BULLETIN DE REINFORMATION DU 8 NOVEMBRE 2018

Patron d'émission   -  le 8 novembre 2018

Bulletin de réinformation proposé par Erika Gauthier, Julien d’Estrago et Arthur Van de Water.

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00.

 

 

GRANDS TITRES


 

► Nouvelle polémique autour des commémorations du centenaire de la Grande Guerre

En début de semaine une première polémique avait été causée par le choix de rendre ces cérémonies moins militaires. Celui-ci était semble-t-il politique, pris dans le but de ne pas offusquer nos voisins d’outre-Rhin, alliés de Macron au sein d’une Union Européenne divisée.

Cette fois-ci c’est un hommage prévu aux chefs militaires de la Grande Guerre qui a soulevé le courroux d’une partie du paysage politique

Seraient en effet célébrés les huit maréchaux de France de la première guerre mondiale, dans les rangs desquels se trouve de facto Philippe Pétain. Monsieur Macron a rappelé hier à son sujet qu’il avait été “pendant la première guerre un grand soldat” tout en signalant qu’il avait “conduit des choix funestes” lors de la deuxième guerre mondiale. Il a également affirmé qu’il jugeait cet hommage légitime. De nombreuses personnalités politiques, de Benoît Hamon à Florian Philippot en passant par Jean-Luc Mélenchon, se sont publiquement révoltés contre ces déclarations. Ils l’ont notamment accusé de jouer avec l’histoire de France en honorant celui qu’ils ont qualifié dans leurs protestations de « traître antisémite ».

Le gouvernement a par la suite tenté de désamorcer la polémique

Il a annoncé que la tombe du maréchal Pétain ne serait pas fleurie contrairement à celles des 7 autres maréchaux, mais citant néanmoins le général de Gaulle ayant déclaré à son sujet “Sa gloire à Verdun ne saurait être contestée ni méconnue par la patrie”.

Il est inhabituel de voir des commémorations entourées de tant de débats

En effet, et après avoir dénoncé l’instrumentalisation politique de ces cérémonies par le gouvernement, il semble que l’on assiste au phénomène inverse. La majorité de l’opposition s’insurge face à cet hommage aux maréchaux, semblant surtout vouloir profiter de l’occasion pour se mettre sur les devants de la scène. Finalement dans les deux cas c’est la teneur même de ces commémorations qui en pâtit, tournant plus aux combines politiques qu’au respect de la mémoire des combattants et morts français de la première Guerre Mondiale.

 

► Europe : une armée unique en préparation ?

Mardi dernier, alors en pleine commémoration de la Grande Guerre, le président Macron, dans un long entretien à Europe 1, a évoqué le projet de construire « une vraie armée européenne ». Alors que les élections européennes ont lieu dans quelques mois. En effet, si l’Union européenne favorise la coopération militaire, Bruxelles n’a pour l’instant aucune stratégie défensive ou offensive : elle se repose entièrement sur les armées nationales des pays membres et sur son allié américain malgré l’imprévisibilité de Trump.

Concrètement, comment se présenterait ce projet ?

Cette force européenne fonctionnera comme une énième alliance militaire de pays membres, comme l’Otan ou les casques bleus de l’ONU. Il faudra aussi créer toute une hiérarchie militaire propre à la défense de l’Union, avec à sa tête un État-major sans attache nationale. La commission européenne mettra ainsi en place en 2019 un projet de fond de défense européen, visant à stocker une partie des dépenses de Bruxelles pour les réinsérer dans le développement de nouvelles armes de guerres. Il est pour l’instant estimé, entre 2021 et 2027 à 20 milliards d’euros. Ce chiffre peut paraître considérable, mais reste à relativiser au regard des 600 milliards de dollars consacrés à la défense américaine.

Ce projet pourrait rencontrer néanmoins quelques difficultés

Cette potentielle nouvelle armée devra aussi affronter de nombreux problèmes d’ordres moral et logistique. Car les états européens, emportés par une vague de renouveau nationaliste, résisteront à l’idée d’abandonner leurs armées nationales pour une armée fédérale. Au niveau individuel, le soldat français qui s’engage se bat avant tout pour son pays, et non pas pour Bruxelles.

