BULLETIN DE REINFORMATION DU 12 DÉCEMBRE 2018

Patron d'émission   -  le 12 décembre 2018

Bulletin de réinformation proposé ce matin par Carl Hubert, Charles Sornac et Noël Petit, avec la contribution de Fabrice Pelo

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h

 

 

GRANDS TITRES


 

► Dernière minute

Un attentat très probablement islamiste a eu lieu hier soir à Strasbourg. Chérif C., 29 ans, repris de justice et fiché S en raison de sa violence et de son prosélytisme religieux, a ouvert le feu à proximité du marché de Noël. 3 morts et 12 blessés sont à déplorer selon un bilan provisoire. Bien que touché par des tirs de la force Sentinelle, le terroriste a pu se réfugier, semble-t-il au Neudorf, banlieue de l’immigration de Strasbourg. Il est activement recherché ce matin. Son passage à l’acte pourrait avoir été déclenché par une arrestation manquée hier matin, dans une affaire de braquage. Notre édition de demain reviendra sur cet événement tragique.

 

► Gilets jaunes : la facture du plan d’urgence économique et social s’annonce salée

Lors de ses annonces, le président de la République, reprenant une formule de son prédécesseur, a décrété un « état d’urgence économique et sociale ».

Pour y répondre, plusieurs mesures ont été prises, sans que les conséquences de leur coût soit concrètement abordées.

Leur coût total est évalué à plus de 10 milliards d’euros. Dans le détail, la revalorisation de la prime d’activité coûtera 900 millions d’euros, l’annulation de la hausse de la CSG environ 2 milliards et la défiscalisation des heures supplémentaires 1,5 milliard d’euros ; celles-ci seront également exonérées de charges sociales, ce qui coûtera 2 milliards d’euros. Enfin, l’annulation des différentes hausses de la taxe sur les carburants est estimée à 4 milliards d’euros de manque à gagner.

De fait, le gouvernement ne pourra pas tenir son engagement de ne pas produire un déficit supérieur à 3% du produit intérieur brut…

La prévision d’un déficit public à 2,8% en 2019 paraissait déjà incertaine. Il est désormais question que le déficit public se dégrade à 3,4%. Voire pire si la croissance, qui devrait déjà se réduire de 0,1 point au dernier trimestre 2018, reste faible en 2019. Certaines évaluations prévoient en effet une croissance de 1,3% l’an prochain, soit 0,4 point en dessous de la prévision du gouvernement…

Le commissaire européen Pierre Moscovici a déjà manifesté sa vigilance…

En effet, les fameux critères de Maastricht exigent que les pays européens maîtrisent leur dette et leur déficit. Et la Commission européenne ne se préoccupe guère de la situation politique et sociale, comme l’Italie en fait actuellement l’expérience. Richard Ferrand, président de l’Assemblée nationale, rappelle cependant que le déficit élevé de 2019 est en partie temporaire, en raison du cumul en 2019 du coût budgétaire du Crédit d’impôt compétitivité emploi et des baisses de cotisations patronales. A voir si cela suffira à convaincre Bruxelles, ou si des hausses d’impôt devront être prévues, sur les grandes entreprises par exemple.

Le président Macron pourra-t-il se relever de la crise des Gilets jaunes ?

Au surlendemain de l’allocution tant attendue du président de la République, se pose la question de l’impact de la crise des Gilets jaunes sur son avenir politique. Sa stature présidentielle est considérablement ébranlée par le violent désamour des Français exprimé ces dernières semaines.

Les semaines précédant son allocution, Emmanuel Macron avait surpris par sa discrétion anormale.

Plutôt que d’aller sur le terrain lui-même, c’est son Premier ministre qui montait au créneau. Ainsi, comme l’a expliqué Éric Zemmour, Édouard Philippe prenait le rôle du méchant Richelieu pour préserver le gentil roi Louis XIII. Mais n’est-il pas trop tard pour cette manœuvre ?

Car c’est sur Macron que la rancœur des Gilets jaunes se focalise, il est jugé responsable de leurs malheurs, à force d’avoir trop pris les devants.

Les Français se souviennent des phrases choc de Macron. Dirigées contre les Gaulois réfractaires qui ne traversent pas la rue pour se trouver du travail, elles ont fait apparaître un président qui ne comprend pas le quotidien des plus humbles.

