BULLETIN DE REINFORMATION DU 4 DÉCEMBRE 2018

Patron d'émission   -  le 4 décembre 2018

Bulletin de réinformation proposé par Philippe Brisebois, Gauthier de Saint Wolf et Pierre Gauloises

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h

 

 

GRANDS SUJETS


 

► La semaine prochaine aura lieu un événement important pour l’Europe Philippe

En effet, un sommet se tiendra les 10 et 11 décembre à Marrakech. Organisé par l’ONU, il traitera du sujet épineux des migrations et cherchera à aboutir sur l’entérinement du Pacte mondial pour les migrations.

Mais qu’est-ce que ce Pacte mondial sur la migration ?

De son nom complet le Pacte mondial pour les migrations, sûres, ordonnées et régulières, ce document de 25 pages avait été rédigé cet été à New-York après de nombreuses délibérations entre les États membres. Même s’il déclare vouloir améliorer la coopération entre les États afin d’enrayer l’immigration illégale, ce texte pose clairement les bases d’un encadrement des flux migratoires où « les États s’engagent à faciliter la migration sûre, ordonnée et régulière. » Il ne s’agit donc pas d’enrayer les flux migratoires mais bien de faciliter et de favoriser l’immigration légale, qui est présentée par Louise Arbour, la représentante spéciale de l’ONU pour les migrations, comme un phénomène non seulement inéluctable mais fondamentalement bénéfique, « Nous avons donc un intérêt commun à gérer les flux migratoires et à assurer des voies sûres et régulières de mobilité ». Si ce pacte n’est pas juridiquement contraignant, comme le rappellent ses défenseurs, il n’en restera pas moins, s’il est adopté, un nouvel étalonnage moral dont les limites resteront difficiles à franchir politiquement pour les États signataires.

Ce texte a-t-il des chances d’être adopté unanimement ?

Dès juillet, seuls les Etats-Unis avaient choisi de ne pas valider le texte, estimant qu’il allait à l’encontre de leurs intérêts et de leur propre politique migratoire. Depuis, d’autres pays ont annoncé qu’ils ne signeraient pas le pacte la semaine prochaine. Les exemples les plus criants sont au sein de l’Union européenne. En effet, si celle-ci avait annoncé avoir parlé « d’une seule voix » à New-York l’été dernier, plusieurs États membres ont depuis changé de discours. Ainsi, la Hongrie, la Pologne, l’Autriche, la Bulgarie, la République tchèque et la Slovaquie ont déjà annoncé qu’elles renonçaient à signer ce pacte pour le moment. L’Italie a elle aussi annoncé que son gouvernement ne serait pas présent à Marrakech la semaine prochaine et que la participation italienne à ce pacte serait entre les mains de son parlement. La Belgique fait face quant à elle à une crise gouvernementale, puisque l’un des partis du gouvernement, les nationalistes flamands du N-VA, a annoncé qu’il retirerait son soutien à un gouvernement qui se rendrait à Marrakech. Toujours en Europe, la Suisse a également annoncé, sous pression de l’opposition parlementaire, qu’elle ne signerait pas la semaine prochaine. Enfin l’Australie et Israël se sont également opposés à ce pacte. En Europe, il ne reste guère que la France et l’Allemagne, sous l’égide d’Emmanuel Macron et Angela Merkel, comme soutien de taille à ce projet. Néanmoins, face à la situation politique actuelle en France et une grogne qui s’organise en Allemagne, il se pourrait que ces deux gouvernements se posent des questions.

 

► Gilets jaunes, la grogne continue et s’amplifie

Nous vous parlions dans le bulletin de réinformation d’hier des heurts qui ont eu lieu partout en France samedi dernier. Mais la contestation ne s’est pas pour autant arrêtée après cette journée particulière. En effet, hier et ce matin sûrement les barrages filtrants et les blocus de raffinerie continuent. Hier ce sont les ambulanciers qui ont été particulièrement mobilisés.

Que revendiquent-ils Gauthier ?

Une nouvelle loi votée en octobre oblige les hôpitaux et cliniques à choisir directement une compagnie d’ambulance via un appel d’offres pour l’ensemble de ses besoins et à négocier les tarifs. Selon l’ADTS association de défense des transporteurs sanitaires, cela favorise uniquement les grandes compagnies. Après avoir bloqué le périphérique parisien il y a une dizaine de jours, ils ont remis le couvert ce matin en bloquant le pont de la Concorde, en face de l’Assemblée nationale. En échange d’une promesse de rencontre, ils ont levé le blocus et se sont rendus au ministère de la Santé alors qu’Agnès Buzyn, la ministre de la Santé n’était plus au ministère mais en réunion à l’Élysée. Après un face à face tendu, la vidéo filmée en direct est disponible sur la page Facebook de nos collègues de Paris Vox, ils sont repartis pour continuer les blocus dans Paris, tout en pestant contre « une ministre qui n’a pas de parole, qui est une menteuse ».

