BULLETIN DE REINFORMATION DU 9 NOVEMBRE 2018

Patron d'émission   -  le 9 novembre 2018

Bulletin de réinformation proposé par Pierre Godicheau et François Persurier

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

GRANDS TITRES


 

► Au grand dam des médias, les élections de mi-mandat se soldent par un succès pour Trump

La doxa médiatique voulait que l’élection de Trump en 2016 ait été un accident. Les élections de mi-mandat devaient donc permettre au peuple américain (c’est-à-dire aux Américains de gauche) de corriger l’erreur et de revenir à la raison. Ils avaient tout d’abord prédit l’arrivée d’une  « Vague Bleue », submergeant les deux chambres puis, le vent tournant, quelques heures avant l’élection, les chances de la Vague Bleue passèrent de certitude à “forte probabilité” ; puis on parla d’un éventuel “Mur Rouge” de résistance Républicaine.

En fait Trump fait mieux que résister ; la Vague Bleue n’a emporté que la Chambre des Représentants, tandis que les Républicains renforcent leur contrôle sur le Sénat. Trump fait ainsi mieux que tous les présidents américains depuis Kennedy.

Les Démocrates disposent désormais d’un pouvoir de blocage contre les réformes législatives de Trump mais ne l’empêcheront pas de gouverner.

Les Républicains gardent le contrôle du Sénat, de la nomination des juges et des membres du cabinet de l’administration Trump. C’est cette possibilité que vient d’utiliser Trump pour écarter Jeff Sessions du poste d’« Attorney General » car jugé trop mou lorsqu’il s’agit d’enquêter sur les affaires du Parti démocrate. Évidemment, la maîtrise du Sénat voue à l’échec toute tentative d’impeachment lancée par des Démocrates vindicatifs.

En réalité, Trump vient de remporter de beaux succès.

Le premier d’entre eux, c’est d’avoir repris le contrôle du Parti républicain. Les “Never Trumpers” sont défaits, remplacés par des élus ayant publiquement soutenu Trump et sa politique.

Les Démocrates, eux, font face à d’autres problèmes – notamment un manque de crédibilité sur le plan national. Leurs leaders sont ridiculisés et détestés, principalement depuis leur cirque autour de la nomination du Juge Kavanaugh à la Cour suprême. Cela obère la sélection d’un candidat crédible pour les prochaines élections présidentielles d’autant plus que les Démocrates ont clairement affiché et lutté sur des valeurs anti-occidentales et anti-blanches montrent que le Parti Démocrate de 2018 est celui du socialisme, de la fiscalité, de la division et du racisme.

Les Démocrates sont donc face à l’insoluble défi de devoir composer avec de nouveaux élus indisciplinés et radicaux, tout en faisant des propositions qui devront être acceptées au-delà des frontières partisanes par leurs adversaires républicains.

Finalement, la vague bleue s’est transformée en vaguelette qui risque de faire plus de dégâts à gauche qu’à droite. Trump ne s’en sort pas si mal.

 

► De Mélenchon à Philippot, Macron vertement critiqué pour son hommage au « grand soldat » Pétain

Le président, dans son itinérance mémorielle, a fini par rencontrer la statue du Commandeur, en la personne du maréchal Pétain, le vainqueur de Verdun. Celui que le peuple français, au premier rang duquel la plupart des parlementaires du Front Populaire, a sollicité en juin 1940 pour sauver ce qui restait de la France.

Si le bilan de son action peut apparaître comme « globalement négatif » du fait de ses graves erreurs, elle comporte aussi certains points positifs. Comme le dit Eric Zemmour, le reconnaître est aller à l’encontre de la doxa paxtonienne en vigueur depuis le réquisitoire sans appel publié en 1972 par cet auteur.

Notre président a pourtant tenté défendre le héros mal aimé en se contentant d’évoquer ses faits d’arme durant la première guerre mondiale.

