BULLETIN DE REINFORMATION DU 11 DECEMBRE 2018

Patron d'émission - le 11 décembre 2018

Bulletin de réinformation proposé par Alix Wald et Solveig Greig

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

GRANDS TITRES


 

► Le pacte sur les migrations signé à Marrakech

Cet accord a été approuvé formellement hier par des représentants de 159 pays. Il avait été ratifié par 192 des pays membres de l’ONU en juillet dernier, à l’exception des États-Unis de Donald Trump qui s’étaient formellement opposés au texte dès sa genèse. Dans l’optique de rendre les migrations « bénéfiques à tous », 23 objectifs ont été fixés par ledit pacte, avec pour chacun d’eux, les mesures nécessaires à entreprendre pour les atteindre. Les gouvernements signataires ont pris cet accord sans consulter leur peuple par référendum, ni même parfois ses représentants. La question n’a notamment pas été débattue devant l’Assemblée nationale dans le cas de la France, tandis qu’on a même vu le chef du gouvernement belge passer outre l’opposition du second parti de sa coalition pour ratifier ce traité.

Ce traité définit des positions bien précises sur l’immigration

Quand bien même celui-ci ne représente pour l’instant qu’un regroupement de propositions non contraignantes, il représente un cahier des charges clair de la gestion de l’immigration souhaitée par les Nations unies. Celle-ci y est décrite comme un phénomène inéluctable, ce qui fait que l’accord ne fait que tenter de la faciliter. Il s’adresse ainsi en majorité aux futurs et actuels pays d’accueil, les exhortant à favoriser l’arrivée de ces immigrés. Plus aucune distinction n’est par ailleurs faite entre l’immigration légale et illégale, économique ou liée à la guerre, toute personne vivant hors de son pays y étant considérée comme migrant, terme apparenté à réfugié.

Il pourrait par ailleurs représenter un danger pour la liberté d’expression

Le point 17 de ce traité prône « l’élimination de toutes les formes de discrimination, dont le racisme, la xénophobie et l’intolérance, à l’endroit des migrants et de leur famille », et encourage à « promouvoir une information indépendante, objective et de qualité, y compris sur Internet, notamment en sensibilisant les professionnels des médias aux questions de migrations ». Également, ce point invite à la lutte contre les discriminations « en cessant d’allouer des fonds publics ou d’apporter un soutien matériel aux médias qui propagent systématiquement l’intolérance, la xénophobie et le racisme », tout en garantissant, ironiquement, « le plein respect de la liberté de la presse ».

 

► Hier soir Emmanuel Macron s’est exprimé pour répondre à la crise des Gilets jaunes et à ses multiples revendications.

Son intervention télévisée, très attendue, a duré 13 minutes, mais n’a visiblement pas su faire mouche malgré certaines concessions du président.

Quel a été le déroulé de cette allocution ?

Emmanuel Macron a commencé par critiquer les débordements récurrents et les violences exceptionnelles du samedi premier décembre. Il a ciblé plus particulièrement les « responsables politiques opportunistes […] cherchant le désordre et l’anarchie ». Le président a finalement, après de longues phrases glorifiant la grandeur de la République et de la France, pris des mesures concrètes et techniques, en décrétant « l’état d’urgence économique et sociale » : il augmente ainsi, dès 2019, de cent euros le SMIC sans que l’employeur ait à payer quelque chose. Les heures supplémentaires seront défiscalisées ainsi que les primes de fin d’année. La hausse prévue de la CSG est supprimée, pour l’année 2019, pour les retraités touchant moins de 2000 euros par mois. Il ne changera en revanche pas la législation sur l’ISF, pourtant une des principales revendications des manifestants.

Cela dit, notre président s’est engagé à mettre tous les grands débats qui agitent la sphère sociale et politique sur la table, pour que tous puissent y participer.

