BULLETIN DE REINFORMATION DU 20 NOVEMBRE 2018

Patron d'émission   -  le 20 novembre 2018

Bulletin de réinformation proposé par Philippe Brisebois et Christian Bieber.

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00.

 

 

GRANDS SUJETS


 

► Carlos Ghosn dans la tourmente

L’homme fort de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, l’ancien PDG de Nissan et son actuel dirigeant du conseil de surveillance, l’ayant extirpé de ses problèmes financiers en 1999, et dirigeant du conseil de surveillance de Mitsubishi Motors est soupçonné d’avoir dissimulé au fisc japonais une partie de ses revenus et de s’être livré à des pratiques douteuses. Il est notamment mis en cause directement par Nissan qui, dans un communiqué, a déclaré que « Carlos Ghosn a pendant de nombreuses années déclaré des revenus inférieurs au montant réel. En outre, de nombreuses autres malversations ont été découvertes, telles que l’utilisation de biens de l’entreprise à des fins personnelles ».

Qu’est-ce que cela signifie pour Renault, Nissan et Mitsubishi ?

Carlos Ghosn avait repoussé au maximum toute élaboration de plan de succession, et ce malgré l’insistance des marchés, et les intérêts divergents des différents actionnaires, parmi lesquels l’Etat français, avaient mis la question en suspens. Aujourd’hui cette affaire est un enjeu de taille pour Renault dont l’action a chuté de 13% dès l’annonce de l’arrestation de son PDG et dont le modèle économique repose quasi-exclusivement sur son alliance avec Nissan. En effet, Renault partage avec Nissan la plupart de ses plateformes et l’alliance prévoit de partager 80% de la production mondiale de l’ensemble de ses marques sur des plateformes communes qui entraîneraient des économies de développement considérables. Au-delà, c’est aussi une série de brevets que l’alliance partageait notamment pour la voiture électrique dans laquelle Nissan avait pris l’initiative bien avant Renault, il en irait de même pour la voiture autonome ou encore les questions d’intelligence artificielle.

Quel est l’enjeu majeur de cette affaire ?

Suite à la démission de Carlos Ghosn de son poste chez Nissan, le rapport de force va changer au sein de l’alliance et les Japonais tenteront certainement d’imposer l’un des leurs, invoquant l’argument du poids économique. Il est fort probable que l’Etat français s’oppose aux Japonais dans ce cas, avançant de son côté le rapport de force actionnarial. C’est donc l’enjeu majeur de cette affaire, puisque l’alliance n’est en rien un groupe intégré et les synergies, si elles sont importantes, ne sont pas suffisantes pour rendre cette alliance rompable. Cette affaire, qui survient en plus dans un contexte où la croissance du marché automobile stagne ou ralentit, est un enjeu économique majeur pour la France et son secteur automobile et sera donc à suivre de très près.

 

► L’Armée de Terre débaptise une promotion de l’école spéciale militaire de Saint-Cyr

Il est de tradition dans cette école d’officiers comme dans beaucoup d’écoles françaises, militaires ou non, de fonctionner par promotion, chacune portant un nom choisi par les élèves. La promotion 2016-2019 avait choisi de porter le nom du général Loustanau-Lacau. Cet officier passé lui-même par Saint-Cyr, et héro décoré des deux guerres mondiales semblait un choix tout à fait pertinent. Pour autant suite à une décision de l’Armée de terre rendue publique il y a peu cette promotion s’est vue débaptisée, plus d’un an après avoir choisi et porté ce nom.

Qu’est-ce qui a motivé cette décision ?

Cette procédure exceptionnelle, n’ayant pas eu lieu depuis au moins 1945, est due à des écrits antisémites qui seraient parus en 1930 dans une maison d’édition animée par le général Loustanau-Lacau. Il aurait également écrit lui-même en 1938 un article qui mettait en doute la loyauté des Français juifs. Ces actions ont été jugées suffisantes pour justifier de cette débaptisation de la promotion, et procéder même à une revue du processus de désignation des noms de promotions à l’avenir. Le fait que le général ait pourtant été notamment un résistant des premières heures, fondateur du réseau Alliance, arrêté, interrogé puis déporté n’a semble-t-il pas contrebalancé le poids de ces écrits. Georges Loustanau-Lacau est ainsi qualifié dans le communiqué de l’État-major de l’Armée de terre de personnalité contestable. Il y est également dit qu’il n’est pas acceptable que son parcours soit pris par les élèves comme une référence.

Quelles seront les conséquences d’une telle décision ?

