BULLETIN DE REINFORMATION DU 18 DECEMBRE 2018

Patron d'émission   -  le 18 décembre 2018

Bulletin de réinformation proposé par Philippe Brisebois et Gauthier de Saint-Wolf

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

GRANDS TITRES


 

► Gilets Jaunes, où en sommes-nous après la cinquième semaine de mobilisation ?

Après les annonces du président de la République, personne ne savait exactement ce qui pouvait se passer samedi pour l’acte V de la mobilisation des Gilets jaunes. A Paris, les forces de l’ordre ont comme la semaine dernière fouillé et contenu les manifestants dans des endroits précis. Il y avait moins de manifestants à Paris que les semaines précédentes, mais en province cette tendance ne s’est pas confirmée. En effet, des barrages ont été montés, des péages ouverts voir même détruits, avec des manifestants toujours aussi mobilisés et décidés.

Au niveau politique les choses bougent

En effet, Francis Lalanne, chanteur de variété française a tenu une conférence de presse afin d’annoncer la création d’une liste gilets jaunes pour les élections européennes de mai prochain. Ce n’est d’ailleurs pas le coup d’essai du chanteur qui était déjà candidat lors des législatives de 2017. Il est apparu devant les journalistes accompagné d’une dizaine d’autres gilets jaunes. Ils ont d’ailleurs annoncé avoir reçu une caution bancaire à hauteur de 800.000 euros afin de pouvoir imprimer bulletins de vote, affiches et professions de foi.

Mais paradoxalement cette liste arrangerait les affaires de La république en marche.

Le parti présidentiel a demandé la semaine dernière aux instituts de sondages de tester une hypothèse avec une liste de Gilets jaunes. Avec la liste des Gilets jaunes, le parti présidentiel caracole en tête avec 21% loin devant le Rassemblement national, la liste des Gilets jaunes respectivement 12% et 11% et la France insoumise est distancée avec 9%. Sans cette liste, le RN monte à 17% et la France insoumise à 12%. Cependant le sondage est assez différent de celui demandé par la PQR à Ipsos qui donne le RN en tête devant LREM. Concernant les manifestations, l’acte VI est déjà lancé, affaire à suivre donc.

 

► La guerre économique entre la Chine et les Etats-Unis s’intensifie

Depuis le début de l’année, la Chine et les Etats-Unis se livrent ouvertement une guerre commerciale de grande ampleur. Utilisant intelligemment ce qui est, pour le moment, un des points faibles de l’Empire du milieu, à savoir l’importance de l’exportation dans son économie, les Etats-Unis ont augmenté très fortement les tarifs douaniers sur un grand nombre de produits. Ce à quoi la Chine a répliqué en taxant fortement certains produits importés des Etats-Unis.

Dans le cadre de cette guerre commerciale, les tensions entre la Chine et les Etats-Unis viennent de changer de registre sur fond d’espionnage et de sécurité des données.

Début décembre, Meng Wanzhou, la directrice financière du géant chinois des télécoms, Huawei, a été interpellée au Canada à la demande des Etats-Unis qui réclament son extradition. Elle est accusée par ces derniers d’avoir contourné la loi étasunienne et ses sanctions grâce à un montage via une société hongkongaise permettant à Huawei de travailler avec l’Iran. Elle est également accusée d’avoir menti à des enquêteurs étasuniens à ce sujet. Derrière ces accusations, on devine en filigrane des enjeux bien plus importants entre les Etats-Unis et la Chine. En effet, Huawei est certes le premier fournisseur au monde de télécommunications, mais il est surtout très en avance dans le domaine de la 5G, qui révolutionnera dans un proche avenir les communications entre objets. Alors que Verizon et AT&T se hâtent de déployer leurs réseaux de couverture 5G sur le territoire étasunien, puis à travers le monde, Huawei a déjà une longueur d’avance sur eux, ayant déjà déployé son propre réseau 5G dans plusieurs pays. Les services du renseignement étasunien ainsi que le FBI sont persuadés que cette technologie, si elle était autorisée aux Chinois sur le sol étasunien ou celui de ses alliés, permettrait à Pékin d’espionner ses clients et leurs connexions, civiles ou gouvernementales. Les services australiens et canadiens sont parvenus à la même conclusion. Malgré une trêve sur la guerre commerciale négociée entre Washington et Pékin pour une période de 90 jours, la guerre économique s’est donc ouvertement étendue à des domaines bien plus sensibles.