Ce grand projet politique, resté très flou, passera par les élus locaux, notamment par les maires, qu’il s’engage à rencontrer. On peut remarquer le paradoxe entre les dires du président et ses actes : le débat sur l’immigration faisant partie des sujets clivants sur lequel tout le monde devrait s’exprimer a pourtant été censuré hier par la signature du Pacte de Marrakech.

La réponse du chef de l’Etat ne convainc pas la classe politique

Cette politique d’apaisement, qualifiée de « Père Noël » par certains éditorialistes politiques enthousiastes, aura un coût, que Jean-Luc Mélenchon chiffrait cinq minutes après l’élocution présidentielle à dix milliards d’euros. Cette somme ne faisant pas partie du budget initial français n’a donc pas été validée par Bruxelles, et l’Union européenne pourrait légitimement interdire, comme avec l’Italie, ce nouveau budget.

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► Controverse autour du Prix des droits de l’homme

Ce 10 décembre, la remise du Prix des droits de l’homme par la France n’a pas eu lieu comme prévu. Nicolle Belloubet, Garde des Sceaux, devait présider et remettre ces prix. Mais au vu de la vive polémique dont ont fait l’objet l’ONG israélienne B’Tselem et l’ONG palestinienne Al-HAQ, les deux ONG sélectionnées, elle a finalement renoncé à s’y rendre. Les deux organisations sont accusées d’appeler au boycott de l’état hébreu. C’est François Croquette, ambassadeur français pour les droits de l’homme, qui a été envoyé pour remettre le prix. Le quotidien Le Monde précise : « Ce revirement de Mme Belloubet a coïncidé avec une campagne de pressions exercées en Israël par des responsables de la droite, et en France, par les organisations juives […]. Cette absence à cette cérémonie est en soi exceptionnelle, seulement constatée deux fois en trente ans. »

 

► Les avocats sont en grève en Essonne

De nombreux avocats d’Évry se sont à nouveau mis en grève et ont bloqué l’entrée au tribunal de grande instance ce lundi 10 décembre au matin. De la même manière, les tribunaux de Longjumeau et Juvisy-sur-Orge ont également été impactés. En effet, les avocats poursuivent leur mobilisation contre le projet de loi visant à réformer la justice, par la fusion des tribunaux d’instance et de grande instance, votée la semaine dernière par l’Assemblée nationale.

Ils seront à nouveau en grève ce mercredi et manifesteront pour dénoncer la « destruction et la déshumanisation » de la justice. La cause déplorée ici est la disparition programmée des petites juridictions chargées de juger les petits contentieux.

 

► A Courbevoie, un professeur égorgé pour avoir montré en cours une caricature de Mahomet

A Courbevoie, un enseignant d’anglais de 66 ans a été égorgé par un ancien étudiant d’origine pakistanaise mercredi 5 décembre, en fin de matinée. D’après les interrogations, ce professeur d’origine irlandaise aurait montré une caricature de Mahomet en classe en 2016 et l’étudiant l’aurait considéré comme une insulte envers le prophète. Pour la justice, l’assassin est un musulman comme les autres : le procureur de la République de Nanterre l’a ainsi décrit comme « pas délirant, mais en décalage avec les faits ». L’homme, pakistanais, qui ne parle que l’ourdou et l’anglais, était en situation irrégulière sur le sol français depuis septembre 2017, son visa étudiant ayant expiré : il a 37 ans. De plus, sa radicalisation est visible de manière notoire sur Facebook, avec notamment des appels au jihad.

 

► Les lycéens toujours mobilisés : 450 établissements perturbés.

Le mouvement de contestation lycéenne n’a pas faibli ce lundi 10 décembre, avec 450 lycées perturbés, dont 50 bloqués selon le ministère de l’Education, cela représente un peu plus de 10% des lycées français. Cinq sites universitaires sont restés fermés lundi : Paris 1-Tolbiac, Paris 3-Censier, Nanterre, Rennes-2 et Avignon, selon le ministère de l’Enseignement supérieur. Les lycéens réclament la suppression d’une série de mesures annoncées comme Parcoursup, la réforme du bac et la mise en place du Service national universel. Ils ont été rejoints par d’autres étudiants mobilisés contre la hausse des frais de scolarités annoncée pour les jeunes n’appartenant pas à l’Union européenne.