Mais ce n’est pas tout

En effet. Les lycéens ont commencé à bloquer des lycées en soutien au mouvement de Gilets jaunes. Ce mouvement est donc telle une hydre avec de multiples têtes. Et c’est cela qui rend la gestion de la crise particulièrement compliquée pour le gouvernement car il n’a pas affaire à des interlocuteurs ou des revendications précises, mis à part un ras le bol total et général de la population. Rappelons à nos auditeurs que le mouvement est soutenu par 84% des Français selon un sondage Odoxa de samedi dernier. Une réunion avait lieu hier soir à l’Élysée afin d’essayer de trouver des solutions pour tenter de mettre fin à la crise politique actuelle. Affaire à suivre.

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► Emmanuel Macron promet une prime exceptionnelle pour les forces de l’ordre

Lors d’un déjeuner avec les CRS à Paris hier, le président a annoncé une prime exceptionnelle pour les forces de l’ordre mobilisées samedi dernier explique un informateur d’RTL. Près de 4600 policiers étaient présents durant l’acte trois de la manifestation des Gilets jaunes à Paris, et des milliers d’autres dans le reste de la France. Mais les soutiens du président au contact de la population sont à bout, en effet, quelques jours plus tôt le syndicat des policiers avait affirmé que «Plus de vie de famille, aucune considération, aucune compensation. Dans le contexte actuel les policiers en ont assez ».

 

► Protestation de sapeurs-pompiers à Cholet

Les faits ont été rapportés en vidéo. Samedi dernier avaient lieu pour les pompiers les célébrations de la Sainte-Barbe. Et bien à Cholet près de Nantes, les sapeurs-pompiers réunis ont pendant une cérémonie, tourné le dos aux élus présents avant de déployer une banderole de protestation. Cette attitude a provoqué l’indignation du maire de la ville qui a aussitôt quitté les lieux. Cette action, la quatrième en un mois avait pour but d’exprimer le mécontentement du corps de pompiers quant à leurs conditions de travail. En plus de dénoncer un manque d’effectifs et des restrictions budgétaires à répétition, les soldats du feu accusent le maire de la commune de ne pas prêter attention à leurs revendications.

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► Le pavillon suisse ne flottera pas sur l’Aquarius

Lundi, Berne a annoncé son refus de laisser l’Aquarius naviguer sous pavillon suisse. Le bateau de l’ONG SOS méditerranée, privé de pavillon depuis la décision du Panama de lui retirer son immatriculation, est bloqué depuis 3 semaines à Marseille. Trois parlementaires suisses (un socialiste, un libéral-radical et un centriste) avaient demandé fin septembre à ce que lui soit octroyé le pavillon helvétique à des fins humanitaires, comme le permet la loi sur la navigation. Dans son avis rendu le 30 novembre, le gouvernement estime qu’une « solution européenne viable doit être trouvée, qui respecte les règles de secours en mer et garantisse des ports de débarquement sûrs, ainsi qu’un mécanisme de répartition des personnes débarquées ».

 

► Attaque contre la francophonie au Canada anglais

Doug Ford, le Premier ministre de l’Ontario élu en juin dernier, a entamé une croisade contre la minorité francophone de cette région centrale du Canada. Ce programme passe par la suppression de nombreux services en français, de projets universitaires, du commissariat aux langues officielles concernant la francophonie… Un exemple flagrant est celui du changement de l’horaire de collecte des déchets de Toronto il y a deux ans : « L’avis a été envoyé en anglais, en tamoul, en mandarin, en italiens, en tagalog, en portugais, en espagnol, mais pas en français. » nous raconte le journal de Montréal en fin de semaine dernière. Voyant leur culture disparaître, des milliers de manifestants tentaient de se faire entendre aux quatre coins de la province samedi.

 

► Dès l’année prochaine les Russes n’enverront plus d’Américains dans l’espace

La Russie reste le seul pays capable de rallier la station spatiale internationale depuis le retrait des navettes spatiales américaines en 2011. C’est donc la fusée russe Soyouz, à la fiabilité éprouvée qui depuis emmène cosmonautes, astronautes et spationautes vers la station. Pour profiter du transport, les agences spatiales étrangères sont liées à l’agence russe par un contrat, un contrat qui pour les États-Unis prendra fin en 2019. La complication récente des relations entre les deux puissances et l’avancée du programme spatial américain semblent être à l’origine de la volonté de Washington de ne pas renouveler le contrat.