Notons également l’attitude paradoxale de Bruxelles

L’Union européenne n’hésite pas à critiquer les pays qui se lancent dans une course à l’armement, ou qui s’engagent dans un conflit, et pourtant elle développe son potentiel militaire. Ce serait notamment pour se défendre « Face à la Russie qui est à nos frontières et qui a montré qu’elle pouvait être menaçante ». Finalement les dirigeants européens n’ont peut-être pas encore renié tout notre passé, ils se souviennent encore du proverbe romain : «  Qui veut la paix prépare la guerre ».

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► Dijon : elle voulait appeler son bébé « Jihad »

La semaine dernière la mairie de Dijon a saisi la Justice alors qu’une mère avait choisi d’appeler son nouveau-né du doux prénom de « Jihad ». Cette dernière recevra sous peu une assignation à comparaître devant le juge des Affaires familiales pour annuler sa décision. Si la raison paraît évidente, le procureur de la République de Dijon a quand même justifié sa décision. Je cite, « même si le prénom Jihad […] signifie […] « combat sacré », « guerre sainte » […] et peut donc avoir un sens positif […], ce prénom est nécessairement associé aux mouvements islamistes intégristes ». La mère, offusquée par cette décision, a ajouté qu’elle changerait « Jihad » en « Jahid » si le premier venait à ne pas être accepté.

 

► Quand un ancien présentateur du 20h évoque des actes discriminatoires

Harry Roselmack a été, en 2006, le premier présentateur noir du journal télévisé de TF1. Invité cette semaine sur un plateau télé, il dénonçait la discrimination à l’embauche. Preuve à l’appui, je cite : « le lendemain matin de ma première, j’ai pu lire dans la presse : « Le journal a été présenté dans un français parfait », comme s’il pouvait y avoir des doutes sur ma capacité à parler un bon français. ». Pourtant, impossible de retrouver cette phrase. En revanche, Le Parisien avait fait l’éloge de cette première et titré « Le sans-faute d’Harry Roselmack ». Le présentateur s’est depuis excusé de ses accusations injustifiées.

 

► Le chiffre du jour est 122

En 2016, plus de 122 millions d’euros ont été partagés entre les syndicats et le patronat, dont près de 19 millions d’euros pour la seule CGT. Plus de 83 millions d’euros ont été accordés aux syndicats, soit une hausse de 7% depuis l’année précédente.

 

► Une hausse de 20% des expulsions d’immigrés clandestins, un chiffre à relativiser

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a annoncé mardi devant l’Assemblée nationale que les expulsions d’étrangers en situation irrégulière avaient augmenté de 20 % cette année. Ce chiffre représente selon ses dires un tournant dans la lutte contre l’immigration irrégulière. Or, le nombre total d’expulsions en 2017, après la hausse, était inférieur à 15 000, ce qui, comparé aux plus de 260 000 immigrés illégaux arrivés en 2017 reste une simple goutte d’eau. Le ministre de l’Intérieur a également mentionné une augmentation de 48 millions d’euros destinée aux centres de rétentions de réfugiés qui n’ont ouvert que 200 places supplémentaires depuis l’année dernière.

 

► Le tribunal de grande instance de Paris rend jeudi son jugement concernant l’américain Jeff Koons

Il est accusé d’avoir copié une campagne publicitaire de l’enseigne Naf-Naf des années 1980, représentant le petit cochon de la marque, secourant une femme dans la neige.

Directeur de création de la publicité, Franck Davidovici estime que la sculpture en porcelaine “Fait d’hiver”, créée par Jeff Koons en 1988, est une “copie servile” de son visuel du même nom, conçu pour la marque de prêt-à-porter et paru dans la presse trois ans plus tôt. Le publicitaire réclame près de 300.000 euros de dommages et intérêts. La défense du plasticien américain invoque le droit à l’appropriation, au nom de la liberté d’expression artistique.

