BULLETIN DE REINFORMATION DU 5 NOVEMBRE 2018

Patron d'émission   -  le 5 novembre 2018

Bulletin de réinformation proposé par Henri Benoît et Sara Bernier

rediffusions à l’antenne à 10h45 et 21h00

 

 

GRANDS TITRES


 

► Pakistan : flambée de violence après l’acquittement d’Asia Bibi

Le soulagement n’aura été que de courte durée pour les nombreux partisans de la libération d’Asia Bibi, cette chrétienne pakistanaise condamnée à la pendaison pour blasphème en novembre 2010, pour s’être simplement ravitaillée en eau dans un « puit réservé aux musulmans ». Acquittée mercredi dernier par la Cour suprême, les islamistes ont violemment protesté contre cette décision en répandant leur fureur dans la ville d’Islamabad, la capitale du pays : blocages, pneus de voiture brûlés, insultes et menaces de mort envers les juges, Asia Bibi et son avocat.

Les islamistes ont-ils gagné ?

Il y a tout lieu de le craindre. Devant l’insistance et la pression des islamistes, le Premier ministre pakistanais, Imran Khan, semble fléchir. Lui qui avait pourtant déclaré « que l’État ne tolérerait pas le sabotage et prendrait ses responsabilités en cas d’incidents graves durant ces manifestations » vient de céder à leurs desiderata. Asia Bibi, n’a en effet pas obtenu l’autorisation de quitter le Pakistan, et pourrait donc risquer à chaque instant de se faire agresser par des fanatiques musulmans en mal de rébellion.

Quelle est l’influence de ces islamistes dans cette affaire ?

Elle est d’une ampleur considérable, surtout dans le quartier environnant la Mosquée rouge d’Islamabad, haut lieu de l’islam radical. Son imam, Maulana Abdul Aziz a d’ailleurs déclaré : « Cette décision envers une blasphématrice n’est pas de bon augure pour le pays (…) C’est une décision extrêmement injuste, cruelle, totalement détestable contre la Charia ».

Dans ce contexte peu favorable à une libération en bonne et due forme d’Asia Bibi, plusieurs personnalités demandent que la France accorde le statut de réfugiée politique à la chrétienne de 52 ans : c’est le cas de Marine Le Pen, du très médiatique abbé Grosjean, et de responsables de l’Aide à l’Église en Détresse.

 

► La Cour européenne des droits de l’homme en passe de reconnaître un délit de blasphème

Par un arrêt du 25 octobre 2018, la CEDH soutient que les critiques contre Mahomet sont constitutives d’une incitation à la haine et ne peuvent être protégées par le droit à la liberté d’expression.

Dans cette affaire, la plaignante, Elisabeth Sabaditsch-Wolff, avait été condamnée à 480 € d’amende par un juge autrichien, pour avoir, lors d’un séminaire sur l’islam en 2009, accusé Mahomet de pédophilie, faisant allusion à son mariage avec Aisha, alors âgée de 9 ans.

Accusée d’avoir tenu un discours de haine, sa condamnation fut confirmée en appel. Puis la Cour suprême autrichienne a rejeté sa demande en révision, Mme Sabaditsch-Wolff a alors saisi la CEDH, pensant être protégée par l’article 10 de la Convention, qui garantit la liberté d’expression. Mais le juge de Strasbourg a estimé que les propos tenus étaient de nature à provoquer une indignation justifiée et que par conséquent l’Autriche, en faisant application de son code pénal, n’avait pas violé l’article 10 de la Convention.

Quelles sont les conséquences de cette décision ?

Elle autorise de facto tout état-membre de la Convention, soit les 47 pays du Conseil de l’Europe, à restreindre la liberté d’expression dès lors qu’une parole serait jugée offensante pour un musulman ou présenterait un risque pour la paix religieuse. Une sorte de nouveau droit à la protection de la sensibilité religieuse.

L’Organisation de la coopération islamique (OCI), qui possède une délégation permanente aux Nations Unies, s’est félicitée de cet arrêt. Elle se bat depuis des années pour la pénalisation de toute critique envers l’islam. Une étape vient donc d’être franchie, même si sa portée n’est que jurisprudentielle.

 

► Halloween : Castaner va-t-il nier l’ensauvagement des quartiers ?

