BULLETIN DE REINFORMATION DU 22 OCTOBRE 2018

Patron d'émission   -  le 22 octobre 2018

Bulletin de réinformation proposé par Henri Benoît et Sara Bernier

Rediffusions à l’antenne à 11h45 et 21h00

 

 

GRANDS TITRES


 

► L’Affaire Khashoggi : des retombées internationales sont à craindre

Le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi dans les locaux du consulat saoudien d’Istanbul continue à faire couler beaucoup d’encre : il s’inscrit dans un contexte géopolitique particulier dans lequel la Turquie et l’Arabie saoudite se disputent la suprématie au Moyen- Orient. Rappelons que ce journaliste s’était rendu au consulat pour obtenir des papiers de divorce : il ne ressortira jamais vivant ! Les preuves de l’élimination du dissident saoudien par les services du prince héritier Mohammed Bin Salam sont aux mains des Turcs qui comptent bien les publier au compte-gouttes, en fonction de leurs propres intérêts.

Mais de quelles preuves s’agit-il ?

Il y a d’abord les photos d’une quinzaine d’hommes proches du prince héritier dans les locaux du consulat au moment où Khashoggi s’y trouvait, mais également des preuves plus compromettantes comme l’enregistrement radio des dernières minutes du journaliste, au cours d’une scène macabre, peu à l’honneur du régime saoudien : un démembrement à l’arme blanche. Certains pensent que les restes ont été enterrés dans les jardins du consulat, qui bénéficient de la protection diplomatique, mais aucune certitude n’existe encore sur ce point.

Et la presse internationale n’a pas été tendre avec Donald Trump ?

Embarrassée par cette affaire, l’administration Trump a d’abord laissé filtrer l’hypothèse peu crédible de « tueurs voyous » avant d’admettre publiquement le rôle du prince héritier : Khashoggi, proche des Frères musulmans, était devenu gênant pour Mohamed Bin Salam. Certains opposants appartenant à la famille royale n’avaient pas hésité à lui faire des confidences. Enfin, il publiait ses opinions anti-régime dans divers journaux comme le Washington Post.

Et quelles sont les conséquences de ce tragique épisode sur la scène internationale ?

Les ministres du G7 ont exigé l’ouverture d’une enquête. Un boycott des investissements en Arabie saoudite est à craindre. Certains proches de Donald Trump comme le sénateur Lindsay Graham vont même jusqu’à exiger le départ de Mohamed Bin Salman, mais il est soupçonné de faire le jeu de Mohamed Bin Zayed, l’homme fort des Émirats arabes unis, en conflit avec Riyad à propos du Yémen.

Enfin, la politique des sanctions contre l’Iran implique qu’un supplément de pétrole soit pompé par les Saoudiens et cela risque de se monnayer, voire d’entraîner une nouvelle hausse des prix pétroliers. Il y a là un moyen de pression de Riyad sur Washington : Trump devra naviguer entre les foudres de la presse internationale et la raison d’Etat : conserver des relations économiques avec l’allié saoudien, qui de surcroît vient d’investir dans la Silicon Valley.

 

► Une taxe carbone dissimulée dans les factures de gaz

Une nouvelle hausse du prix du gaz de 5,79% est prévue à compter du 1er novembre. Cela fera une augmentation spectaculaire de plus de 16% sur l’ensemble de l’année 2018. Du jamais vu !

Mais comment s’explique cette hausse ?

D’abord par une hausse des hydrocarbures sur les marchés mondiaux mais aussi par l’augmentation de la TICGN,  la Taxe Intérieure de Consommation sur le Gaz Naturel. Cette taxe a été instituée parce que la combustion du gaz naturel libère du gaz carbonique. Elle n’a cessé d’augmenter depuis qu’elle a été étendue à l’ensemble des consommateurs de gaz en 2014. Elle a rapporté à l’Etat 1,7 milliards d’euros en 2017 et, en trois ans, elle a été multipliée par 6 !

Ne s’agit-il pas d’une mesure fiscale punitive ?

Il y a tout lieu de le penser. Le réchauffement climatique permet de lever des fonds et personne ne s’en prive. Reste à prouver que le CO2 est bien impliqué dans ce réchauffement. L’universitaire Claude Brasseur qui a enseigné à l’université de Lubumbashi au Congo, fait état de travaux de recherches sur des carottes glaciaires prélevées en Antarctique et qui tendraient à prouver que l’augmentation du gaz carbonique dans l’atmosphère est la conséquence et non la cause du réchauffement climatique.