Certains redoutent un conflit ouvert

Certains observateurs redoutent en effet une dégénérescence du conflit économique en conflit militaire classique. Les Chinois ont arrêté deux citoyens canadiens en Chine la semaine dernière, vraisemblablement en représailles suite à l’arrestation de Meng Wanzhou, et certains observateurs évoquent déjà l’hypothèse d’un échange de prisonnier, comme pendant la Guerre froide. Alors que des experts implantés en Chine alertaient déjà depuis quelques années sur le risque de guerre ouverte avec la Chine, notamment sur les questions de souveraineté territoriale ou de la mer de Chine, les cercles de réflexion étasuniens et européens commencent aujourd’hui à prendre le problème au sérieux. Ainsi, le sujet a été évoqué lors d’un colloque organisé par l’Institut français des relations internationales la semaine dernière, et trois chercheurs ont conclu que « le risque d’un conflit ouvert est bien plus grand aujourd’hui qu’il y a dix ans », tandis qu’un autre expert a évoqué l’hypothèse d’une guerre entre la Chine et les Etats-Unis « d’ici à 2030 ». Ce qui est certain, c’est que dans ce climat déjà tendu par la guerre économique, Pékin ne tolérera aucune tentative de déstabilisation ou d’atteinte à son unité territoriale via Hong-Kong ou Taïwan, et que la situation risque encore de se tendre dans la mer de Chine du sud.

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► Le tribunal de Paris déboute les trois lycéens attaquant l’État pour contrôle au faciès

Début 2017 Mamadou, Ilyas et Zakaria avaient assigné l’État et le ministre de l’Intérieur en justice suite à un contrôle de police gare du Nord qu’ils avaient estimé basé sur leur apparence. Cette affaire avait été fortement médiatisée, comme souvent lorsque des forces de police sont soupçonnées de préjudices vis-à-vis de personnes issues de l’immigration. Pour autant, le tribunal de grande instance de Paris a tranché en déboutant les plaignants. Ceux-ci revenaient d’une sortie scolaire avec leur classe de 18 élèves, tous d’origine étrangère, les juges ont donc estimé que le fait que toute la classe n’ait pas été contrôlée prouvait que les policiers n’avaient pas basé leurs choix sur des caractères discriminants. L’avocat des trois plaignants, monsieur Slim Ben Achour, a dénoncé une situation scandaleuse, et ceux-ci ont déclaré vouloir faire appel.

 

► Les syndicats policiers annoncent le début d’une mobilisation policière

Les principaux syndicats policiers ont appelé leurs membres à effectuer un service minimum dans les jours qui viennent. Si les directives divergent, l’un appelant à ne sortir que sur appel mercredi, tandis que l’autre exhorte à un service minimum dès aujourd’hui, le mouvement semble global. Les revendications portent principalement sur le projet de loi des Finances 2019, qui s’apprête à être voté par les députés. Les représentants des forces de l’ordre s’opposent à celui-ci réclamant de meilleures conditions de travail et de rémunération. Ils ont également annoncé que sans réponse forte de l’Élysée, une mobilisation nationale serait planifiée fin janvier. Le gouvernement a semblé se reposer longtemps sur ses forces de police face à la colère des Français incarnée par les Gilets jaunes, n’annonçant que tardivement quelques mesures pour tenter d’endiguer l’ire de son peuple. La perspective que ces mêmes forces de l’ordre se rangent du côté des mécontents pourrait renverser la donne.

 

► La phrase du jour nous vient de Gilles Le Gendre

Nous avons insuffisamment expliqué ce que nous faisons. Et une seconde erreur a été faite : le fait d’avoir probablement été trop intelligent, trop subtile, trop technique dans les mesures de pouvoir d’achat.

Alors que dans son allocution le président français s’excusait de l’incompréhension dans sa communication entre le peuple français et lui, le patron des députés de la majorité présidentielle en a rajouté une couche dans ses déclarations pleines de morgue et de suffisance envers le peuple français.

 

► Le referendum d’initiative citoyenne (RIC) est l’une des demandes phares des Gilets jaunes.

La demande d’une démocratie plus directe par rapport à la démocratie représentative actuelle a en effet séduit beaucoup des contestataires. Un referendum d’initiative populaire existe déjà dans la constitution mais il faut pour cela réunir les signatures de 180 députés et 4,5 millions d’électeurs ce qui est impossible à mettre en œuvre. Ce RIC consisterait en une proposition de loi à l’initiative de minimum 700.000 citoyens qui seraient ensuite proposée en referendum. Tous les types de sujets tels que l’immigration ou bien la destitution d’un personnage politique pourront-ils être évoqués ? Cette demande du peuple est en train d’être étudiée actuellement à l’Élysée.

 

► Après une semaine, où en sont les promesses d’Emmanuel Macron sur le pouvoir d’achat ?

