sachant que le corps humain ne peut en contenir que 6. Avec des blessures de cette gravité, les médecins n’étaient pas optimistes. Malgré une opération de plus de cinq heures entre dimanche et lundi, le décès de l’édile a été annoncé hier. Pawel Adamowicz était maire du plus grand port polonais depuis 20 ans. L’assassin, lui, sortait juste de prison, et apparemment était psychologiquement instable depuis son séjour derrière les barreaux. Il aurait déclaré avoir été torturé par les partisans du maire pendant son incarcération. Nous en saurons plus dans les prochains jours.

 

► L’Algérie refoule ses migrants

À en croire les médias dominants, les images provoquent un tollé : des migrants abandonnés dans le désert, des hommes mais aussi des femmes enceintes, des vieillards et des enfants. Ces vidéos apparaissent sur la toile après la décision du Gouvernement algérien de durcir sa politique migratoire. Le directeur chargé de l’immigration au ministère algérien de l’Intérieur, Hacène Kacimi, l’a annoncé hier : l’Algérie n’accepte plus aucun immigré illégal à la frontière du Tchad et du Niger. De plus, ceux déjà présents sur le territoire ont été reconduits à la frontière. Face à la polémique le Gouvernement algérien a réagi en ces termes : « quand certains migrants commencent à constituer un danger pour la stabilité du pays, l’Algérie doit bouger ».

 

► Nouveaux éléments dans l’enquête sur les viols d’enfants en Finlande

La police finlandaise soupçonne désormais 16 hommes nés à l’étranger, de viols et abus sexuels sur des fillettes de 10 à 15 ans. La police d’Helsinki a ainsi annoncé dimanche avoir arrêté en vue de leur inculpation trois étrangers. Les faits se seraient produits dans la ville d’Oulu au nord du pays. L’affaire a profondément choqué l’opinion publique et a suscité de nombreuses réactions de la part des personnalités politiques locales de droite comme de gauche. Ainsi, une pétition citoyenne demandant le retrait de l’asile aux personnes reconnues coupables de crimes sexuels a reçu 62.000 signatures cette fin de semaine, dépassant ainsi la barre des 50.000 nécessaires pour obliger le Parlement à examiner la question.

 

► La réédition de Tintin au Congo controversée

Nous fêtions son 90ème anniversaire le 10 janvier, Tintin le reporter du petit vingtième refait son apparition en librairie avec la republication de l’album « Tintin au Congo ». La société Moulinsart, gérant l’héritage d’Hergé, souhaite ainsi maintenir la vitalité de l’univers du petit reporter bruxellois. Or, si l’album est à ce jour le plus vendu c’est également le plus controversé. En effet les associations anti-racistes qui ont par le passé échoué à faire interdire l’ouvrage continuent à plaider pour que soit imposée une préface d’avertissement. Des associations de défense des animaux dénoncent également le mauvais traitement réservé aux éléphants et aux rhinocéros dans l’œuvre.

 

 

Etiquettes :

Radio courtoisie

Écoutez votre radio en direct

Current track
TITLE
ARTIST

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

► L.J. des amitiés françaises

18:00 21:00