 

► La droite populiste accède au parlement régional d’Andalousie

Le parti de droite populiste Vox a obtenu 12 sièges au Parlement régional d’Andalousie ce dimanche, avec plus de 10% des votes. Ce parti prône la souveraineté espagnole, défend les valeurs de la famille traditionnelle et s’oppose à l’immigration. Son entrée au parlement d’une région gouvernée par le socialisme depuis plus de 30 ans est d’autant plus symbolique qu’elle s’accompagne d’un échec majeur des partis de gauche. Le parti socialiste ouvrier espagnol a en effet connu un recul lui aussi historique, et ne pourra donc pas obtenir la majorité, même en s’alliant à son homologue d’extrême gauche. Alors que l’Espagne était devenue le nouveau point d’entrée privilégié des clandestins suite à la nouvelle politique anti-immigration de l’Italie, il semblerait que la réaction du peuple ne se soit pas fait attendre.

 

► Samedi, trois organisations se sont mobilisées à Berlin contre l’immigration en demandant à leurs partisans de porter des « gelbe Westen » (gilets jaunes)

Trois organisations ont appelé à un « rassemblement en gilets jaunes », samedi 1er décembre, devant la porte de Brandebourg, à Berlin dont Pegida, un mouvement « contre l’islamisation de l’Occident », créé à Dresde (Saxe), et Zukunft Heimat (Avenir patrie), une collective anti-immigration. Le prétexte du rassemblement était la dénonciation du Pacte des Nations unies  « pour des migrations sûres, ordonnées et régulières ». Pour ces Allemands « Notre combat rejoint celui des Gilets jaunes français. Ici, nous voulons nous débarrasser de Merkel. En France, ils veulent que Macron démissionne »

 

► Le chiffre du jour : 2500

2500 : c’est le nombre de migrants honduriens encore présents à la frontière entre le Mexique et la Californie. Partis du Honduras mi-octobre pour rejoindre les États-Unis, les migrants, initialement près de 6.000, se dispersent désormais à Tijuana au nord-ouest du Mexique. Difficile de dire si les 3500 individus restants ont rebroussé chemin ou s’ils ont réussi à atteindre leur objectif… Fin novembre, les autorités américaines avaient repoussé, en faisant usage de gaz lacrymogènes, quelque 500 migrants qui tentaient de traverser le mur frontalier.

 

► La Banque mondiale annonce un investissement de 200 milliards de dollars pour le climat

L’institution financière a annoncé investir sur la période de 2021 à 2025, 200 milliards de dollars, pour aider les pays en développement face au changement climatique. Cette somme s’ajoutera à la contribution financière déjà apportée par les pays développés. Depuis 2010 et les accords de Cancun, les pays riches se sont en effet engagés à apporter 100 milliards d’euros par an aux pays moins avancés. Ces fonds, qualifiés de financements climatiques, devaient ainsi permettre aux pays du Sud de diminuer leurs émissions de gaz à effets de serre au profit d’alternatives moins polluantes. Les milliards de la banque mondiale devraient eux être utilisés afin de préparer ces mêmes pays au dérèglement climatique. Le président de la Banque mondiale a déclaré à ce sujet que si ce problème n’était pas anticipé, en particulier en Afrique, Amérique Latine et en Asie du Sud, il faudrait s’attendre à voir arriver 133 millions de migrants climatiques en 2030.

 

► Le Qatar quitte l’OPEP

Doha l’a annoncé hier : l’émirat quittera l’organisation des pays exportateurs de pétroles en janvier 2019. Membre de l’organisation depuis ses débuts il y a près de 60 ans, le Qatar entend ainsi « renforcer son profil international et préparer sa stratégie de long terme, largement axée sur l’industrie gazière ». Plus officieusement, il semble que cette décision trouve son origine dans les tensions qui opposent depuis plusieurs mois le pays à l’Arabie Saoudite et aux Émirats arabes unis. De plus, le Qatar comptait parmi les plus petits producteurs de pétrole de l’OPEP, son influence au sein de l’organisation était donc très limitée.

 

 

Commentaires Facebook
Etiquettes :

Radio courtoisie

Écoutez votre radio en direct

Current track
TITLE
ARTIST

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

► Météo ♫ Musique

05:00 06:00