Que reste-t-il de l’esprit bon enfant de la fête d’Halloween ? En marge de cette célébration où se mêlent cortèges de déguisements de monstres et collectes de bonbons, la police a interpellé 116 personnes sur l’ensemble du territoire français dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre. Pour le nouveau ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, qui parle « d’incidents », ce chiffre reste inférieur à celui de l’année précédente. Un appel à la « purge des policiers » lancé sur Internet, avait entraîné une mobilisation sans précédent des forces de l’ordre pour la nuit d’Halloween.

Pourtant, des faits de violence graves ont été recensés ?

Les policiers ont une nouvelle fois été pris pour cibles par lancers de projectiles, feux de poubelles et de voitures. A Rennes, un adolescent âgé de 15 ans a été violemment atteint à la tempe par un gomme-cogne alors qu’il visait un policier. A Montgeron, dans l’Essonne, une trentaine de jeunes ont saccagé un centre commercial, dont une mineure de 13 ans qui, compte tenu de son âge ne fera l’objet que d’une mesure éducative. Lors de l’altercation, un policier a subi une attaque. Mais c’est à Lyon que les émeutes ont été les plus spectaculaires.

Quelles ont été les réactions des politiques face à ces violences urbaines ?

De nombreux responsables politiques, comme Valérie Pécresse, Nicolas Dupont-Aignan ou Julien Denormandie, qui travaille au ministère de la Cohésion des territoires, ont réclamé des sanctions exemplaires.

La désintégration du tissu social dans les banlieues n’est plus à prouver, mais en dépit de ces exemples criants, il est malheureusement plus que probable que notre gouvernement continue de fermer les yeux. Circulez, il n’y a rien à voir.

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► Après Marine le Pen, le secrétaire général du Parti de la France est astreint à une expertise judiciaire

Condamné à deux mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Beauvais en 2017, Thomas Joly avait décidé de faire appel. Il avait publié sur son blogue politique, les images de James Foley et d’Hervé Cornara, tous deux décapités sur ordre de Daech. Comme Marine Le Pen, il était tombé sous le coup de l’article 706-47 du code pénal qui condamne la diffusion de messages violents accessibles à un mineur.

Y a-t-il eu des victimes suite à cette diffusion ?

Aucune, ni de la part des familles des personnes assassinées, ni de la part des usagers du Net. Aucune association ne s’était constituée partie civile lors du procès. C’est un procureur qui a déclenché la poursuite suite à une dénonciation anonyme. Mais en appel, coup de théâtre, l’avocat général a demandé en début d’audience une expertise psychiatrique. Après une semaine de réflexion, le tribunal a finalement fait droit à cette demande et décidé de reporter l’audience d’appel au mois de mai 2019.

Et en quoi cette décision est-elle surprenante ?

Car l’expertise n’avait pas été demandée en première instance et si l’on s’en tient au Code de procédure pénale, elle serait obligatoire avant tout jugement sur le fond. Du coup, on s’attendait au constat d’un vice de forme entraînant l’annulation du premier jugement. Mais le tribunal en a décidé autrement. Reste à savoir si Thomas Joly se rendra ou non à cette expertise psychiatrique. Comme l’a dit Jean-Luc Mélenchon à propos de Marine Le Pen, on risque bien d’entrer dans une ère de psychiatrisation de la décision politique !

 

► Inch’Allah, un nouveau livre sur l’islamisation de la Seine-Saint-Denis

Cinq étudiants ont procédé à un travail d’investigation en Seine-Saint-Denis et, n’en déplaisent aux tenants du politiquement correct, le département du 9-3 est bel et bien frelaté par un islam conquérant. Ainsi, ont-ils découvert l’existence d’une prétendue « université » islamique gangrenée par un réseau djihadiste, un dépôt RATP où la pratique religieuse est devenue la norme, et un clientélisme musulman qui s’est peu à peu imposé aux élus pusillanimes : « une mosquée, trois mandats » dit-on sous le manteau ! On n’écoute plus les musiques occidentales, on ne se mélange pas aux autres. Le « vivre ensemble » a vécu.

Même constat donc, que celui des auteurs de « La part du ghetto, la vérité sur les banlieues » publié aussi chez Fayard en 2018 ?