Cette hausse a-t-elle une incidence sur l’inflation ?

Certainement car le gaz naturel fait partie des mille produits de l’INSEE qui entrent dans la composition du panier de la ménagère. L’inflation en France pour 2018 a été révisée à la hausse à 2,3 %, son plus haut niveau depuis 2012. Un indicateur économique plutôt inquiétant.

 

► Colline du crack : des politiques s’opposent à l’implantation de nouvelles salles de shoot.

Mercredi dernier, Pierre Liscia, député indépendant du XVIIIe et Rachida Dati maire du VIIe ont tenu une conférence publique non loin de la « colline du crack », pour en finir avec le fléau de cette drogue ravageuse.

Mais, de quelle « colline » s’agit-il ?

Un « no man’s land », porte de la Chapelle, à l’entrée du périphérique où des centaines de personnes viennent s’approvisionner chaque jour en crack auprès de toxicomanes en déshérence, avant de se disperser dans les quartiers avoisinants. En effet, un véritable triangle du crack s’est constitué entre la porte de la Chapelle, le quartier des deux gares, Nord et Est, et la place Stalingrad.

La salle de shoot ouverte à proximité de l’hôpital Lariboisière ne devait-elle pas apaiser les problèmes ?

Au contraire, l’ouverture de cette salle de shoot n’a fait que les aggraver et susciter la colère des riverains. En effet, un tel centre, qui ne peut légalement fournir la drogue, ne peut fonctionner qu’en synergie avec des dealers, campés à proximité du centre. La police ne peut les poursuivre du fait de la Loi Guigou qui protège ces centres dits « de consommation à moindre risque  » à l’intérieur d’un certain périmètre. Voilà pourquoi, le projet de la mairie de Paris d’ouvrir de nouvelles salles de shoot, suscite une opposition croissante. C’est cette question qui était au cœur des débats.

Quelles sont les positions de Pierre Liscia et de Rachida Dati ?

Une prise en charge médicale des consommateurs de crack, dans des centres de désintoxication fermés, même si cela a un coût pour la société et en finir avec la politique actuelle qui consiste à accompagner les toxicomanes dans leur addiction, tout en alimentant les trafics. Et l’ancienne garde des Sceaux a précisé : « nous réclamons la mobilisation de l’appareil judiciaire : l’état de forte dépendance psychique des toxicomanes ayant considérablement aliéné leur libre-arbitre, la justice doit être en mesure de constater leur mise en danger et celle d’autrui et prononcer des peines d’injonction de soins et leur placement dans des centres de désintoxication ».

 

BRÈVES DE FRANCE


 

► Des crédits d’impôts pour encourager l’immigration clandestine

Contre l’avis du gouvernement, les députés de la majorité La République En Marche ont voté, mercredi dernier, un amendement permettant l’instauration d’un crédit d’impôt pour les foyers accueillant des réfugiés. D’un montant de 5 euros par nuit, dans la limite de 1500 euros par an, cette mesure est censée permettre aux immigrés arrivés en France, de mieux s’imprégner de la culture et de la langue françaises en vivant auprès d’une famille, plutôt qu’ en centre d’accueil. D’une pierre, deux coups : l’État pourrait ainsi se décharger partiellement du financement de l’hébergement des réfugiés, actuellement estimée à 17 € par nuit et par personne, tout en poursuivant sa politique d’accueil des clandestins.

Le député La République en Marche du Val d’Oise, Aurélien Taché, a justifié cette mesure en déclarant « Les Français qui sont d’accord pour s’engager dans une démarche de solidarité, il faut qu’il y ait une reconnaissance de cet engagement-là ».

 

► Benalla dit qu’il aurait empêché le selfie de Macron à Saint-Martin s’il était resté en fonction.

