BULLETIN DE REINFORMATION DU 31 OCTOBRE 2018

Patron d'émission   -  le 31 octobre 2018

Bulletin de réinformation proposé par Carl Hubert et Noël Petit, avec la contribution d’Adrien Dorat.

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00.

 

 

GRANDS TITRES


 

► Le gouvernement veut supprimer une partie de la fonction publique

Le Premier ministre Édouard Philippe a réuni lundi le 2ème comité interministériel de transformation de l’action publique. A cette occasion, il a défini plusieurs axes pour, entre autres, modifier en profondeur la fonction publique.

L’objectif semble être de respecter l’engagement du candidat Macron de supprimer 50 000 postes dans la fonction publique d’Etat, sans parler des 70 000 postes à supprimer dans la fonction publique territoriale.

Pour arriver à des diminutions d’effectifs, les départs d’agents non-remplacés vont nécessairement devoir s’accélérer. Le gouvernement visera prioritairement les missions qu’il n’estimera pas prioritaires. Mais il est resté flou sur les missions qui seront supprimées : on sait par exemple que le fisc refusera les paiements d’impôts en espèces ou encore que la taxe d’habitation sera supprimée, mais cela ne suffira pas à supprimer 50 000 fonctionnaires.

Les départs de fonctionnaires pourront être consécutifs à des départs en retraite ou – et c’est ce qui est nouveau – découler d’un plan de départ volontaire.

Des mesures incitatives financières et en termes de formation et de reconversion devraient être mises en place. Les fonctionnaires en question bénéficieront ainsi d’une prime de départ de pas moins de 24 mois de traitement et des allocations chômage. Autrement dit, les meilleurs éléments risquent de partir pour le privé, tandis que les moins bons resteront bien au chaud dans leur administration. Ce sera aussi un moyen de mettre les fonctionnaires âgés en pré-retraite – pratique que les gouvernants ne manquent pourtant jamais de critiquer dans le secteur privé !

Il y aurait aussi la possibilité étendue de recruter des fonctionnaires hors statut ?

Oui, le gouvernement veut permettre aux administrations de gérer leurs effectifs avec souplesse en généralisant la possibilité de recruter des contractuels sans passer par le système du concours et donc du statut.

A cette fin, l’exécutif veut étendre les exceptions autorisant l’emploi de contractuels sur des postes permanents, notamment pour les tâches administratives par exemple.

La dernière piste serait la rémunération au mérite pour tous avec « indicateurs d’efficacité »

Mais rien ne démontre que ces mesures permettront de réduire les coûts salariaux de l’Etat ou de gagner en qualité de la main d’œuvre.

Il est en effet fort à craindre que ces recettes à forte connotation idéologique et libérale n’auront pas d’effet significatif sur la performance de l’action publique. Il risque surtout d’y avoir davantage de clientélisme dans la fonction publique. Quant au service rendu aux usagers, il risque de se dégrader compte tenu des missions supprimées et de la diminution des moyens humains et matériels consacrés à l’action de l’Etat.

 

► Florian Philippot continue sa croisade pour le « Frexit »

L’expression « Frexit » désigne la sortie de la France de l’Union européenne, à l’instar du « Brexit » en cours pour le Royaume-Uni. Sortir de l’organisation de Bruxelles est l’objectif traditionnellement affiché par les souverainistes. C’est aussi le combat du souverainiste Florian Philippot, qui y a consacré un livre, intitulé « Frexit ».

Vous l’avez lu pour les auditeurs de Radio Courtoisie…

Les médias de propagande n’ont relaté que le premier chapitre, dans lequel l’ancien vice-président du Front national conte son divorce politique d’avec Marine Le Pen. On en retiendra que Philippot regrette non seulement l’incompétence de celle-ci mais aussi le retour en force de conseillers supposés d’extrême-droite. Autrement dit, il revendique avoir tenté de changer le Front national de l’intérieur, pour en faire un parti souverainiste dédiabolisé, et être parti sur un constat d’échec.

Son plaidoyer pour le « Frexit » est-il au moins convaincant ?

Dans l’absolu, les raisons qui plaident pour une sortie de l’Union européenne sont habilement dressées : restaurer la souveraineté populaire et la démocratie, lutter contre l’immigration de masse, mettre fin au libre-échangisme, promouvoir l’industrie nationale, développer une agriculture ménageant l’environnement, etc. Le projet proposé pour son parti « Les Patriotes » ne manque pas de cohérence.