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► Un ex-garde d’un camp nazi jugé à 94 ans 

Depuis mardi dernier, un Allemand âgé de 94 ans est jugé à Münster en Allemagne pour avoir été un garde du camp nazi de Stutthof entre 1942 et 1944. Âgé de 18 ans au moment des faits, il est accusé de complicité pour le meurtre d’une centaine de personnes. Le vieil homme, dont l’identité n’a pas été révélée par le parquet, se déplaçant en fauteuil roulant, a nié avoir eu connaissance des meurtres perpétrés à l’époque. Une quinzaine d’audiences a été prévue d’ici janvier. La partie civile est représentée par Ben Cohen, petit-fils d’une déportée rescapée du Stutthof. Ce dernier a affirmé être « très reconnaissant de la tenue de ce procès ». 

 

► Jawad Bendaoud échappe encore à la prison

Celui qu’on appelle le logeur de Daech fait encore parler de lui. Coupable d’avoir mis un coup de tête à son ex-compagne, lui valant 4 jours d’ITT, et de lui avoir envoyé plusieurs menaces de mort, il s’est vu condamner à un an de prison… avec sursis ! Notons que cet homme a à son actif plus d’un méfait : meurtre au tranchoir, trafic, logement de djihadistes, outrages à la police… On peut s’étonner que ce multirécidiviste profite de sursis et finalement, soit encore libre.

 

► Insolite : du vin de 2000 ans d’âge découvert en Chine

Des archéologues chinois ont découvert dans une tombe un récipient en bronze vieux de 2.000 ans contenant un liquide qui pourrait être du vin, a annoncé mardi l’agence Chine nouvelle. 

Le récipient scellé contenait environ 3,5 litres d’un liquide jaune qui avait une forte odeur de vin chinois lorsqu’il a été ouvert, ont indiqué les archéologues. Le vin daterait de la dynastie des Han occidentaux, de 202 avant J.C. à 8 après J.C. L’agence n’a pas précisé comment le récipient avait été fermé et le liquide préservé sans s’être évaporé. Des découvertes datant de cette période ont déjà été faites. Les boissons alcoolisées conservées dans des récipients en bronze jouaient un rôle dans les cérémonies et les rituels.

 

► La construction du gazoduc « Nord stream 2 » suit son cours

Reliant la Russie à l’Allemagne en passant par la mer Baltique, le gazoduc Nordstream 2 poursuit sa mise en œuvre. L’entreprise Nord Stream AG 2 a annoncé la dépose du 200ème kilomètre sur les 1200 prévus. Et cela, malgré les pressions américaines pour faire avorter le projet. Ce gazoduc acheminera jusqu’à 55 milliards de mètres cube de gaz par an et accroît la dépendance de l’Allemagne et de l’Europe vis-à-vis de la Russie. Le projet soutenu par l’Allemagne et l’Autriche, connaît une vive contestation de la part des États-Unis, désireux d’exporter leur propre gaz et les pays de l’est en particulier de l’Ukraine et la Pologne. 

 

► Des traces de pesticides dans les cheveux des Européens

Les cheveux de 148 européens ont été analysés. Dans 60% des cas ils contenaient des traces de pesticides interdits en agriculture. Des taux inquiétants sont également retrouvés dans les cheveux de 70% des enfants et adolescents. Selon le député écologiste Yannick Jadot – dont le taux de pesticides de ses cheveux est 19 fois supérieur à ce qui est autorisé dans l’eau, « Aujourd’hui, on ne peut que constater la défaillance majeure de l’État dans sa capacité à protéger la santé des Français. ». Rappelons qu’en France, malgré les évocations de plus en plus fréquentes des dangers des pesticides, la consommation est repartie en hausse sur l’année dernière.

 

► Et la bonne nouvelle du jour est scientifique !

La ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal a annoncé ce mardi 6 novembre avoir présélectionné quatre projets en France d’instituts universitaires en intelligence artificielle. Parmi 12 villes candidates les projets de Grenoble, Nice, Paris et Toulouse ont été choisis pour créer des instituts universitaires en intelligence artificielle. Les quatre sites présélectionnés devront présenter un dossier détaillé d’ici le 15 janvier prochain afin d’obtenir une labellisation définitive après examen par un jury international.

 

 

Commentaires Facebook
Etiquettes :

Radio courtoisie

Écoutez votre radio en direct

Current track
TITLE
ARTIST

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

► L.J. du lundi soir

18:00 21:00