Il y a semaine le président de la République déclarait pompeusement que « Le salaire d’un travailleurs au SMIC augmentera de 100 euros par mois dès 2019. Sans qu’il en coûte un euro de plus à l’employeur » Le Premier ministre Édouard Philippe a précisé en fait ce lundi que seul 5 millions des travailleurs au SMIC toucheront la prime, c’est-à-dire à peu près la moitié. Ce prétendu coup de pouce « ne passera pas par une hausse du SMIC mais par une revalorisation de la prime d’activité » nous explique Édouard Philippe. Cette petite différence exclut 45% de ces travailleurs car le calcul de la prime d’activité prend en compte divers facteurs tels que le nombre d’enfants à charge, le fait d’être en couple ou célibataire, etc. Concernant la prime de fin d’année de 1000 euros aussi promise par le gouvernement, mais qui doit être versée par les entreprises, un projet de loi est en train d’être étudié au parlement. Cette promesse, de poids, censé ne pas être imposée et permettre aux entreprises de l’intégrer ou pas dans leur politique sociale selon leurs moyens, risque de provoquer d’importantes revendications et mouvements sociaux.

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► Les manifestations hongroises continuent, sans pour autant mobiliser les masses

Pour le sixième jour consécutif, des opposants au pouvoir ont manifesté dans les rues de Budapest. Après les 15.000 personnes de ce dimanche, ils étaient près d’un millier devant les locaux de la télévision publique hongroise ce lundi. Les mobilisations ont commencé en milieu de semaine dernière suite à une loi adoptée par le Parlement hongrois visant à faire passer les heures supplémentaires légales de 250 minimum à 400 maximum par an. Les revendications des manifestants se sont par la suite élargies. Ceux-ci accusent à présent les médias publics d’être à la solde du Gouvernement hongrois, et réclament par ailleurs l’adhésion du pays au Parquet européen. Cette mobilisation fortement médiatisée en France, et présentée comme un soulèvement général, est soutenue par tous les partis de l’opposition. Pour autant elle n’atteint pas même les chiffres des manifestations de 2017 qui avaient suivi le bannissement de l’université fondée par Georges Soros. Le peuple hongrois, qui soutient M. Orban depuis 2010, ne s’est finalement guère mobilisé, mis à part dans les villes dans lesquelles l’opposition socialiste a pignon sur rue.

 

► Syrie : le dernier fief urbain de l’Etat islamique repris par les Forces démocratiques syriennes et leurs alliés de la coalition internationale

Les Kurdes des FDS (forces démocratiques syriennes) et leurs alliés locaux aidés de la coalition internationale ont pris Hajin cette fin de semaine dernière. Il aura fallu trois mois de combats et près de deux mille morts pour venir à bout du dernier centre de commandement urbain de l’organisation État islamique (EI) en Syrie. L’assaut est appuyé depuis les airs par les forces de la coalition internationale menées par Washington mais aussi, depuis le territoire irakien, par la batterie de canons Caesar français de la Task Force Wagram ainsi que des forces spéciales françaises. Ces commandos ont notamment pour mission d’empêcher la fuite ou le retour de combattants de l’EI en France. Les frères Clain, objectifs prioritaires des services français en raison de leur implication présumée dans de nombreux attentats en France, se terreraient toujours dans cette région. En effet selon ce témoignage, révélé par Le Monde de juin dernier, la voix de Fabien Clain avait notamment été identifiée sur le message de revendication des attentats du 13 novembre 2015 à Paris.

 

► Le géant de l’aviation Boeing s’allie à son homologue brésilien Embraer

Ce lundi les deux constructeurs aéronautiques ont finalisé un partenariat stratégique. Boeing prendra le contrôle de l’aviation commerciale du constructeur brésilien. Celui-ci gardera la mainmise sur son modèle militaire, selon les termes de l’accord. Ce partenariat n’est pas sans rappeler celui entre Airbus et le constructeur canadien Bombardier conclu cet été. Il confirme le regroupement de l’industrie aéronautique mondiale autour des deux fers de lance européen et américain que sont Airbus et Boeing.

 


 

► La bonne nouvelle du jour est patrimoniale !

Mercredi dernier a eu lieu le lancement officiel du chantier de reconstruction de la flèche de la basilique de Saint-Denis. Démontée en 1846 suite à une tornade, cette tour, qui culminait à 86 mètres de haut était la plus haute jamais construite lors de sa réalisation en 1219. L’opération, estimée à 28 millions d’euros, sera financée par le mécénat d’entreprises et par les recettes touristiques, tout en rendant la nécropole royale plus attractive car elle n’attire chaque année que de 150.000 visiteurs. Françoise Nyssen, ministre de la Culture, qui a appuyé le projet malgré des avis défavorables de certaines commissions, a néanmoins d’ores et déjà fait savoir que l’Etat ne mettrait pas un centime dans l’opération.

 

 

Commentaires Facebook
Etiquettes :

Radio courtoisie

Écoutez votre radio en direct

Current track
TITLE
ARTIST

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

↺ L.J. de lumière de l’espérance

16:00 17:30