Mais ce projet est-il de nature à convaincre les Français ?

Cet ouvrage, en vulgarisant le « Frexit », écarte deux aspects pourtant importants. Sur le plan opérationnel, le passage de la situation présente à la situation cible est à peine esquissé : en particulier, dans quelles conditions quitter la monnaie unique ? Sur le fond, les liens qui unissent les différents peuples d’Europe sont absents, Florian Philippot allant jusqu’à affirmer qu’à l’heure du numérique, la géographie ne compte pas. Une vision des choses qui risque de paraître quelque peu abstraite.

Les sondages ne sont d’ailleurs pas fameux pour les « Patriotes »

Pour autant qu’ils arrivent à financer une liste, ils sont crédités de quelque 1%… Comme quoi les électeurs semblent plus sensibles à l’identité qu’à la souveraineté.

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► Marcel Campion obtient la condamnation de l’Etat pour violation du secret de l’instruction

L’ancien « roi des forains », qui se targue de faire tomber l’équipe Hidalgo aux prochaines municipales, remporte une victoire symbolique – mais indéniable – face à l’appareil étatique.

Tous les moyens semblent avoir été bons, au cours des dernières années, pour enfoncer la réputation de cette figure parisienne. C’est au sujet d’articles publiés dans le Canard enchaîné entre 2015 et 2017 que Marcel Campion avait attaqué l’Etat, pour violation du secret de l’instruction judiciaire. Le tribunal de grande instance de Paris a admis qu’il apparaît de manière certaine que certaines des informations relayées proviennent de fuites d’agents du service public de la justice. A ce titre, l’Etat a été condamné au versement de 3 000 euros pour préjudice moral.

On ne sait pas en revanche si des sanctions ont été prises à l’égard des personnes responsables des fuites.

 

► Le chiffre du jour, c’est 4 315

Il s’agit, selon des estimations encore provisoires, du nombre de premiers titres de séjour qui ont été délivrés à des étrangers malades en 2017. Ce chiffre n’inclut ni l’outre-mer ni, surtout, les renouvellements de titres de séjour. Il est en nette baisse par rapport aux près de 7 000 titres délivrés en 2016. Didier Leschi, le directeur général de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (l’OFII) explique cette baisse par son action – notamment par la lutte contre la fraude aux fausses déclarations sur les maladies. Dans une note écrite pour la Fondapol1, le préfet Leschi explique que la France est le pays le plus généreux dans l’accueil d’étrangers malades. Depuis 2006, la loi, interprétée de manière laxiste par le Conseil d’État, accorde aux étrangers, même clandestins, le droit à un titre de séjour s’ils sont « gravement malades » et ne pourraient pas « bénéficier d’un traitement approprié dans leur pays d’origine ». Une pompe aspirante des immigrants atteints du Sida et de diverses autres pathologies.

Plus d’informations ici

 

► La phrase du jour est de Benjamin Griveaux

Le porte-parole du gouvernement s’est fendu d’une déclaration concernant le président du parti Les Républicains : « Wauquiez, c’est le candidat des gars qui fument des clopes et qui roulent au diesel ».

Griveaux, issu du Parti socialiste et candidat à la mairie de Paris, conjugue de la sorte le mépris des dirigeants socialistes pour le peuple politiquement incorrect et un parisianisme corrélatif audit mépris. Cette tentative pour disqualifier son adversaire politique ne fait que corroborer ce qu’avait critiqué Gérard Collomb en démissionnant du gouvernement, lorsqu’il avait dénoncé l’arrogance et l’aveuglement du pouvoir.

 

► Épidémie de cambriolages à la France insoumise

Après les perquisitions, les cambriolages ! Le député mélenchoniste Alexis Corbière affirme s’être fait dérober son ordinateur chez lui, dans la nuit de jeudi à vendredi dernier. La même nuit, sa permanence parlementaire aurait également été « visitée ». La même mésaventure serait arrivée à son ancienne directrice de campagne. De quoi se demander si une officine n’enquête pas sur l’intéressé en particulier et sur La France insoumise de manière générale.

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► La « momie » Bouteflika serait à nouveau candidate à la présidentielle algérienne

Comptant parmi les derniers acteurs de la guerre d’Algérie au sein du FLN, il y a belle lurette que la santé du président algérien, Abdelaziz Bouteflika, est source d’interrogations, voire de plaisanteries. Mort ? Vivant ? Maintenu en vie artificiellement dans l’attente des prochaines élections ? Le secrétaire général du FLN, Djamel Ould-Abbès, est venu lever le voile sur ces insoutenables spéculations : c’est bien le président en exercice qui, âgé de 81 ans et notoirement malade, va rempiler pour un cinquième mandat, sous l’étiquette du parti quasi-unique du régime algérien.