Cette nouvelle n’est pas surprenante dans une France où l’on demande également la débaptisation des lycées Colbert et des rues Alain. Le fait que cette démarche ne provienne pas d’une association antiraciste quelconque mais de l’Armée de terre elle-même l’est plus. Il est tout de fois possible que cette décision ait été prise préventivement afin d’éviter un procès inique et médiatique. Sous fondement de témoignages anonymes peu étayés. Saint-Cyr a déjà été sous le feu d’une polémique surmédiatisée suite à des prétendues brimades sexistes quelques mois auparavant. On ne peut qu’imaginer quels raccourcis et oublis rapides auraient pu être faits suite à ce nom de promotion afin que les médias puissent faire leurs choux gras en titrant de l’antisémitisme de Saint-Cyr. Alors que son statut est de plus en plus contesté, l’excellence sélective et parfois donc injuste n’étant que peu appréciée dans cette France égalitaire, l’école d’officiers a tout intérêt à éviter les polémiques inutiles.

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► Airbus vend deux satellites télécoms à Eutelsat

Selon une information exclusive du Figaro, Airbus Defense and Space, filiale d’Airbus, a été choisie par l’opérateur français Eutelsat pour lui fournir deux satellites de télévision. Ces deux satellites sont destinés à remplacer, dès 2022, trois satellites HotBird qui représentent un pôle important de diffusion de télévision à l’échelle mondiale, distribuant plus d’un millier de chaînes à 135 millions de clients en Europe, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Ce contrat d’environ 500 millions d’euros représente le premier gros succès d’Airbus pour sa nouvelle gamme de gros satellites de télécoms. Ces nouveaux satellites bénéficient d’un nouveau design ainsi que de nouvelles méthodes de fabrication, qui incluent l’utilisation d’imprimantes 3D, assurant un cycle de production plus rapide. Cette commande représente également un message de confiance envers le Royaume-Uni de la part d’Airbus et d’Eutelsat alors que les négociations infructueuses du Brexit semblent avoir isolé les britanniques. En effet, la commande devait être signée hier à Londres, au ministère de l’Économie, de la Stratégie énergétique et industrielle. La plateforme Eurostar Neo, qui sert de base aux satellites Airbus DS, avait été financée par l’UK Space Agency, le CNES et l’Agence spatiale européenne. Les satellites, qui sont assemblés et testés à Toulouse, comporteront des équipements, dont la charge utile et le module de services et de propulsion, fabriqués au Royaume-Uni, où Space Systems, filiale d’Airbus, emploie 3000 personnes.

 

► Le ministère du Logement lance un nouveau concours de propagande

« Les réfugiés, une chance pour la France », tel est l’intitulé du concours de création en communications lancé par le ministère du Logement et adressé aux étudiants de cette filière. Le sous-titre précise l’intention, « Imaginez la campagne qui donnera aux Français l’envie d’accueillir ». L’explication qui suis l’intitulé est pétrie de bien-pensance, en effet cette campagne entend « surmonter les clichés », « faire vivre les valeurs de la République » ou encore « gagner la bataille de l’insertion » tout cela « au service d’un monde plus fraternel ».

 

► L’écologie elle aussi contribuable de la politique budgétaire de Macron.

Ce lundi les sénateurs ont débattu du projet de loi visant à supprimer 577 millions d’euros du budget de l’écologie pour les transférer au budget général pour l’année 2018. Cette mesure est prise dans le cadre du projet de loi de finances rectificative pour 2018 qui modifie certains crédits budgétaires prévus pour cette année, en fonction des dépenses réelles de 2018. Les recettes viennent de la taxe sur le carburant qui a rapporté cette année 34 milliards d’euros. Un des objectifs revendiqués de cette taxe est de faire augmenter le prix des carburants afin de dissuader de leur utilisation et de financer avec ces recettes la transition écologique. Dans le cadre du mouvement des gilets jaunes, qui rappelons-le s’est cristallisé autour de cette taxe sur le carburant et ses justifications écologiques, et quelques mois après l’affaire Hulot, cette réforme surprend « On tombe des nues » avait lâché la semaine dernière, Albéric de Montgolfier, rapporteur général (LR) de la commission des Finances. Ce premier examen a en effet tourné court au Sénat hier après-midi !

 

► Quatre mois de prison ferme pour un « gilet jaune » strasbourgeois

La Chancellerie a publié lundi soir le bilan chiffré de la mobilisation des « gilets jaunes ». Elle a ainsi recensé 240 gardes à vue à la suite de quoi, 75 personnes ont été convoquées devant le tribunal correctionnel, 18 ont été déférées en comparution immédiate et six informations judiciaires ont été ouvertes. À Strasbourg, un gilet jaune a été condamné à quatre mois de prison ferme pour « mise en danger de la vie d’autrui et entrave à la circulation ». Ce soudeur de 32 ans était poursuivi pour avoir formé une chaîne humaine sur l’autoroute A35 à Strasbourg et traversé le terre-plein central avec quatre autres « gilets jaunes ».