Invités sur tous les plateaux de télévision pour faire la promo de leur livre, les deux journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme, adeptes du « pasdamalgame », en viennent aux mêmes conclusions : islamisation, économie parallèle, régression de l’état de droit.

Reste à savoir si, à la lecture de cet ouvrage, nos responsables politiques continueront de fermer les yeux — comme ce fut le cas après la diffusion du reportage sur la condition féminine à Sevran l’an passé — ou s’ils prendront les mesures nécessaires pour contrer cet islam conquérant. Rappelons ce que disait Youssef Al Qaradâwi, des Frères Musulmans : « avec vos lois démocratiques, nous vous coloniserons. Avec nos lois coraniques, nous vous dominerons ».

 

► Le clip gouvernemental pour les Européennes fait polémique

Il s’agit d’un clip mis en ligne sur le compte Youtube du gouvernement et destiné à inciter les électeurs à aller voter en mai prochain pour les élections européennes. Financé par l’argent public, on lui reproche de faire indirectement de la publicité pour La République en Marche et d’imposer une vision de l’Union Européenne qui est loin de faire l’unanimité. On voit Orban et Salvini haranguant les foules, on fait la promotion de l’immigration illégale, on promeut les éoliennes sur fond de réchauffement climatique, tandis que l’on fait un clin d’œil aux bienfaits de la Loi travail.

Il n’en fallait pas plus pour susciter la grogne des contestataires : si le Figaro accuse Macron de « dramatiser le scrutin », le parti de Benoît Hamon, Génération-s, porte plainte auprès du CSA pour « détournement d’argent public à des fins de propagande ». La lutte pour la neutralité du service public prend décidément de l’ampleur !

 

► Et le chiffre du jour c’est 1552

Selon les statistiques de la préfecture de police de Paris relayées par le magazine Le Point, c’est le nombre de mineurs ou faux-mineurs marocains qui ont fait l’objet d’interpellations pour vols ou faits de violence dans le quartier de la Goutte d’Or, depuis le début de l’année. Seulement 806 ont été poursuivis devant les tribunaux, 21 placés en détention provisoire et 8 ont été sommés de quitter le territoire : 6 ont été reconduits à la frontière et 2 se sont … évaporés dans la nature.

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► Après l’Autriche, la Croatie refuse de signer le pacte migratoire de l’ONU

La Croatie vient de refuser le Pacte mondial de l’ONU pour une « migration sûre, ordonnée et régulière », qui doit faire l’objet d’une conférence internationale à Marrakech en décembre prochain. Ce pays des Balkans rejoint ainsi l’Autriche, la Hongrie, la Pologne, la République tchèque ou encore les États-Unis qui se sont également abstenus de signer l’accord. La présidente croate elle-même, Kolinda Grabar-Kitarovic a déclaré à ses compatriotes : « Soyez assurés que je ne signerai pas l’Accord de Marrakech ». Cette hostilité croissante à l’égard des politiques migratoires sera-t-elle entendue dans le reste de l’Union Européenne ? Rien n’est moins sûr, car des pays comme la France, entendent poursuivre coûte que coûte l’accueil des clandestins. Mais l’hostilité croissante à l’immigration massive est un signe clair envoyé aux élites politiques, à quelques mois des élections européennes de mai 2019.

 

► Italie : un lopin de terre pour le troisième enfant

C’est une initiative de la Ligue, inscrite dans le budget de 2019 : les familles qui s’élargiront entre 2019 et 2021, pourront bénéficier d’une concession sur une terre agricole publique pour une durée de 20 ans. Une mesure qui devrait récompenser les familles nombreuses mais aussi permettre de limiter le dépeuplement des zones rurales.

 

► La bonne nouvelle du jour est océanique

La Nouvelle Calédonie ne sera pas un territoire perdu de la République. Ainsi en a décidé le vote d’hier sur une éventuelle indépendance. Avec 56,4 % des suffrages exprimés, le NON l’a emporté. Rappelons que ce référendum avait été prévu il y a trente ans à l’occasion des accords de Matignon qui mettaient fin aux troubles qui avaient ensanglanté cette île du Pacifique, possession française depuis 1853. L’indépendantisme serait-il devenu ringard ?

 

 

Commentaires Facebook
Etiquettes :

Radio courtoisie

Écoutez votre radio en direct

Current track
TITLE
ARTIST

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

► L.J. du lundi soir

18:00 21:00