La France a encore le souvenir du scandale Benalla, ce voyou devenu ami intime du président, ou encore le souvenir de la fête de musique animée par des personnes gesticulant sur de la musique électro et se vantant d’être, je cite, « noir, fils d’immigrés et pédé ». Sans compter la photo avec des délinquants guyanais en caleçon faisant un doigt d’honneur. Macron n’a pas cessé de creuser le fossé avec la France populaire.

Enfin, la médiatisation mondiale de la colère des Gilets jaunes a porté un coup sévère à Macron sur la scène internationale.

Les médias du monde entier ont fait apparaître un homme à l’autorité affaiblie dont les forces de l’ordre ont violemment réprimé de simples manifestants pacifiques. Une dégringolade tonitruante pour celui qui se voyait déjà comme le nouvel homme fort de l’Union européenne.

Sur la scène nationale comme internationale, le reste du quinquennat risque d’être difficile pour Macron, qui a toutes les chances d’être condamné à l’immobilisme de son prédécesseur François Hollande.

 

► Les instigateurs du pacte de Marrakech sont de fieffés mondialistes

Votre bulletin de réinformation vous a déjà présenté le contenu du pacte mondial de l’ONU « pour des migrations sûres, ordonnées et régulières », signé lundi à Marrakech. En signant ce texte juridiquement non contraignant, les 164 États signataires ont pris un grand nombre d’engagements allant dans le sens d’un effacement de leurs frontières et de leur identité.

Mais qui a inventé ce pacte ?

Le principe de ce texte trouve son origine dans la Déclaration de New-York du 19 septembre 2016 pour les réfugiés et les migrants. Cette déclaration a été préparée sous la direction de Peter Sutherland, alors représentant spécial du Secrétaire général pour les migrations internationales et le développement. Celui-là même qui, alors président de Goldman Sachs International, avait déclaré, le 21 juin 2012, lors d’une audition à la Chambre britannique des Lords, que tout individu doit avoir la possibilité d’étudier et de travailler dans le pays de son choix. Cet administrateur du groupe Bilderberg appelait également les États européens à « miner leur homogénéité nationale ».

Son successeur, Louise Harbour, a également un profil militant.

Cette ancienne juge canadienne a produit tous ses efforts pour désinformer le public et occulter les effets du pacte et ses fondements mondialistes. Cette actuelle représentante spéciale de l’ONU pour les migrations a elle-même présidé l’organisation International Crisis Group. Cette ONG très particulière est financée par les États et par de généreux mécènes, telle l’Open Society Foundation de George Soros. Elle est connue pour soutenir l’action belliciste de l’OTAN.

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► La hausse du SMIC prendra en réalité la forme d’une hausse d’une prestation sociale

L’exécutif a donné plus de détails sur les cent euros de hausse du SMIC. En réalité, le SMIC proprement dit n’augmentera pas au-delà de son indexation sur l’inflation des prix et des salaires, soit 25 euros nets au 1er janvier prochain, soit environ 30 euros bruts. En sus et toujours au 1er janvier, c’est la prime d’activité, touchée par les travailleurs modestes, qui augmentera de 70 euros par mois d’un coup. C’est en réalité cette mesure que le président Macron a annoncé lundi, en omettant de préciser que cette augmentation de la prime d’activité était d’ores et déjà prévue pour s’appliquer progressivement d’ici la fin du quinquennat. Le gouvernement en accélère juste le calendrier. Pour les salariés, l’impact n’est pas le même : au lieu de vivre de leur travail on leur demande d’accepter de percevoir une aide sociale…

 

► Une jeune femme a perdu un œil lors de la manifestation de samedi dernier à Paris

Elle s’appelle Fiorina. Elle est étudiante et connue pour son engagement patriote et militant. Venue de Picardie, elle manifestait avec son petit ami à Paris, le 8 décembre. Malheureusement, à la suite d’une charge de CRS et de policiers en civil, un tir de lanceur de balle de défense (ou « flash-ball ») ou un débris de grenade a percuté son œil gauche, éborgnant la jeune femme à vie et occasionnant des fractures faciales. La responsabilité de l’Etat est donc en cause.

Afin de l’aider pour financer ses soins et les poursuites judiciaires, une cagnotte Leetchi a été lancée. En seulement quelques jours, plus de 36.000 € ont déjà été récoltés.