 

► Hausse des pillages nocturnes à Paris

Certains policiers appellent ce phénomène la troisième mi-temps des manifestations de Gilets jaunes : il ne s’agit pas moins de véritables pillages en plein cœur de Paris. Profitant du désordre engendré par les manifestations, ils ont été ce samedi soir « deux fois plus nombreux encore que ceux du 1er décembre », selon un policier de terrain. D’après son témoignage, les malfaiteurs agissent par petits groupes, et sont pour la plupart des jeunes de banlieue, qui attendent la tombée de la nuit pour cibler des boutiques et se servir selon leurs envies. Ce ne sont pas moins de 90 mineurs qui ont été arrêtés ce samedi à Paris, tous pris en flagrant délit de pillage, ainsi que bon nombre de « jeunes majeurs ». On peut alors s’inquiéter de la tournure des événements ci ceux-ci venaient à continuer de la sorte.

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► Le président iranien fustige les sanctions américaines

Le président de l’Iran, Hassan Rohani, s’exprimant lors d’une conférence sur le terrorisme, a qualifié les sanctions américaines de « terrorisme économique » dont le but est de créer la panique dans l’économie du pays. Les États-Unis, ennemis de l’Iran, ont quitté unilatéralement en mai l’accord sur le nucléaire iranien et l’administration Trump a par la suite rétabli des sanctions américaines, notamment contre le secteur énergétique. « Les sanctions américaines injustes et illégales », elles ont pour objectif, selon le président iranien, de perturber les investissements étrangers et nuire aux relations de longue date du pays.

 

► A Berlin, une brochure pour repérer les enfants de nazis à l’école

Un livret pour les éducatrices et éducateurs échauffe les esprits. Ce livret, de près de 60 pages, a été écrit afin d’aider à identifier les parents nazis – l’identification se base sur l’apparence de leurs enfants. Les filles porteraient des tresses et des robes, les garçons sont sportifs. Ce document a été créé par la fondation Amadeu Antonio de Berlin. La préface a été écrite par la ministre de la Famille, Franziska Giffey (SPD).

 

► La Chine prête à donner un coup de pouce à l’A320

L’Airbus A320, créé il y a bientôt 20 ans n’intéresse pas encore beaucoup de compagnies malgré son statut de très gros porteur. Cependant La Tribune rapporte qu’après que ce soit tenu le sixième dialogue économique et financier franco-chinois, la Chine s’intéresse de plus en plus à la société Airbus. « La Chine, en phase avec les besoins de développement de son marché du transport aérien, souhaite continuer à acheter des avions Airbus sur la base de bénéfices mutuels et de négociations amicales avec la partie française », indique le communiqué. Les contrats et engagements ne sont pas encore faits mais cela semble en bonne voie. Le but serait d’élever à un milliard d’euros la coopération industrielle entre la Chine et Airbus d’ici 2020. 

 


 

► La bonne nouvelle du jour

Présence de Bernard Lugan ce soir pour une dédicace à la Nouvelle Librairie !

La sortie d’un livre de Bernard Lugan, directeur de L’Afrique réelle, est toujours un événement pour les férus d’histoire et d’actualité de ce continent. Et cet « Atlas historique de l’Afrique », édité aux éditions du Rocher, qui vient de paraître, est amené à faire date. En 425 pages, avec plusieurs centaines de cartes, Bernard Lugan synthétise l’histoire de l’Afrique à merveille.

À partir de 18 heures, retrouvez Bernard Lugan à la Nouvelle Librairie pour une dédicace. Tous ses livres précédents seront également disponibles. Rendez-vous au 11 rue de Médicis.

 

 

Etiquettes :

Current track

Title

Artist

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

↺ L.J. de la nouvelle droite

16:00 17:30