C’était sans compter avec l’éternelle division du pays contre lui même dont la vague d’indignation actuelle est, la plus récente manifestation. Cet ostracisme obstiné et tenace d’une fraction de la nation française à l’encontre de l’autre tend à conforter la thèse énoncée par Me Adrien Abauzit dans son dernier ouvrage et selon laquelle le pouvoir qui dirige la France a besoin, pour se maintenir et prospérer, que les Français pensent contre eux-mêmes. Elle a, pour y parvenir, forgé des mythes fondateurs intangibles. Il faut donc que :

  1. Pétain soit un traître
  2. Et que l’immigration soit une chance pour la France !

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► A l’instar de Gérard Collomb à Lyon, Jean-Yves Le Drian préparerait son retour en Bretagne.

Selon notre confrère Breizh Info, le ministre des Affaires étrangères multiplierait, depuis quelques semaines, les contacts visant à créer une formation régionale baptisée « Les Progressistes de Bretagne ». Sa mission consisterait à y arbitrer les investitures aux prochaines élections municipales et régionales.

De plus, selon l’un de ses proches au ministère des Affaires étrangères, « Le Drian voudra aussi retourner sur ses terres avant la fin du quinquennat ». Et celui-ci d’ajouter que Jean-Yves Le Drian a bien été sollicité par Emmanuel Macron et Édouard Philippe, au lendemain de la démission de Gérard Collomb, pour succéder à ce dernier à l’Intérieur. Il a décliné cette offre au motif « qu’il ne se voyait pas accepter le seul ministère qui soit encore plus épuisant que le quai d’Orsay ».

Comme certains autres de nos gouvernants, la « Marche » qu’il s’est imposée lui semblerait-elle déjà trop longue ?

 

► Le chiffre du jour est 1 600 000 

C’est le nombre de personnes ayant quitté le Venezuela depuis le début de l’année 2018. C’est ainsi que, fuyant leur pays en crise, plus d’un million de Vénézuéliens sont arrivés en Colombie et que 600 000 autres exilés se sont dirigés vers d’autres États, tels que l’Équateur, le Pérou, le Chili, les Etats-Unis, le Mexique et même le Brésil. Finalement ce sont 1 600 000 personnes à avoir fui le Venezuela socialiste et bolivarien de Nicolas Maduro, son inflation et son insécurité record, ses pénuries aussi massives que paradoxales dans un pays dont les réserves pétrolières sont immenses.

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► En Afrique du Sud, les Blancs interdits d’accès au nouveau programme d’aide aux jeunes chômeurs

En partenariat avec les entreprises et les organisations syndicales, le président Cyril Ramaphosa a lancé en mars dernier l’initiative YES (Youth Employment Services). Elle a pour but d’aider les jeunes Sud-Africains au chômage depuis plus de six mois à trouver un emploi. Comme dans d’autres pays, cela passe par la création d’emplois aidés, la mise en place d’avantage fiscaux, l’encouragement à la création de micro-entreprises, etc.

A qui ces mesures s’adressent-elles ?

Cette initiative s’adresse à des individus âgés de 18 à 35 ans, mais il se trouve qu’elle est réservée aux candidats qualifiés de “Black People” qui comprend exclusivement, selon l’article B-BBEE de la loi 53 de 2003, les Noirs, les métisses et les Indiens. La nation arc-en-ciel pratiquerait-elle une sorte d’Apartheid à l’envers ?

 

► La justice italienne abandonne la procédure lancée à l’encontre de Matteo Salvini

Le ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini, intransigeant sur les questions d’immigration, était visé par une enquête ouverte par la justice italienne en août dernier après que celui-ci eut refusé à 150 migrants secourus en mer de débarquer en Sicile. Depuis lors, un procureur sicilien avait ouvert une enquête à l’encontre du ministre pour abus de pouvoir, enlèvement et arrestation illégale. Le ministre italien de l’Intérieur a annoncé ce jeudi l’abandon de la procédure ouverte à son encontre par le biais d’une vidéo où le chef de file de la Ligue lit un courrier que lui a adressé le parquet de Catane l’informant de l’abandon des poursuites sans préciser les raisons qui ont conduit à cette décision.