 

► Une correspondante de France 3 régions apparemment censurée en direct

Envoyée sur le terrain pour couvrir le blocage de la rocade de Bordeaux, une journaliste de France 3 à en direct attribué la responsabilité des tensions aux forces de l’ordre déployées sur place. L’atmosphère selon elle « bon enfant » aurait été perturbée par des policiers et des CRS « menaçants ». Le monologue très défavorable aux forces de polices a été interrompu un peu tard par la régie de la chaîne qui s’est par la suite défendue d’avoir censuré son envoyée sur place, attribuant ce cafouillage à une mauvaise gestion du temps.

 

► La dilapidation du patrimoine français en chiffres

Depuis septembre 2013 les statistiques officielles des exportations d’œuvres d’art françaises ont disparu des chiffres clefs de la Culture. L’association Sites & Monuments avait donc fait une demande il y a deux ans afin d’y avoir accès. Le ministère de la Culture avait, jusqu’à présent, refusé de les communiquer. Après plusieurs rebondissements le nouveau directeur général des patrimoines a récemment accepté de communiquer ces chiffres à l’association. Le bilan est éloquent : les exportations d’œuvres s’élevaient à 1799 millions d’euros en 2016, alors que les importations étaient, pour la même période, de 601 millions d’euros. Ce déséquilibre représente une perte considérable de patrimoine.

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► Le Premier ministre australien projette de réduire les quotas d’immigration légale

Scott Morrison, le Premier ministre australien, a déclaré lundi vouloir réduire les objectifs d’immigration légale en Australie. Tandis que le cabinet élabore une nouvelle politique démographique, Monsieur Morrison a affirmé que « les routes sont bouchées » et que les bus, les trains et les écoles de Sydney et Melbourne « sont pleins ». Il a ajouté que les Australiens vivants dans les grandes villes étaient inquiets à propos de la population et qu’ils disaient : « Assez ! Assez ! Assez ! ».

 

► Le chiffre du jour est de 6000 milliards

6000 milliards de dollars, c’est le budget dépensé par Washington depuis le 11 septembre 2001 pour combattre le terrorisme. Ce chiffre est tiré d’une étude de l’Institut Watson de l’université américaine de Brown dans l’état de Rhode Island. Les fonds considérables octroyés au Pentagone à la suite des attentats du 11 septembre ont mené les troupes américaines à faire la guerre dans 76 pays, soit 39% des États du globe. Contrairement aux chiffres officiels, cette étude prend également en compte les dépenses indirectes telles que la prise en charge des vétérans.

 

► Le gouvernement autrichien vérifie tous les binationaux

Le FPÖ, arrivé au pouvoir en décembre dernier avec les conservateurs, a entrepris de faire vérifier la nationalité de la centaine de milliers de personnes figurant sur les listes électorales turques en Autriche. Ordonnée par le ministère de l’Intérieur, cette vérification a nécessité l’embauche de 26 personnes rien que pour la ville de Vienne. La double nationalité est en Autriche un délit. Ainsi, des milliers de citoyens d’origine turque seraient en passe de perdre leur nationalité d’adoption.

 

► Coopération russo-turque pour l’achèvement du gazoduc Turkish Stream

Ce lundi, les présidents Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdoğan assistaient à Istanbul à la cérémonie d’achèvement de la partie sous-marine du Turkish Stream. Vladimir Poutine a ainsi remercié son homologue pour sa volonté politique et son courage dans la réalisation du pipeline. Annoncé en décembre 2014, le Turkish Stream doit compenser l’abandon surprise de South Stream, un précédent projet de gazoduc qui devait alimenter le sud de l’Europe en passant sous la mer Noire et en contournant l’Ukraine. La Russie avait arrêté le projet en raison du blocage de la Commission européenne.

 

► La bonne nouvelle du jour

Elle est bretonne et identitaire puisque la Cour d’appel de Rennes a infirmé la décision du tribunal de Quimper qui avait statué que le prénom d’un petit garçon se prénommant Fañch, ne pouvait orthographier son nom selon l’orthographe bretonne, à savoir avec un tilde, cette petite vague sur le n. Or l’orthographe est importante puisqu’elle modifie la prononciation du prénom. La Cour d’appel de Rennes a donc statué que la langue française connaissait le tilde et l’utilisait déjà dans l’orthographe de certains patronymes et que donc l’orthographe du prénom Fañch ne posait pas de problème.

 

 

Commentaires Facebook
Etiquettes :

Radio courtoisie

Écoutez votre radio en direct

Current track
TITLE
ARTIST

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

↺ Le florilège des arts

14:00 15:00