A six mois du scrutin, prévu en avril 2019, ce régime n’a pas su faire émerger une relève qui fasse consensus. Par ailleurs, aucun candidat d’opposition crédible n’a encore émergé. C’est donc un peuple tout entier qui semble se résigner à ce que d’aucuns qualifient, à mots couverts, de farce.

 

► La bataille pour la succession d’Angela Merkel est déclenchée

Comme vous l’indiquait le bulletin de réinformation d’hier, le chancelier allemand, Angela Merkel, a annoncé qu’il ne serait pas candidat à la présidence de la CDU en décembre prochain. Les candidats se bousculent désormais pour lui succéder à la tête du parti et, peut-être un jour, à la tête du pays. Merkel elle-même avait quasiment désigné l’ancienne patronne du Land de Sarre, Annegret Kram-Karrenbauer, comme sa dauphine. Cependant, il n’est pas certain que cette femme catholique, représentante de l’aile gauche de la CDU et qui a soutenu la politique migratoire de Merkel, recueille la majorité des suffrages des délégués du parti. Elle devra compter avec la concurrence d’autres candidats, comme Jens Spahn, ministre, homosexuel affiché, qui ne se prive pas de critiquer son chancelier sur sa droite ; ou encore l’entrepreneur Andreas Ritzenhoff, qui veut en finir avec la politique de l’asile. Le succès d’un candidat hostile à la ligne Merkel pourrait d’ailleurs précipiter le départ de cette dernière, avec toutefois le risque de nouvelles élections hasardeuses à la clé, s’il était mis fin à la grande coalition avec les sociaux-démocrates.

 


 

► Le personnage du jour est Toussaint Louverture

En cette veille de Toussaint, évoquons un personnage historique au prénom éponyme. Toussaint Louverture.

Il s’agit d’un général français noir de l’époque révolutionnaire ayant conduit l’île de La Dominique (Saint-Domingue), dans les Antilles, à l’indépendance, sous le nom de Haïti.

Symbole de l’émancipation coloniale, Toussaint Louverture est aussi celui de la persévérance puisque la guerre qu’il mena depuis sa petite île contre une puissance européenne de grande envergure – la France – a fini par déboucher sur la victoire militaire et politique.

Ainsi du fait de Toussaint Louverture, Haïti, qui est aujourd’hui hélas un des pays les moins développés du monde, n’est plus française !

 

► La bonne nouvelle du jour vient de l’autre bout du monde

C’est cette nuit que commence le mois de novembre ! C’est à cette période de l’année que les Celtes fêtaient Samain : cette période correspond au passage de la saison claire à la saison sombre. Elle est un moment hors du temps de rencontre entre le monde des vivants et l’autre monde, qui durait une semaine autour de la pleine lune. Dans diverses contrées, il était courant de fabriquer des lampions à partir de betteraves ou de navets, en y sculptant des visages effrayants. De quoi écarter les esprits maléfiques ! Cette tradition nous est revenue, via les Etats-Unis, avec la fête d’Halloween.

Que fêtent les chrétiens ?

La fête de la Toussaint ! Sa date a été fixée au 1er novembre – c’est-à-dire demain jeudi – en 835 par le pape Grégoire IV. Cette date a été choisie de manière à christianiser les festivités païennes de Samain. Rappelons que l’ensemble des saints qui demeurent dans la béatitude divine, qu’ils soient connus ou inconnus, sont fêtés ce jour là.

Enfin, c’est le lendemain, à savoir vendredi 2 novembre, que les défunts sont honorés.

C’est le jour où, plus qu’un autre, nous nous souvenons des membres de notre famille ou des proches qui ont quitté le monde des vivants.

Merci de nous avoir écoutés. Compte tenu des festivités qui viennent d’être mentionnées, nous vous donnons rendez-vous lundi prochain, 5 novembre, à 7h15 pour un nouveau bulletin de réinformation sur Radio Courtoisie. Que le Soleil brille dans vos cœurs pendant toute la saison sombre !

 

 

Commentaires Facebook
Etiquettes :

Radio courtoisie

Écoutez votre radio en direct

Current track
TITLE
ARTIST

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

► L.J. du lundi soir

18:00 21:00