Fiorina compte parmi les 325 personnes blessées depuis les premières manifestations des Gilets jaunes. Contrairement aux casseurs et aux pillards, elle manifestait pacifiquement.

 

► L’Etat peine à censurer le site Démocratie participative

Neufs fournisseurs d’accès à Internet avaient jusqu’à aujourd’hui pour bloquer l’accès au site « Democratieparticipative.biz ». C’est ce qui résulte d’une décision de justice du 27 novembre dernier. C’est le procureur de la République de Paris qui, à l’instigation du gouvernement, avait assigné les opérateurs télécoms en référé. En cause : des écrits et propos qui inciteraient à la violence contre des personnes en raison de la religion et de l’origine raciale, au point de menacer l’ordre public selon la justice.

Malheureusement pour la censure gouvernementale, le site est déjà reparu à l’adresse « democratieparticipative.online » puis « democratieparticipative.sit ». Les auteurs du site n’ont pas fini de donner du fil à retordre à nos gouvernants car le site délictueux est aussi accessible via le navigateur Tor, qui assure un accès intraçable.

 

► La phrase du jour est du pédopsychiatre Lévy-Soussan

Les députés ont récemment adopté la proposition de loi qui bannit les prétendues « violences éducatives ordinaires », selon une expression de novlangue qui incrimine notamment la fessée donnée aux enfants. Le Dr Lévy-Soussan, psychiatre spécialiste de la protection de l’enfance, a réagi ainsi à cette initiative législative :

Il y a une confusion totale par rapport à ce nouveau concept que personne ne connaissait auparavant de [violences éducatives ordinaires] et ce qui est la vraie maltraitance. Si on délégitime ce qu’il en est du registre éducatif, il n’y aura plus d’incarnation de l’autorité. (…) Il y a des fessées qui peuvent incarner une limite, qui ont un sens structurant par rapport à la définition de la limite. Ce présupposé du texte dit que la fessée est le terreau de la maltraitance, alors que c’est précisément le contraire.

 

► Le chiffre du jour, c’est 50%

Selon le décompte opéré par le journal 20 Minutes, qui s’en félicite, la moitié des candidates au concours Miss France 2019 sont noires, métisses ou issues de l’immigration. C’est à se demander si être issue de l’immigration est un critère pour les concours régionaux de Miss. A noter toutefois que l’origine des jeunes filles est plus ou moins marquée. Miss France, qui allègue des origines algériennes, est par exemple blonde aux yeux bleus…

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► La dauphine d’Angela Merkel adoubée à la tête du Parti chrétien-démocrate allemand

Il s’en est fallu de peu ! Annegret Kramp-Kerrenbauer a remporté la présidence de la CDU avec à peine 52% des suffrages des grands électeurs du parti. Après avoir été mise en ballottage au premier tour de scrutin par Friedrich Merz, opposant interne historique à la chancelière Merkel. Ce succès pour la chancelière ne signifie pas pour autant une victoire pour la ligne « Merkel ».

Premièrement, le résultat eût sans doute été différent si le président de la CDU avait été élu directement par les adhérents et non par de grands électeurs. Deuxièmement, le résultat eût sûrement été différent si l’élection avait associé le parti-frère bavarois de la CSU, plus conservateur. Troisièmement, même sa dauphine a dû se distancier de Mme Merkel, en demandant par exemple l’expulsion des réfugiés criminels ou encore en affichant une ligne plus conservatrice sur le plan des mœurs.

 


 

► La bonne nouvelle du jour

Vous avez encore 19 jours pour faire des dons défiscalisés cette année ! Tout particulièrement à votre radio favorite, Radio Courtoisie bien sûr.

La réforme du mode de recouvrement de l’impôt sur le revenu ne change rien, en effet, à la réduction d’impôt au titre des dons aux œuvres d’intérêt général : vos dons continuent, si vous êtes imposable, à ouvrir droit à une réduction de 66%. Cela vaudra y compris en 2019 : grâce à un ingénieux système appelé « crédit d’impôt modernisation du recouvrement », non seulement votre impôt sur le revenu 2018 sera largement effacé, mais en plus vous recevrez en septembre prochain un virement correspondant à vos réductions et crédits d’impôt.

 

 

Etiquettes :

Radio courtoisie

Écoutez votre radio en direct

Current track
TITLE
ARTIST

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

♫ Soirée musicale

21:15 24:00