 

► Une femme d’origine Somalienne, musulmane, voilée et entrée illégalement aux USA élue à la Chambre des Représentants

Ilhan Omar, était candidate à la Chambre des Représentants dans le 5e district du Minnesota avec, est-il besoin de le préciser, l’investiture Démocrate. Née le 4 octobre 1981 à Mogadiscio, elle suit sa famille qui s’installe dans le Minnesota.

Ilhan Omar se serait mariée à deux reprises : une première fois en 2002 avec Ahmed Abdisalan Hirsi, puis en 2009, avec Ahmed Nur Said Elmi, son propre frère, pour obtenir la nationalité américaine. Ceci constitue une fraude à l’immigration. Niant ces faits, elle reconnaît, en revanche, avoir tweeté en 2012 «Qu’Allah aide le peuple à voir la main du Diable dans les actes d’Israël».

Sans surprise, lorsque la nouvelle élue du Minnesota à la Chambre des Représentants, monta à la tribune elle commença par lancer: «Salam aleykoum» [que la paix soit sur vous]. Puis: «Al hamdulilah» [loué soit Allah].

Il n’en fallait pas plus pour que la presse de gauche du monde entier en fasse sa nouvelle idole.

 


 

► La bonne nouvelle du jour est judiciaire : Esteban Morillo est libre !

Il a été condamné en première instance à 11 ans de détention dans le cadre de l’affaire Méric, pour s’être simplement défendu contre des agresseurs Antifas. Dans l’attente de son nouveau procès en appel, son avocat a obtenu sa libération. Excellente nouvelle pour ce jeune homme victime du politiquement correct.

 

► Ephéméride

Il y a cent ans, le 9 novembre 1918, Friedrich, Wilhelm, Viktor, Albrecht von Hohenzollern, troisième empereur allemand et neuvième roi de Prusse, régnant sous le nom de Guillaume II, se résigne à abdiquer. Il était le petit-fils de Guillaume Ier, mais aussi de la reine Victoria et du prince Albert de Saxe-Cobourg-Gotha. 

Quels événements l’ont conduit à une telle décision ?

Depuis la fin octobre 1918, un mouvement révolutionnaire secouait un grand nombre de villes d’Allemagne du Nord et menaçait d’emporter le pays dans le sillage de la Russie soviétique. Le 4 novembre, la ville de Kiel tombe aux mains des révolutionnaires et le 9 novembre, la révolution atteint Berlin. Des « conseils de soldats » se créent partout. Devant cette situation insurrectionnelle, le chancelier Maximilien de Bade, tente d’ultimes démarches tendant à convaincre Guillaume II de confier le trône à un régent. En vain ! Vers 11h30, le chancelier prend l’initiative d’annoncer l’abdication de Guillaume II et du Kronprinz. Il se démet lui-même de ses fonctions et cède la direction du gouvernement au chef du SPD, Friedrich Ebert. Philipp Scheidemann, autre dirigeant du SPD, proclame aussitôt l’avènement de la République allemande qu’il appartiendra à une assemblée constituante réunie trois mois plus tard à Weimar d’en poser les fondations.

Et quels étaient les motifs de ces dirigeants socialistes ?

Il s’agissait pour eux de devancer Karl Liebknecht et sa volonté de proclamer une République socialiste.

Quelles furent les conséquences immédiates de cet événement ?

Dès le lendemain, les militaires répriment les mouvements spartakistes apparentés aux bolchéviks pendant que les gouvernants civils engagent les négociations d’armistice avec les Alliés.

 

► Notre annonce du jour

L’Association Libérale et Sociale (ALS) invite Joachim Veliocas, pour une conférence sur “L’Eglise face à l’islam”. La réunion se tiendra le samedi 17 novembre, à 10h30, à la brasserie “Le François Coppée”, bd du Montparnasse, métro Duroc.

 

 

Commentaires Facebook
Etiquettes :

Radio courtoisie

Écoutez votre radio en direct

Current track
TITLE
ARTIST

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

► L.J. du lundi soir

18:00 21:00