C’est ce qu’il révèle à l’hebdomadaire Valeurs Actuelles du 18 octobre. Et l’histoire semble bien lui donner raison. En effet, l’on vient d’apprendre que le braqueur photographié avec le président a été condamné le 17 octobre dernier à 8 mois de prison dont 4 avec sursis pour détention de stupéfiants et rébellion. La remontée de bretelles par le locataire de l’Élysée n’a donc pas porté ses fruits. Et Benalla a déclaré en substance : « avec moi, la photo n’aurait jamais été prise. Les mecs n’auraient pu toucher le président, et le selfie, je l’aurais évité ! »

 

► Lobbying LGBT à Nantes : la cour d’appel administrative légitime une subvention de 22.000 euros.

Le lobbying LGBT est en passe d’être considéré comme une activité d’intérêt général. C’est en tout cas la conclusion que l’on peut tirer de la décision de la Cour d’appel administrative de Nantes, qui a validé, le 5 octobre dernier le versement de 22.000 euros d’argent public au centre LGBT de Nantes, désavouant ainsi le jugement de première instance. Ce jugement avait considéré comme illégale la subvention, au motif que le centre LGBT s’était livré à des actions militantes en faveur de la PMA et de la GPA et qu’elle était de ce fait sortie de la neutralité politique.

La Cour d’appel de Nantes motive sa décision au regard des actions de prévention et d’information menées par l’Inter LGBT pour lutter contre les maladies sexuellement transmissibles et les risques suicidaires. Mais elle évoque aussi « l’organisation de la gay pride annuelle, qui contribue à l’animation festive de la ville ». On peut toutefois se poser la question de savoir pourquoi les services de la ville chargés de santé publique délèguent à une association communautariste, la prévention des maladies sexuellement transmissibles. Un pourvoi en cassation sera prochainement déposé.

 

► Et le chiffre du jour, c’est 323

C’est le nombre de personnes tuées par accident de la circulation au mois de septembre, soit une hausse de 8,8 % par rapport à l’année précédente après un recul des décès pour les mois de juillet et août dernier. Les résultats de la réduction de la vitesse à 80 km/h semblent donc n’avoir eu que des effets très marginaux et qui restent à démontrer !

 

NOUVELLES DU MONDE


 

► Trudeau libéralise la consommation du cannabis

Le Canada, pays à la pointe du progrès, est devenu, mercredi dernier, le premier pays du G20 à libéraliser la consommation du cannabis à usage récréatif, et le deuxième au monde après l’Uruguay, qui avait franchi le pas en 2013. Face à l’opposition frontale des conservateurs et aux alertes de certains médecins, le premier ministre libéral, Justin Trudeau, défend sa mesure en invoquant notamment la protection des mineurs et le démantèlement des organisations criminelles détenant, jusqu’alors, l’intégralité du marché — dernier argument souvent avancé par les partisans de la légalisation de la marijuana.

Mais il ne faut pas se voiler la face : ces réseaux mafieux ne disparaîtront pas du jour au lendemain et trouveront d’autres moyens, plus dangereux encore, pour poursuivre leurs activités lucratives. De plus, il semblerait que cette légalisation du cannabis réponde aussi à des préoccupations économiques. En effet, la libéralisation du marché du cannabis, permettra, non seulement d’augmenter de 61 % le nombre de consommateurs mais aussi de faire passer le chiffre d’affaires du secteur de 5,5 milliards de dollars canadiens à 6,3 milliards. Santé publique ou profit privé ? Justin Trudeau a tranché. Et il est à craindre que le reste de l’Occident ne lui emboîte le pas !

 

► La bonne nouvelle du jour est aérospatiale

C’est un succès pour le lancement de la sonde BepiColombo par la fusée Ariane 5, dans la nuit de vendredi à samedi, à Kourou en Guyane. La sonde atteindra la planète Mercure au bout de 7 années de voyage Elle devra supporter des températures extérieures de l’ordre de 450 °C et les résultats attendus sont nombreux : meilleure connaissance de la planète Mercure et notamment l’origine de son champ magnétique, l’histoire du système solaire et même une confirmation de la théorie de la relativité générale ! Un programme mis au point par l’agence spatiale européenne, en partenariat avec l’agence spatiale japonaise, pour un budget de 1,3 milliards d’euros !

 

 

Commentaires Facebook
Etiquettes :

Lisez aussi

Radio courtoisie

Écoutez votre radio en direct

Current track
TITLE
ARTIST

Background
Intervenir sur l'émission
Emission en cours

► L.J. des amitiés françaises

18:00 21:00